La charte d'éthique des pratiques électorales signée samedi    Benflis : «Les conditions sont loin d'être idéales»    Bengrina promet d'améliorer les conditions de vie du citoyen algérien    «Il faut adopter rapidement les solutions»    Le Gouvernement décide de régulariser leur situation dès novembre    Le ministre du Commerce s'entretient avec la ministre gabonaise de la Défense    SIG (MASCARA) : 4 personnes asphyxiées au monoxyde de carbone    Obésité, diabète et maladies du cœur: des spécialistes tirent la sonnette l'alarme    CAN-2021 (Eliminatoires)/Algérie-Zambie: l'équipe nationale évoluera en blanc    Mondiaux de Para-athlétisme (Poids F32) : deux nouvelles médailles pour l'Algérie    Etiquetage "colonies": appliquer la décision de la CJUE aux produits sahraouis    La communauté internationale exhortée à mettre fin à l'agression israélienne    Festival de danse contemporaine: une nouvelle génération de danseurs algériens émerge    EDUCATION : Vers une grève de 3 jours renouvelable dans les primaires    DIRECTION DES SERVICES AGRICOLES DE MOSTAGANEM : Vers l'ensemencement de 46112 hectares de céréales    UNE FOIS ELU A LA TETE DU PAYS : Tebboune promet l'égalité hommes-femmes    Zerouati participe jeudi et vendredi en Afrique du Sud à la Conférence ministérielle africaine sur l'environnement    Phase de Poules de la CAF : Le Paradou AC dans un groupe difficile    LFP – Sanctions : Huis clos pour le MCO et l'USMAn    Mise à jour. MC Alger – JS Kabylie : Le Mouloudia pour prendre le large    Port de l'emblème Amazigh : Le tribunal de Bab El Oued relaxe cinq jeunes détenus    Les campus au rendez-vous    Six contrats gaziers renouvelés par Sonatrach    Morales se réfugie au Mexique    Le SG de l'ONU appelle à "une coopération internationale"    Un collège fermé "à titre préventif" à Sétif    La question des réfugiés sahraouis examinée lors de la Conférence parlementaire régionale pour l'Afrique    Algérie-Chine: appel à la promotion des relations de coopération dans le domaine du tourisme    Les étudiants ont marché pour le 38e mardi    Que reste-t-il du grand clasico ?    Amrouche convoque 25 joueurs    La criminalité en hausse    Un mort et un sauvetage miraculeux de trois personnes    Rupture et montée en gamme    Vivre avec et contre le passé    Ecole de journalisme d'Alger : Quelle place pour la production amazighe dans les médias ?    Parc national du Djurdjura : Découverte d'ossements d'un ours brun    Economie: L'Algérie «dans le rouge»    Un conclave consacré aux dossiers du logement: Des instructions pour accélérer les travaux et l'affichage des listes    Lancement des Rencontres internationales du cinéma d'Oran: La phase des projections programmée pour février prochain    Tunisie : Le Premier ministre Youssef Chahed à Paris et Rome    Personnes interdites de stade : Les modalités d'établissement du fichier national fixées    Maroc-MCC : Accord de coopération pour la mise en œuvre du projet de gouvernance du foncier    Matérialisation des légitimes revendications populaires Les fondements directeurs de l'état de droit    Place aux entreprises algériennes    CONSTANTINE : Développer des approches scientifiques de protection des vestiges submergés    10e Fica : Projection de "L'envers de l'histoire", parcours d'une militante en Serbie    La situation de la femme créatrice dans le domaine de l'industrie cinématographique en débat    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le jour où le monde a basculé dans l'ère de la lutte technologique asymétrique
Publié dans La Nouvelle République le 20 - 09 - 2019

Le 14 septembre 2019 marque le basculement du monde dans une nouvelle ère: celles des drones de guerre coûtant à peine 20 000 USD l'unité capable d'entraîner des pertes de plusieurs centaines de millions USD en une seule et unique opération. Les forces rebelles yéménites ont pu ainsi obtenir en ce jour ce qu'aucun autre pays disposant de formidables capacités offensives n'a pu obtenir en termes d'efficacité/économie de moyens.
Mine de rien, une vingtaine de drones d'attaques piégés lancés en profondeur du territoire d'Arabie Saoudite ont pu cibler des installations pétrolières très sensibles du géant Aramco et interrompre pour une durée déterminée 50% de la production de brut saoudienne et par incidence directe l'approvisionnement mondial de brut. Revenons un peu sur cet incident extraordinaire: Le 14 septembre 2019, les rebelles yéménites, une coalition du groupe Ansarullah, les milices Houthis et les forces armées yéménites (à distinguer des forces armées relevant du gouvernement reconnu par la communauté internationale) lancent une attaque de drones très audacieuse sur l'Arabie Saoudite avec laquelle ils sont en guerre depuis 2015. Cette attaque aurait été menée par une vingtaine de drones visant des raffineries dans l'est de l'Arabie Saoudite, un pays dépendant lourdement des hydrocarbures, occasionnant des pertes estimées à 300 millions USD par jet l'arrêt de la production de 5.7 millions de barils de pétrole par jour.
Ces pertes pourraient s'élever à des milliards USD si le géant mondial Aramco tarde à réparer les dégâts subies. Cette attaque est intervenue à un moment très particulier de l'histoire des hydrocarbures: les Etats-Unis d'Amérique sont parvenus à devenir avec l'Arabie Saoudite l'un des premiers producteurs, en grande partie grâce au gaz de schiste, mais également au moment où Ryad commence à ressentir le coût exorbitant du conflit du Yémen. Une aventure folle où il y a eu un immense gaspillage des systèmes d'armes les plus sophistiqués et les plus onéreux du monde et où la coalition arabe menée par Ryad et soutenue par Washington et ses alliés s'est noyée dans un conflit inutile au Yémen dans le cadre de la rivalité régionale avec l'Iran.
Les Etats-Unis qui entendaient maintenir le coût du baril de brut à son niveau actuel ont d'ailleurs promptement accusé la République islamique d'Iran d'avoir mené cette attaque via ses milices en Irak à partir du territoire irakien en évoquant des missiles de croisière qui auraient ainsi parcouru près de 1300 kilomètres. Une hausse du prix du baril de brut dans la conjoncture actuelle signifierait un renforcement des économies russe, iranienne et vénézuélienne et un affaiblissement des économies du bloc occidental. Ce que Washington veut éviter à tout prix et il est prévisible à cet égard que la coalition arabe menée par Ryad va recevoir beaucoup plus de support et d'assistance de la part des Etats-Unis et de tous ses alliés OTAN et hors-OTAN dans sa guerre insensée au Yémen mais également contre l'Iran.
Ce dernier a d'ailleurs pris les devants en affirmant que tous les navires de guerre et les bases US dans la région étaient à portée de missile. C'est maintenant que le Grand Jeu devient intéressant. L'extension du champ de la lutte se fait en cercles concentriques et ne concerne plus les «fronts» syrien et ukrainien. La rivalité géostratégique autour de l'Iran, un important pays producteur d'hydrocarbures dont la politique entrave celle de l'Empire au Moyen-Orient et en Eurasie est en train de devenue tributaire d'une technologie asymétrique qui prouve chaque jour qu'il ne suffit pas de mettre le paquet pour obtenir des pertes incommensurables et qu'un petit investissement dans ce domaine peut rapporter gros.
Résultat : les attaques croissantes et de plus en plus audacieuses des rebelles yéménites sur les installations stratégiques saoudiennes leur confèrent un formidable levier de pression contre une coalition superbement armée et dotés du nec plus ultra de ce qui existe dans le domaine des armements. C'est la nouvelle lutte: celle des technologies asymétriques à bas coût contre les systèmes d'armes valant leur poids en or.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.