Ali Ghediri condamné à 4 ans de prison ferme    Biographie du défunt    Lumière sur les zones d'ombre    Les préoccupations locales dominent    La pénurie en eau potable était évitable    182 affaires en 9 mois    Annaba a trouvé la parade    Plus de 4 300 employeurs exonérés à Constantine    Trois projets innovants au concours national de l'entrepreneuriat    40 000 ha prévus pour la prochaine campagne agricole    Cinglant revers du makhzen    «La rupture avec le Maroc était nécessaire»    L'Algérie ferme son espace aérien avec le Maroc    Le MOC et le CRT dans l'embarras    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Les Vertes bouclent leur stage d'évaluation    Tuchel ne lâche pas Werner    Hakimi veut marquer l'histoire du club    Les projections de l'Anade    Ca grogne    Une saignée inévitable    MERIEM    Démarrage des soldes    De nouveaux établissements inaugurés    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    De quoi la littérature est-elle le nom en Algérie ?    L'EVEIL DES CONSCIENCES    «Ma renaissance en couleurs...»    Elle est accusée de conflit d'intérêts    Tayeb était calme et juste    Sept ans de prison ferme requis contre Ali Ghediri    Abdelkader Bensalah n'est plus    Le Président Tebboune préside une réunion du Haut Conseil de Sécurité    Lamamra s'entretient avec son homologue français    "Le système de santé doit être revu"    12 éléments de soutien au terrorisme en une semaine    Séminaire pour les arbitres d'élite    300 milliards de dinars en deux ans    Quel impact sur la Sonatrach ?    La mise au net de Amar Belani à l'ambassadeur du Maroc    Niger-Algérie à Niamey à 17h    Hatab Sarajevo traduit en anglais    Focus sur le cinéma espagnol contemporain    Tentative de putsch avortée au Soudan    Le Parlement vote une motion de censure contre le gouvernement    Où sont passés les indépendants ?    Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La crise politique persiste, appel à la dissolution du Parlement
Tunisie
Publié dans La Nouvelle République le 22 - 03 - 2021

La crise politique persiste en Tunisie où une marche appelant à la dissolution du Parlement et l'instauration d'un système présidentiel a été organisée, samedi, dans la capitale du pays en proie également à une crise économique, rapportent les médias tunisiens.
La marche a été organisée au centre-ville de Tunis par des partisans du président Kaïs Saïed, en provenance de différentes régions, notamment de Sousse, Sidi Bouzid, Kairouan, Kasserine, Gafsa et Sfax, pour dénoncer la situation de plus en plus difficile en Tunisie, ajoutent les mêmes sources. Les manifestants ont réclamé que le «système politique passe de semi-parlementaire à présidentiel», appelant à la «démission» du chef du gouvernement Hichem Mechichi. Dans ce contexte, les manifestants, qui ont réaffirmé leur soutien au président tunisien, ont également scandé des slogans hostiles au parti Ennahda et à son chef, Rached Ghannouchi. Les contestataires ont, en outre, appelé «à prendre des mesures à l'encontre des partis politiques qui ont violé la loi et exploité l'immunité» et d'autres que la Cour des comptes a épinglé pour «financements suspects».
La crise politique liée au différend entre le président Kaïs Saïed et le chef du gouvernement Hichem Mechichi sur la nouvelle composante gouvernementale dure depuis plusieurs semaines en Tunisie. Kaïs Saïed a refusé de recevoir le serment des ministres désignés dans le cadre d'un remaniement ministériel approuvé par le parlement au cours d'une plénière datant du 26 janvier 2021. Il avait déclaré devant le Conseil de sécurité nationale tunisien, réuni le 25 janvier dernier, que certains noms proposés sont suspectés de «corruption et de conflit d'intérêts». Le 9 mars dernier, il s'est dit prêt à accueillir tout dialogue en vue d'une sortie de crise, à «condition qu'il ne soit pas similaire aux dialogues précédents».
«Seules les parties qui croient vraiment aux revendications économiques et sociales du peuple tunisien, ainsi qu'à ses revendications politiques, participeraient à ce dialogue», avait déclaré le président tunisien lors d'une réunion avec le secrétaire général du mouvement Achaab, Zouheir Maghzaoui et le secrétaire général du mouvement démocratique, Ghazi Chaouachi. Kaïs Saïed avait également invité les jeunes à «assurer un rôle important et prendre part à ce dialogue afin qu'ils y soient un élément actif et une force de proposition».
Une situation économique et sociale inquiétante
L'accumulation des problèmes «non résolus», les tiraillements politiques et l'absence de stratégie de redressement économique qui accompagnent le pays depuis 10 ans «handicapent la création de richesse, éloignent les financements alloués par les bailleurs de fonds et découragent les investisseurs», ont également rapporté des médias tunisiens. Selon ces sources, «21% des Tunisiens vivent dans une situation d'extrême pauvreté». Il s'agit là du chiffre le plus élevé jamais enregistré depuis l'indépendance de la Tunisie, ajoutent les mêmes sources, déplorant le fait que ce chiffre soit absolu dans la mesure où la crise touche aussi les Tunisiens relativement épargnés jusque-là. En outre, «le rythme de la réduction de la pauvreté s'est nettement ralenti. Il a subi lors de cette dernière décennie son pire revers. D'ailleurs, ce ne sont plus seulement les localités ou les endroits les plus défavorisés qui comptent le plus grand nombre de personnes vivant dans l'extrême pauvreté, mais la plupart des régions sont également touchées de plein fouet».
Beaucoup de Tunisiens vivent aujourd'hui avec des revenus intermédiaires. La précarité, le chômage et l'exclusion touchent de plus en plus une partie croissante de la population. Le nombre de personnes marginalisées par le fonctionnement économique du pays ne cesse de croître. Il se traduit par un pouvoir d'achat de plus en plus érodé pour une catégorie sociale démunie et surtout dépouillée. Le chef du gouvernement tunisien, Hichem Mechichi, qui a présidé samedi au mausolée du leader Habib Bourguiba, à Monastir, la cérémonie de célébration du 65ème anniversaire de l'indépendance, a souligné, «qu'il incombe aux institutions de l'Etat de travailler en harmonie et d'œuvrer avec toute la classe politique en vue de concevoir des solutions à la crise que connaît le pays, notamment sur le plan économique».
Il a affirmé que la « situation exige la mobilisation des efforts de toutes les parties pour trouver des solutions efficaces aux problèmes du pays, avant qu'il ne soit trop tard». Mechichi a fait observer que son équipe gouvernementale «déploie des efforts soutenus » pour atténuer les répercussions de la crise. « Nous sommes à l'écoute des revendications de toutes les franges de la société», a-t-il assuré. Selon lui, la réussite du gouvernement dans la réalisation de ses objectifs est «tributaire de la contribution et la détermination de toutes les parties prenantes». «Le gouvernement a élaboré un plan de relance économique dont la mise en œuvre, en collaboration avec les partenaires économiques, nécessite la participation de toutes les parties concernées», a-t-il fait savoir, soulignant que «seul des efforts conjoints et un soutien mutuel entre les pouvoirs permettront au gouvernement de surmonter cette épreuve économique délicate».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.