La société civile en question    L'ex-ministre de la Justice vide son sac    Oran n'aura plus soif    Les moteurs de la débrouille    «Les grandes firmes attendent de la visibilité»    Amman condamne la décision de l'entité sioniste    Le Bénin se prépare à retirer ses troupes de la Minusma    La 3e guerre mondiale n'aura pas lieu    Les dernières retouches    Le Palais des sports fait peau neuve    Les Verts sans forcer    «Il y a le feu au lac!»    Les directeurs des CEM se rebellent    Sonatrach se diversifie    Lala Aïni tire sa révérence    Prestation de l'association «Mezghena» d'Alger    «Tant de féminicides...»    Accession en Ligue 1: le Président Tebboune félicite l'USM Khenchela et le MC El Bayadh    La loi portant régime général des forêts bientôt sur la table du gouvernement    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    Chanegriha se rend à la Base navale principale de Mers El-Kebir    Real Madrid : Trois noms pour renforcer l'attaque    L'Emir Abdelkader, un homme, une foi, un engagement...    Mémoires de Sadek Hadjeres. Tome 2    L'importance de la société civile dans le développement global soulignée    Migration internationale: l'approche algérienne exposée devant l'AG de l'ONU    Naftal: des projets d'investissement de plus de 250 Mds Da pour les 5 prochaines années    JM-2022 : le complexe de tennis d'Oran aux normes internationales    Sahara occidental: l'activiste américaine McDonough déterminée à dénoncer les pratiques répressives du Maroc    Tizi Ouzou: 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni du 24 au 28 mai    JM Oran-2022: cinq manifestations culturelles internationales prévues    Le prisonnier sahraoui Lamine Haddi soumis à des traitements "cruels et inhumains" dans les geôles marocaines    Petites et moyennes entreprises : une conférence nationale mardi sur la garantie financière    Forte activité pluvio-orageuse, à partir de lundi, sur des wilayas du Sud    Lutte/championnat d'Afrique : l'Algérie termine avec 48 médailles dont 14 en or    Chafia Boudraâ, figure incontournable du cinéma algérien tire sa révérence    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Industrie: Contacts avancés avec des constructeurs mondiaux de voitures    Raison politique ou économique ?    Académie algérienne des sciences et des technologies: Des académiciens expatriés interpellent l'APN    Oran - Omnisports: Emouvantes retrouvailles des sportifs    Nouvelle pandémie, nouvelle alerte    Variole du singe: L'Algérie n'est pas à l'abri    Canicule: La Protection civile en alerte    L'armée s'engage    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    Ministère de l'Intérieur: Le wali de Khenchela démis de ses fonctions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le directeur de l'EPH kenchla demande à être déchargé de ses fonctions
Deux médecins spécialistes demissionnent
Publié dans La Nouvelle République le 04 - 01 - 2022

Un conflit interne à éclaté au niveau de l'EPH « Ahmed Ben Bella » situé sur la route de Batna à Khenchela. Tout a commencé par une altercation entre le directeur de l'EPH « Ahmed Ben-Bella » et un médecin cardiologue. Cet état de fait a contraint le médecin cardiologue à présenter sa démission. Il est même pour l'épouse de ce dernier qui exerce en qualité de médecin radiologue au niveau de la même structure.
En revanche, le directeur de l'hôpital « Ahmed Ben Bella » a indiqué qu'il a demandé à sa tutelle de le décharger de ses fonctions. Ce dernier avec qui nous nous sommes entretenus a déclaré que « Depuis mon installation à la tête de cet hôpital, je n'ai ménagé aucun effort pour mettre de l'ordre dans cette structure de santé.
Malheureusement, certains cadres qui avaient l'habitude de « Nager dans les eaux troubles » n'ont pas apprécié cet état de fait. Le médecin cardiologue a refusé le plan de travail mis en place pour la bonne prise en charge des patients ». Il ajoute « Je n'accepterais pas que la radiologie soit fermée à clefs ». Le directeur faisait allusion à l'épouse du médecin cardiologue qui exerce en qualité de médecin radiologue au niveau du même hôpital. Le premier responsable de l'EPH « Ahmed Ben Bella » a également accusé le médecin cardiologue, d'avoir selon lui fait « Monter la tête » plusieurs citoyens contre sa personne. Avant de mettre fin à notre conversation, le directeur de l'EPH « Ahmed Ben Bella » de Khenchela n'a pas manqué de déclarer qu'il a décidé de demander à la tutelle de le décharger de ses fonctions. « Je ne peux pas continuer à travailler dans un climat malsain. Ma décision sera irrévocable seul le départ de plusieurs perturbateurs pourrait me faire changer de décision », a-t-il conclu. Cependant, nos efforts multiples visant à joindre le médecin cardiologue ou son épouse afin d'écouter leurs versions sont restés sans résultat. Le médecin en question n'a pas répondu à nos appels téléphoniques et à nos messages à travers lesquels nous lui avons demandé de s'exprimer sur ce sujet. Tout au long de la journée d'hier, les « va-et-vient » des responsables de la santé se sont multipliés au niveau de l'EPH Ahmed Ben Bella. Le directeur de la santé s'est rendu également sur les lieux dans le but de trouver une solution à ce problème. En revanche, Le médecin cardiologue a publié sur sa page Facebook un placard annonçant sa démission de l'EPH « Ahmed Ben Bella » indiquant que l'administration de l'hôpital ne voulait pas de lui et de sa femme. A travers sa page Facebook, le médecin cardiologue a posté un message s'excusant auprès de ses patients. Ce « Post » n'a pas laissé indifférent les citoyens de la ville de Khenchela. Plusieurs internautes ont pris position avec le médecin indiquant que le départ du cardiologue est une grande perte pour les citoyens notamment les plus démunis qui seront selon eux, les plus grands perdants dans cette affaire. Enfin le directeur de la santé reste toujours injoignable. « Il est toujours au niveau de la wilaya ou en réunion », nous a-t-on fait savoir par la personne chargée de répondre au téléphone. On nous a également fait savoir qu'aucun cadre ne peut s'exprimer en l'absence du directeur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.