Atelier sur la mission des collectivités locales pour redynamiser l'investissement    Ligue 1 (5e j): le CSC prend les commandes, l'ESS sombre    Man United : Fin d'aventure en fin de saison pour De Gea ?    Espagne: saisie de plus de 14 t de haschisch en provenance du Maroc, 49 personnes impliquées    RND: la consolidation de la place de la femme requiert un environnement sociopolitique concurrentiel    Ain Defla: la pièce théâtrale "Hna ou Lhih" au festival de Mostaganem    CNAL: le projet de loi sur le statut de l'artiste "prêt en 2023"    La manifestation scientifique "Semaine de la traduction" à Oran    Tizi-Ouzou/Elections communales: l'amélioration du cadre de vie, une priorité pour "Tasqamut N'Ussirem"    Tebboune préside l'ouverture    CHAN 2022: le compte à rebours du tirage au sort a commencé    Fédérations sportives: les médaillés olympiques et mondiaux intègrent la composante de l'AG    Relations bilatérales: le MAE sahraoui se félicite des déclarations du président kenyan    Saisie de quantités importantes de cigarettes dans les wilayas d'El Oued et d'Illizi    L'AARASD veut garantir à Sultana Khaya un retour au Sahara occidental sans crainte de représailles    Lamamra reçu par le président de la Guinée-Bissau    Le SG de l'ONU appelé à mettre fin à l'occupation sioniste    Algérie/Mauritanie: un protocole dans le domaine de la pêche et de l'économie maritime    6e RGPH: fournir une base de données pour couvrir les besoins de la population    Football - Ligue 1: Une journée favorable au CSC    Sahara Occidental: L'Algérie remet les pendules à l'heure !    ONU: L'Algérie se replace    Corruption: 10 ans de prison requis contre l'ex-wali de Skikda Fouzi Belhacine    Commune d'Oran: 5.000 trousseaux scolaires pour les enfants démunis    Djanet: Un minibus se renverse, 9 morts et 4 blessés    En l'espace de huit mois: Refus d'admission aux frontières de 495 cargaisons    Discordances    Prix à plafonner    Réunion du Gouvernement: Vers le plafonnement des tarifs des hôtels    «Gros» mots : les contre-chocs    Kamel Aoun n'est plus    Sanchez lâche Mohammed VI    Goudjil salue «l'homme d'Etat»    Ça recommence ou ça continue?    Le Cnese confirme    Alger et Moscou se concertent    L'université a besoin de sérénité    L'Etat de droit en point de mire    La nouvelle bombe de Mathias    Brèves Omnisports    L'heure de la retraite?    Un destroyer US accoste à Djen Djen    La justice, au singulier    Tamazight dans l'administration    Une délégation de l'Alecso à Alger    Des taurillons exportés de France, refusés de débarquer en Algérie, devront être euthanasiés .    Elections communales partielles: le FLN et le FFS animent des meetings à Bejaia    Gestion des collectivités locales : va-t-on vers de nouveaux réflexes ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le Président Poutine accuse les élites occidentales
Dixième Conférence sur la sécurité internationale
Publié dans La Nouvelle République le 16 - 08 - 2022

Le Président russe s'est exprimé lors de l'ouverture à Moscou de la dixième Conférence sur la sécurité internationale, dans le contexte de l'opération militaire en Ukraine.La dixième conférence de Moscou sur la sécurité internationale a débuté ce 16 août au centre Avangard. En inauguration de ce forum, qui depuis 2012 regroupe ministres de la Défense, responsables d'organisations internationales et experts non gouvernementaux, le dirigeant russe Vladimir Poutine s'est exprimé sur l'actualité internationale.
Evoquant la crise ukrainienne ainsi que la récente visite de Nancy Pelosi à Taïwan et les remous suscités par celle-ci, Vladimir Poutine a estimé que les «élites occidentales» semaient le «chaos» dans le cadre de leur politique internationale d'«endiguement». Dénonçant le modèle international américain comme une tentative de maintenir le «suprémacisme» de Washington, le Président russe a dénoncé : «Les Etats-Unis organisent provocations, coups d'Etats, troubles publics… Par la menace et le chantage, ils forcent des pays indépendants à se soumettre à leur volonté».
Le chef d'Etat a ensuite estimé que cette forme de «colonialisme» constituait un «défi pour toute la planète».
Prenant pour exemple l'attitude de l'OTAN et son rôle dans la crise actuelle, Vladimir Poutine a souligné que les Etats-Unis et leurs alliés avaient «besoin de conflits pour maintenir leur hégémonie». Et de poursuivre : «C'est pour cette raison qu'ils ont préparé le peuple ukrainien à servir de chair à canon dans un projet anti-Russie».
Accusant la partie occidentale d'avoir fermé les yeux sur les «massacres des populations du Donbass» et la diffusion de l'idéologie nazie en Ukraine, Vladimir Poutine a souligné : «Pour cette raison, nous avons lancé une opération spéciale en Ukraine conformément à la charte de l'ONU [afin de garantir] la sécurité des populations de la Russie et du Donbass».
Le président russe a ensuite souligné que l'Occident agitait «le potentiel de conflits dans le Caucase, en Asie, en Afrique [pour] jeter de l'huile sur le feu», prenant pour l'exemple la récente visite de la présidente de la Chambre des représentants des Etats-Unis Nancy Pelosi à Taïwan, au grand dam de Pékin. Pour Vladimir Poutine, cette «provocation planifiée» montre, parmi d'autres exemples, que les «élites mondialisées occidentales» cherchent à «détourner l'attention» de leurs propres populations de leurs problèmes, et du mode de développement choisi par certains pays dont la Chine, note Russia Today. Face à cette situation, le dirigeant russe a promis : «La Russie soutiendra toutes les initiatives [allant dans le sens d'un renforcement de la multipolarité dans le monde] en renforçant les structures de sécurité et les forces armées».
Promettant de défendre les intérêts nationaux russes mais aussi «les intérêts [des alliés de Moscou] et les droits de tous les peuples et de toutes les cultures dans leur diversité», Vladimir Poutine a appelé à revenir au «respect du droit international» et de ses «principes universels validés par tous les pays et par la charte de l'ONU». Il a par ailleurs qualifié le Conseil de sécurité et l'Assemblée générale de l'ONU d'«instruments pour réduire les tensions dans le monde et éviter les conflits, contribuer à la sécurité et développement des pays». Des instruments utiles donc, selon Vladimir Poutine qui espère néanmoins en développer d'autres dans le cadre de la transition vers un monde multipolaire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.