Neutralité écornée    Alger: Trois militants du FFS arrêtés    Importation des véhicules en CKD: Une facture de près de 3 milliards de dollars    Pétrole: Entre optimisme et mise en garde    Trump prix Nobel de la paix et celui de la veulerie à Abe    Dites : «à bas Israël» et vous irez en prison    Football - Ligue 2: Une flopée de matches décisifs    MC Alger: Kaci-Saïd et Amrouch accusent les joueurs    Division nationale amateur - Est: Le MOC et le CRBOD en arbitres    Ali Mendjeli: Un bébé de 14 mois tué par le monoxyde de carbone    Lutte contre l'habitat précaire: Réception de plus de 3.500 nouveaux logements, fin 2019, à Misserghine    Ils seront installés le mois d'avril prochain pour la gestion des plages: Un administrateur et deux élus, dans chaque commune côtière    Le NAHD et l'USMAn s'imposent    La balle dans le camp des actionnaires    L'Histoire des peuples ne se falsifie pas    Session de formation au profit d'officiers de la police mauritanienne    Ligue des champions    Ouyahia appelle à la mobilisation pour la réélection du Président Bouteflika    Sonelgaz parvient à réduire sa dette à 60 milliards de dinars    François Regis-Legrier : «La bataille d'Hajin était une défaite stratégique»    Partenariat dans les domaines des ports secs et des produits «halal»    L'ouverture à l'extérieur de l'université algérienne est inéluctable    Ce qui s'est réellement passé devant l'APC    Les tueurs d'un gardien de troupeau arrêtés    11e Festival national des arts et de la créativité    Le taux de raccordement en eau potable a atteint 99,37 %    Célébration du centenaire du défunt Farid Ali    Prochaine création d'un orchestre amazigh    Salon national de la photographie à Aïn Témouchent    Partenaire de la Fédération Algérienne d'Escrime : Ooredoo accompagne l'équipe nationale dans la Coupe du monde de Sabre féminin-junior    L'armée renouvelle son soutien au président maduro    Sommet tripartite sur la Syrie : "Nous nous rapprochons de plus en plus du règlement du conflit"    Bedoui depuis Djelfa : "L'avenir de l'Algérie n'est pas tributaire d'un rendez-vous électoral"    À Bechar : La problématique d'eau potable en voie de résolution    Réunion des partis de l'opposition    Deux suspects arrêtés    Amara Benyounes victime d'une "fake news"    Journée technique sur la modernisation des banques : Les financements bancaires devraient s'orienter davantage vers les PME    Afrique/Europe : Feghouli et Bennacer retenus dans le onze type africain de la semaine    Karl Lagerfeld tire sa révérence Virginie Viard succède au "Kaiser" chez Chanel    Rencontre Benghabrit-syndicats.. Une voie «sans issue»    Il dit pouvoir diriger des missiles en direction de l'Amérique.. Poutine met en garde Washington    Trafic de stupéfiants.. Plusieurs individus sous les verrous    Rachid Mokhtari publie La Guerre d'Algérie dans le roman français    L'Orchestre symphonique de la ville d'Oran donne son premier concert    L'éclipse    Les acquis enregistrés grâce à l'unité et la détermination du peuple sahraoui    Projection de "Maintenant, ils peuvent venir"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un peuple en papier
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 14 - 11 - 2013

Faut-il croire Belaïz quand il promet la mort programmée de la bureaucratie ou l'écouter, sourire d'un sourire las de celui qui en a entendu d'autres, hocher la tête et attendre les promesses d'un nouveau ministre de l'Intérieur qui viendra avec un nouveau programme pour nous sauver du tsunami administratif. Ce qu'a dit Belaïz sur comment en finir avec les tonnes de documents exigées pour n'importe quel dossier administratif est réconfortant, bienvenu et une porte entrouverte sur le 21ème siècle. La réponse du ministre est bonnement basique, logique en décidant de simplifier les procédures administratives par l'annulation de près de 50% des documents demandés.
En décidant cela, il n'a rien inventé, ni procédures révolutionnaires, ni restructuration en profondeur de l'Administration. Il n'a recruté ni super génies de la paperasse, ni une équipe de tueurs à gages de la bureaucratie. Il a tout simplement décidé de faire passer le bon sens et la logique au détriment de cette volonté de certains Algériens à pourrir, gratuitement et pour le fun, le quotidien de tous les Algériens. Où l'on va, à n'importe quelle porte où on frappe, à tous les guichets où on est obligés de courber l'échine pour « déranger » un préposé dans sa sieste ou dans ses discussions oiseuses avec la voisine d'à côté, à la mairie, à la daïra, à la wilaya, pour un passeport, une carte d'identité, une résidence, l'Algérien est confronté à une montagne de papiers. Et l'Everest ou l'Annapurna, à côté, sont de simples monts à escalader. Si les promesses ministérielles sont suivies d'effets sur le terrain, la question qui se pose est pourquoi avoir autant attendu pour rendre au citoyen lambda sa dignité ? La solution est là, présente, accessible, facile et plus économique mais on a préféré laisser l'Algérien se noyer dans un océan de paperasse juste pour le plaisir sadique de le voir péter les plombs, poussant une brouette de documents à fournir, et passer son temps entre extrait de naissance, fiche familiale, un casier judiciaire ou une nationalité. En Europe et dans le reste du monde civilisé, il n'est besoin parfois que d'un seul numéro d'identification qui vous suit toute votre vie. En Algérie, on a besoin d'un papier pour justifier qu'on existe, d'un autre qu'on n'est pas encore mort, de trois autres pour justifier de son statut d'autochtone, de 15 documents pour voyager, de 60 pour créer son entreprise, de mille papiers pour éternuer, voter, marcher dans la rue, avoir une petite amie, et courir nu sur la plage. Pour peu que les administrés retrouvent un semblant de dignité volée par ceux qui font l'Administration, il leur restera assez de temps pour se consacrer à retrouver un civisme qui lui ne doit rien à du papier.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.