Les universitaires haussent le ton    Tabbou fidèle à ses positions    Ould Abbès et Barkat dans le collimateur de la justice    Présidence : Mouvement partiel dans le corps des walis et des walis délégués    Transition politique : On avance à tatons    Exigence logique et sensée    Les travailleurs de Cevital ont marché à Béjaïa    Huawei lance le 2ème smartphone assemblé en Algérie    L'Algérie va connaître ses ambassadeurs au VivaTechnology    Avec Eataly : Les Galeries Lafayette visent une nouvelle attractivité    Révolution monétaire ? : 48 ans après la fin de Bretton Woods, l'or continue son come-back    Bulgarie : "Sans le Turkish Stream, les livraisons de gaz seraient remises en cause"    Soudan: La contestation suspend les discussions avec le Conseil militaire    Libye : Le chef de la diplomatie tunisienne évoque avec un responsable de l'ONU des alternatives de sortie de crise    Les armées des pays du lac Tchad intensifient leurs actions    Washington prêt à sanctionner ses alliés    Les rebelles disent frapper des cibles "stratégiques" en Arabie    Palestine: Soutien financier de la Ligue arabe face aux mesures de rétorsion d'Israël    Fédération algérienne de tir sportif : Abdrezzak Lazreg élu nouveau président    Belfodil dans l'équipe-type de la 30e journée    L'Algérie, cinquième plus chère sélection    41 athlètes algériens en stage    Amuniké sélectionneur de la Tanzanie : "Je n'ai peur d'aucune équipe"    Toujours déterminés    Une policière tuée dans son domicile    Effondrement d'un immeuble à la basse-Casbah : Ouverture d'une enquête après le décès de cinq (05) personnes    Ramadhan: Programme de sensibilisation pour la prévention des complications des maladies chroniques    "Seul l'avenir de l'Algérie nous importe"    Programme enfant    Hirak du 22 février: l'appel aux sociologues lancé    Rebrab placé sous mandat de dépôt    Une centaine de produits exclus du DAPS    Gaid Salah charge les boycotteurs    Pagaille au FLN    L'onda avoue son impuissance    Casbah (Alger).. La 25e opération de relogement en préparation    Msila.. Psychotropes saisis    Lutte pour le maintien.. Huit clubs pour trois places en enfer    Sri Lanka.. Daech revendique les attaques    72e festival du cinéma de Cannes.. Abou Leila en compétition à la Semaine de la critique    Festival d'Annaba du film méditerranéen.. La 4e édition reportée    MASCARA : Une femme arrêtée pour escroquerie    Salamé insiste sur le «processus politique de facilitation de l'ONU»    L'entraîneur Cavalli s'en lave les mains    Un documentaire en cours de réalisation    Barça : Repos forcé pour Rakitic    Les exclus cadenassent le siège de la daïra    …sortir…sortir…sortir…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un peuple en papier
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 14 - 11 - 2013

Faut-il croire Belaïz quand il promet la mort programmée de la bureaucratie ou l'écouter, sourire d'un sourire las de celui qui en a entendu d'autres, hocher la tête et attendre les promesses d'un nouveau ministre de l'Intérieur qui viendra avec un nouveau programme pour nous sauver du tsunami administratif. Ce qu'a dit Belaïz sur comment en finir avec les tonnes de documents exigées pour n'importe quel dossier administratif est réconfortant, bienvenu et une porte entrouverte sur le 21ème siècle. La réponse du ministre est bonnement basique, logique en décidant de simplifier les procédures administratives par l'annulation de près de 50% des documents demandés.
En décidant cela, il n'a rien inventé, ni procédures révolutionnaires, ni restructuration en profondeur de l'Administration. Il n'a recruté ni super génies de la paperasse, ni une équipe de tueurs à gages de la bureaucratie. Il a tout simplement décidé de faire passer le bon sens et la logique au détriment de cette volonté de certains Algériens à pourrir, gratuitement et pour le fun, le quotidien de tous les Algériens. Où l'on va, à n'importe quelle porte où on frappe, à tous les guichets où on est obligés de courber l'échine pour « déranger » un préposé dans sa sieste ou dans ses discussions oiseuses avec la voisine d'à côté, à la mairie, à la daïra, à la wilaya, pour un passeport, une carte d'identité, une résidence, l'Algérien est confronté à une montagne de papiers. Et l'Everest ou l'Annapurna, à côté, sont de simples monts à escalader. Si les promesses ministérielles sont suivies d'effets sur le terrain, la question qui se pose est pourquoi avoir autant attendu pour rendre au citoyen lambda sa dignité ? La solution est là, présente, accessible, facile et plus économique mais on a préféré laisser l'Algérien se noyer dans un océan de paperasse juste pour le plaisir sadique de le voir péter les plombs, poussant une brouette de documents à fournir, et passer son temps entre extrait de naissance, fiche familiale, un casier judiciaire ou une nationalité. En Europe et dans le reste du monde civilisé, il n'est besoin parfois que d'un seul numéro d'identification qui vous suit toute votre vie. En Algérie, on a besoin d'un papier pour justifier qu'on existe, d'un autre qu'on n'est pas encore mort, de trois autres pour justifier de son statut d'autochtone, de 15 documents pour voyager, de 60 pour créer son entreprise, de mille papiers pour éternuer, voter, marcher dans la rue, avoir une petite amie, et courir nu sur la plage. Pour peu que les administrés retrouvent un semblant de dignité volée par ceux qui font l'Administration, il leur restera assez de temps pour se consacrer à retrouver un civisme qui lui ne doit rien à du papier.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.