Brèves    On vous le dit    Coupe d'Algérie : CSC–MCO, nouvelle programmation    Coupe arabe des clubs. Al-Merreikh – MCA : Mission difficile pour le Doyen à Omdurman    LFP – sanctions : Huis clos pour le MOB, un an pour Harkabi    Chambre de commerce : Une délégation américaine en visite à Oran    La sûreté de wilaya dresse son bilan : 12 réseaux de passeurs démantelés en 2018    Brèves    Papa au royaume d'Œdipe    Patrimoine : Pour une Casbah bâtie par ses habitants    Association Sirius : Grand concours Cirta science 11    Un show diplomatique raté    L'Intersyndicale renoue avec la protesta: Grève les 26 et 27 février à l‘Education    El-Tarf: Deux morts dans des accidents de la route    Coupe d'Algérie: La double confrontation CRB - NAHD au 5-Juillet    Bilan financier 2018: Ooredoo Algérie compte 13,8 millions d'abonnés    Le ministre du Travail l'affirme: Plus d'un demi million de nouveaux chômeurs diplômés chaque année    Tlemcen - Kamel Daoud : «Il faut encourager la lecture»    Sept médailles dont 3 en or pour l'Algérie    Forfait de trois équipes    Des victoires qui font du bien et des défaites qui font mal    59ème anniversaire des essais nucléaires français en Algérie    Le comité central tranchera prochainement la participation du parti ou non à la présidentielle    Le réseau internet exposé aux attaques de l'exterieur du pays    Des avions français bombardent des civils à l'extrême Est    Trois éléments de soutien aux terroristes arrêtés à Oran et des armes saisies à Skikda    Deux terroristes se font exploser à Sidi Bouzid    Plus de 100 000 bébés meurent annuellement en raison des guerres    Une délégation d'hommes d'affaires américains visite les unités du groupe Condor    Réalisation de plus de 190 km de câble fibre optique en 2018    «Les Yeux de Mansour» de Ryad Girod    Générale de Saha l'artiste    Manselkouch.. Manselkouch en ouverture    La dette publique des USA bat un nouveau record: en quoi Trump est-il différent d'Obama?    Bourses : L'Europe a bon espoir d'une résolution du conflit Chine-US    Formation professionnelle à Alger: Plus de 17 500 nouvelles places pédagogiques pour la session de février 2019    Un policier décède à Constantine    Accord de pêche Maroc-UE : Le Tribunal européen ordonne à l'UE de respecter le droit international    Cameroun : L'opposant Maurice Kamto et ses partisans inculpés    Europa League : Chelsea et Naples gagnent à l'extérieur en 16e aller    "Les masques sont tombés" : Moscou répond au journaliste de la BBC sur "l'attaque" à Douma    Abdelkader Kara Bouhadba installé dans ses nouvelles fonctions    Sellal dévoile les grandes lignes    5ème Région militaire : Gaid Salah inspecte des unités et inaugure un dépôt régional de carburant    Pour une "meilleure" prise en charge médicale : Vers la révision de la loi relative au moudjahid et au chahid    Il répond aux critiques soulevées par la candidature de Bouteflika.. Sellal contre-attaque    Lutte antiterroriste.. Deux caches d'armes détruites    Constitution 1, 2, 3, et encore…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le cosmos est un selfie sans visage
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 07 - 10 - 2014

Le selfie. Sujet de polémique, selon certains, dans les champs de Dieu. Peut- on se prendre en photo, souriant ou ébaubi ou extasié, à la Mecque ? Oui, parce que cela ne nuit à personne. Non, parce que le pèlerinage est un acte solennel où l'homme s'efface près de Dieu au lieu de prendre la pose à ses côtés. Donc sans réponse, comme toutes les autres questions que se posent les musulmans face aux temps modernes. Au plus profond, le sujet intrigue le chroniqueur. Souvenirs des lectures des grands mystiques, qui ont tant pesé sur sa vie : El Junayd, Al Jili et sa fabuleuse métaphysique de l'homme totale. Et les grandes gnoses musulmanes où le monde est expliqué comme un message de Dieu : je suis un trésor caché destiné à être découvert. Théorie de la vie comme quête et du monde comme labyrinthe. Le cosmos serait donc, selon ces anciennes traditions, un selfie sans visage d'un Dieu sans trace sauf dans les cœurs ou les sangs ou les livres. Créer est se refléter. Le monde est un miroir sans teint. Un feu et des ténèbres selon les mazdéens. Selon Suhrawardi le génial perse, le cosmos est un acte de réflexion presque infini, se dégradant du premier être, la niche des lumières, jusqu'au visage de la beauté humaine, raffiné comme une paupière de femme. La grande architecture des anges serait une sorte de selfie qui irait en se déclinant d'une règne à l'autre, de la Source ultime et jusqu'au feu d'allumette.
Passons, le sujet reste fascinant même vu hors philosophie. Le visage, le corps de l'humain est interdit dans le monde de l'islam. Du moins, c'est ce que l'on veut croire et imposer. Sculpter, c'est «imiter», ce qui est dessiné est à blasphémer. Le Un ne se démultiplie pas. Absolument. Et un selfie ? C'est un champ blanc, le bug du système binaire hallal/haram. La Mecque est un lieu saint mais aussi un lieu juteux pour les Al Saoud. Cela rapporte de l'argent. C'est du tourisme confessionnel. Vécu comme une ascension par le pèlerin, et comme une affaire par ce Royaume.
On peut donc y prier mais aussi prendre des photos. Le selfie est un acte blanc. Ni hallal, ni haram. On peut se prendre en photo, cela voudra dire l'envie de partager un moment unique. Ou se l'interdire, car cet espace est destiné à effacer l'homme au profit d'une exclamation ou d'une prière verticale et nue de la chair. Peut-on photographier une prière ? Ou regarder une extase ?
Vieille piste : le selfie est le premier acte d'art de l'homme : de la préhistoire, au fond des grottes et jusqu'aux grandes statues des empereurs antiques. Du rupestre au numérique. Le sphinx est un selfie cassé. Le nuage est un selfie de désœuvré. Selon les chrétiens, l'homme est un selfie de Dieu dans le laps de la mortalité et de la douleur. Satan est un selfie du feu dans notre tradition. Narcisse est le premier selfie raconté et l'astrologie est un selfie de tous, projeté sur le ciel de personne.
Sans fin. Tout est reflets ou échos. Sauf la mort qui ne peut se prendre en selfie, sans en mourir définitivement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.