Real Madrid: Benzema, un record de la tête en 2019    Vent de contestation au groupe média d'Ali Haddad    Man United : Pour Mourinho, son limogeage était mérité    Le bilan s'élève à près de 200 victimes    Les magistrats confirment et dénoncent    Le temps des incertitudes    Les travailleurs exigent le versement de leurs salaires    Un Plan national climat pour bientôt    Des partis et des personnalités soutiennent Kaïs Saïed    L'Iran plaide pour un projet régional de sécurité    L'armée envoie des renforts à proximité du plateau du Golan    Affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Suez    Début de la révision des listes électorales    Une nouvelle marche populaire pour la libération des détenus à Chemini    Résultats    Bien négocier la manche aller    Batelli critique le rendement des joueurs    Ce que risque Sofiane Bouchar    Le niet de Benbitour    Plus de 16 500 étudiants affiliés    Interception de 9 harragas    Le policier à l'origine de l'accident mortel à Oued R'hiou écroué    Les syndicats chez le ministre    Un espace pour préserver l'histoire de cette expression populaire    "Trésor humain vivant" du Sénégal    Blonde ou brune ?    Tinder lance une série interactive qui influencera les rencontres proposées à l'utilisateur    Réception de plusieurs équipements au 1er trimestre 2020    Le procès renvoyé au 29 septembre    Tribunal militaire de Blida : Un procès sur fond d'interrogations    Affaire Kamel Chikhi : Report du procès au 6 octobre prochain    «La classe politique et les personnalités doivent se positionner avec le peuple»    On adopte la règle du pollueur payeur    MO Béjaïa : Nechma remplace Bouzidi    JS Kabylie : Enchaîner par une troisième victoire face au CRB    La langue de Molière ou la langue de Shakespeare : «Is that ‘‘la question'' ?»    Aït Ferrach (Bouzeguène) : Un mémorial de chouhada en chantier    Aïn Defla : Abdelkader Chaterbache, un artisan au service de l'éducation    El-Tarf: Des transporteurs bloquent l'accès d'une base de vie chinoise    GALETTE ET PETIT-LAIT    La future coalition en Israël : blanc bonnet et bonnet blanc    Pommades cancérigènes: Les précisions du SNAPO    Le spleen du professeur avant la retraite    Le ministère s'explique    Les victimes protestent et réclament leur argent    Téhéran met une nouvelle fois en garde contre une attaque    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Crises monétaires USA-Europe: Les transferts monétaires massifs aux pays arabes, un double moteur pour la «relance» de l'économie mondiale (1ère partie)
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 25 - 06 - 2018

Comme il a été écrit dans l'analyse précédente, l'économie se lit presque à livre ouvert, mais on ne veut pas qu'elle se lise à livre ouvert. Pourquoi ? Parce qu'il y a de gros intérêts en jeu. Qu'elle concerne un pays ou l'ensemble des pays du monde, ce sont les mêmes rouages sauf que les forces changent parce qu'elles concernent l'ensemble des pays du monde.
Prenons «la période qui a duré de 1945 aux années 1970, les «Trente Glorieuses». [...] on avait énuméré quatre facteurs qui ont expliqué cette période faste.
1. Les destructions et les morts d'hommes du deuxième conflit mondial sont sans commune mesure avec ce qui a prévalu au premier conflit. Le plan Marshall américain. Une décennie aux pays d'Europe pour se reconstruire. Une aide massive américaine au Japon dictée par l'avènement de la Chine communiste en 1949 et la guerre de Corée (1950-1953). Le Japon, devenant un allié de première importance pour les Etats-Unis en Asie, devait aussi être reconstruit et son économie modernisée.
2. Le deuxième facteur vient de ce nouveau débouché que représentent les pays décolonisés, que l'on a appelés le «tiers-monde» -cette appellation aujourd'hui est pratiquement abandonnée, puisque de leur sein de grandes puissances économiques ont émergé. Et ce tiers-monde qui a eu une grande part dans le «réajustement» de l'absorption à la «production de masse», explique aussi pourquoi il n'y a pas eu de crise économique grave à l'instar de celle de 1929. Une crise qui a fait une hécatombe sur le plan de l'emploi dans le monde, et a mené à la Deuxième Guerre mondiale.
3. Le troisième facteur fut le complexe militaro-industriel.
Une course de l'armement et dans l'espace s'est opérée entre les deux grands, l'Union soviétique et les Etats-Unis, qui se sont constitués en deux blocs, occidental et communiste, adverses.
4. Le quatrième facteur, c'est l'antagonisme idéologique entre les deux blocs, la «guerre froide». L'arme nucléaire empêchant toute confrontation entre les deux grandes puissances, les guerres se sont déplacées dans les pays nouvellement indépendants, devenus un enjeu entre les deux tenants de l'ordre mondial. Le troisième et quatrième facteur ont fortement tiré l'économie mondiale par les dépenses d'armements et des guerres.» (1)
Le droit de seigneuriage du dollar américain sur le reste du monde partagé, à partir de 1958, avec les monnaies européennes
On avait vu que les balances commerciales des Etats-Unis et des pays d'Europe qui s'équilibraient exactement étaient «négatives» pour l'Europe en pleine reconstruction, et ne pouvaient que différer plus longtemps l'intégration «complète» de l'Europe sur le marché mondial. En effet, pour comprendre, on sait que la balance commerciale d'un pays est la différence entre la valeur des exportations et des importations de biens et services à partir des valeurs douanières. On avait énoncé aussi que si les soldes des balances commerciales entre ces deux grands pôles économiques étaient nulles, l'équation des échanges économiques qui les lie était aussi nulle ? Pourquoi ? La réponse vient d'elle-même. Puisque le système monétaire international est basé sur le dollar-or, celui-ci étant convertible sur un poids d'or fixe, 35 dollars l'once, et si le processus des échanges est à «somme nulle», toutes les importations américaines seraient équilibrées par des exportations américaines. Ce qui signifie qu'une sortie d'une masse donnée de dollars pour les importations va être compensée par le retour aux Etats-Unis, par les exportations, de la même masse de dollars qui est sortie. De même pour les pays d'Europe qui vont voir la masse de leurs monnaies converties en dollars sorties pour le règlement de leurs importations en provenance des Etats-Unis leur revenir par les exportations vers ce même pays. Donc, c'est bien un jeu économique Etats-Unis-pays d'Europe à «somme nulle», mais «non positif» pour l'Europe. On avait dit qu'il est «négatif». Pourquoi ? Ce strict équilibre dans les balances commerciales des deux pôles va affecter la situation monétaire de l'Europe. Certes, les pays d'Europe ont des transactions commerciales avec les pays du reste du monde, mais des balances commerciales équilibrées avec les Etats-Unis ne feront que différer plus longtemps la convertibilité commerciale de leurs monnaies, et donc leur intégration dans le commerce mondial et la reprise de leurs parts de marché avec les pays du reste du monde, y compris avec les Etats-Unis.
Le seul moyen économique qui apparaissait pour accélérer ce processus, et opérer la convertibilité des monnaies européennes résidait dans l'accord des Etats-Unis d'«accepter d'avoir des balances commerciales déficitaires». Par ce moyen, les pays d'Europe, disposant d'excédents commerciaux, pourront alors «accumuler» des dollars et une grande partie de l'or du temps où le dollar était convertible en or, ce qui se ferait au détriment de la puissance américaine. Précisément, ces masses de dollars et les stocks d'or-métal accumulés par chaque pays d'Europe, en particulier les anciennes puissances industrielles, à savoir le Royaume-Uni, la France et la République fédérale allemande, vont leur permettre d'accélérer la convertibilité de leurs monnaies. Puisque ces dollars qui ont, sur le plan quantitatif et qualitatif, la même valeur-or (dollar gold standard), plus les stocks d'or constitueront les paniers d'or et de dollars sur lesquels viendront s'adosser leurs monnaies. Donc, en quantité suffisante, d'une part, et de leurs performances commerciales en reprise de parts de marché dans le monde, d'autre part, ces masses monétaires permettront aux pays d'Europe d'opérer la convertibilité commerciale de leurs monnaies. C'est ce qui s'est passé en 1958, la plupart des pays d'Europe ont commencé à rendre convertibles leurs monnaies sur les marchés monétaires internationaux, et leurs monnaies à jouer aussi en monnaie de réserve dans les banques centrales des pays du reste du monde (Afrique, Asie, Amérique du Sud...). La convertibilité de leurs monnaies retrouvée, les pays d'Europe partagent de nouveau le «droit de seigneuriage» du dollar US (monnaie-centre du système Bretton Woods) sur le reste du monde. Ces pays s'érigent en même temps en concurrent à la puissance américaine.
Une précision néanmoins, les Etats-Unis n'avaient pas à accepter ou à refuser d'avoir des déficits extérieurs avec l'Europe pour la simple raison qu'engagés dans des guerres (guerre de Corée, Vietnam, Proche-Orient, Afrique, Amérique du Sud...), dans la course aux armements et la conquête spatiale avec l'URSS, les aides aux pays alliés, dans le cadre de la guerre froide, les dépenses ne pouvaient que se traduire en déficits pour la balance des paiements américaine, et ce durant des années. Bien évidemment, à la fin des années 1960, les relations commerciales, financières et monétaires se sont détériorées au point qu'elles ont provoqué une remise en cause du statut du dollar dans le commerce international. Les pays d'Europe reprochaient aux Etats-Unis un recours excessif à la «planche à billet» pour le financement de leurs déficits extérieurs. Au temps où la guerre menée par les Etats-Unis au Vietnam était à son sommet.
Traité de Rome : un Marché commun européen à Six
Avant même la convertibilité des monnaies européennes, faut-il rappeler, les sages de l'Europe avaient commencé à unifier cette Europe «désintégrée» par les guerres jusqu'à ces dernières -deux guerres mondiales- qui ont changé la face du monde. Des raisons donc politiques, économiques, et surtout historiques qui ont amené l'Europe à cette situation, et poussé à son unification, dont le plus important des traités post-guerre a été la création de la «Communauté économique européenne». C'est le «Traité de Rome», signé le 25 mars 1957, à Rome, qui instaure le «Marché commun européen à Six» : l'Allemagne de l'Ouest, la France, la Belgique, l'Italie, le Luxembourg, les Pays-Bas. Deux autres traités furent signés le même jour : l'Euratom et la Communauté européenne de l'énergie atomique (CEEA).
Le Traité de Rome a permis à renforcer la cohésion et la stabilité de ces six pays. Il était évident que la situation économique de ces pays n'était pas comparable (compétitivité et tissu industriel). Il y avait nécessité pour les six pays de coordonner leurs politiques économiques, harmoniser les régimes fiscaux, renforcer les instances politiques et collaborer en matière monétaire. Ces points d'une grande importance pour les dirigeants européens devaient contribuer pour asseoir une Europe unie et pacifique. Retenons deux articles très important du Traité de Rome -articles 104 et 105, balance des paiements (chapitre 2) -qui traitent des questions monétaires de l'union douanière :
- «Article 104 : Chaque Etat membre pratique la politique économique nécessaire en vue d'assurer l'équilibre de sa balance globale des paiements et de maintenir la confiance dans sa monnaie, tout en veillant à assurer un haut degré d'emploi et la stabilité du niveau des prix.
- Article 105 :
1. En vue de faciliter la réalisation des objectifs énoncés dans l'article 104, les Etats membres coordonnent leurs politiques économiques. Ils instituent à cet effet une collaboration entre les services compétents de leurs administrations et entre leurs banques centrales.
La Commission présente au Conseil des recommandations pour la mise en œuvre de cette collaboration.
2. En vue de promouvoir la coordination des politiques des Etats membres en matière monétaire dans toute la mesure nécessaire au fonctionnement du marché commun, il est institué un Comité monétaire de caractère consultatif, qui a pour mission :
- de suivre la situation monétaire et financière des Etats membres et de la Communauté, ainsi que le régime général des paiements des Etats membres et de faire rapport régulièrement au Conseil et à la Commission à ce sujet,
- de formuler des avis, soit à la requête du Conseil ou de la Commission, soit de sa propre initiative, à l'intention de ces institutions.
Les Etats membres et la Commission nomment chacun deux membres du Comité monétaire» (2)
Ces deux articles montrent l'importance des politiques économiques communautaires et des organes institués pour assurer la stabilité monétaire, et donc du niveau des prix afin d'éviter de fausser au sein de l'union douanière les conditions de concurrence entre les Six par des dévaluations excessives. Comme seule la politique commerciale relève de la Communauté européenne, les politiques économique, fiscale, monétaire, régionale étant du ressort des Etats, le problème va forcément se poser en termes de compétitivité dans les échanges entre les membres qui provoquera des dévaluations monétaires. Précisément le traité de Rome cherche à éviter les dévaluations monétaires compétitives, comme cela s'est passé dans les années 1930 provoquant la constitution de blocs monétaires puis à la fin ont mené à la guerre. L'objectif était d'harmoniser les politiques économiques des Etats membres au sein de l'union douanière.
A suivre
* Auteur et chercheur spécialisé en économie mondiale, relations internationales et prospective. www.sens-du-monde.com
Notes :
1. «Crises monétaires intra-occidentales et importance des déficits américains. Une partie de l'histoire du monde se clôt ?» Troisième partie. Par Medjdoub Hamed. Le 11 juin 2018
https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/crises-monetaires-intra-205061
2. «Traités de Rome, 25 mars 1957» Troisième partie : La politique de la Communauté. Titre II : La politique économique. Chapitre 2 : La balance des paiements
http://mjp.univ-perp.fr/europe/1957rome3.htm
3. «Nixon et la fin de la convertibilité du dollar en or», par Numismatique en ligne. Le 15/08/2011
http://www.sacra-moneta.com/Crise-financiere/Nixon-et-la-fin-de-la-convertibilite-du-dollar-en-or.html


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.