«Dilapidation de deniers publics et privilèges indus»: Ouyahia et Loukal convoqués par la justice    Rassemblement devant le tribunal de Sidi M'hamed    Le tribunal des chimères ?    Handball - Coupe d'Algérie - Demi-finales: Le détenteur du trophée éliminé    Football - Ligue 1: La JSK met la pression sur l'USMA, le MCO dans la tourmente    NC Magra: Le président Benaceur toujours optimiste    Ils rejettent la présidentielle: Marche nationale des Syndicats autonomes le 1er mai    Adrar: 3 morts et 4 blessés dans une collision    Skikda: Une policière assassinée dans son domicile    20 ans de monnaie unique dans l'UE: "L'euro, tel qu'il est aujourd'hui, n'est pas stable"    Huawei va déployer la 5G durant la CAN-2019    La Badr refuse-t-elle de payer les retraités de France?    Après la mort d'une journaliste : Arrestations et appel au calme en Irlande du Nord    Daesh revendique l'attaque meurtrière contre un ministère    4 assaillants tués en attaquant un QG de la sécurité    L'Algérie fer de lance de Seat dans le monde    Conseil de la Ligue arabe : M. Sabri Boukadoum participe à la réunion consacrée à la question palestinienne    Dilapidation de deniers publics : Ahmed Ouyahia face à la justice    Le général Bouazza nommé à la tête de la DSI    Le MPA en appelle à l'armée    28e journée de la Ligue 2 : Statu quo en tête, l'USMH n'est plus relégable    Grève contre le retour du directeur    L'OMA en quête de financement    C'est déjà plié pour Rivaldo    Le revers de trop    Les bus de l'Etub ne circulent plus    Les réfrigérateurs Slimmed Down de LG : Plus minces et aliments plus frais    Quinze wilayas sont concernées    Des enfants à sauver    4 kg de kif saisis et 4 individus arrêtés    Spécialiste de l'Algérie : L'historienne Annie-Rey Goldzeiguer, tire sa révérence    13 réalisatrices au festival de Cannes 2019    Tamazight prochainement disponible sur Google traduction    De nouvelles salles de cinéma pour le Ramadhan    La date fixée au 21 juin    Feu vert officiel pour la mise en service    Session extraordinaire le 4 mai    Ould Abbes dans de mauvais draps    Tizi Ouzou.. Les routes de tous les dangers    207 morts dans les attaques terroristes.. Massacre au Sri Lanka    Grippe saisonnière.. Net recul cette année    Mois du patrimoine.. Un riche programme    Algérie-Mali, le 16 juin à Abu Dhabi    Début du référendum constitutionnel en Egypte    La progression féconde    …sortir…sortir…sortir…    «Le prix payé pour tamazight a été exorbitant»    Forte explosion et tirs dans le centre de Kaboul    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Paranoïa
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 18 - 08 - 2018

La paranoïa des Etats-Unis vis-à-vis des autres Etats nucléaires, autrement dit la Russie et la Chine, ou accessoirement l'Iran qui a nié en vain posséder cette redoutable arme de destruction massive, n'a plus de limites. Comme le locataire de la Maison Blanche, fantasque et absolument imprévisible dans ses positions politiques comme dans ses postures diplomatiques, pousse ses alliés traditionnels, dont l'Union européenne, à la défensive, les rapports de force dans le monde sont en train de s'inverser, sinon à produire de nouvelles zones de tensions, de conflits. Pas seulement militaires, stratégiques.
Après avoir usé et abusé de menaces de toutes sortes, autant militaires qu'économiques et financières, Washington a dépassé un nouveau seuil dans sa paranoïa guerrière et un palier dangereux dans sa façon de traiter les nations qu'elle a toujours considérées, en dépit du bon sens et de la bienséance diplomatique, avec ce rapport désastreux et belliqueux sur une incroyable volonté de Pékin d'attaquer des cibles américaines ou celles de ses alliés. Dans son ‘'Rapport annuel sur les développements militaires et sécuritaires impliquant la République populaire de Chine'', le Pentagone établit de fait que la Chine forme ses ‘'forces armées à attaquer les Etats-Unis et leurs alliés''. Une affirmation qui s'ajoute aux nombreuses attaques directes des Etats-Unis, avec l'arrivée de Trump, contre certains Etats dont la Russie, l'Iran, la Turquie et surtout des menaces de sanctions économiques, y compris l'UE, contre tous ceux qui ne respecteraient pas cette dangereuse politique diplomatique et militaire de Washington, qui est en train de rompre un fragile équilibre des forces construit et consolidé depuis Clinton et Gorbatchev entre l'Est et l'Ouest. Jusqu'à fédérer actuellement autant les pays de l'UE, dont la France, l'Allemagne et la Grande-Bretagne, qui ne veulent pas céder à la politique du chantage économique et de la menace militaire, avec la Turquie, la Russie et l'Iran.
Un conglomérat de nations que rien ne rassemble, si ce n'est leur ras-le-bol et leur refus d'abdiquer à la politique d'extermination massive des Etats et nations, déclarés dangereux pour les intérêts américains, sous des prétextes fallacieux, inspirés, emballés et envoyés par les services spéciaux sionistes. Croire ou faire croire que la Chine, devenue première économie mondiale, en passe de devenir une vraie puissance militaire, disposant d'un arsenal moderne, est une menace pour la sécurité des Etats-Unis, n'est pas nouveau. Mais la désigner comme un danger pour la sécurité de ses alliés, qui sont réduits à la portion congrue par une incongrue diplomatie, est diabolique. Comme l'est cette nouvelle configuration de la vision US des rapports de force dans le monde, qui est en train de détruire, pierre par pierre, aussi efficacement qu'un bombardement ciblé aux neutrons, une si fragile paix mondiale.
Le prochain sommet quadripartite d'Istanbul sur la Syrie, prévu avec la participation de la France, l'Allemagne, la Turquie et la Russie, dont s'est exclue de fait Washington, est une sorte de réplique qui se décline plutôt comme une fraîche indépendance politique et diplomatique de ses alliés de l'OTAN que comme une tentative des Français et Allemands de faire cavalier seul dans le règlement de la crise syrienne. Car même si la participation de l'Allemagne à ce sommet n'est pas encore acquise, il n'en demeure pas moins que les sanctions économiques américaines contre l'Iran n'ont pas été digérées par la chancelière allemande ni par l'Elysée, encore moins par la Grande-Bretagne, à un moment où les affaires avaient repris avec Téhéran. En peu de temps, Trump a fait braquer le monde contre lui.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.