Le peuple algérien n'arrive pas à trouver l'organisation et le mot d'ordre fédérateur    La semaine en bref…    Italie : Saipem condamnée pour corruption en Algérie    Boumerdès : des habitants s'opposent à un projet touristique    A Ouargla, les jeunes diplômés font annuler le concours de Sonatrach    Oran : Peine capitale à l'encontre du meurtrier de la petite Salsabil et son complice    Le PCF a boycotté le PAGS et continuait à inviter le FLN à sa place    C'est important d'avoir des partis maghrébins à la Fête de l'Humanité    Ligue des Champions : L'ESS croit en ses chances    JSK : Tout pour garder la première place    Championnat algérien : La Fifa enquête sur la corruption dans le football, selon BBC Arabic    La présidentielle 2019 au menu    Assises sociales ce samedi    350 travailleurs de l'ECT/SOPATI sans salaires depuis 14 mois    Dakar accueillera la cérémonie le 8 janvier 2019    Benalla, ex-collaborateur de Macron, s'explique devant le Sénat    Instruction ignorée    Le niet de Hasbellaoui    La Chine ne dévaluera «jamais» le yuan    Des sujets sensibles à l'ordre du jour    ACTUCULT    Tous ont combattu ! Qui a trahi ?    Ministres sortants, leur vie loin des ors de la République !    Ligue 2: Une aubaine pour l'ESM, le MCEE et l'USB    En perspective des Jeux méditerranéens de 2021: Plus de 1 milliard DA pour la réhabilitation des infrastructures sportives    Inter-régions: Les choses sérieuses commencent    Alger: Une nouvelle marche de retraités de l'ANP empêchée    Boomerang    Poutine a tempéré sa réaction pour mieux surprendre    Procès Salsabile à Oran: Peine capitale requise contre les deux accusés    Vers l'éradication du site de stockage de «la jumenterie»: Plus de 100 tonnes de déchets hospitaliers du CHUO traitées    Bousfer: 17 constructions et extensions démolies    Plaidoyer pour la paix et lettre ouverte à monsieur donald trump président des etats-unis    La gouvernance de l'Université en Algérie, propositions de réforme    Selon le DG de la CNAS: La carte Chifa ne remet pas en cause la gratuité des soins    Polémique sur la question de l'égalité dans l'héritage: Le RCD dénonce «le terrorisme intellectuel»    Quand une ville coule, c'est Dieu qui est responsable    L'événement Maurice Audin : Macron ouvre des brèches en Algérie    Eric Zemmour et sa philosophie du prenom gallicisé    Scandaleux !    Sidi Saïd a reçu Ould Abbès    La "France veut aider l'Algérie à sécuriser ses frontières"    Belmadi prépare déjà le Bénin    Premières tendances des élections législatives et locales    Pari difficile pour Benghabrit    Un policier tue deux personnes à Oran    Ould Kablia brise le silence    Sidi Saïd a reçu Ould Abbès    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Paranoïa
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 18 - 08 - 2018

La paranoïa des Etats-Unis vis-à-vis des autres Etats nucléaires, autrement dit la Russie et la Chine, ou accessoirement l'Iran qui a nié en vain posséder cette redoutable arme de destruction massive, n'a plus de limites. Comme le locataire de la Maison Blanche, fantasque et absolument imprévisible dans ses positions politiques comme dans ses postures diplomatiques, pousse ses alliés traditionnels, dont l'Union européenne, à la défensive, les rapports de force dans le monde sont en train de s'inverser, sinon à produire de nouvelles zones de tensions, de conflits. Pas seulement militaires, stratégiques.
Après avoir usé et abusé de menaces de toutes sortes, autant militaires qu'économiques et financières, Washington a dépassé un nouveau seuil dans sa paranoïa guerrière et un palier dangereux dans sa façon de traiter les nations qu'elle a toujours considérées, en dépit du bon sens et de la bienséance diplomatique, avec ce rapport désastreux et belliqueux sur une incroyable volonté de Pékin d'attaquer des cibles américaines ou celles de ses alliés. Dans son ‘'Rapport annuel sur les développements militaires et sécuritaires impliquant la République populaire de Chine'', le Pentagone établit de fait que la Chine forme ses ‘'forces armées à attaquer les Etats-Unis et leurs alliés''. Une affirmation qui s'ajoute aux nombreuses attaques directes des Etats-Unis, avec l'arrivée de Trump, contre certains Etats dont la Russie, l'Iran, la Turquie et surtout des menaces de sanctions économiques, y compris l'UE, contre tous ceux qui ne respecteraient pas cette dangereuse politique diplomatique et militaire de Washington, qui est en train de rompre un fragile équilibre des forces construit et consolidé depuis Clinton et Gorbatchev entre l'Est et l'Ouest. Jusqu'à fédérer actuellement autant les pays de l'UE, dont la France, l'Allemagne et la Grande-Bretagne, qui ne veulent pas céder à la politique du chantage économique et de la menace militaire, avec la Turquie, la Russie et l'Iran.
Un conglomérat de nations que rien ne rassemble, si ce n'est leur ras-le-bol et leur refus d'abdiquer à la politique d'extermination massive des Etats et nations, déclarés dangereux pour les intérêts américains, sous des prétextes fallacieux, inspirés, emballés et envoyés par les services spéciaux sionistes. Croire ou faire croire que la Chine, devenue première économie mondiale, en passe de devenir une vraie puissance militaire, disposant d'un arsenal moderne, est une menace pour la sécurité des Etats-Unis, n'est pas nouveau. Mais la désigner comme un danger pour la sécurité de ses alliés, qui sont réduits à la portion congrue par une incongrue diplomatie, est diabolique. Comme l'est cette nouvelle configuration de la vision US des rapports de force dans le monde, qui est en train de détruire, pierre par pierre, aussi efficacement qu'un bombardement ciblé aux neutrons, une si fragile paix mondiale.
Le prochain sommet quadripartite d'Istanbul sur la Syrie, prévu avec la participation de la France, l'Allemagne, la Turquie et la Russie, dont s'est exclue de fait Washington, est une sorte de réplique qui se décline plutôt comme une fraîche indépendance politique et diplomatique de ses alliés de l'OTAN que comme une tentative des Français et Allemands de faire cavalier seul dans le règlement de la crise syrienne. Car même si la participation de l'Allemagne à ce sommet n'est pas encore acquise, il n'en demeure pas moins que les sanctions économiques américaines contre l'Iran n'ont pas été digérées par la chancelière allemande ni par l'Elysée, encore moins par la Grande-Bretagne, à un moment où les affaires avaient repris avec Téhéran. En peu de temps, Trump a fait braquer le monde contre lui.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.