LE SILENCE TUE ENCORE PLUS LES ENFANTS YEMENITES    Renouvellement des membres du Conseil de la Nation : Le collège électoral convoqué pour le 29 décembre    Louisa Hanoune fustige les partisans de la «continuité»    Un élu de l'APW pour représenter le FLN    Ould-Abbès passe la main    La sous-traitance représente 10% de l'activité    Marchés pétroliers : La surabondance annonce-t-elle une mauvaise année ?    Un dialogue pour désamorcer la crise    La démission surprise d'Ould Abbès    Libye, la quadrature du cercle    Jamal Khashoggi, Ankara enfonce Riyad par petites doses    Votre week-end sportif    Violences dans les gradins du 5-Juillet    Le Mouloudia a mal de ses recrues estivales    Campagne d'information pour expliquer le projet    Plus de 33 000 pétards saisis à Djimla    Des dizaines de villageois de Souk-Lekhmis bloquent le CW15    Six millions d'Algériens sont diabétiques    Zombies-Land !    Logements sociaux : Les recalés des listes des bénéficiaires protestent    Assassinat par la DST en novembre 1954 de Kacem Zeddour Mohammed-Brahim Une affaire d'Etat    WA Tlemcen: Biskra, un cap important pour le Widad    USM Bel-Abbès: Un exploit qui en appelle d'autres    Le pétrole, toujours    Ce n'est pas Trump le problème mais l'Amérique qui l'a élu    Europe: «Brexit or not Brexit ?»    Le FFS dénonce: Le projet de loi de finances 2019 «présenté de façon expéditive»    Présidentielle : on se perd en conjectures !    Skikda: Saisie de kif, 8 arrestations    Suite aux nombreuses opérations de relogement: Des terrains combinés de proximité pour les nouveaux pôles urbains    Lycée Dergham Hanifi: La police sensibilise les élèves sur les dangers de l'Internet    FLN: Ould Abbès démissionne    EN - Les Verts dès demain à Lomé: Belmadi mobilise ses troupes    France 1914-1918 : centenaire de l'Armistice, le 11 novembre    Le virus des primaires    Est-il Halal de prier à la grande mosquée d'Alger ?    Hamas plonge Israël dans une crise politique    Situation économique et sociale alarmante dans la wilaya de Khenchela :    Bedoui : " L'Algérie est sur de bons rails vers un lendemain meilleur "    Les assiettes foncières inexploitées seront mises à la disposition des porteurs de projets    Des otages druzes libérés portent en triomphe Bachar el-Assad    FLN : Ould Abbès "débarqué"    Arnaud Montebourg nouveau président de l'Association    2e édition du prix Cheikh Abdelkrim-Dali à Alger    L'étape d'Alger a coûté 5 MD    «Nous allons à Lomé pour la gagne»    L'échec programmé de Rome    Disney : Les exploits des super-héros font les affaires de Mickey    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Paranoïa
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 18 - 08 - 2018

La paranoïa des Etats-Unis vis-à-vis des autres Etats nucléaires, autrement dit la Russie et la Chine, ou accessoirement l'Iran qui a nié en vain posséder cette redoutable arme de destruction massive, n'a plus de limites. Comme le locataire de la Maison Blanche, fantasque et absolument imprévisible dans ses positions politiques comme dans ses postures diplomatiques, pousse ses alliés traditionnels, dont l'Union européenne, à la défensive, les rapports de force dans le monde sont en train de s'inverser, sinon à produire de nouvelles zones de tensions, de conflits. Pas seulement militaires, stratégiques.
Après avoir usé et abusé de menaces de toutes sortes, autant militaires qu'économiques et financières, Washington a dépassé un nouveau seuil dans sa paranoïa guerrière et un palier dangereux dans sa façon de traiter les nations qu'elle a toujours considérées, en dépit du bon sens et de la bienséance diplomatique, avec ce rapport désastreux et belliqueux sur une incroyable volonté de Pékin d'attaquer des cibles américaines ou celles de ses alliés. Dans son ‘'Rapport annuel sur les développements militaires et sécuritaires impliquant la République populaire de Chine'', le Pentagone établit de fait que la Chine forme ses ‘'forces armées à attaquer les Etats-Unis et leurs alliés''. Une affirmation qui s'ajoute aux nombreuses attaques directes des Etats-Unis, avec l'arrivée de Trump, contre certains Etats dont la Russie, l'Iran, la Turquie et surtout des menaces de sanctions économiques, y compris l'UE, contre tous ceux qui ne respecteraient pas cette dangereuse politique diplomatique et militaire de Washington, qui est en train de rompre un fragile équilibre des forces construit et consolidé depuis Clinton et Gorbatchev entre l'Est et l'Ouest. Jusqu'à fédérer actuellement autant les pays de l'UE, dont la France, l'Allemagne et la Grande-Bretagne, qui ne veulent pas céder à la politique du chantage économique et de la menace militaire, avec la Turquie, la Russie et l'Iran.
Un conglomérat de nations que rien ne rassemble, si ce n'est leur ras-le-bol et leur refus d'abdiquer à la politique d'extermination massive des Etats et nations, déclarés dangereux pour les intérêts américains, sous des prétextes fallacieux, inspirés, emballés et envoyés par les services spéciaux sionistes. Croire ou faire croire que la Chine, devenue première économie mondiale, en passe de devenir une vraie puissance militaire, disposant d'un arsenal moderne, est une menace pour la sécurité des Etats-Unis, n'est pas nouveau. Mais la désigner comme un danger pour la sécurité de ses alliés, qui sont réduits à la portion congrue par une incongrue diplomatie, est diabolique. Comme l'est cette nouvelle configuration de la vision US des rapports de force dans le monde, qui est en train de détruire, pierre par pierre, aussi efficacement qu'un bombardement ciblé aux neutrons, une si fragile paix mondiale.
Le prochain sommet quadripartite d'Istanbul sur la Syrie, prévu avec la participation de la France, l'Allemagne, la Turquie et la Russie, dont s'est exclue de fait Washington, est une sorte de réplique qui se décline plutôt comme une fraîche indépendance politique et diplomatique de ses alliés de l'OTAN que comme une tentative des Français et Allemands de faire cavalier seul dans le règlement de la crise syrienne. Car même si la participation de l'Allemagne à ce sommet n'est pas encore acquise, il n'en demeure pas moins que les sanctions économiques américaines contre l'Iran n'ont pas été digérées par la chancelière allemande ni par l'Elysée, encore moins par la Grande-Bretagne, à un moment où les affaires avaient repris avec Téhéran. En peu de temps, Trump a fait braquer le monde contre lui.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.