«Khat el Assil» tient son 2ème Congrès à Béjaïa    Le Premier ministre de la République de Corée, en visite officielle à Alger    Rencontre la semaine prochaine pour finaliser les procédures    Un programme d'aménagement de plus de 150 km de pistes agricoles    Oussama Sahnoune éliminé    Festival culturel national de théâtre d'expression amazighe    Complexe sidérurgique Sider El Hadjar (Annaba): Des protestataires bloquent la chaîne de production    Réunion sur la réforme du Conseil de sécurité: L'Algérie défend la place de l'Afrique à l'ONU    «Les gilets jaunes imités»: Protestations en Hollande, Croatie et Israël    Report de la présidentielle 2019: Le RND dit «non» à Makri    Lutte contre le trafic de drogue: Saisie de 132 kg de kif    Illoula Oumalou: Journée d'information sur l'emploi    AIN EL TURCK (ORAN) : Une bagarre rangée entre élus de l'APC    CENTRE NATIONAL DU PERMIS DE CONDUIRE : Les auto-écoles soumises à un nouveau cahier des charges    MEILLEUR FILM DE SENSIBILISATION CONTRE LA DROGUE : La DGSN remporte le premier prix    UNIVERSITE DE MOSTAGANEM : Un Forum sur les activités artistiques dans le primaire    Hocine AIT AHMED / 15 Décembre ou la fin d'un exil    Les écrits journalistiques de Bennabi dans la presse algérienne    L'opposant Bédié évoque une alliance avec l'ex-président Gbagbo    Présidentielle 2019 :l'art de bricoler un mandat à blanc    Riyad Mahrez dans la short-list    Giresse vise la demi-finale de la CAN-2019    L'urgence d'explorer d'autres solutions    Les discussions avec les partenaires étrangers avancent    Rencontre SAA-opérateurs économiques de la région    Le calendrier fixé    La mémoire, madame, la mémoire !    Le satisfecit d'Alger    Trump veut un référendum au Sahara Occidental    Le Hamas débouté par la justice européenne    «Ach dak temchi lezine...»    «Investir dans la ressource humaine pour promouvoir le patrimoine culturel»    Comme dans la vie    En bref    Accidents de travail : 26 décès depuis le début de l'année    Culture : L'artiste-peintre Mohamed Bachir Bouchriha expose    Sidi Bel Abbès : Formation sur la gestion des risques    Une femme découverte pendue dans sa maison    Tebessa: Peine capitale contre l'auteur d'un crime    Son frère interpellé en Algérie: L'assaillant du marché de Noël à Strasbourg tué    Ligue des champions (16es de finale): JSS - IR Tanger, aujourd'hui à 17h45- Faire le plein à domicile    Coupe de la CAF - 16èmes de finale Aller : USMBA - Enugu Rangers aujourd'hui à 16 h 00 - Rude mission pour les Belabbésiens    Le Stade Malien en quête de revanche    Entame de l'édition 2018 à Oran    "La Maison-Blanche projette un coup d'Etat au Venezuela"    Mustapha Lehbiri opère un mouvement partiel    Naïma Salhi crache son venin sur l'Identité nationale    La CAF face aux retraits de dernières minutes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Polémique sur la question de l'égalité dans l'héritage: Le RCD dénonce «le terrorisme intellectuel»
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 20 - 09 - 2018

Le parti du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) a affiché, clairement, sa position quant à la question de l'égalité dans l'héritage entre les femmes et les hommes, à travers un communiqué rendu public, en précisant qu'il y a vraiment «matière à débattre sur la question de l'héritage». Cette réponse intervient après la polémique née suite aux déclarations du président du RCD, Mohcine Belabbas, autour de la question de l'héritage, lors d'un point de presse organisé en marge du Colloque international sur la promotion de la participation socio-économique et politique de la femme, dans les pays d'Afrique du Nord, récemment à Alger.
Le RCD rappelle que le parti a, depuis sa création, prôné l'égalité entre la femme et l'homme «un sujet qui a été saisi par les rentiers du culte pour occulter le travail mené, souvent seul, par le RCD, autour des grandes questions politiques et sociales, demeurées en suspens, depuis l'indépendance du pays». Justement, le patron du RCD avait souligné, lors de son intervention, auprès de la presse, que son parti a prôné l'égalité entre la femme et l'homme. Le parti avait même réclamé «l'abrogation du code de la famille qui a été instauré en 1984, par le FLN» pour dire qu'en fait «l'Algérie a devancé la Tunisie sur cette question».
L'approche du parti repose sur le débat et la réflexion autour des questions d'égalité entre les femmes et les hommes, sans exception. En précisant dans le communiqué que «la Constitution algérienne garantit la complète égalité des droits et devoirs entre les sexes». Le parti de Mohcine Belabbas regrette le fait qu'en «pleine guerre des clans, les marchands de versets assaisonnés à la cocaïne veulent, encore une fois, faire diversion pour empêcher les Algériens de débattre sur des questions conditionnant leur quotidien et impactant, frontalement, l'avenir de leurs enfants». Les rédacteurs du communiqué ont souligné qu'en plus des charges politiques qui incombent à toute formation de l'opposition démocratique, le retrait des élites sur ces dossiers vitaux rend, encore, plus impérative l'intervention du parti (RCD). «Car, précise-t-on dans le communiqué, combattre le terrorisme intellectuel est la condition de la mise en déroute du terrorisme tout court». Le RCD persiste en affirmant qu'il restera maître de son agenda et de ses positions. «Rien ni personne ne le fera dévier de sa trajectoire». Pour rappel, lors du Colloque international sur la promotion de la participation socio-économique et politique de la femme dans les pays d'Afrique du Nord, Mme Nora Ouali, secrétaire nationale à la condition féminine du parti et députée a affirmé que la constitution algérienne ne parle pas de l'égalité dans l'héritage entre l'homme et la femme, mais l'on parle dans notre Constitution de «la parité entre les hommes et les femmes». Et de souligner que «l'Algérie a ratifié la Convention internationale pour la suppression de toutes les formes de discrimination contre les femmes, ce qui nous donne la possibilité de débattre de la question de l'égalité, sans exception, y compris celle de l'héritage».
Pour sa part, Samira El Akili, membre du bureau exécutif du parti Al Joumhouri, chargée de la femme, en Tunisie, avait indiqué que «la femme algérienne qui est connue pour son militantisme doit militer pour toutes les formes d'égalité, notamment celles relatives à l'héritage». Et d'affirmer que la question n'est pas, totalement, tranchée en Tunisie : «la question de l'égalité, dans l'héritage, entre la femme et l'homme est toujours en débat». Sur la question de la polémique que cette question a provoquée, elle a estimé que l'égalité dans l'héritage n'est pas du tout en contradiction avec les principes de l'Islam. Elle a précisé qu'il fallait, aujourd'hui, une nouvelle vision de la religion, loin de l'extrémisme et du radicalisme. Pour elle, la femme tunisienne a le droit de demander l'égalité, dans l'héritage, par le fait qu'elle participe activement dans l'économie tunisienne. La question de l'égalité dans l'héritage entre les femmes et les hommes a suscité, déjà, une vive polémique en Tunisie, après l'appel du président tunisien Béji Caïd Essebsi à revoir cette question devant la pression de certaines organisations de défense des droits des femmes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.