Italie : Rome maintient son projet de budget, rejeté par Bruxelles    2ème session du dialogue de haut niveau Algérie-UE : Détermination commune à approfondir les relations    Entre appuis et critiques : Avis mitigés sur le PLF 2019 à l'APN    Conférence sur la Libye Ouyahia prend part à Palerme à une réunion restreinte    14e journée de la Ligue 1 (match décalé): L'USMA tient en échec le MCO (0-0) et creuse l'écart    Décès :La légende de la bande dessinée américaine Stan Lee n'est plus    Début du stage des Eperviers à Lomé    Atal dans l'équipe type de la 13e journée    Dernière mission d'inspection de la CAF au Cameroun avant la décision finale    Refus des visas par les consulats français en Algérie    «La wilaya doit s'intégrer dans la stratégie nationale du développement écologique»    Lancement des premières récoltes de safran    Augmentation des ventes de bonbonnes de gaz à 30.000 unités/jour dans 3 wilayas de l'ouest du pays    Ouahab Aït-Menguellet, le P/APC de Tizi Ouzou, annonce sa candidature    Dans la littérature et l'Histoire    Décès de la légende américaine Stan Lee    Selon le FMI : Le PIB de l'Algérie s'établirait à 188 mds de dollars    Liste des logements sociaux à Tlemcen: Les protestataires ne décolèrent pas    Artisanat à Guelma: Plus de 18.000 emplois créés dans le secteur    Conférence de Palerme pour la Libye: Un énième échec    Commission de discipline de la LNF: L'audience du président de la JS Kabylie, Mellal, reportée au 19 novembre    Ligue 1 Mobilis: La JSK se relance, le MCA à l'arrêt    ESCROQUERIE VIA INTERNET : Deux réseaux de faussaires neutralisés sur Oued Kniss    Remaniement ministériel en Tunisie : Youssef Chahed obtient la confiance du parlement    Trop de soutiens, on veut des candidats !    Sun Tzu au secours du Parti communiste    Le bon dos des «migrants»    Conférence sur la Libye : Ouyahia aujourd'hui à Palerme    Stabilité régionale : Le rôle de l'Algérie mis en avant    La sécurité régionale au menu du dialogue de haut niveau    Benflis s'en félicite    Jil FCE optimiste    Le Premier ministère dénonce une «odieuse manipulation»    Les candidats du FLN et du RND choisis, HMS temporise    Comment faire sortir le Salon du Palais    Le «cœur blanc» de Salima Souakri    El Djedouel et le savant Cerbère du poète Seddik Souir    Ouargla : Sensibilisation sur le montage de projets Ansej    Cas de rougeole : Des enquêtes épidémiologiques menées    Accrochages, tirs de roquettes et raids aréiens : Ghaza est de nouveau en guerre    Il signe une 4e passe décisive à Man City : Mahrez sermonné par Fernandinho !    Equipe nationale: Début de stage dans une ambiance détendue    «Coup de force» contre Bouhadja: Les députés RCD reviennent à la charge    Incertitudes    RDC : Fayulu candidat-surprise de l'opposition, tensions pré-électorales en vue    14 membres du PKK "neutralisés" par l'aviation turque    Ouyahia parle de "manipulation"    Exposition à Alger d'Arezki Larbi du 17 novembre au 1er décembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'effet octobre
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 16 - 10 - 2018

La mise en détention provisoire de six hauts gradés de l'ANP, dont cinq généraux majors, est un véritable électrochoc. Même si des officiers supérieurs ont été déjà jugés et mis en détention et l'institution militaire ne déroge pas aux principes fondamentaux de la justice. C'est un fait établi, mais ce qui se passe actuellement au sein de l'ANP n'est pas également un fait anecdotique pour que cela ne retienne pas l'attention. Mettre en même temps en détention provisoire cinq généraux majors et un colonel, après leur limogeage, est certes une première pour la justice militaire et un geste hautement significatif au sein d'une institution où d'habitude ce genre de décision ne sort pas «des casernes».
Là, c'est au contraire une sorte d'ouverture extraordinaire de la «grande muette», une fenêtre historique sur la société, comme une décision qui interpelle les Algériens, qui les prend à témoins, que l'ANP est, et reste, une partie de la société algérienne. Médiatiquement, politiquement, la décision de rendre publique l'incarcération de six officiers supérieurs, en attendant la communication sur les faits qui leur sont officiellement reprochés et sur lesquels ils devraient être jugés, confirme «in fine» la modernisation donnée par petites touches à l'ANP, de plus en plus orientée vers une armée de professionnels, une armée de métier. Et plus que tout, une armée centrée sur ses métiers, sa mission, celle de la défense et la sécurité du pays. Une armée en somme qui ne saurait se complaire dans des postures et des comportements contraires à ses principes, à sa mission, à ses objectifs.
Les cinq généraux majors mis en détention, dont trois ex-chefs de régions militaires, ont été limogés par le président de la République, puis ont été interdits de sortie de territoire par le tribunal militaire de Blida. L'autre message de l'arrestation et la mise en détention préventive de ces officiers supérieurs, qui pourraient cependant être innocentés des griefs qu'on leur reproche, lors de leur procès, serait que tous les Algériens, quels qu'ils soient, sont égaux en droits et en devoirs, donc devant la justice. C'est là un des grands axes de la Constitution révisée de mars 2016 décidée par le président Bouteflika. En effet, dans son chapitre IV, article 32, la loi fondamentale dispose que «les citoyens sont égaux devant la loi, sans que puisse prévaloir aucune discrimination pour cause de naissance, de race, de sexe, d'opinion ou de toute autre condition ou circonstance personnelle ou sociale».
Pour autant, beaucoup voient dans cette affaire une sorte de fin de l'impunité, à quelque niveau que ce soit des institutions nationales, un nouvel état de grâce pour la justice algérienne, qu'elle soit civile ou militaire, mais une justice qui doit rester indépendante, qui ne sert aucune partie politique ou autre et, surtout, qui défend la démocratie, les libertés individuelles, les droits de l'homme et promeut les grandes valeurs universelles d'un Etat de droit. Tout autre écart de cette ligne rouge ne donnera lieu qu'à une justice parcellaire, celle d'une société qui se cherche encore et pour qui les droits de l'homme sont encore un terrain en friche, à conquérir, à s'approprier.
Aujourd'hui, alors que les affaires de népotisme, de corruption, de trafic d'influence ou d'abus de pouvoir font florès dans plusieurs administrations, y compris au sein des grandes entreprises nationales, ce qui vaut à l'Algérie une peu reluisante 115ème place dans le classement mondial de Transparency International, il est plus que vital de lutter, avec la dernière énergie, contre ces fléaux qui menacent de plonger le pays dans le chaos et l'anarchie la plus totale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.