Tipasa : Le peuple insiste sur la fin total des symboles du système    CHLEF.. «Nous voulons un changement radical !»    Ramadhan.. Les abattoirs d'Alger mobilisés    Fédération des sports mécaniques.. Asma Ben Messaoud désignée DTN    Sport scolaire.. Cinq accords de coopération avec des fédérations sportives    World Cadet Challenge 2019 de Tennis de table.. Azzala et Belache dans l'équipe africaine    Bab El Oued(Alger).. Cinq marchés de proximité seront ouverts    Sidi Bel Abbés.. Légère baisse des accidents de la route    Village ath allaoua.. Hommage à trois martyrs    Libye.. Les combats continuent    Poutine rencontrera le président nord-coréen    Boumerdès.. De nouveaux projets pour relancer l'artisanat    Les Soudanais exigent un pouvoir civil    Gaïd Salah à partir de la 4e région militaire : «Les tentatives de déstabilisation ont échoué et vont échouer»    «La précédente Constituante n'a empêché ni les abus ni l'instabilité constitutionnelle»    L'Afrique du Sud réitère son soutien constant aux peuples sahraoui et palestinien    Trump a donné l'ordre de limoger Robert Mueller    Pour éviter la déstabilisation, pour une sortie rapide de la crise politique en Algérie : sept (07) propositions    1,033 milliard m3 lâchés du barrage de Béni Haroun    Plus de 6.600 qx d'agrumes transformés en conserves    L'arbitre assistant Doulache invité par la commission de discipline    La FAHB sanctionne le CRDM et donne la victoire au CHBB    MARCHE DE L'EMPLOI : Plus de 8000 nouveaux postes créés à Oran    UGTA : Sidi Saïd dément sa démission    Bensalah opte pour la concertation avec la classe politique    Collision entre un camion et un véhicule à fait 5 morts    Campagne de volontariat pour la plantation de l'armoise blanche    SIDI BEL ABBES : 05 blessés dans une collision sur la RN 07    TIARET : 7 ans de prison ferme pour un dealer    MASCARA : 110 motocycles mis en fourrière en 90 jours !    CONSULTATIONS POLITIQUES : La Présidence organisera une rencontre consultative lundi    Papicha de Mounir Meddour en lice    Souidani Boudjemaâ, toujours un modèle pour les jeunes    Cœur de lumière    L'AUTRE FACE SI MERVEILLEUSE DU ‘'HIRAK'' : Mostaganem s'offre une superbe ‘'toilette''    Constantine : L'autre visage du mouvement populaire    Les élus de Béjaïa répondent au porte-parole du gouvernement : «C'est vous qui êtes illégitimes»    Le Coupe arabe des clubs change de nom    Ligue 1 : Fin du championnat le 26 mai prochain    Un sit-in de soutien au procureur général de la cour de Ghardaïa    On pourrait dire presque spontanément que le prix Nobel de la paix revient de droit au peuple algérien    Handi-basket : Les trois premières journées reprogrammées    Khenchela : les artistes pour un vrai changement    Avril 1980, catalyseur des luttes pacifiques    Pour une authentique «République» «algérienne» «démocratique» et «populaire»    La catastrophe de Notre-Dame de Paris    Forum Russie-Monde arabe: La sécurité et la stabilité en tête des priorités    Pourquoi le KGB n'a pas pu empêcher l'effondrement de l'URSS    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'effet octobre
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 16 - 10 - 2018

La mise en détention provisoire de six hauts gradés de l'ANP, dont cinq généraux majors, est un véritable électrochoc. Même si des officiers supérieurs ont été déjà jugés et mis en détention et l'institution militaire ne déroge pas aux principes fondamentaux de la justice. C'est un fait établi, mais ce qui se passe actuellement au sein de l'ANP n'est pas également un fait anecdotique pour que cela ne retienne pas l'attention. Mettre en même temps en détention provisoire cinq généraux majors et un colonel, après leur limogeage, est certes une première pour la justice militaire et un geste hautement significatif au sein d'une institution où d'habitude ce genre de décision ne sort pas «des casernes».
Là, c'est au contraire une sorte d'ouverture extraordinaire de la «grande muette», une fenêtre historique sur la société, comme une décision qui interpelle les Algériens, qui les prend à témoins, que l'ANP est, et reste, une partie de la société algérienne. Médiatiquement, politiquement, la décision de rendre publique l'incarcération de six officiers supérieurs, en attendant la communication sur les faits qui leur sont officiellement reprochés et sur lesquels ils devraient être jugés, confirme «in fine» la modernisation donnée par petites touches à l'ANP, de plus en plus orientée vers une armée de professionnels, une armée de métier. Et plus que tout, une armée centrée sur ses métiers, sa mission, celle de la défense et la sécurité du pays. Une armée en somme qui ne saurait se complaire dans des postures et des comportements contraires à ses principes, à sa mission, à ses objectifs.
Les cinq généraux majors mis en détention, dont trois ex-chefs de régions militaires, ont été limogés par le président de la République, puis ont été interdits de sortie de territoire par le tribunal militaire de Blida. L'autre message de l'arrestation et la mise en détention préventive de ces officiers supérieurs, qui pourraient cependant être innocentés des griefs qu'on leur reproche, lors de leur procès, serait que tous les Algériens, quels qu'ils soient, sont égaux en droits et en devoirs, donc devant la justice. C'est là un des grands axes de la Constitution révisée de mars 2016 décidée par le président Bouteflika. En effet, dans son chapitre IV, article 32, la loi fondamentale dispose que «les citoyens sont égaux devant la loi, sans que puisse prévaloir aucune discrimination pour cause de naissance, de race, de sexe, d'opinion ou de toute autre condition ou circonstance personnelle ou sociale».
Pour autant, beaucoup voient dans cette affaire une sorte de fin de l'impunité, à quelque niveau que ce soit des institutions nationales, un nouvel état de grâce pour la justice algérienne, qu'elle soit civile ou militaire, mais une justice qui doit rester indépendante, qui ne sert aucune partie politique ou autre et, surtout, qui défend la démocratie, les libertés individuelles, les droits de l'homme et promeut les grandes valeurs universelles d'un Etat de droit. Tout autre écart de cette ligne rouge ne donnera lieu qu'à une justice parcellaire, celle d'une société qui se cherche encore et pour qui les droits de l'homme sont encore un terrain en friche, à conquérir, à s'approprier.
Aujourd'hui, alors que les affaires de népotisme, de corruption, de trafic d'influence ou d'abus de pouvoir font florès dans plusieurs administrations, y compris au sein des grandes entreprises nationales, ce qui vaut à l'Algérie une peu reluisante 115ème place dans le classement mondial de Transparency International, il est plus que vital de lutter, avec la dernière énergie, contre ces fléaux qui menacent de plonger le pays dans le chaos et l'anarchie la plus totale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.