Dans les starting-blocks    Son procès en appel programmé le 23 janvier: Sit-in de solidarité avec le journaliste Adlène Mellah    Walis de la République : chacun d'eux a compris qu'il était sacrifiable!    Fiscalité locale: De nouvelles prérogatives pour les APC    Macron : une communication sans fin, mais sans beaucoup de réponses    Ligue des champions : JSS-Ahly du Caire, vendredi à 20h00: Les Bécharis au pied de la pyramide    Football - Ligue 1: Le CRB dos au mur, le leader et son dauphin en expédition    Volleyball - Coupe d'Algérie - Tour préliminaire: Les cendrillons en quête d'exploits    Affaire de la petite Nihal: L'enquête des gendarmes achevée    Tlemcen: Plus de 10 tonnes de kif saisies en une année    Je suis certain que je doute !    Aïn Temouchent: La journée des communes à Aghlal    L'APN prend part à la réunion de la commission des affaires politiques, de la sécurité et des droits de l'Homme de l'UPM à Strasbourg    Sensibilisation sur l'opération des déclarations annuelles des salaires et des salariés    Les cours du pétrole stables en Asie    Vingt-deux équipes dont le GSP au rendez-vous de Tunis    L'Algérien Dib élu président de la zone I nord    Les arbitres des équipes algériennes connus    «La colonisation et l'occupation continuent de saper le développement» de l'Etat de Palestine    Tout accord Maroc-UE incluant les territoires sahraouis, sont nuls et non avenus    Des mesures pour le parachèvement des travaux du projet du stade de Bordj Menaïel    Les chasseurs tirent la sonnette d'alarme    69 millions DA pour des projets de développement à Aïn Sidi Chérif    Les représentants des membres de l'UA se penchent sur le dossier des personnes déplacées    Le secteur de l'assurance automobile domine sur celui des catastrophes naturelles    L'urgence de les récupérer et numériser    Théâtre régional Kateb-Yacine de Tizi-Ouzou    L'operette séduit le public tlemcenien    Le "shutdown" de Donald Trump coûtera bientôt plus cher que son... mur    Les députés britanniques le rejettent massivement    Le Snapo accuse les importateurs "véreux" !    Les Algériens indésirables en France ?    Vers la réforme du Bac    Commerce : Tout sur les soldes d'hiver 2019 qui débuteront demain à Alger    Avec 280 000 places pédagogiques pour la rentrée de février : Engouement croissant pour la formation professionnelle    Ressources en eau : Une demande annuelle de 12,9 milliards de m3 à l'horizon en 2030    Gouvernance vertueuse    Après les 4 000 logements distribués à Alger : 40 000 seront distribués à travers le pays avant la fin du mois en cour    Isolé dans la région, vers quels pays le Venezuela se tournera-t-il?    Attentat terroriste contre un complexe hôtelier à Nairobi : L'Algérie condamne "avec force" l'attaque    En exil depuis 28 ans: Il y a 27 ans, Mohamed Boudiaf revenait en Algérie pour présider le Haut-Comité d'Etat    Le sociologue Nacer Djabi interdit de tenir une conférence sur les mouvements amazighs    Djisr El Djazair" : La rencontre d'Alger, le 26 janvier au Mama    Le fauteuil qui attise les appétits    Baghdad Bounedjah sacré    Tahrat forfait face à la Gambie    Enquête au FLN    L'Alliance présidentielle dans l'expectative    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





APN: la solution est-elle dans la dissolution?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 16 - 10 - 2018

Je crois avoir lu quelque part que la « politique est une affaire de politesse ». Mais, dans diverses discussions, il m'était dit que tout dépendait du sens à donner à cette « politesse », l'un, la prend pour une culture de respect et de bonne écoute de l'autre, l'autre la voit comme une manœuvre aiguë que peut dissimuler une élégance verbale ou une classe comportementale. Seulement à oser comprendre ce qui se passe depuis presque deux semaines, l'on n'entraperçoit nullement ni politique ni politesse. Que des communiqués, des déclarations et de l'acharnement de part et d'autre. La crise, si crise il y a, semble prendre d'autres dimensions où la rétractation de position s'avère un sauve-qui-peut ou se rend apte à octroyer une issue d'honneur. Les menaces sont lancées, les ultimes ultimatums aussi. L'on parle de lourds dossiers et de divulgation de ce qui devait déjà être su. Chaque côté prétend être dans son droit. Alors que le Droit s'est absenté. Les coulisses ont supplanté les dispositions légales. Celles-ci, ingénues, s'ingénient à pouvoir s'interpréter pour se coller à la signification de l'intérêt de chacun. Partira ou ne partira pas ne résoudra politiquement rien. Comme une vitre brisée et que l'on tente d'en raccommoder les morceaux, l'Assemblée nationale resterait quand bien même porteuse de stigmates et de fissures. L'on aura, sans admirer, vu, lu ou entendu des choses pas bonnes pour l'équilibre des pouvoirs et la stabilité institutionnelle tant chantée. A fortiori, l'on ne sait pas qui fait marcher l'un ou l'autre. Ould Abbès et Ouyahia, avec les députés contestataires, ne peuvent spontanément agir ainsi sans qu'ils n'aient eu à avoir ou à apercevoir un certain feu vert. Bouhadja, tantôt serein, tantôt furieux et tenace, ne peut à lui seul également tenir un tel campement positionnel sans qu'il n'ait, à son tour, eu à avoir ou à apercevoir un certain feu vert. Où est la vérité ? Qui actionne ce feu vert ?
Enfin, je crois qu'il n'est d'aucune utilité d'aller creuser ses méninges, déjà embarrassées, pour s'accabler de savoir davantage qui des uns ou de l'autre en est responsable ou en sortira vainqueur. L'essentiel demeure cependant dans cette mauvaise expérience, ce temps perdu à un moment où le pays est en proie à pas mal d'épouvantables scénarios. Du moins ce que nous dit-on. Ainsi, si le « combat » s'avérait interpersonnel, il n'y aurait que des vaincus et ceux qui pensent avoir réussi à faire déguerpir les uns ou l'autre n'en seront pas tout aussi heureux. C'est l'Algérie qui, en finalité, aurait perdu cet élan passionnel vers la démocratie. Mais si le « combat » est autre qu'entre personnes, l'on ne voit pas sa nature, sa consistance mais l'on peut soupçonner certains objectifs non encore déclarés. Officiellement, le président de la République, garant de la Constitution, n'a pas encore ‘'embryonné'' son intention quant à l'exercice de ses prérogatives légales prévues en la matière. Dissoudre l'Assemblée. En tant que président d'honneur du FLN, il n'aurait pas encore édicté ses directives au militant Bouhadja, l'amenant à accomplir, selon la discipline du parti, ce qui devait l'être. Démissionner. Tout revient donc à son arbitrage. Difficile œuvre et lourde de conséquences. L'histoire des nations n'est-elle pas accomplie par ces lourdes décisions que prenaient les leaders et les dirigeants du monde que nous vivons ? La révolution de Novembre n'a-t-elle pas été une décision prise dans des conditions douloureuses et dans un rapport de forte inégalité des chances de victoire ? La réconciliation nationale, le déboulonnage des grosses pointures, la démystification des légendes, entre autres, n'ont-ils pas été une lourde décision ? La solution ne serait-elle donc pas dans la dissolution ? L'histoire l'écrira un jour et se racontera.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.