La Russie hostile à toute ingérence extérieure    Des matches risquent de toucher le fond    Mise en vente des billets mercredi    Khazri et Sekhiri forfaits face au Swaziland et l'Algérie    Suspension des vols pour les avions de type Boeing 737-Max 8 et Boeing 737-Max 9 dans l'espace aérien algérien    Un émissaire de l'ONU exprime son inquiétude face aux manifestations populaires    Des femmes ayant activé dans l'action humanitaire et de solidarité honorées    Médecins et étudiants hier à Alger    Une baisse de près de 14% enregistrée en janvier 2019    Livraison de 252 camions au MDN    Prise en charge des malades atteints du cancer au CHU Nedir Mohamed de Tizi Ouzou    Neutralisation d'un réseau régional spécialisé dans le vol de véhicules    «La Société civile en Algérie est inexistante»    Le syndrome de la déconcentration et de la déconnexion    51e fête du tapis de Ghardaïa    60e Salon international du livre de Québec    Mali : Le gouvernement réaffirme sa détermination à lutter contre le terrorisme    Ouyahia dément    Chine : Plus fort ralentissement de la production en 17 ans    Etats-Unis : Wall Street signe l'arrêt de mort des producteurs de schiste américains    Division 2 anglaise : Brentford fixe la clause libératoire de Benrahma    Classement ITF Juniors: L'Algérien Rihane, désormais 109e mondial    Fifagate: Deux sociétés de marketing sportif condamnées à 500.000 dollars d'amende    Pétrole : L'AIE s'inquiète de la baisse de production au Venezuela    Bouchareb tente de reprendre la main    GAID SALAH : "Pour chaque problème existe une solution"    Oran: Réception l'été prochain de 15 projets d'établissements hôteliers    Les précisions du ministère e la Santé    Etudiants et médecins manifestent    Le choix du destin de l'Algérie    Brexit: Le président de la Chambre des communes bouleverse les plans de May    Guerre commerciale USA-UE: "Ce sont les Etats-Unis qui sont le vrai perdant aujourd'hui"    Programme "Forsa, école de la 2ème chance" : Une vingtaine de jeunes en voie d'insertion à Oran    FÊTE DE LA VICTOIRE (19 MARS 1962) : Une célébration dans un contexte politique national particulier    Concert de guitare flamenca    Tournée de Ramtane Lamamra à l'étranger sur fond de crise interne.. Une internationalisation de fait    La famille de la Santé s'est fortement mobilisée hier.. Marche «blanche» contre le système    FCE.. Le Conseil exécutif se réunira fin mars    Guerre de libération.. 203 heures de témoignages enregistrées à Tlemcen    Ouyahia prépare ses valises    LES BUREAUX DESERTES DEPUIS LUNDI : Grève dans les inspections des impôts à Oran    La maternité dans les périodes assimilées à des périodes d'activité    La longue complainte de Lakhdar Brahimi    Bonne opération pour l'ASO Chlef à Béjaïa    ACTUCULT    Il ne répond à la demande populaire concernant le départ du système : Bouteflika tient toujours à sa conférence    Il affirme ne pas avoir été mandaté: Le hors-jeu de Lakhdar Brahimi    Equipe nationale: Belmadi fidèle à ses promesses    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





APN: la solution est-elle dans la dissolution?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 16 - 10 - 2018

Je crois avoir lu quelque part que la « politique est une affaire de politesse ». Mais, dans diverses discussions, il m'était dit que tout dépendait du sens à donner à cette « politesse », l'un, la prend pour une culture de respect et de bonne écoute de l'autre, l'autre la voit comme une manœuvre aiguë que peut dissimuler une élégance verbale ou une classe comportementale. Seulement à oser comprendre ce qui se passe depuis presque deux semaines, l'on n'entraperçoit nullement ni politique ni politesse. Que des communiqués, des déclarations et de l'acharnement de part et d'autre. La crise, si crise il y a, semble prendre d'autres dimensions où la rétractation de position s'avère un sauve-qui-peut ou se rend apte à octroyer une issue d'honneur. Les menaces sont lancées, les ultimes ultimatums aussi. L'on parle de lourds dossiers et de divulgation de ce qui devait déjà être su. Chaque côté prétend être dans son droit. Alors que le Droit s'est absenté. Les coulisses ont supplanté les dispositions légales. Celles-ci, ingénues, s'ingénient à pouvoir s'interpréter pour se coller à la signification de l'intérêt de chacun. Partira ou ne partira pas ne résoudra politiquement rien. Comme une vitre brisée et que l'on tente d'en raccommoder les morceaux, l'Assemblée nationale resterait quand bien même porteuse de stigmates et de fissures. L'on aura, sans admirer, vu, lu ou entendu des choses pas bonnes pour l'équilibre des pouvoirs et la stabilité institutionnelle tant chantée. A fortiori, l'on ne sait pas qui fait marcher l'un ou l'autre. Ould Abbès et Ouyahia, avec les députés contestataires, ne peuvent spontanément agir ainsi sans qu'ils n'aient eu à avoir ou à apercevoir un certain feu vert. Bouhadja, tantôt serein, tantôt furieux et tenace, ne peut à lui seul également tenir un tel campement positionnel sans qu'il n'ait, à son tour, eu à avoir ou à apercevoir un certain feu vert. Où est la vérité ? Qui actionne ce feu vert ?
Enfin, je crois qu'il n'est d'aucune utilité d'aller creuser ses méninges, déjà embarrassées, pour s'accabler de savoir davantage qui des uns ou de l'autre en est responsable ou en sortira vainqueur. L'essentiel demeure cependant dans cette mauvaise expérience, ce temps perdu à un moment où le pays est en proie à pas mal d'épouvantables scénarios. Du moins ce que nous dit-on. Ainsi, si le « combat » s'avérait interpersonnel, il n'y aurait que des vaincus et ceux qui pensent avoir réussi à faire déguerpir les uns ou l'autre n'en seront pas tout aussi heureux. C'est l'Algérie qui, en finalité, aurait perdu cet élan passionnel vers la démocratie. Mais si le « combat » est autre qu'entre personnes, l'on ne voit pas sa nature, sa consistance mais l'on peut soupçonner certains objectifs non encore déclarés. Officiellement, le président de la République, garant de la Constitution, n'a pas encore ‘'embryonné'' son intention quant à l'exercice de ses prérogatives légales prévues en la matière. Dissoudre l'Assemblée. En tant que président d'honneur du FLN, il n'aurait pas encore édicté ses directives au militant Bouhadja, l'amenant à accomplir, selon la discipline du parti, ce qui devait l'être. Démissionner. Tout revient donc à son arbitrage. Difficile œuvre et lourde de conséquences. L'histoire des nations n'est-elle pas accomplie par ces lourdes décisions que prenaient les leaders et les dirigeants du monde que nous vivons ? La révolution de Novembre n'a-t-elle pas été une décision prise dans des conditions douloureuses et dans un rapport de forte inégalité des chances de victoire ? La réconciliation nationale, le déboulonnage des grosses pointures, la démystification des légendes, entre autres, n'ont-ils pas été une lourde décision ? La solution ne serait-elle donc pas dans la dissolution ? L'histoire l'écrira un jour et se racontera.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.