Banque d'Algérie: Nouvelle opération de rafraîchissement de billets de banque    Sahara occidental- EUCOCO 2018: La communauté internationale et l'Union européenne interpellées    L'Algérie défend l'idée d'une organisation continentale «indépendante»: L'Afrique aux Africains    CIA: Le prince ben Salmane a ordonné le meurtre de Khashoggi    Cancer de la thyroïde: Le nombre de malades augmente de plus 20% en Kabylie !    Maïssa Bey «Nulle autre voix»: Une femme qui veut être libre    Ses recettes iront pour l'acquisition de matériels: Gala de solidarité avec les aveugles de Boukhalfa    VIOLENCES BAB EL OUED (ALGER) : 10 policiers blessés et 30 personnes arrêtées    TRIBUNAL DE KSAR CHELLALA (TIARET) : Le procureur de la République agressé    LE MINISTRE AISSA S'INSURGE ! : Les salafistes décrètent la fête du Mawlid, Haram    Le trumpisme : entre ruptures et continuité    Les 4 samedis    Débit minimum à 2 méga et baisse des prix    La succession du Nigeria est ouverte, l'Algérie en outsider    Les Aiglonnes renoncent au boycott    Air Algérie s'explique et appelle les grévistes «à la raison»    Plusieurs annonces au Sénat    Y a-t-il un avion dans le pilote ?    Beda sur le front    La répudiation politique est-elle l'ADN du FLN ?    Un merveilleux «Safar» à travers l'art    Réouverture «au premier trimestre 2019»    Sakta brise le silence    Nouvelles d'Oran    Blida : Réalisation future de locaux commerciaux pour les jeunes    L'ornière de la violence    Produits pyrotechniques : Les douaniers procèdent à d'importantes saisies    «Ce pays qui n'a jamais voulu de moi, je l'aime pourtant !»    Le projet de la loi de finances adopté par l'APN    Bouclé hier par les forces de l'ordre: Nuit de rares violences à Bab El-Oued    Le service de maternité du CHUO saturé: 1.200 hospitalisations et 800 accouchements en un mois    En marge de l'ouverture de la salle omnisports à Sidi El Bachir: Remise des clés à 50 policiers bénéficiaires de logements LSP à Gdyel    Lunetterie: Plus de 700.000 articles contrefaits saisis en 2017    Ligue 1 : PAC 2 CABBA 0: A sens unique    EN - Mohamed Farès forfait: Belmadi face aux aléas    Ligue 2: Gros chocs à Biskra et Chlef    La folie des sénatoriales    Europe - Brexit : pour le meilleur et pour le pire    Ould Abbès dégagé ?    Aïn Temouchent: Baba Aroudj a sa stèle    Violence aux stades : El Habiri au chevet des policiers blessés à l'issue du match MCA-USMBA    Consolidation de la démocratie participative    L'Onu lève ses sanctions    30e anniversaire de la proclamation de l'Etat de Palestine : M. Bouteflika réitère le soutien "indéfectible" de l'Algérie au peuple palestinien    Enigme et interrogations    France Football: Ahcène Lalmas au top des 10 icônes oubliées du foot africain    Il entamera sa rééducation dans quelques jours    Prévention des risques d'inondations à Alger: Un plan préventif de la SEAAL pour contrôler plus de 60 points noirs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





APN: la solution est-elle dans la dissolution?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 16 - 10 - 2018

Je crois avoir lu quelque part que la « politique est une affaire de politesse ». Mais, dans diverses discussions, il m'était dit que tout dépendait du sens à donner à cette « politesse », l'un, la prend pour une culture de respect et de bonne écoute de l'autre, l'autre la voit comme une manœuvre aiguë que peut dissimuler une élégance verbale ou une classe comportementale. Seulement à oser comprendre ce qui se passe depuis presque deux semaines, l'on n'entraperçoit nullement ni politique ni politesse. Que des communiqués, des déclarations et de l'acharnement de part et d'autre. La crise, si crise il y a, semble prendre d'autres dimensions où la rétractation de position s'avère un sauve-qui-peut ou se rend apte à octroyer une issue d'honneur. Les menaces sont lancées, les ultimes ultimatums aussi. L'on parle de lourds dossiers et de divulgation de ce qui devait déjà être su. Chaque côté prétend être dans son droit. Alors que le Droit s'est absenté. Les coulisses ont supplanté les dispositions légales. Celles-ci, ingénues, s'ingénient à pouvoir s'interpréter pour se coller à la signification de l'intérêt de chacun. Partira ou ne partira pas ne résoudra politiquement rien. Comme une vitre brisée et que l'on tente d'en raccommoder les morceaux, l'Assemblée nationale resterait quand bien même porteuse de stigmates et de fissures. L'on aura, sans admirer, vu, lu ou entendu des choses pas bonnes pour l'équilibre des pouvoirs et la stabilité institutionnelle tant chantée. A fortiori, l'on ne sait pas qui fait marcher l'un ou l'autre. Ould Abbès et Ouyahia, avec les députés contestataires, ne peuvent spontanément agir ainsi sans qu'ils n'aient eu à avoir ou à apercevoir un certain feu vert. Bouhadja, tantôt serein, tantôt furieux et tenace, ne peut à lui seul également tenir un tel campement positionnel sans qu'il n'ait, à son tour, eu à avoir ou à apercevoir un certain feu vert. Où est la vérité ? Qui actionne ce feu vert ?
Enfin, je crois qu'il n'est d'aucune utilité d'aller creuser ses méninges, déjà embarrassées, pour s'accabler de savoir davantage qui des uns ou de l'autre en est responsable ou en sortira vainqueur. L'essentiel demeure cependant dans cette mauvaise expérience, ce temps perdu à un moment où le pays est en proie à pas mal d'épouvantables scénarios. Du moins ce que nous dit-on. Ainsi, si le « combat » s'avérait interpersonnel, il n'y aurait que des vaincus et ceux qui pensent avoir réussi à faire déguerpir les uns ou l'autre n'en seront pas tout aussi heureux. C'est l'Algérie qui, en finalité, aurait perdu cet élan passionnel vers la démocratie. Mais si le « combat » est autre qu'entre personnes, l'on ne voit pas sa nature, sa consistance mais l'on peut soupçonner certains objectifs non encore déclarés. Officiellement, le président de la République, garant de la Constitution, n'a pas encore ‘'embryonné'' son intention quant à l'exercice de ses prérogatives légales prévues en la matière. Dissoudre l'Assemblée. En tant que président d'honneur du FLN, il n'aurait pas encore édicté ses directives au militant Bouhadja, l'amenant à accomplir, selon la discipline du parti, ce qui devait l'être. Démissionner. Tout revient donc à son arbitrage. Difficile œuvre et lourde de conséquences. L'histoire des nations n'est-elle pas accomplie par ces lourdes décisions que prenaient les leaders et les dirigeants du monde que nous vivons ? La révolution de Novembre n'a-t-elle pas été une décision prise dans des conditions douloureuses et dans un rapport de forte inégalité des chances de victoire ? La réconciliation nationale, le déboulonnage des grosses pointures, la démystification des légendes, entre autres, n'ont-ils pas été une lourde décision ? La solution ne serait-elle donc pas dans la dissolution ? L'histoire l'écrira un jour et se racontera.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.