Italie : Rome maintient son projet de budget, rejeté par Bruxelles    2ème session du dialogue de haut niveau Algérie-UE : Détermination commune à approfondir les relations    Entre appuis et critiques : Avis mitigés sur le PLF 2019 à l'APN    Conférence sur la Libye Ouyahia prend part à Palerme à une réunion restreinte    14e journée de la Ligue 1 (match décalé): L'USMA tient en échec le MCO (0-0) et creuse l'écart    Décès :La légende de la bande dessinée américaine Stan Lee n'est plus    Début du stage des Eperviers à Lomé    Atal dans l'équipe type de la 13e journée    Dernière mission d'inspection de la CAF au Cameroun avant la décision finale    Refus des visas par les consulats français en Algérie    «La wilaya doit s'intégrer dans la stratégie nationale du développement écologique»    Lancement des premières récoltes de safran    Augmentation des ventes de bonbonnes de gaz à 30.000 unités/jour dans 3 wilayas de l'ouest du pays    Ouahab Aït-Menguellet, le P/APC de Tizi Ouzou, annonce sa candidature    Dans la littérature et l'Histoire    Décès de la légende américaine Stan Lee    Selon le FMI : Le PIB de l'Algérie s'établirait à 188 mds de dollars    Liste des logements sociaux à Tlemcen: Les protestataires ne décolèrent pas    Artisanat à Guelma: Plus de 18.000 emplois créés dans le secteur    Conférence de Palerme pour la Libye: Un énième échec    Commission de discipline de la LNF: L'audience du président de la JS Kabylie, Mellal, reportée au 19 novembre    Ligue 1 Mobilis: La JSK se relance, le MCA à l'arrêt    ESCROQUERIE VIA INTERNET : Deux réseaux de faussaires neutralisés sur Oued Kniss    Remaniement ministériel en Tunisie : Youssef Chahed obtient la confiance du parlement    Trop de soutiens, on veut des candidats !    Sun Tzu au secours du Parti communiste    Le bon dos des «migrants»    Conférence sur la Libye : Ouyahia aujourd'hui à Palerme    Stabilité régionale : Le rôle de l'Algérie mis en avant    La sécurité régionale au menu du dialogue de haut niveau    Benflis s'en félicite    Jil FCE optimiste    Le Premier ministère dénonce une «odieuse manipulation»    Les candidats du FLN et du RND choisis, HMS temporise    Comment faire sortir le Salon du Palais    Le «cœur blanc» de Salima Souakri    El Djedouel et le savant Cerbère du poète Seddik Souir    Ouargla : Sensibilisation sur le montage de projets Ansej    Cas de rougeole : Des enquêtes épidémiologiques menées    Accrochages, tirs de roquettes et raids aréiens : Ghaza est de nouveau en guerre    Il signe une 4e passe décisive à Man City : Mahrez sermonné par Fernandinho !    Equipe nationale: Début de stage dans une ambiance détendue    «Coup de force» contre Bouhadja: Les députés RCD reviennent à la charge    Incertitudes    RDC : Fayulu candidat-surprise de l'opposition, tensions pré-électorales en vue    14 membres du PKK "neutralisés" par l'aviation turque    Ouyahia parle de "manipulation"    Exposition à Alger d'Arezki Larbi du 17 novembre au 1er décembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pour qui paye Bouhadja ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 20 - 10 - 2018

«Coup d'Etat», «coup de force», «la loi des hors-la-loi» sont quelques-uns des qualificatifs dont des confrères et des acteurs politiques ont usé pour souligner le caractère illégal de l'action des députés de la majorité qui ont proclamé la «vacance» du poste de président de l'Assemblée nationale. Ceux qui les ont énoncés n'ont nullement fait dans l'exagération tant l'opération à laquelle la majorité dans l'APN s'est livrée contre le détenteur du poste mérite ces qualificatifs. De bout en bout, la fronde qu'elle a menée a été en effet illégale au regard de la Constitution et du règlement intérieur de l'institution parlementaire. Le prononcé de la « vacance » qui en a résulté est par conséquent entaché du même vice rédhibitoire et n'a aucune validité.
Il apparaît clairement que ceux qui ont commis cette forfaiture ont été instruits à faire fi de tout légalisme pour que les commanditaires de la destitution de Saïd Bouhadja en soient venus à cette extrémité qui met à nu le peu de respect qu'ils ont pour les dispositions constitutionnelles ou institutionnelles que le pouvoir dont ils sont les détenteurs a lui-même concocté. La question que soulève leur brutale charge contre Saïd Bouhadja est de savoir quelle impérieuse raison ont-ils eue pour le destituer quitte à engager contre lui une procédure bafouant sans complexe et la Constitution et le règlement intérieur de l'APN. Il en est une à l'évidence mais indéchiffrable autant pour le commun des citoyens que par le monde politico-médiatique non admis à connaître des secrets qui sont l'apanage du seul sérail restreint composant les cercles de décision du pouvoir.
Il y a toutefois certitude que dans ce milieu, Bouhadja est devenu une cible probablement non pas parce qu'il représenterait en tant que président de la chambre basse une menace pour le processus menant au cinquième mandat présidentiel pour Bouteflika, mais peut-être pour s'être simplement affiché aux côtés d'acteurs politiques et d'influence qui y sont opposés. Sa mésaventure est symptomatique de la fébrilité qui fait réagir les tenants pour ce cinquième mandat en leur faisant impitoyablement sanctionner la moindre tiédeur à en défendre la cause que pourrait afficher tout serviteur du régime. Bouhadja a eu beau exciper son entière soumission et allégeance au président et au dessein qui lui est prêté de briquer un cinquième mandat, il a dû à un moment quelconque contrevenir à la loi et aux règles régissant le sérail dont l'observation stricte et sans le moindre fléchissement aussi conditionnel qu'il puisse être s'impose à tous ceux qui le peuplent.
De quoi Saïd Bouhadja s'est rendu coupable aux yeux des gardiens du temple ? Là est l'énigme. Il faut croire que ce qui lui est reproché justifie pour le pôle dirigeant la chasse à son scalp dont il a confié la besogne à ses sbires partisans et parlementaires avec pour mission de la mener sans se préoccuper du terrible discrédit qui en découlerait pour tout l'édifice républicain et le prestige de l'Algérie sur la scène internationale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.