Pour une redynamisation de la coopération algéro-russe    WOB - GSP programmé le 29 janvier    «J'ai démissionné pour des raisons personnelles»    Quatorze propositions pour le redressement national    A l'avenir, l'Algérie visera le marché étranger    «L'ANP est déterminée à garantir la sécurité des citoyens et du pays lors des élections présidentielles»    Rached El Ghanouchi et vingt-six autres islamistes sur le banc des accusés !    Messahel s'entretient à Davos-Klosters avec son homologue saoudien M. Ibrahim Al-Assaf    32 lettres d'intention dont 9 de partis politiques déposés    Les employeurs doivent se soumettre à la loi    Quand la mémoire fait défaut    L'arbre qui cache la forêt    1 720 transporteurs contrevenants comptabilisés en 2018    APC ou carnaval fi dachra    L'activité de lecture dépend des sujets    Ecrivaine à… 11 ans    Jusqu'à la fin des temps en lice    Assises nationales du tourisme : Poursuite des travaux au niveau des quatre ateliers    Finances Tenue à Alger d'un séminaire sur la révision du Système comptable financier    Commerce : L'inflation moyenne annuelle à 4,3% jusqu'à décembre 2018    Coupe de la CAF (phase de poules) : Le NAHD dans le groupe du Zamalek    Coupe d'Algérie (1ère partie- 8es de finale) : La logique qualification du CRB, l'USMAn et la JSMB    Hamrouche ne sera pas candidat    VFS annonce une nouvelle mesure    Mouwatana met en garde contre le 5e mandat    Mariée à son insu à un "terroriste"    Un concours prévu pour le 2 mars prochain    Accord Maroc-UE : Le Polisario saisira de nouveau la justice européenne    Soudan : Al-Bachir rejette la responsabilité de mort de manifestants, accuse les protestataires    Syrie : Pederson et Lavrov soulignent l'importance de l'action conjointe    L'Algérie esr bien le nouveau berceau de l'humanité    TRIBUNAL ADMINISTRATIF : La grève de l'intersyndicale de l'Education déclarée illégale    POUR EVITER LA FUITE DES CERVEAUX : L'ordre des médecins appelle au dialogue    Le photographe de presse Benhlima Abdelkrim porté disparu en mer    Le NAHD voit désormais grand    Les experts pointent les insuffisances et contraintes du secteur    Que de derbies !    Une finale avant la lettre entre les plus titrés    Au royaume des poètes arabes    Accord commercial Union européenne-Maroc : Le Front Polisario saisira de nouveau la justice    Extension du port de Skikda: Sonatrach signe un contrat avec les Chinois    Le rêve et la chaloupe    Forum économique de Davos : Messahel représente le président de la République    Journal officiel : La date du 18 janvier décrétée Journée nationale de la commune    Nomination des magistrats et prérogatives pour la HIISE    Film Juba II : Faire connaitre l'Histoire profonde de l'Algérie    Bedoui lance le débat    Les chrétiens sont "très persécutés" en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pour qui paye Bouhadja ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 20 - 10 - 2018

«Coup d'Etat», «coup de force», «la loi des hors-la-loi» sont quelques-uns des qualificatifs dont des confrères et des acteurs politiques ont usé pour souligner le caractère illégal de l'action des députés de la majorité qui ont proclamé la «vacance» du poste de président de l'Assemblée nationale. Ceux qui les ont énoncés n'ont nullement fait dans l'exagération tant l'opération à laquelle la majorité dans l'APN s'est livrée contre le détenteur du poste mérite ces qualificatifs. De bout en bout, la fronde qu'elle a menée a été en effet illégale au regard de la Constitution et du règlement intérieur de l'institution parlementaire. Le prononcé de la « vacance » qui en a résulté est par conséquent entaché du même vice rédhibitoire et n'a aucune validité.
Il apparaît clairement que ceux qui ont commis cette forfaiture ont été instruits à faire fi de tout légalisme pour que les commanditaires de la destitution de Saïd Bouhadja en soient venus à cette extrémité qui met à nu le peu de respect qu'ils ont pour les dispositions constitutionnelles ou institutionnelles que le pouvoir dont ils sont les détenteurs a lui-même concocté. La question que soulève leur brutale charge contre Saïd Bouhadja est de savoir quelle impérieuse raison ont-ils eue pour le destituer quitte à engager contre lui une procédure bafouant sans complexe et la Constitution et le règlement intérieur de l'APN. Il en est une à l'évidence mais indéchiffrable autant pour le commun des citoyens que par le monde politico-médiatique non admis à connaître des secrets qui sont l'apanage du seul sérail restreint composant les cercles de décision du pouvoir.
Il y a toutefois certitude que dans ce milieu, Bouhadja est devenu une cible probablement non pas parce qu'il représenterait en tant que président de la chambre basse une menace pour le processus menant au cinquième mandat présidentiel pour Bouteflika, mais peut-être pour s'être simplement affiché aux côtés d'acteurs politiques et d'influence qui y sont opposés. Sa mésaventure est symptomatique de la fébrilité qui fait réagir les tenants pour ce cinquième mandat en leur faisant impitoyablement sanctionner la moindre tiédeur à en défendre la cause que pourrait afficher tout serviteur du régime. Bouhadja a eu beau exciper son entière soumission et allégeance au président et au dessein qui lui est prêté de briquer un cinquième mandat, il a dû à un moment quelconque contrevenir à la loi et aux règles régissant le sérail dont l'observation stricte et sans le moindre fléchissement aussi conditionnel qu'il puisse être s'impose à tous ceux qui le peuplent.
De quoi Saïd Bouhadja s'est rendu coupable aux yeux des gardiens du temple ? Là est l'énigme. Il faut croire que ce qui lui est reproché justifie pour le pôle dirigeant la chasse à son scalp dont il a confié la besogne à ses sbires partisans et parlementaires avec pour mission de la mener sans se préoccuper du terrible discrédit qui en découlerait pour tout l'édifice républicain et le prestige de l'Algérie sur la scène internationale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.