Tipasa : Le peuple insiste sur la fin total des symboles du système    CHLEF.. «Nous voulons un changement radical !»    Ramadhan.. Les abattoirs d'Alger mobilisés    Fédération des sports mécaniques.. Asma Ben Messaoud désignée DTN    Sport scolaire.. Cinq accords de coopération avec des fédérations sportives    World Cadet Challenge 2019 de Tennis de table.. Azzala et Belache dans l'équipe africaine    Bab El Oued(Alger).. Cinq marchés de proximité seront ouverts    Sidi Bel Abbés.. Légère baisse des accidents de la route    Village ath allaoua.. Hommage à trois martyrs    Libye.. Les combats continuent    Poutine rencontrera le président nord-coréen    Boumerdès.. De nouveaux projets pour relancer l'artisanat    Les Soudanais exigent un pouvoir civil    Gaïd Salah à partir de la 4e région militaire : «Les tentatives de déstabilisation ont échoué et vont échouer»    «La précédente Constituante n'a empêché ni les abus ni l'instabilité constitutionnelle»    L'Afrique du Sud réitère son soutien constant aux peuples sahraoui et palestinien    Trump a donné l'ordre de limoger Robert Mueller    Pour éviter la déstabilisation, pour une sortie rapide de la crise politique en Algérie : sept (07) propositions    1,033 milliard m3 lâchés du barrage de Béni Haroun    Plus de 6.600 qx d'agrumes transformés en conserves    L'arbitre assistant Doulache invité par la commission de discipline    La FAHB sanctionne le CRDM et donne la victoire au CHBB    MARCHE DE L'EMPLOI : Plus de 8000 nouveaux postes créés à Oran    UGTA : Sidi Saïd dément sa démission    Bensalah opte pour la concertation avec la classe politique    Collision entre un camion et un véhicule à fait 5 morts    Campagne de volontariat pour la plantation de l'armoise blanche    SIDI BEL ABBES : 05 blessés dans une collision sur la RN 07    TIARET : 7 ans de prison ferme pour un dealer    MASCARA : 110 motocycles mis en fourrière en 90 jours !    CONSULTATIONS POLITIQUES : La Présidence organisera une rencontre consultative lundi    Papicha de Mounir Meddour en lice    Souidani Boudjemaâ, toujours un modèle pour les jeunes    Cœur de lumière    L'AUTRE FACE SI MERVEILLEUSE DU ‘'HIRAK'' : Mostaganem s'offre une superbe ‘'toilette''    Constantine : L'autre visage du mouvement populaire    Les élus de Béjaïa répondent au porte-parole du gouvernement : «C'est vous qui êtes illégitimes»    Le Coupe arabe des clubs change de nom    Ligue 1 : Fin du championnat le 26 mai prochain    Un sit-in de soutien au procureur général de la cour de Ghardaïa    On pourrait dire presque spontanément que le prix Nobel de la paix revient de droit au peuple algérien    Handi-basket : Les trois premières journées reprogrammées    Khenchela : les artistes pour un vrai changement    Avril 1980, catalyseur des luttes pacifiques    Pour une authentique «République» «algérienne» «démocratique» et «populaire»    La catastrophe de Notre-Dame de Paris    Forum Russie-Monde arabe: La sécurité et la stabilité en tête des priorités    Pourquoi le KGB n'a pas pu empêcher l'effondrement de l'URSS    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pour qui paye Bouhadja ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 20 - 10 - 2018

«Coup d'Etat», «coup de force», «la loi des hors-la-loi» sont quelques-uns des qualificatifs dont des confrères et des acteurs politiques ont usé pour souligner le caractère illégal de l'action des députés de la majorité qui ont proclamé la «vacance» du poste de président de l'Assemblée nationale. Ceux qui les ont énoncés n'ont nullement fait dans l'exagération tant l'opération à laquelle la majorité dans l'APN s'est livrée contre le détenteur du poste mérite ces qualificatifs. De bout en bout, la fronde qu'elle a menée a été en effet illégale au regard de la Constitution et du règlement intérieur de l'institution parlementaire. Le prononcé de la « vacance » qui en a résulté est par conséquent entaché du même vice rédhibitoire et n'a aucune validité.
Il apparaît clairement que ceux qui ont commis cette forfaiture ont été instruits à faire fi de tout légalisme pour que les commanditaires de la destitution de Saïd Bouhadja en soient venus à cette extrémité qui met à nu le peu de respect qu'ils ont pour les dispositions constitutionnelles ou institutionnelles que le pouvoir dont ils sont les détenteurs a lui-même concocté. La question que soulève leur brutale charge contre Saïd Bouhadja est de savoir quelle impérieuse raison ont-ils eue pour le destituer quitte à engager contre lui une procédure bafouant sans complexe et la Constitution et le règlement intérieur de l'APN. Il en est une à l'évidence mais indéchiffrable autant pour le commun des citoyens que par le monde politico-médiatique non admis à connaître des secrets qui sont l'apanage du seul sérail restreint composant les cercles de décision du pouvoir.
Il y a toutefois certitude que dans ce milieu, Bouhadja est devenu une cible probablement non pas parce qu'il représenterait en tant que président de la chambre basse une menace pour le processus menant au cinquième mandat présidentiel pour Bouteflika, mais peut-être pour s'être simplement affiché aux côtés d'acteurs politiques et d'influence qui y sont opposés. Sa mésaventure est symptomatique de la fébrilité qui fait réagir les tenants pour ce cinquième mandat en leur faisant impitoyablement sanctionner la moindre tiédeur à en défendre la cause que pourrait afficher tout serviteur du régime. Bouhadja a eu beau exciper son entière soumission et allégeance au président et au dessein qui lui est prêté de briquer un cinquième mandat, il a dû à un moment quelconque contrevenir à la loi et aux règles régissant le sérail dont l'observation stricte et sans le moindre fléchissement aussi conditionnel qu'il puisse être s'impose à tous ceux qui le peuplent.
De quoi Saïd Bouhadja s'est rendu coupable aux yeux des gardiens du temple ? Là est l'énigme. Il faut croire que ce qui lui est reproché justifie pour le pôle dirigeant la chasse à son scalp dont il a confié la besogne à ses sbires partisans et parlementaires avec pour mission de la mener sans se préoccuper du terrible discrédit qui en découlerait pour tout l'édifice républicain et le prestige de l'Algérie sur la scène internationale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.