L'opposition invisible    Le CNDH élude la presse électronique    Afin de garantir la poursuite du programme du président Bouteflika : L'alliance présidentielle ouverte aux propositions    Entre report, prolongement du mandat, révision de la Constitution… : Présidentielle 2019 des scénarios, un consensus !    Signature d'un contrat de sponsoring entre l'Eniem et la JSK    Le wali annonce la création d'un guichet unique    Bedoui : «Le citoyen doit être au cœur des priorités»    La CNAS s'explique    L'usine fermée, les produits retirés du marché    23ème Journée de l'énergie : Consécration à la résilience de Sonatrach et les défis du futur    L'apport de l'agriculture à la croissance    Bâtiment et Construction : Nécessité de transformer les idées innovantes en produits industriels    Information arabe : Kaouane prendra part lundi à Ryad à une rencontre    Messahel réaffirme l'engagement de l'Algérie en faveur de l'Afrique    L'UA appelle à la retenue face à l'impasse politique    Emmanuel Macron renonce    Donald Trump menacé d'impeachment    Coupes africaines (16es aller) : Bons résultats des clubs algériens    Le NA Hussein-Dey arrache un précieux nul à Lusaka    L'USM Bel-Abbès hypothèque ses chances de qualification    L'AS Protection Civile d'Alger (dames) et Sétif (hommes) sacrées à Biskra    Hattab tire de nouveau sur les présidentsde clubs    Ryad Boudebouz : "Je suis bien au Bétis Séville, je veux rejouer"    «Toutes nos dettes sont payées depuis quatre ans»    Ressources halieutiques : Les prix du poisson toujours en hausse    Pour répondre aux besoins de l'environnement socioéconomique : Nécessite de renforcer la relation université-entreprise    Une stèle d'un martyr de la Révolution profanée    Dix ans après sa disparition, un concert en hommage à Maâllem Benaïssa    Concours de recrutement à Sonatrach: Plus de 6.000 inscrits à Ouargla    france : Aprés les gilets jaunes Les policiers en colère    Entre Washington et Pékin: Des négociations commerciales à petits pas    FACE A L'EMIGRATION CLANDESTINE : Les partis de l'alliance plaident pour "une stratégie globale"    Une victoire et beaucoup de regrets    Boudebouz a hâte de rejouer    Traitement aux lentilles et pommes de terre    Bedda en rassembleur    Je suis présidentielle 2019 !    Mots d'hiver    Ouverture aujourd'hui du 3e salon national de la photo    Une algérienne au «pays des djinns et des anges»    Filière ovine: La préservation des souches nobles et rares au cœur du débat    Blida: Pluies, neige et inondations    15 morts sur les routes en 48 heures    Chantage aux sentiments    Les travaux de réhabilitation en phase d'achèvement: La salle Marhaba livrée cet été    ONU : Adoption de 36 résolutions dont une relative au conflit du Sahara occidental    L'option des sanctions financières écartée    Le torchon brule entre Yasmina Khadra et Mihoubi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Syndicalisme, le tournant
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 11 - 11 - 2018

L'avènement d'une confédération des syndicats algériens (CSA), issue des syndicats autonomes des différents secteurs de la fonction publique, sonne le glas du syndicalisme rentier, représenté depuis l'indépendance par l'UGTA, une des organisations de masse satellites de l'ex-parti unique. Si le multipartisme est déjà une réalité, le pluralisme syndical a longtemps été refoulé, écarté, sinon brimé par l'administration. Et pourtant, c'est une alternative pour les travailleurs de l'administration, de la fonction publique en particulier, à l'impasse dans laquelle s'est fourvoyée depuis plus de vingt ans l'UGTA qui a commis l'erreur fatale de soutenir les politiques antisociales des gouvernements successifs depuis les années 2000. De s'occuper plus de politique que de syndicalisme, de s'allier plus aux partis politiques de la majorité qu'aux mouvements syndicaux, fussent-ils autonomes et plus présents sur le terrain des luttes syndicales. Et, surtout d'avoir oublié que les travailleurs algériens n'existent pas seulement au sein des entreprises publiques, au sein du secteur économique, mais plutôt dans l'administration, les écoles, les hôpitaux, les communes et les collectivités locales.
Les travailleurs de la fonction publique se sont dès lors pris eux-mêmes en charge et ont bataillé pour arracher leurs droits, améliorer leurs conditions de travail et leur pouvoir d'achat. L'UGTA, au contraire, s'est désavouée elle-même et s'est isolée en tournant le dos au formidable mouvement revendicatif de milliers d'enseignants, de professeurs d'université, de médecins et infirmiers, des postiers, de l'administration, en allant conclure un pacte avec le gouvernement et le patronat, comme pour cautionner les importantes concessions sociales faites à tous les gouvernements depuis le second mandat du président Bouteflika.
Ce sont au contraire les syndicats autonomes représentant les secteurs de la fonction publique qui vont occuper le terrain de la revendication et lutter pour améliorer les conditions sociales de leurs adhérents, notamment au sein de l'Education nationale, la Poste, l'administration publique et le secteur de la Santé. Mais, également en défendant l'amélioration des conditions de travail, de vie décente, les salaires, une meilleure retraite.
Sur ce terrain, l'UGTA n'a pratiquement rien fait, d'autant que sur le dossier sensible des retraites la centrale syndicale a pris fait et cause pour les thèses du gouvernement, ce qui, pratiquement, lui a valu une perte de confiance des travailleurs et sonné la migration des travailleurs vers les syndicats autonomes. En face, les revendications sociales, ponctuées de grèves dures, devenaient plus ouvertes et intenses des syndicats autonomes, notamment au sein de l'Education nationale, ce qui fatalement a fait de ces syndicats des interlocuteurs incontournables de l'administration, ainsi que le ministère du Travail, et les vrais représentants des travailleurs, tous secteurs confondus de la fonction publique. Aujourd'hui, la naissance d'une confédération des syndicats algériens marque une ère nouvelle et enrichit le paysage syndical en Algérie. C'est aussi une bonne chose pour le mouvement syndical national qui avait besoin d'une confédération autonome. Cette nouvelle donne incitera-t-elle l'UGTA, qui fait plus de politique que de syndicalisme, jusqu'à soutenir un 5ème mandat de Bouteflika, à inverser la tendance et revenir à ses missions ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.