Les femmes-mères travailleuses entre le four et le moulin    1 500 milliards de DA hors circuit    Pas d'impacts de la crise financière    Pour l'annulation des poursuites judiciaires    Varsovie attend des excuses d'Israël    Le sénateur démocrate Bernie Sanders annonce sa candidature pour 2020    Pauvre Finkielkraut    Le Gambien Bakary Gassama au sifflet    Feghouli et Bennacer dans le Onze type africain de la semaine    Les présidents de l'ASAM et l'O Médéa suspendus    Le plan de Benghabrit pour faire face à la grève    Violences contre les femmes et trafic de drogue en hausse    Gâteau renversé aux agrumes    La « main étrangère » au service du régime illégitime d'Alger durant la « sale guerre ».    Rachid Mokhtari publie La Guerre d'Algérie dans le roman français    L'Orchestre symphonique de la ville d'Oran donne son premier concert    L'éclipse    Liberté de la presse : Le Maroc renoue avec les méthodes de barbouzes    Aïn El Hammam : Un commerce informel encombrant    Boufarik : 32 Omras octroyées par l'association Ennour    Opposition unie, un rêve ?    Tiaret: Un réseau de vol de véhicules démantelé    EN - La liste des joueurs à retenir: Un casse-tête pour Belmadi    Ligue 2 - Probabilités de relégation: Le temps de la calculette est arrivé !    UMA et sociétés civiles: «Laisser le règlement du problème du Sahara Occidental aux Nations unies»    Le vendredi de tous les dangers    Boumerdès: Un véhicule de transport de fonds attaqué, 15 milliards volés    Le mot du Chahid à ces gens-là...    Sebaâ et Haniched renforcent la DTS    Les acteurs politiques face aux risques de dérapages    «L'assiette destinée au centre de formation du club est prête»    Trois médailles, dont une en or, pour l'Algérie    Le développement de l'Afrique, un enjeu géostratégique au XXIe siècle»    Avec Ooredoo, suivez votre consommation d'eau sur votre mobile grâce au nouveau service exclusif «SEAAL Mobile»    Comment renforcer les capacités des bureaux d'hygiène    Les acquis enregistrés grâce à l'unité et la détermination du peuple sahraoui    La Ligue arabe condamne les prélèvements par l'occupant israélien sur les revenus d'impôts palestiniens    Retour des «djihadistes», un vrai casse-tête pour les autorités françaises    Où est le programme ?    Une cache contenant des armes et des munitions découverte à Tamanrasset    Exportation de 860.000 œufs vers la Libye    Influence de la cuisine orientale sur la cuisine européenne du Moyen-âge    Bedoui dénonce des tentatives de "gâcher" l'élection    Formation professionnelle : Réception de 40 nouveaux établissements pour la rentrée de février    17 personnes décédées et 1.242 autres blessées en une semaine    Déclaration de politique générale : M. Ouyahia la présentera lundi prochain devant l'APN    Augmentation de la bourse et suppression des réfectoires    Projection de "Maintenant, ils peuvent venir"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Syndicalisme, le tournant
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 11 - 11 - 2018

L'avènement d'une confédération des syndicats algériens (CSA), issue des syndicats autonomes des différents secteurs de la fonction publique, sonne le glas du syndicalisme rentier, représenté depuis l'indépendance par l'UGTA, une des organisations de masse satellites de l'ex-parti unique. Si le multipartisme est déjà une réalité, le pluralisme syndical a longtemps été refoulé, écarté, sinon brimé par l'administration. Et pourtant, c'est une alternative pour les travailleurs de l'administration, de la fonction publique en particulier, à l'impasse dans laquelle s'est fourvoyée depuis plus de vingt ans l'UGTA qui a commis l'erreur fatale de soutenir les politiques antisociales des gouvernements successifs depuis les années 2000. De s'occuper plus de politique que de syndicalisme, de s'allier plus aux partis politiques de la majorité qu'aux mouvements syndicaux, fussent-ils autonomes et plus présents sur le terrain des luttes syndicales. Et, surtout d'avoir oublié que les travailleurs algériens n'existent pas seulement au sein des entreprises publiques, au sein du secteur économique, mais plutôt dans l'administration, les écoles, les hôpitaux, les communes et les collectivités locales.
Les travailleurs de la fonction publique se sont dès lors pris eux-mêmes en charge et ont bataillé pour arracher leurs droits, améliorer leurs conditions de travail et leur pouvoir d'achat. L'UGTA, au contraire, s'est désavouée elle-même et s'est isolée en tournant le dos au formidable mouvement revendicatif de milliers d'enseignants, de professeurs d'université, de médecins et infirmiers, des postiers, de l'administration, en allant conclure un pacte avec le gouvernement et le patronat, comme pour cautionner les importantes concessions sociales faites à tous les gouvernements depuis le second mandat du président Bouteflika.
Ce sont au contraire les syndicats autonomes représentant les secteurs de la fonction publique qui vont occuper le terrain de la revendication et lutter pour améliorer les conditions sociales de leurs adhérents, notamment au sein de l'Education nationale, la Poste, l'administration publique et le secteur de la Santé. Mais, également en défendant l'amélioration des conditions de travail, de vie décente, les salaires, une meilleure retraite.
Sur ce terrain, l'UGTA n'a pratiquement rien fait, d'autant que sur le dossier sensible des retraites la centrale syndicale a pris fait et cause pour les thèses du gouvernement, ce qui, pratiquement, lui a valu une perte de confiance des travailleurs et sonné la migration des travailleurs vers les syndicats autonomes. En face, les revendications sociales, ponctuées de grèves dures, devenaient plus ouvertes et intenses des syndicats autonomes, notamment au sein de l'Education nationale, ce qui fatalement a fait de ces syndicats des interlocuteurs incontournables de l'administration, ainsi que le ministère du Travail, et les vrais représentants des travailleurs, tous secteurs confondus de la fonction publique. Aujourd'hui, la naissance d'une confédération des syndicats algériens marque une ère nouvelle et enrichit le paysage syndical en Algérie. C'est aussi une bonne chose pour le mouvement syndical national qui avait besoin d'une confédération autonome. Cette nouvelle donne incitera-t-elle l'UGTA, qui fait plus de politique que de syndicalisme, jusqu'à soutenir un 5ème mandat de Bouteflika, à inverser la tendance et revenir à ses missions ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.