Présidentielle 2019: Le report, une solution à «l'impasse» ?    Exception d'inconstitutionnalité: Le plaidoyer de Louh    Tébessa: Un programme d'urgence pour l'eau potable    Argent de la diaspora: Les Algériens, derniers de la classe    Leurs dossiers acceptés mais ils ne peuvent accéder au site pour le paiement: Sit-in des souscripteurs devant la direction régionale de l'AADL    Un pacte self-service    FAF - Coupe d'Algérie (1/32e et 1/16e de finale): Place aux émotions et gare aux surprises !    LFP - Championnat national: Statut professionnel, gestion amateur    Ligues 1 et 2: Où est passé le bilan chiffré de la compétition ?    Axe Gdyel - Hassi Ben-Okba: Un octogénaire meurt dans une collision entre un camion et une voiture    Tebessa: 2 à 15 ans de prison dans une affaire de terrorisme    Affaire du magistrat tué à Sidi Bel-Abbès: L'épouse de la victime, sa fille et un complice écroués    Au fil... des jours - Communication politique : nouvelles du front ! (2ème partie)    Le pouvoir d'en haut, la confiance d'en bas    Karim Wade saisit la Cour de justice de la Cedeao pour pouvoir être candidat    Kia Al Djazair introduit le GPL sur 3 de ses modèles    Land Rover Algérie : Plusieurs offres promotionnelles aux ateliers SAV    Des milliers de manifestants marchent pour les libertés    Le FLN pour une nouvelle sérénité    1ère Foire commerciale intra-africaine Participation de l'Algérie au Caire    Copa Libertadores : River Plate s'adjuge le titre face à Boca Juniors    Le poids de la crise    La poursuite de l'ouverture chinoise renforcera sa croissance    Les solutions "miracles" de Chakib Khelil    Benghabrit hausse le ton et menace…    Un test de dépistage en 10 minutes    Ouyahia contrarié ?    18ème Salon AutoWest : L'industrie automobile nationale à l'honneur    Commémoration du 58e anniversaire des manifestations du 11 décembre 1960 : Aïn Témouchent abritera les festivités nationales    Master-class d'instruments traditionnels en décembre    La vie perturbée de la CAN-2019    Un pacte mondial sur les migrants mort-né    Six personnes ont trouvé la mort en 24 H    «Prémunir le retour à la décennie noire qui a failli détruire l'Etat national»    Ghezzal retrouve la compétition    L'Algérien Ferhat retrouve ses talents de passeur    L'ONPLC annonce l'élaboration d'une cartographie des dangers de corruption    Nabila Goumeziane : «L'œuvre de Mohya, une référence de notre patrimoine»    «Am not your negro» et «L'autre côté de l'espoir» lauréats des Grands prix    «Brossi» décroche la «Grappe d'Or»    ORAN : 2 ‘'passeurs'' arrêtés et une barque saisie    Repêchage de deux corps sans vie sur deux plages de Ben M'Hidi    Le communiqué déroutant de la coalition    «C'est un jour important pour moi»    AUDI, la marque surprise du salon Autowest    Violation des droits d'association, d'expression et de manifestation: Un appel pour éviter le scénario des «Gilets jaunes»    Tolérance, ONG, mosquées, campus: Les clarifications du ministre des Affaires religieuses    Huawei : La directrice financière soupçonnée de fraude par les Etats-Unis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le pétrole, toujours
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 15 - 11 - 2018

Le projet de loi de finances 2019 sera adopté ce jeudi en séance plénière par le Parlement. Il va consacrer, dans le fond, la politique sociale qui a été toujours prônée par le président Bouteflika, autant pour garantir la «paix sociale» que pour répondre à une énorme demande sociale en termes d'infrastructures, d'habitat et de services.
La nouveauté dans le PLF 2019, et au-delà du gel des hausses des tarifs de plusieurs produits comme les carburants et l'électricité, et de relative détente fiscale, est que le gouvernement a tenté une timide sortie de la dépendance des hydrocarbures pour reprendre prudemment les chemins de la croissance. Une démarche à souligner, sinon à encourager, dans la mesure où le ton est clairement donné pour abandonner progressivement, même si cela n'est pas envisageable à brève échéance, la piste des hydrocarbures pour soutenir la croissance.
Le gouvernement Ouyahia a d'ailleurs bien établi qu'il compte, en 2019, s'appuyer sur les secteurs économiques hors hydrocarbures pour assurer une croissance prévue à 2,9% contre les 4% de 2018. Hors hydrocarbures, le taux de croissance prévu par le gouvernement Ouyahia est de 3,2%, avec un appui plus marqué sur les secteurs de l'industrie, du BTP, de l'agriculture ou des services. Ces secteurs, selon la démarche de l'exécutif, qui veut se libérer de la dépendance des hydrocarbures pour améliorer ses indicateurs économiques, seront en quelque sorte le cheval de bataille de la relance économique et, surtout, marqueront la fin de la dépendance de l'économie algérienne aux hydrocarbures. Un vaste projet cependant, car dans l'immédiat et dans les cinq prochaines années, il s'agit surtout d'éponger les déficits, ramener à l'équilibre notamment la balance des paiements, ainsi que la fin de l'érosion des réserves de change par le recours qui s'annonce massif, mais contesté aux hydrocarbures de schiste. En fait, dans l'absolu et en l'absence d'une économie résolument orientée vers l'exportation de biens hors hydrocarbures, le gouvernement actuel (et à venir) doit mettre le cap en priorité sur une meilleure stratégie d'exploitation des secteurs industriel, agricole et des services, qui ont des potentiels énormes. Les estimations sont optimistes pour 2019, avec une croissance dans le secteur du bâtiment et des travaux publics de 4,7%, de 5% dans l'industrie, de 3,7% dans l'agriculture et de 1,8% dans les services marchands et non marchands de l'Etat. Des chiffres qui donnent une certaine confiance dans des secteurs ailleurs moteurs de la croissance, alors qu'en Algérie, la hausse du PIB n'a jamais été tirée par l'industrie, encore moins par l'agriculture et les services. Aujourd'hui, il semblerait que la crise financière ait rendu le gouvernement plus sage, qui veut cependant s'assurer d'une croissance à deux niveaux, celle tirée par les hydrocarbures et celle à venir liée à une amélioration des performances des secteurs industriel et agricole, les services étant encore trop en retrait pour être compétitifs, hormis quelques niches isolées. Sur la base d'une remontée des performances des secteurs hors hydrocarbures, le gouvernement compte réaliser en 2020 une croissance économique de 3,4% et 3,2% en 2021 avec une moyenne de croissance hors hydrocarbure de 3,1% en 2020-2021. C'est bien, mais dans les faits, les déficits restent importants et la demande sociale tout autant, notamment pour le dossier des retraites, du soutien des prix aux couches défavorisées, l'habitat et la relance de l'emploi. Ce qui, fatalement, va reporter à plus tard la stratégie d'une croissance économique indépendante des hydrocarbures. Et ainsi, les lois de finances seront toujours étalonnées sur le pétrole.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.