14e Salon international de défense à Abou Dhabi.. Gaïd Salah prend part à l'ouverture    Sellal a rencontré samedi leurs responsables.. Onze organisations estudiantines soutiennent Bouteflika    Après la destruction par la douane libyenne de sa cargaison de jus pour «non-conformité».. L'entreprise NCA Rouiba réagit    En adressant un message aux pays de la région.. Bouteflika exprime le vœu de relancer l'UMA    Hausse de débit, baisse de tarification, exportation d'Internet vers l'Afrique.. Les promesses de Houda Faraoun    Un eurodéputé dénonce les accords commerciaux Maroc-UE.. La question sahraouie mobilise les consommateurs espagnols    Iran.. Egypte et Jordanie dénoncent l'attentat terroriste    Béjaïa.. Les RN 26 et 09 bloquées par des protestataires    Alger.. Arrestation d'un terroriste recherché    Coupe du monde de sabre féminin «juniors».. La Française Sarah Noutcha remporte l'étape d'Alger    Tournoi International de la LAT.. 25 nations au rendez-vous    INVESTISSEMENT : 4 000 émigrés algériens veulent investir en Algérie    Manchester United.. Tout pour prolonger David de Gea    ADRAR : 10 personnes asphyxiées sauvées in-extremis    LOGEMENTS SOCIAUX A ORAN : Des brigades pour lutter contre la sous-location    La guerre des amulettes ?    L'opposition sceptique    Les Algériens en conquérants    Les mal classés respirent mieux    Soulagement pour Coman, disponible pour Liverpool    Escalade des attaques de colons contre les Palestiniens    Ankara ne reviendra pas sur l'achat des missiles S-400 à la Russie    Téhéran accuse Islamabad de soutien à un groupe derrière un attentat meurtrier    Les chiffres de la Cacobatph    Remède relaxant pour les douleurs au genou    Le meeting national des retraités de l'armée annulé    Les meilleurs réunis autour d'une exposition collective    Romain Gary sur les écrans    Albayazin inaugure l'année 2019 avec le guide de la wilaya de Boumerdès    Jijel : Le corps d'un jeune disparu en mer repêché à la plage Aftis    Nouvelles d'Oran    A la recherche du temps perdu    400 kilomètres de fibre optique en projet    Présidentielle 2019: Une campagne avant l'heure et des protestations    Importations: La facture alimentaire a dépassé les 8,5 milliards de dollars    Volley-ball - Super Division: Bonne opération pour le RC Msila    Kateb Yacine, la mère de Mohammed Dib et les «bons à rien»    El Tarf - Guerre de libération : un recueil sur la Base de l'Est    Préparatifs de l'élection présidentielle    Du clinker algérien pour l'Afrique de l'Ouest    «Nathan le sage» présentée à Alger    Exposition de Djamel Bouttaba    Sécurité : Le nouveau DGSN met en avant l'importance du partenariat entre les différents corps    Coupe d'Algérie (1/4 de finale) : La double confrontation CSC - MCO décalée au mois de mars (Arama)    Nigeria : L'élection présidentielle reportée d'une semaine    Syrie : Sommet trilatéral à Sotchi en vue d'un règlement durable de la crise    Venezuela : Maduro appelle le Royaume-Uni à rendre l'or "volé"    CACI-France : Une stratégie plus offensive pour consolider le partenariat algéro-français    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le pétrole, toujours
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 15 - 11 - 2018

Le projet de loi de finances 2019 sera adopté ce jeudi en séance plénière par le Parlement. Il va consacrer, dans le fond, la politique sociale qui a été toujours prônée par le président Bouteflika, autant pour garantir la «paix sociale» que pour répondre à une énorme demande sociale en termes d'infrastructures, d'habitat et de services.
La nouveauté dans le PLF 2019, et au-delà du gel des hausses des tarifs de plusieurs produits comme les carburants et l'électricité, et de relative détente fiscale, est que le gouvernement a tenté une timide sortie de la dépendance des hydrocarbures pour reprendre prudemment les chemins de la croissance. Une démarche à souligner, sinon à encourager, dans la mesure où le ton est clairement donné pour abandonner progressivement, même si cela n'est pas envisageable à brève échéance, la piste des hydrocarbures pour soutenir la croissance.
Le gouvernement Ouyahia a d'ailleurs bien établi qu'il compte, en 2019, s'appuyer sur les secteurs économiques hors hydrocarbures pour assurer une croissance prévue à 2,9% contre les 4% de 2018. Hors hydrocarbures, le taux de croissance prévu par le gouvernement Ouyahia est de 3,2%, avec un appui plus marqué sur les secteurs de l'industrie, du BTP, de l'agriculture ou des services. Ces secteurs, selon la démarche de l'exécutif, qui veut se libérer de la dépendance des hydrocarbures pour améliorer ses indicateurs économiques, seront en quelque sorte le cheval de bataille de la relance économique et, surtout, marqueront la fin de la dépendance de l'économie algérienne aux hydrocarbures. Un vaste projet cependant, car dans l'immédiat et dans les cinq prochaines années, il s'agit surtout d'éponger les déficits, ramener à l'équilibre notamment la balance des paiements, ainsi que la fin de l'érosion des réserves de change par le recours qui s'annonce massif, mais contesté aux hydrocarbures de schiste. En fait, dans l'absolu et en l'absence d'une économie résolument orientée vers l'exportation de biens hors hydrocarbures, le gouvernement actuel (et à venir) doit mettre le cap en priorité sur une meilleure stratégie d'exploitation des secteurs industriel, agricole et des services, qui ont des potentiels énormes. Les estimations sont optimistes pour 2019, avec une croissance dans le secteur du bâtiment et des travaux publics de 4,7%, de 5% dans l'industrie, de 3,7% dans l'agriculture et de 1,8% dans les services marchands et non marchands de l'Etat. Des chiffres qui donnent une certaine confiance dans des secteurs ailleurs moteurs de la croissance, alors qu'en Algérie, la hausse du PIB n'a jamais été tirée par l'industrie, encore moins par l'agriculture et les services. Aujourd'hui, il semblerait que la crise financière ait rendu le gouvernement plus sage, qui veut cependant s'assurer d'une croissance à deux niveaux, celle tirée par les hydrocarbures et celle à venir liée à une amélioration des performances des secteurs industriel et agricole, les services étant encore trop en retrait pour être compétitifs, hormis quelques niches isolées. Sur la base d'une remontée des performances des secteurs hors hydrocarbures, le gouvernement compte réaliser en 2020 une croissance économique de 3,4% et 3,2% en 2021 avec une moyenne de croissance hors hydrocarbure de 3,1% en 2020-2021. C'est bien, mais dans les faits, les déficits restent importants et la demande sociale tout autant, notamment pour le dossier des retraites, du soutien des prix aux couches défavorisées, l'habitat et la relance de l'emploi. Ce qui, fatalement, va reporter à plus tard la stratégie d'une croissance économique indépendante des hydrocarbures. Et ainsi, les lois de finances seront toujours étalonnées sur le pétrole.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.