Coupe d'Algérie.. La double confrontation CRB-NAHD officiellement au 5 juillet    Ligue des champions.. Sergio Ramos s'explique après la polémique concernant son carton jaune    Grand succès de «Nathan le sage» à Alger.. Le théâtre pour unir les humains    Première forte mobilisation dans la rue contre le 5e mandat    Tamanrasset, In Guezzam et Bordj Badji Mokhtar.. 39 orpailleurs arrêtés    Salon international de défense «IDEX-2019».. Gaid Salah à Abou Dhabi    Grand concours «Cirta Science» de Constantine.. 550 lycéens aux épreuves préliminaires    INTERSYNDICALE : L'éducation perturbée par une grève le 26 février    UN VEHICULE VOLE A MOSTAGANEM, RETROUVE A RELIZANE : Les 04 voleurs placés sous les verrous    PRESIDENTILLE 2019 : Le PT tranchera prochainement sur sa participation    Le jeune arrête à BBA libéré    REVISION DE LA LOI RELATIVE AU MOUDJAHID ET AU CHAHID : Prise en charge médicale optimale pour les Moudjahidine    Pas de campagne pour Belkhadem et Saâdani    Les assurances de Temmar    La Russie, la Turquie et l'Iran s'engagent à aider Damas à réaliser des réformes constitutionnelles    La justice refuse la libération d'un ex-ministre mozambicain    Abdelmalek Sellal s'emploie à banaliser le 5e mandat    Les faux dilemmes de Benflis et Hanoune    Ernesto Valverde prolongé    «La coupe de cheveux reflète inéluctablement notre idole»    Quelques vieilles saloperies jamais vraiment enterrées au cimetière de Boothill !    La sûreté de wilaya dresse son bilan : 12 réseaux de passeurs démantelés en 2018    Gare routière est : Un policier assassiné dans un bus    MO Béjaïa : Accord trouvé avec Bouzidi    Zone de Bellara, à El Milia (Jijel) : Lancement des travaux de viabilisation    Chambre de commerce : Une délégation américaine en visite à Oran    Coupe arabe des clubs. Al-Merreikh – MCA : Mission difficile pour le Doyen à Omdurman    LFP – sanctions : Huis clos pour le MOB, un an pour Harkabi    Coupe d'Algérie: La double confrontation CRB - NAHD au 5-Juillet    Bilan financier 2018: Ooredoo Algérie compte 13,8 millions d'abonnés    Le ministre du Travail l'affirme: Plus d'un demi million de nouveaux chômeurs diplômés chaque année    Chlef: Le vol de câbles téléphoniques inquiète    Sept médailles dont 3 en or pour l'Algérie    59ème anniversaire des essais nucléaires français en Algérie    Le premier Salon national du miel se déroulera cette année    Deux terroristes se font exploser à Sidi Bouzid    Plus de 100 000 bébés meurent annuellement en raison des guerres    Le réseau internet exposé aux attaques de l'exterieur du pays    Des avions français bombardent des civils à l'extrême Est    Saisie de 1, 260 kg de kif traité    «Les Yeux de Mansour» de Ryad Girod    Générale de Saha l'artiste    Manselkouch.. Manselkouch en ouverture    "Les masques sont tombés" : Moscou répond au journaliste de la BBC sur "l'attaque" à Douma    La dette publique des USA bat un nouveau record: en quoi Trump est-il différent d'Obama?    Abdelkader Kara Bouhadba installé dans ses nouvelles fonctions    Accord de pêche Maroc-UE : Le Tribunal européen ordonne à l'UE de respecter le droit international    Cameroun : L'opposant Maurice Kamto et ses partisans inculpés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Retour à Astana avec Idleb comme pomme de discorde
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 20 - 11 - 2018

La mise en place d'une « zone démilitarisée » à Idleb sous contrôle russo-turc qui a fait l'objet d'un accord le 17 septembre dernier entre Ankara et Moscou a certes éloigné provisoirement le spectre de l'offensive de grande ampleur que l'armée syrienne préparait pour reprendre cette enclave, la seule à être encore sous le contrôle de rebelles et jihadistes. Mais elle n'a nullement mis fin à la situation de belligérance entre ces derniers et les forces loyalistes en position aux limites de la province d'Idleb.
Des escarmouches les opposent en effet régulièrement dont la plus récente a coûté la vie à une vingtaine de soldats de l'armée syrienne. Ce qui ne contribue pas à créer un climat propice à la prolongation de la trêve des armes dans cette région tel que l'ont espéré les parties prenantes de l'accord du 17 septembre.
Ce qui met en péril cet accord, c'est le fait que le principal groupe armé qui a sous son contrôle la plus grande partie de la province d'Idleb et n'est autre que le Front Nosra, la franchise en Syrie de l'organisation terroriste El Qaïda, l'a rejeté et se refuse à la cessation de la confrontation avec les forces gouvernementales. Damas dont les forces continuent d'être harcelées par les éléments de ce groupe jihado-terroriste a bon droit de menacer de reprendre l'offensive contre Idleb pour l'en chasser d'autant qu'il a récemment fait l'annonce d'être parvenu à rallier autour de lui les groupes rebelles soutenus par Ankara qui sous la pression turque ont initialement accepté la mise en place de la « zone démilitarisée ». Si cette annonce se vérifie, cela voudrait dire que la Turquie qui s'est portée garante d'une application effective de l'accord sur Idleb en sa qualité de partie à qui le processus d'Astana a confié la prérogative de ramener la paix et la normalisation de la province n'est pas en capacité de le faire ou qu'elle s'adonne à un jeu qui n'augure pas de la réussite de ce processus d'Astana dont elle est pourtant partie prenante.
C'est probablement ce qu'il va lui être demandé de clarifier par ses autres partenaires dans le processus d'Astana lors de leur nouvelle rencontre dans ce cadre annoncée par les autorités kazakhes comme devant avoir lieu dans leur capitale Astana les 28 et 29 novembre. Faute de quoi le statu quo dans la province d'Idleb qui ne profite à l'évidence qu'aux extrémistes du Nosra et aux rebelles qui partagent son jusqu'au-boutisme sera inéluctablement remis en cause par le pouvoir syrien et son allié russe dont les bases proches de cette province sont elles-mêmes les cibles d'attaques sporadiques en provenance de celle-ci. Ce qui se décidera pour Idleb lors de ces nouveaux pourparlers d'Astana conditionnera incontestablement la suite des évènements en Syrie soit positivement, en rendant possible d'envisager le rétablissement post-conflit de la Syrie, soit négativement en perpétuant son état de guerre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.