RECLAME PAR LA JUSTICE : Djemai cède sa place à la tête du FLN    DE TIARET, LE MINISTRE DES TRAVAUX PUBLICS RASSURE : ‘'La ligne ferroviaire, prochainement livrée''    Les citoyens ferment le siège de l'APC    Les employés d'Aigle Azur en Algérie sacrifiés ?    Années du service national et droit à la retraite    Et après ?    Transition toujours mouvementée au Soudan    Le logo officiel présenté aujourd'hui    L'Algérie deuxième, avec 3 or et 1 argent    Les garçons évitent le forfait, les filles toujours dans l'expectative    Slimani passeur décisif    Les partis se positionnent    Béjaïa : le front social en ébullition    Deux morts et deux blessés dans un accident de la route    Pénurie de manuels scolaires    MBC lance une chaîne TV dédiée aux pays du Maghreb    Un festival à Alger pour la promotion des traditions méditerranéennes    Le Sénégal invité d'honneur du 24e Sila    ACTUCULT    L'appel à participation ouvert jusqu'au 15 novembre    "L'oppression nous conduit droit vers une élection illégitime"    Hausse du déficit de la balance commerciale    Suppression de la règle 49/51 : Les Britanniques applaudissent et promettent un programme d'investissement    Une «alliance islamo-nationaliste» pour sauver le scrutin    L'activiste Samir Belarbi arrêté    «Les dernières inculpations des manifestants sont politiques»    Le pétrole en nette hausse    CHAN-2020 : Les 24 joueurs face au Maroc    Belle option pour les Rouge et Noir    Est-il sérieux de parler encore de mobilité ?    Un autre coup de massue pour les Hamraoua    Tébessa: La Protection civile sur le qui-vive    Elections présidentielles: L'Algérie dans une phase cruciale    Attaque contre l'Arabie saoudite: Le pétrole s'affole, les tensions diplomatiques montent    Médicaments: Pour une meilleure traçabilité des Psychotropes    MC Oran: Une défaite qui interpelle    Gestion de l'eau: Les aveux du ministre    Ils seront livrés en novembre prochain: Des instructions pour l'achèvement des 2.800 logements AADL dans les délais    Les lois relatives au régime électoral et à l'Autorité indépendante des élections promulguées au Journal officiel    Bensalah nomme Abderrahmane Bouchahda nouveau DG de l'OAIC    La guerre en Syrie est officiellement terminée    Pour les passionnés de fantastique    Plaidoyer pour la promulgation d'une loi permettant l'acquisition de tableaux    Stabilité et épanouissement de la nation    Ramaphosa veut rassurer les pays africains    Nouveau prix pour la Clio 4 GT Line    Honda présente la Honda e    Enquêtes dans les écoles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Kafka, l'Algérino
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 12 - 12 - 2018

Prendre les armes pour libérer Al-Qods, louer une barque pour sauver les baleines, acheter une pioche pour planter des arbres au Sahara, marcher sur des charbons ardents, escalader l'Everest, mettre sa tête dans la gueule d'un ours ou chanter l'hymne américain, tout ce que vous voulez, mais par pitié évitez-moi d'aller retirer un document administratif ou déposer un dossier aux services de la mairie ou de la daïra. Quand j'entends parler de e-gouvernance, un doute me saisit lorsque, pour un simple renouvellement de permis de conduire, on te fait gaspiller un temps précieux qui finit par te prendre la tête.
D'une structure à une autre, les pièces demandées ne sont pas identiques à croire que chaque adresse administrative a son propre code, n'appartenant pas au même pays. Alors que le discours ambiant est à cette volonté d'ouvrir les portes à l'e-administration pour faciliter la vie aux citoyens, la réalité sur le terrain est aux antipodes de la carte postale.
L'expérience n'est pas personnelle car l'amertume est nationale, le stress partagé par tous ceux qui appréhendent, à raison, de se rendre dans une quelconque administration du pays. Si le gouvernement veut améliorer les choses, ce n'est pas en insistant sur la solution électronique mais en humanisant le visage de ces structures communales et de daïras, premières vitrines de son humeur. Devant les guichets où le sourire professionnel est aussi rare qu'un intello intègre, et en attendant le bon-vouloir du préposé au service, le citoyen est superbement ignoré, ne sachant plus s'il doit se révolter pour avoir satisfaction ou faire le mort dans l'espoir d'être servi. Et tant que le facteur humain ne disparaîtra, malheureusement pas du paysage administratif, on a beau s'ingénier à trouver des solutions, mêmes extraterrestres à cette équation, que cela ne suffira pas à faire passer la pilule.
La bonne éducation n'étant pas un critère dans un dossier de recrutement ni la compétence, à vrai dire, il serait inutile alors de vanter les mérites d'un système qui repose toujours sur le contact direct avec le préposé de derrière le guichet. Même en bannissant les séparations en plexiglas entre le citoyen et l'agent administratif, on n'est pas arrivé à complètement détruire ce mur érigé par ce petit pouvoir mesquin exercé par certains. Les méandres de l'Administration étant aussi impénétrables que les voies du Seigneur, aussi compliquées que le labyrinthe de Dédale, que même Kafka a déménagé en Alaska, il est du devoir national de signaler tout faciès simiesque, de derrière un bureau, à qui de droit.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.