Belmadi cherche les remplaçants de Chita et de Benzia.. Le milieu, un chantier ouvert    Volley-Championnat d'Afrique (dames).. Bonne entame du GS Pétroliers    Bouteflika veut imposer sa conférence nationale    MINISTERE DE LA DEFENSE : Ahmed Gaïd Salah en visite de travail à la 3e Région Militaire    PREMIERE SESSION DE L'APW : Le dossier des affaires sociales en débat    POUR DETOURNEMENT DE DENIERS PUBLICS A L'ADE BOUHADJAR : Arrestation de trois fonctionnaires à El Tarf    NOUVEAU GOUVERNEMENT : Le CNES refuse de participer aux consultations    Une AG extraordinaire pour baliser le terrain à l'Hyproc    Un staff technique collégial pour terminer la saison    La Mekerra en quête de 18 points pour éviter le purgatoire    L'Union européenne trouve un accord provisoire sur une protection des lanceurs d'alerte    «Il faut faire confiance aux jeunes»    Tebboune, le retour ?    Marches et rassemblements des blouses blanches mardi    Des taches brunes sur tout le visage : que faire ?    Vers la classification de 7 sites et monuments à Mila    ACTUCULT    Dire la vérité contre le mensonge    Le réveil d'un peuple : un nouvel horizon politique ? (1ère partie)    Augmentation des salaires des policiers: La DGSN dément et menace    La crise actuelle en Algérie    Banque d'Algérie: Le taux des réserves obligatoires des banques passe de 8 à 12%    El-Bayadh: Les trois derniers martyrs du 19 mars 1962    Formation du nouveau gouvernement    Les fidèles tués dans les mosquées de Christchurch étaient âgés de trois à 77 ans    Cinq conventions signées entre la BASTP et des PME    Ligue des champions (6e et dernière journée)    Le bleu de la mer à Cap-Djinet    Suivi permanent des projets publics    La cité des 58 logements, un quartier aux multiples problèmes    Le MC Oued Tlelat à trois points du rêve    Le football national doit faire dans l'optimisme    Le FNA, le PT et le Mouvement El Islah se prononcent    Initiatrice du projet «Past Forward Architecture»    Un prix pour les auteurs édités en Afrique    Importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Les journalistes et correspondants de Tizi Ouzou observent un sit-in    Cela doit se concrétiser pour le bien de la Patrie    Casino : Le groupe livre des prévisions à trois ans fraîchement accueillies    Sahara occidental: Les accords UE-Maroc violent la jurisprudence de la CJUE    Acte 18 des "gilets jaunes": Violences et scènes d'émeutes, pillages et saccages à Paris    La France a-t-elle "perdu" l'Afrique de l'Est au profit de la Chine?    Tarik Chenafa, un miraculé algérien    Exhumation d'un charnier de Yézidis victimes de l'EI    Bourses L'Europe salue les nouvelles sur le front du commerce et du Brexit    Chine : Pékin ne laissera pas son économie dérailler, dit Li    Vent de fronde au FLN    "La douleur de voir souffrir le peuple syrien se ressent dans ma musique"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Kafka, l'Algérino
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 12 - 12 - 2018

Prendre les armes pour libérer Al-Qods, louer une barque pour sauver les baleines, acheter une pioche pour planter des arbres au Sahara, marcher sur des charbons ardents, escalader l'Everest, mettre sa tête dans la gueule d'un ours ou chanter l'hymne américain, tout ce que vous voulez, mais par pitié évitez-moi d'aller retirer un document administratif ou déposer un dossier aux services de la mairie ou de la daïra. Quand j'entends parler de e-gouvernance, un doute me saisit lorsque, pour un simple renouvellement de permis de conduire, on te fait gaspiller un temps précieux qui finit par te prendre la tête.
D'une structure à une autre, les pièces demandées ne sont pas identiques à croire que chaque adresse administrative a son propre code, n'appartenant pas au même pays. Alors que le discours ambiant est à cette volonté d'ouvrir les portes à l'e-administration pour faciliter la vie aux citoyens, la réalité sur le terrain est aux antipodes de la carte postale.
L'expérience n'est pas personnelle car l'amertume est nationale, le stress partagé par tous ceux qui appréhendent, à raison, de se rendre dans une quelconque administration du pays. Si le gouvernement veut améliorer les choses, ce n'est pas en insistant sur la solution électronique mais en humanisant le visage de ces structures communales et de daïras, premières vitrines de son humeur. Devant les guichets où le sourire professionnel est aussi rare qu'un intello intègre, et en attendant le bon-vouloir du préposé au service, le citoyen est superbement ignoré, ne sachant plus s'il doit se révolter pour avoir satisfaction ou faire le mort dans l'espoir d'être servi. Et tant que le facteur humain ne disparaîtra, malheureusement pas du paysage administratif, on a beau s'ingénier à trouver des solutions, mêmes extraterrestres à cette équation, que cela ne suffira pas à faire passer la pilule.
La bonne éducation n'étant pas un critère dans un dossier de recrutement ni la compétence, à vrai dire, il serait inutile alors de vanter les mérites d'un système qui repose toujours sur le contact direct avec le préposé de derrière le guichet. Même en bannissant les séparations en plexiglas entre le citoyen et l'agent administratif, on n'est pas arrivé à complètement détruire ce mur érigé par ce petit pouvoir mesquin exercé par certains. Les méandres de l'Administration étant aussi impénétrables que les voies du Seigneur, aussi compliquées que le labyrinthe de Dédale, que même Kafka a déménagé en Alaska, il est du devoir national de signaler tout faciès simiesque, de derrière un bureau, à qui de droit.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.