Gaïd Salah: la vigilance constitue “l'un des piliers intrinsèques de réussite”    VISAS FRANÇAIS POUR LES ALGERIENS : VFS Global annonce de nouvelles dispositions    BECHAR : Plus de 2,5 tonnes de kif saisies au sud-ouest    Allô ! Blida ? C'est pour une urgence !    Benyounès, un allié particulier    «Ceux qui consomment plus payeront plus»    La domination de Mercedes se confirme    Le vaisseau amiral se renouvelle    Dame Coupe n'abandonne pas ses caprices    Le DEN/FAN explique sa démission    Le huis clos pour la JS Kabylie et l'ASMO    «Les élections en Algérie ne donnent ni légitimité, ni pouvoir»    Plusieurs infractions enregistrées en 2018 à Relizane    Un défi difficile à relever à Annaba    Cupcakes aux fruits secs    Jusqu'à la fin des temps, de Yasmine Chouikh, en compétition au 26e Fespaco    Le mythe démonté    ELECTIONS, HARGA ET LE RESTE    Mostefa Ben Debbagh, l'artiste était modeste    Lutte contre la migration clandestine: le Gouvernement prévoit la création d'une instance nationale    Davos: Messahel s'entretient avec le chef du Gouvernement tunisien Youssef Chahed    L'inflation moyenne annuelle à 4,3% jusqu'à décembre 2018    Lavrov aujourd'hui à Alger    Assises du tourisme: gestion et organisation pour booster le secteur    Organisée par la SDA de Belouizdad : Une campagne de sensibilisation sur le monoxyde de carbone    Protestation au Soudan : Pourquoi Omar El Béchir n'est pas inquiété    Aïn Assel: Un ouvrier écrasé par un compacteur    L'autre inflation    En perspective des JM 2021: Vaste opération de réhabilitation du CREPS d'Aïn El Turck    Mouwatana: «Le pouvoir tentera, encore une fois, de se maintenir »    Relizane: Campagne pour la déclaration des travailleurs étrangers    Plus de 220 athlètes présents au rendez-vous d'Alger    WOB - GSP programmé le 29 janvier    Rached El Ghanouchi et vingt-six autres islamistes sur le banc des accusés !    L'arbre qui cache la forêt    Quand la mémoire fait défaut    L'activité de lecture dépend des sujets    Ecrivaine à… 11 ans    Abdelkader Secteur tête d'affiche    Coupe de la CAF (phase de poules) : Le NAHD dans le groupe du Zamalek    Finances Tenue à Alger d'un séminaire sur la révision du Système comptable financier    Japon : Le risque de récession en 2019 s'accentue    Sonatrach : Coopération algéro-chinoise pour l'extension du port pétrolier de Skikda    Rsf se félicite de la décision de la cour surpême    Accord Maroc-UE : Le Polisario saisira de nouveau la justice européenne    Syrie : Pederson et Lavrov soulignent l'importance de l'action conjointe    Aucune preuve de l'implication des Russes dans le crash du MH17    L'Algérie esr bien le nouveau berceau de l'humanité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Kafka, l'Algérino
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 12 - 12 - 2018

Prendre les armes pour libérer Al-Qods, louer une barque pour sauver les baleines, acheter une pioche pour planter des arbres au Sahara, marcher sur des charbons ardents, escalader l'Everest, mettre sa tête dans la gueule d'un ours ou chanter l'hymne américain, tout ce que vous voulez, mais par pitié évitez-moi d'aller retirer un document administratif ou déposer un dossier aux services de la mairie ou de la daïra. Quand j'entends parler de e-gouvernance, un doute me saisit lorsque, pour un simple renouvellement de permis de conduire, on te fait gaspiller un temps précieux qui finit par te prendre la tête.
D'une structure à une autre, les pièces demandées ne sont pas identiques à croire que chaque adresse administrative a son propre code, n'appartenant pas au même pays. Alors que le discours ambiant est à cette volonté d'ouvrir les portes à l'e-administration pour faciliter la vie aux citoyens, la réalité sur le terrain est aux antipodes de la carte postale.
L'expérience n'est pas personnelle car l'amertume est nationale, le stress partagé par tous ceux qui appréhendent, à raison, de se rendre dans une quelconque administration du pays. Si le gouvernement veut améliorer les choses, ce n'est pas en insistant sur la solution électronique mais en humanisant le visage de ces structures communales et de daïras, premières vitrines de son humeur. Devant les guichets où le sourire professionnel est aussi rare qu'un intello intègre, et en attendant le bon-vouloir du préposé au service, le citoyen est superbement ignoré, ne sachant plus s'il doit se révolter pour avoir satisfaction ou faire le mort dans l'espoir d'être servi. Et tant que le facteur humain ne disparaîtra, malheureusement pas du paysage administratif, on a beau s'ingénier à trouver des solutions, mêmes extraterrestres à cette équation, que cela ne suffira pas à faire passer la pilule.
La bonne éducation n'étant pas un critère dans un dossier de recrutement ni la compétence, à vrai dire, il serait inutile alors de vanter les mérites d'un système qui repose toujours sur le contact direct avec le préposé de derrière le guichet. Même en bannissant les séparations en plexiglas entre le citoyen et l'agent administratif, on n'est pas arrivé à complètement détruire ce mur érigé par ce petit pouvoir mesquin exercé par certains. Les méandres de l'Administration étant aussi impénétrables que les voies du Seigneur, aussi compliquées que le labyrinthe de Dédale, que même Kafka a déménagé en Alaska, il est du devoir national de signaler tout faciès simiesque, de derrière un bureau, à qui de droit.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.