Belmadi cherche les remplaçants de Chita et de Benzia.. Le milieu, un chantier ouvert    Volley-Championnat d'Afrique (dames).. Bonne entame du GS Pétroliers    Bouteflika veut imposer sa conférence nationale    MINISTERE DE LA DEFENSE : Ahmed Gaïd Salah en visite de travail à la 3e Région Militaire    PREMIERE SESSION DE L'APW : Le dossier des affaires sociales en débat    POUR DETOURNEMENT DE DENIERS PUBLICS A L'ADE BOUHADJAR : Arrestation de trois fonctionnaires à El Tarf    NOUVEAU GOUVERNEMENT : Le CNES refuse de participer aux consultations    Une AG extraordinaire pour baliser le terrain à l'Hyproc    Un staff technique collégial pour terminer la saison    La Mekerra en quête de 18 points pour éviter le purgatoire    L'Union européenne trouve un accord provisoire sur une protection des lanceurs d'alerte    «Il faut faire confiance aux jeunes»    Tebboune, le retour ?    Marches et rassemblements des blouses blanches mardi    Des taches brunes sur tout le visage : que faire ?    Vers la classification de 7 sites et monuments à Mila    ACTUCULT    Dire la vérité contre le mensonge    Le réveil d'un peuple : un nouvel horizon politique ? (1ère partie)    Augmentation des salaires des policiers: La DGSN dément et menace    La crise actuelle en Algérie    Banque d'Algérie: Le taux des réserves obligatoires des banques passe de 8 à 12%    El-Bayadh: Les trois derniers martyrs du 19 mars 1962    Formation du nouveau gouvernement    Les fidèles tués dans les mosquées de Christchurch étaient âgés de trois à 77 ans    Cinq conventions signées entre la BASTP et des PME    Ligue des champions (6e et dernière journée)    Le bleu de la mer à Cap-Djinet    Suivi permanent des projets publics    La cité des 58 logements, un quartier aux multiples problèmes    Le MC Oued Tlelat à trois points du rêve    Le football national doit faire dans l'optimisme    Le FNA, le PT et le Mouvement El Islah se prononcent    Initiatrice du projet «Past Forward Architecture»    Un prix pour les auteurs édités en Afrique    Importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Les journalistes et correspondants de Tizi Ouzou observent un sit-in    Cela doit se concrétiser pour le bien de la Patrie    Casino : Le groupe livre des prévisions à trois ans fraîchement accueillies    Sahara occidental: Les accords UE-Maroc violent la jurisprudence de la CJUE    Acte 18 des "gilets jaunes": Violences et scènes d'émeutes, pillages et saccages à Paris    La France a-t-elle "perdu" l'Afrique de l'Est au profit de la Chine?    Tarik Chenafa, un miraculé algérien    Exhumation d'un charnier de Yézidis victimes de l'EI    Bourses L'Europe salue les nouvelles sur le front du commerce et du Brexit    Chine : Pékin ne laissera pas son économie dérailler, dit Li    Vent de fronde au FLN    "La douleur de voir souffrir le peuple syrien se ressent dans ma musique"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Chantage aux sentiments
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 16 - 12 - 2018


Report ou maintien de la date présidentielle, l'essentiel est ailleurs. Il est dans cette volonté de culpabiliser l'Algérien anonyme, rendu responsable de tous les maux de cette République en sous-location. Les images de ces mères éplorées, attendant des nouvelles de leurs fils, harraga, assises sur le rivage, ont été instrumentalisées pour provoquer un pathétique sentiment de rejet de cette vague migratoire clandestine. L'Etat, incapable de trouver des solutions aux boat-people, inapte à offrir des opportunités de rechange ou à proposer des choix acceptables à cette jeunesse naufragée, sort les vieux clichés de la guerre psychologique pour se dédouaner. Nul n'ignore que le premier à souffrir de ces voyages périlleux est la famille du candidat à l'exil si ce n'est lui en personne. Et dans la conception sociale, la famille c'est avant tout la mère, d'où cette offensive médiatique lancée contre l'idée même de la harga. Décryptage : regarder l'état où vous mettez votre mère lorsque vous traversez la Méditerranée. La mère étant également l'image subliminale de la patrie qui souffre dans sa chair. Dans sa pure logique brejnévienne, le pouvoir déplace le débat après l'avoir ignoré puis habillé de la tenue du prisonnier et n'hésite plus à jouer la carte du chantage aux sentiments dans une guerre perdue d'avance si la tactique d'approche ne change pas. Il est indéniablement plus aisé de se défausser sur les absents, les culpabilisant, les rendant responsables de la détresse sentimentale où vivent les leurs, s'ingéniant à ériger des concepts cache-misères pour tromper l'opinion publique. Les Algériens ne sont pas plus dupes qu'un autre peuple et ce n'est pas avec les prévisions apocalyptiques que le pouvoir en place arrivera à justifier un présent sur courant alternatif où l'interrupteur est propriété de l'Etat. La théorie du complot est également inscrite dans les explications officielles à fournir, en option, pour essayer de comprendre l'étendue de ce mal qui pousse les Algériens à littéralement se jeter dans l'eau avec femme et enfants. La main étrangère est celle qui rame, qui met le moteur du semi-rigide en marche, et qui s'associe avec les réseaux des passeurs pour donner une mauvaise image du rivage d'origine où les clivages sociaux sont tellement présents qu'il existe même deux collèges de harraga. Le second collège est celui des faits divers, des noyés et des disparus, celui des arrestations, des sauvetages en mer et des expulsions. Le premier est VIP, dans des bateaux de plaisance, des yachts où il faut compter jusqu'à 40 millions par tête de gondole. Si pour les uns, l'image de la mère est à exhiber, pour les autres, c'est peut-être un chéquier qu'il faut peut-être montrer.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.