Baromètre.. En Baisse : Djamel Ould Abbès    Sri Lanka.. Daech revendique les attaques    La Chine dénonce Washington    72e festival du cinéma de Cannes.. Abou Leila en compétition à la Semaine de la critique    Festival d'Annaba du film méditerranéen.. La 4e édition reportée    Soutien aux groupes terroristes.. Deux éléments arrêtés à Oran    MASCARA : Une femme arrêtée pour escroquerie    EN MARGE DE SA VISITE A LA 1EER REGION MILITAIRE : Gaid Salah désapprouve le boycott du dialogue    MOUVEMENT PARTIEL DANS LE CORPS DES WALIS : Abdelkader Zoukh limogé    Le Parquet ouvre une enquête    L'opération de révision exceptionnelle des listes s'est achevée hier    Soutien financier de la Ligue arabe face aux mesures de rétorsion d'Israël    Les frères Kouninef devant le Procureur de la République près le tribunal de Sidi M'hamed    Fausses statistiques, vraies subventions    L'USMBA renoue avec la victoire, le maintien encore possible    Campagne de collecte de sang par les agents de la société de distribution d'électricité et du gaz    L'entraîneur Cavalli s'en lave les mains    «Je n'ai peur d'aucune équipe»    Un documentaire en cours de réalisation    Libye: au moins 264 tués dans les combats depuis le 4 avril    Barça : Repos forcé pour Rakitic    Bouira : Les étudiants manifestent en masse    Pétrole: le panier de l'Opep à plus de 72 dollars le baril    Décès d'un supporter    Oussama Sahnoune réussit les minima du 100 et 50m NL    Kébir : "Il y avait penalty pour nous"    La croissance économique de l'Algérie ne suit pas    Les recettes douanières en légère hausse en 2018    Les manifestants soudanais maintiennent la pression    Complément différentiel et montant-revalorisation    Les exclus cadenassent le siège de la daïra    Cinq morts et sept blessés dans une collision    Arrestation de trois dealers et saisie de 1962 comprimés psychotropes    Dur sera le Ramadhan à Boumerdès    "C'est une épreuve provocatrice et humiliante"    La justice militaire passe à l'acte    …sortir…sortir…sortir…    ESS - Sidhoum: «On peut renverser la vapeur à Béjaïa»    Selon Djilali Hadjadj: Près de 60 milliards de dollars détournés en Algérie en 15 ans    Erosion, déversements des eaux, pollution, accès difficile...: Une plage «artificielle»... avec des problèmes «réels»    Le bal des hypocrites    Le guide suprême nomme un nouveau chef des Gardiens de la Révolution    La déliquescence de l'Etat    Analyse : Baisse de l'aide militaire US au Cameroun, une brèche pour la Russie ?    La saison 8 de Games of Thrones censurée en Chine    La condition féminine en débat    Hommage à Yamina et Malika...    La semaine de la langue espagnole    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Voilà, ils sont sénateurs et puis après ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 30 - 12 - 2018

Voilà, en ce dimanche 30 décembre, ils sont sénateurs. Tout un chacun s'interroge sur leur rôle et se dit que vont-ils faire ? Ah si ! Ils vont changer le monde, réajuster le baril, renflouer les caisses de l'Etat, équilibrer les pouvoirs et planter des roses dans la poitrine de la nation. Ces 48 nouveaux sénateurs sont tous sérieusement inquiets du labeur qui les attend. Les travaux législatifs qu'ils vont piloter, les lourdes propositions qu'ils vont initier sont en filigrane de leurs principales préoccupations. Ils ne sont pas heureux les pauvres. C'est au service de cet indocile citoyen, cet élément populaire irréductible qu'ils s'apprêtent, avec foi et ardeur, à travailler d'arrache-pied, en totale présence. Ils crécheront au sein même de l'hémicycle et ne verront que des nuits blanches à force de puiser dans les Dalloz et les Thémis le Droit et le Droit comparé. Ils disent pouvoir brûler toutes les chaloupes, veiller à élargir la Méditerranée et mettre dans chaque plage un grillage pour empêcher les poissons de venir se nourrir sur la côte. Jaloux de la souveraineté du pays et arborant fièrement les écussons de son étendard national, ils n'iront jamais déposer des dossiers de visa au consulat français, haïssant à mourir l'ancien occupant colonialiste. Trêve de raillerie mon pote et essaye de voir dans les sillons de la main de la quotidienneté ce qu'ils pourront faire. Oui, changer de fringues et de look est une première étape. Suivie par un nouveau portable et un rafraîchissement de répertoire.
Alger va s'ouvrir encore avec ses auberges et ses piaules à leur nouvelle vie. Ils viennent de loin, qui d'une nudité, qui d'une indifférence. Chacun a déjà dans sa poche un projet et un lot de promesses. En fait, ce sont eux les produits finis ou tombés en rebut de toute une machine qui s'était mise en branle depuis les dernières élections locales. La démocratie que cachaient des mauvaises élections primaires en souffre davantage des mauvaises alliances, parfois contre nature, parfois exacerbant un régionalisme primaire. A Sétif, le candidat gentil intrinsèquement se prêtait au jeu du candidat d'un Nord, c'est comme si ce Nord ne dépendait pas d'une wilaya. Le critère origine natale a supplanté l'appartenance politique et a dilué toutes les divergences idéologiques.
L'Assemblée dans ses deux formes est une merveille universelle, dans son fond un tremplin pour l'ambition démesurée et une tribune pour ceux en mal de statut social. D'anonymes individus, inconnus dans leurs contrées, elle croit en faire de prestigieux défenseurs des intérêts suprêmes de la nation. Alors qu'ils ne sont que des bras croisés mais levés à longueur de session et de suiveurs de walis à longueur de visites officielles. Non Monsieur, vous ne me représentez pas, vous ne le faites que pour votre personne et ceux qui vous ont mis en orbite. Vous allez avoir un siège, un cartable, une carte, une immunité, une forte indemnité et puis après ? Vous reviendrez comme ceux qui vous ont précédés et redécouvrirez votre désert, votre misère malgré l'amas de fortune ou l'aisance financière supposée. Vous ne serez pas à l'abri de votre intime conscience, les rues de la ville ou les coins du douar vous rejetteront. A-t-on vu un ancien sénateur ou député refréquenter les cafés maures autant qu'il le faisait quand il n'était qu'un embryon politique ? A-t-on vu un projet d'utilité publique portant son empreinte ou son entremise implanté dans sa wilaya ? Par contre, nous avons vu des investissements, des affaires se faire en cours de mandat.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.