Zetchi : «Il y aura un France-Algérie dans un futur proche»    Foot/Algérie - Colombie : les Verts séduisent avant les choses sérieuses en novembre    Béjaia : Les chrétiens d'Algérie dénoncent la fermeture des lieux de culte    Convention entre le ministère de l'Agriculture et celui de l'Enseignement professionnels    L'Anie habilite un large éventail de fonctionnaires    L'espagnol Cepsa se retire de Medgaz    Le Conseil de sécurité se réunit aujourd'hui    "La véritable révolution qui reste encore à faire est économique"    Le RAV4 se métamorphose    La nouvelle Golf 8 se précise    Gaïd Salah maintient le cap du 12 décembre    Saïd Boudour sous mandat de dépôt    L'affaire MCA-USMA divise le BF    Mellal : "La JSK va se ressaisir"    Les Verts à la croisée des chemins !    Petite défaite face aux Pharaons    Un nul sépare les deux Corées, le choc historique    La rue gronde toujours    Les syndicats en renfort à Béjaïa    4 aliments à mettre dans votre assiette    Masque de gingembre pour accélérer la pousse des cheveux    Sonelgaz adresse 50 403 mises en demeure à ses clients    Les préalables de Belkhadem    11e Fcims: La Suède, la Russie et le Japon sur la scène de l'Opéra d'Alger    La Canadienne Margaret Atwood et l'Anglo-Nigériane Bernardine Evaristo lauréates du Booker Prize    Joker va-t-il battre Batman ?    ...Sortir... Sortir ...Sortir    Micro-crédit : 67 % des bénéficiaires âgés de moins de 40 ans    Dahmoun souligne la nécessité de la politique de prospective dans les secteurs vitaux    Alors que 435 cas de méningite ont été diagnostiqués à l'est : Les services sanitaires rassurent    Quadruple crime à Sidi Lahcen (Sidi Bel Abbès) : Le présumé meurtrier se suicide    Des logements alimentés en énergie solaire    S'adressant aux tenants du pouvoir: Des personnalités appellent à «satisfaire les revendications du Hirak»    34ème marche du mardi: Les étudiants toujours au rendez-vous    Université Sétif 2 : L'écrivain Mouna Srifak décroche le prix Katara Prize for Arabic Novel    Bordj-Bou-Arreridj (Irrigation): Une filiale du group IMETAL lance ses produits innovants    RUSSIE-ARABIE SAOUDITE: La Russie et l'Arabie Saoudite scellent leur rapprochement    L'OMC laisse Trump taxer les produits européens    Euro-2020: L'Angleterre demande une "enquête urgente" sur les cris racistes à Sofia    ROYAUME-UNI : La Reine Elizabeth II s'exprime sur le Brexit    Gestion d'actifs: L'investissement ESG s'épanouit dans les fonds infrastructures    Noureddine Bedoui au Conseil des ministres: Un remodelage de la sphère publique    L'heure de mettre en valeur la solidarité nationale et le partage du patriotisme    Accord de Trump avec la Chine et les "avancées" sur le Brexit: Les Bourses européennes pas convaincues    Ghardaïa: Des étudiants en architecture de Stuttgart achèvent une visite d'étude    5 gendarmes tués dans une attaque à Abarey    Le ministère de la Santé rassure    Martin Eden, une éducation amoureuse et politique sous le soleil noir de l'Italie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Voilà, ils sont sénateurs et puis après ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 30 - 12 - 2018

Voilà, en ce dimanche 30 décembre, ils sont sénateurs. Tout un chacun s'interroge sur leur rôle et se dit que vont-ils faire ? Ah si ! Ils vont changer le monde, réajuster le baril, renflouer les caisses de l'Etat, équilibrer les pouvoirs et planter des roses dans la poitrine de la nation. Ces 48 nouveaux sénateurs sont tous sérieusement inquiets du labeur qui les attend. Les travaux législatifs qu'ils vont piloter, les lourdes propositions qu'ils vont initier sont en filigrane de leurs principales préoccupations. Ils ne sont pas heureux les pauvres. C'est au service de cet indocile citoyen, cet élément populaire irréductible qu'ils s'apprêtent, avec foi et ardeur, à travailler d'arrache-pied, en totale présence. Ils crécheront au sein même de l'hémicycle et ne verront que des nuits blanches à force de puiser dans les Dalloz et les Thémis le Droit et le Droit comparé. Ils disent pouvoir brûler toutes les chaloupes, veiller à élargir la Méditerranée et mettre dans chaque plage un grillage pour empêcher les poissons de venir se nourrir sur la côte. Jaloux de la souveraineté du pays et arborant fièrement les écussons de son étendard national, ils n'iront jamais déposer des dossiers de visa au consulat français, haïssant à mourir l'ancien occupant colonialiste. Trêve de raillerie mon pote et essaye de voir dans les sillons de la main de la quotidienneté ce qu'ils pourront faire. Oui, changer de fringues et de look est une première étape. Suivie par un nouveau portable et un rafraîchissement de répertoire.
Alger va s'ouvrir encore avec ses auberges et ses piaules à leur nouvelle vie. Ils viennent de loin, qui d'une nudité, qui d'une indifférence. Chacun a déjà dans sa poche un projet et un lot de promesses. En fait, ce sont eux les produits finis ou tombés en rebut de toute une machine qui s'était mise en branle depuis les dernières élections locales. La démocratie que cachaient des mauvaises élections primaires en souffre davantage des mauvaises alliances, parfois contre nature, parfois exacerbant un régionalisme primaire. A Sétif, le candidat gentil intrinsèquement se prêtait au jeu du candidat d'un Nord, c'est comme si ce Nord ne dépendait pas d'une wilaya. Le critère origine natale a supplanté l'appartenance politique et a dilué toutes les divergences idéologiques.
L'Assemblée dans ses deux formes est une merveille universelle, dans son fond un tremplin pour l'ambition démesurée et une tribune pour ceux en mal de statut social. D'anonymes individus, inconnus dans leurs contrées, elle croit en faire de prestigieux défenseurs des intérêts suprêmes de la nation. Alors qu'ils ne sont que des bras croisés mais levés à longueur de session et de suiveurs de walis à longueur de visites officielles. Non Monsieur, vous ne me représentez pas, vous ne le faites que pour votre personne et ceux qui vous ont mis en orbite. Vous allez avoir un siège, un cartable, une carte, une immunité, une forte indemnité et puis après ? Vous reviendrez comme ceux qui vous ont précédés et redécouvrirez votre désert, votre misère malgré l'amas de fortune ou l'aisance financière supposée. Vous ne serez pas à l'abri de votre intime conscience, les rues de la ville ou les coins du douar vous rejetteront. A-t-on vu un ancien sénateur ou député refréquenter les cafés maures autant qu'il le faisait quand il n'était qu'un embryon politique ? A-t-on vu un projet d'utilité publique portant son empreinte ou son entremise implanté dans sa wilaya ? Par contre, nous avons vu des investissements, des affaires se faire en cours de mandat.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.