Libye: al Sarraj surpris que la France soutienne Haftar    Etats-Unis : Les démocrates rêvent de destituer Trump    Ighil El Mal (Ath Zmenzer) : Caravane sanitaire    Tizi Ouzou : 1581 nouveaux cas de cancer en 2018    Café littéraire de Bouzeguène : Blocage de la subvention par la wilaya    Pour un idéal républicain    Coupe d'Algérie - 1/2 finale-retour : CRB - CSC, aujourd'hui à 16h00 - Un duel ouvert à tous les pronostics    Football - Ligue 1: Les deux extrémités du tableau en ébullition    CR Témouchent: Une accession méritée en division amateur    Dans le cadre d'une enquête anti-corruption: Rebrab incarcéré à la prison d'El Harrach    Importation: Une centaine de produits exclus du DAPS    Les cinq victimes de l'effondrement de l'immeuble de la Casbah enterrées hier     Skikda: Tentative de meurtre, quatre arrestations    Préparatifs des JM 2021 à Aïn El Turk: Une campagne de sensibilisation pour un séjour agréable aux hôtes de l'Algérie    Gaïd Salah: «Le complot a commencé en 2015»    Les étudiants toujours mobilisés    Ettrefehnâ !    Constantine - Un riche programme culturel pour le ramadhan    Les armées des pays du lac Tchad intensifient leurs actions    Washington prêt à sanctionner ses alliés    Palestine: Soutien financier de la Ligue arabe face aux mesures de rétorsion d'Israël    Utiliser "le leadership de la Russie" à l'Onu pour aider l'Afrique à se développer?    Transition politique : On avance à tatons    Tabbou fidèle à ses positions    Ould Abbès et Barkat dans le collimateur de la justice    Fédération algérienne de tir sportif : Abdrezzak Lazreg élu nouveau président    Belfodil dans l'équipe-type de la 30e journée    L'Algérie, cinquième plus chère sélection    41 athlètes algériens en stage    Amuniké sélectionneur de la Tanzanie : "Je n'ai peur d'aucune équipe"    Les travailleurs de Cevital ont marché à Béjaïa    Huawei lance le 2ème smartphone assemblé en Algérie    L'Algérie va connaître ses ambassadeurs au VivaTechnology    Avec Eataly : Les Galeries Lafayette visent une nouvelle attractivité    Révolution monétaire ? : 48 ans après la fin de Bretton Woods, l'or continue son come-back    Toujours déterminés    Une policière tuée dans son domicile    Ramadhan: Programme de sensibilisation pour la prévention des complications des maladies chroniques    Bulgarie : "Sans le Turkish Stream, les livraisons de gaz seraient remises en cause"    Etudiants et enseignants au rendez-vous    Présidence : Mouvement partiel dans le corps des walis et des walis délégués    Soudan: La contestation suspend les discussions avec le Conseil militaire    "Seul l'avenir de l'Algérie nous importe"    Programme enfant    Hirak du 22 février: l'appel aux sociologues lancé    Pagaille au FLN    L'onda avoue son impuissance    Sri Lanka.. Daech revendique les attaques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Je suis certain que je doute !
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 17 - 01 - 2019

«Le doute est le commencement de la sagesse», Aristote. La certitude, elle, a été depuis l'antiquité l'objet de multiples mises en garde philosophiques en la désignant souvent comme un idéal. Platon, dans La République, s'interrogeait sur une certaine illusion du savoir : une certitude immédiate (ou opinion) que l'on devrait distinguer de la vérité, en cela qu'elle puisse en avoir les apparences externes sans l'être tout à fait. Cette définition, copiée-collée de Wikipédia, trouve toute sa justesse dans cette Algérie des paradoxes où se déroule un théâtre d'ombres chinoises qui veut que la vérité n'est pas forcément celle partagée par des millions de gorges.
Le mensonge n'est plus une ombre, disputant la lumière au soleil. Un pays qui devrait douter mais qui, malheureusement pas, ne doute plus, certain de son invincibilité de façade, de son nombrilisme étriqué et de sa vision myope de l'avenir. Entre doute et certitude, le pays s'est perdu dans un labyrinthe mythique, voulant fuir sa propre réalité et rattraper un ersatz de modèle bâti sur le mensonge et les contes de fées. Une architecture surréaliste basée sur des certitudes pérennes, celles des discours lénifiants, des statistiques bidonnées et des mystifications institutionnelles. Une sémantique, véritable guide pratique d'un à-plat-ventrisme érigé en référence de promotion professionnelle et d'accession sociale. Le tableau noir est alors pris d'assaut par des chiffres, des annotations, des citations à la gloire de la connerie universelle puis, vient un prédicateur semer la bonne parole. «Tiens, c'est pour toi, prends-en encore c'est gratuit et ça ne coûte pas un rond. Toi, là, arrive, fais des courbettes, prosterne-toi devant le poster, oui comme ça et ne relève pas la tête jusqu'à ce qu'on te dise d'applaudir avec ta langue». Des certitudes formelles sur un avenir radieux d'un pays qui doute encore de son identité, de ce que lui réserve avril prochain, du temps et de la beauté de sa miss 2019.
Des certitudes payées sur le Trésor public, renforcées par des contrats à longue durée qui ne sauraient souffrir d'aucune remise en question ni d'interrogations légitimes. Des certitudes qui ne laissent aucune place aux doutes permis ne serait-ce que parce Nietzsche a dit que « ce n'est pas le doute, c'est la certitude qui rend fou», mais dans un pays de fous, les malades ne sont pas finalement ceux qu'on croit.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.