Election présidentielle 2019 : Pas de candidat unique pour l'opposition    Des cadres du FFS arrêtés à Alger    Montage automobile : 3 milliards de dollars pour les collections CKD en 2018    Makri admet le fiasco du candidat unique de l'opposition    Derrière l'affront, l'espoir démocratique…    Vingt années à vous grandir les portraits    En bref…    Report de la rencontre Netanyahou-Poutine prévue aujourd'hui    Londres veut parler avec Berlin    De Bencherif à Nekkaz    L'Algérie dans le pot 2    L'USMAn et le NAHD bien embarqués    Derbies à enjeux opposés, au Centre et à l'Ouest    Petits pains farcis à la viande hachée    Les accidents continuent d'endeuiller les familles    Double grève à l'Institut des sciences et technologies    Haï Nedjma : 150 quintaux de son de blé saisis    Célébration du centenaire du défunt moudjahid et artiste Farid Ali    Cubisme    Une quarantaine d'exposants présents    Bordj Bou Arréridj : Colloque international sur Benhaddouga    Tigounatine : Recueillement au village d'Ourida Meddad    Trump prix Nobel de la paix et celui de la veulerie à Abe    Ali Mendjeli: Un bébé de 14 mois tué par le monoxyde de carbone    Football - Ligue 2: Une flopée de matches décisifs    MC Alger: Kaci-Saïd et Amrouch accusent les joueurs    Dites : «à bas Israël» et vous irez en prison    Pétrole: Entre optimisme et mise en garde    Neutralité écornée    Le GSP face à Essalem d'Oman en quart de finale    Le NAHD et l'USMAn s'imposent    Ligue des champions    Le taux de raccordement en eau potable a atteint 99,37 %    Sonelgaz parvient à réduire sa dette à 60 milliards de dinars    François Regis-Legrier : «La bataille d'Hajin était une défaite stratégique»    Partenariat dans les domaines des ports secs et des produits «halal»    Les tueurs d'un gardien de troupeau arrêtés    11e Festival national des arts et de la créativité    Prochaine création d'un orchestre amazigh    Salon national de la photographie à Aïn Témouchent    Bedoui depuis Djelfa : "L'avenir de l'Algérie n'est pas tributaire d'un rendez-vous électoral"    À Bechar : La problématique d'eau potable en voie de résolution    Amara Benyounes victime d'une "fake news"    L'armée renouvelle son soutien au président maduro    Sommet tripartite sur la Syrie : "Nous nous rapprochons de plus en plus du règlement du conflit"    Deux suspects arrêtés    Journée technique sur la modernisation des banques : Les financements bancaires devraient s'orienter davantage vers les PME    Karl Lagerfeld tire sa révérence Virginie Viard succède au "Kaiser" chez Chanel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Je suis certain que je doute !
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 17 - 01 - 2019

«Le doute est le commencement de la sagesse», Aristote. La certitude, elle, a été depuis l'antiquité l'objet de multiples mises en garde philosophiques en la désignant souvent comme un idéal. Platon, dans La République, s'interrogeait sur une certaine illusion du savoir : une certitude immédiate (ou opinion) que l'on devrait distinguer de la vérité, en cela qu'elle puisse en avoir les apparences externes sans l'être tout à fait. Cette définition, copiée-collée de Wikipédia, trouve toute sa justesse dans cette Algérie des paradoxes où se déroule un théâtre d'ombres chinoises qui veut que la vérité n'est pas forcément celle partagée par des millions de gorges.
Le mensonge n'est plus une ombre, disputant la lumière au soleil. Un pays qui devrait douter mais qui, malheureusement pas, ne doute plus, certain de son invincibilité de façade, de son nombrilisme étriqué et de sa vision myope de l'avenir. Entre doute et certitude, le pays s'est perdu dans un labyrinthe mythique, voulant fuir sa propre réalité et rattraper un ersatz de modèle bâti sur le mensonge et les contes de fées. Une architecture surréaliste basée sur des certitudes pérennes, celles des discours lénifiants, des statistiques bidonnées et des mystifications institutionnelles. Une sémantique, véritable guide pratique d'un à-plat-ventrisme érigé en référence de promotion professionnelle et d'accession sociale. Le tableau noir est alors pris d'assaut par des chiffres, des annotations, des citations à la gloire de la connerie universelle puis, vient un prédicateur semer la bonne parole. «Tiens, c'est pour toi, prends-en encore c'est gratuit et ça ne coûte pas un rond. Toi, là, arrive, fais des courbettes, prosterne-toi devant le poster, oui comme ça et ne relève pas la tête jusqu'à ce qu'on te dise d'applaudir avec ta langue». Des certitudes formelles sur un avenir radieux d'un pays qui doute encore de son identité, de ce que lui réserve avril prochain, du temps et de la beauté de sa miss 2019.
Des certitudes payées sur le Trésor public, renforcées par des contrats à longue durée qui ne sauraient souffrir d'aucune remise en question ni d'interrogations légitimes. Des certitudes qui ne laissent aucune place aux doutes permis ne serait-ce que parce Nietzsche a dit que « ce n'est pas le doute, c'est la certitude qui rend fou», mais dans un pays de fous, les malades ne sont pas finalement ceux qu'on croit.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.