Présidentielle.. Fin de la révision des listes électorales    Favorisant l'issue constitutionnelle et mettant en garde les «conspirateurs».. Les messages forts de Gaid Salah    Le général Chentouf a fui via l'aéroport d'Oran    Rebrab sous mandat de dépôt, les frères Kouninef entendus.. L'appareil judicaire mis en branle    Le ministre des Transports y a effectue une visite, Hier.. La nouvelle aérogare d'Alger inaugurée lundi    le président du snapo tire la sonnette d'alarme.. 244 médicaments en rupture    Lutte pour le maintien.. Huit clubs pour trois places en enfer    Al-Sadd.. Bounedjah frappe encore    Fédération algérienne de cyclisme.. Barbari seul candidat à la présidence    Casbah (Alger).. La 25e opération de relogement en préparation    Msila.. Psychotropes saisis    Grève à l'Université de Sidi Bel Abbès.. Les étudiants passent au vote    Baromètre.. En Baisse : Djamel Ould Abbès    Sri Lanka.. Daech revendique les attaques    La Chine dénonce Washington    72e festival du cinéma de Cannes.. Abou Leila en compétition à la Semaine de la critique    Festival d'Annaba du film méditerranéen.. La 4e édition reportée    MASCARA : Une femme arrêtée pour escroquerie    EL KERMA (ORAN) : Sit-in des élus devant le siège de l'APC    ORAN : 2 éléments de soutien aux terroristes arrêtés    PRESIDENTIELLE DU 4 JUILLET : Fin de la révision des listes électorales    MOUVEMENT PARTIEL DANS LE CORPS DES WALIS : Abdelkader Zoukh limogé    Soutien financier de la Ligue arabe face aux mesures de rétorsion d'Israël    Fausses statistiques, vraies subventions    L'entraîneur Cavalli s'en lave les mains    «Je n'ai peur d'aucune équipe»    Abdrezzak Lazreg élu nouveau président    Un documentaire en cours de réalisation    Libye: au moins 264 tués dans les combats depuis le 4 avril    Barça : Repos forcé pour Rakitic    Pétrole: le panier de l'Opep à plus de 72 dollars le baril    "Tout le système doit partir"    Décès d'un supporter    Les manifestants soudanais maintiennent la pression    Les exclus cadenassent le siège de la daïra    Cinq morts et sept blessés dans une collision    La croissance économique de l'Algérie ne suit pas    Les recettes douanières en légère hausse en 2018    "C'est une épreuve provocatrice et humiliante"    …sortir…sortir…sortir…    Selon Djilali Hadjadj: Près de 60 milliards de dollars détournés en Algérie en 15 ans    Analyse : Baisse de l'aide militaire US au Cameroun, une brèche pour la Russie ?    Le guide suprême nomme un nouveau chef des Gardiens de la Révolution    La déliquescence de l'Etat    La saison 8 de Games of Thrones censurée en Chine    La condition féminine en débat    Hommage à Yamina et Malika...    La semaine de la langue espagnole    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'opposition piégée ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 22 - 01 - 2019

Le climat politique s'est brusquement calmé, après quelques tempêtes bien orientées, et rassuré quant à la tenue de la prochaine élection présidentielle dans les délais impartis par la loi organique relative aux élections. C'est, quelque part, une sorte de soulagement de tous les acteurs politiques, autant ceux qui sont directement engagés pour cette consultation électorale que ceux dont le souci premier est de voir la situation évoluer positivement. Ceux-là, en particulier, sont ces décideurs financiers, ces investisseurs étrangers et nationaux, ces opérateurs économiques, qui ne pouvaient imaginer que la situation ne sorte de son contexte, celui d'une crise politique majeure qui hypothéquerait les efforts actuels pour le redressement des indicateurs économiques, au plus bas depuis 2014.
La convocation du corps électoral et la fixation de la date de l'élection présidentielle prochaine ont en effet rassuré autant les observateurs politiques étrangers que les potentiels investisseurs, en particulier dans le secteur des hydrocarbures, un secteur qui doit se redresser et améliorer ses performances, en l'absence d'alternatives crédibles et solides au « tout pétrole » pour une économie algérienne encore otage du dirigisme, comme au bon vieux temps du parti unique. La tenue de l'élection présidentielle d'avril 2019, et au-delà des appétits et des espérances des uns et des autres, est d'abord un gage politique en direction des partenaires économiques de l'Algérie, ensuite que les institutions du pays restent solides, crédibles, pérennes. Certes, s'il est superflu de se féliciter que les choses soient rentrées dans l'ordre, après un mois de décembre absolument cauchemardesque, il n'est pas inutile cependant de se braquer sur quelques positions politiques qui ont non seulement joué la partition du défaitisme à un moment où il fallait rester dans la prudence, mais également embrigadé toute la scène politique dans une paranoïa inouïe, inédite.
Or, le bon sens aurait voulu que tous les partis et les personnalités politiques observent la plus grande prudence et retournent sagement revoir ce que prévoit la loi organique sur les élections. Et, sur ce point, le président Bouteflika aura donné une sérieuse leçon de pondération politique, comme il a pris tout son monde à contrepied, laissant en quelque sorte les acteurs politiques « mariner » jusqu'au moment où il a décidé d'intervenir pour lever officiellement les doutes qui se sont dès lors estompés. Et, rien que sur la mise en place de cette stratégie, qui a débusqué des postures douteuses, le président Bouteflika aura montré toutes les limites politiques de l'opposition, toujours prompte à entrer en guerre pour le moindre motif. Et, surtout que les rangs de l'opposition restent encore dispersés. Pour le reste, il est évident que l'annonce de la tenue le 18 avril prochain de l'élection présidentielle a psychologiquement libéré les initiatives et ouvert le champ à des lendemains moins stressants politiquement. Jusqu'à provoquer une inflation de candidatures.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.