Justice : Mandat de dépôt contre Saïd Bey et mandat d'arrêt contre Habib Chentouf    Le bal des hypocrites    La rue applaudit les décisions    Un député FLN démissionne pour rejoindre le Hirak    Création d'une instance indépendante chargée d'organiser les élections : Début de la rencontre de concertation sur les mécanismes    Corruption : Report pour la semaine prochaine de l'affaire du sénateur Boudjouher Malik    Argent détourné en Algérie : M. Djillali Hadjadj chiffre à près de 60 milliards de dollars les sommes détournées    Le baril "accompagne" le Hirak    Huawei innove dans la gestion des flux de passagers    Le fromage Bouhezza en fête    Hi-Tech : Samsung pourrait devenir fournisseur d'Orange en 5G    Coopération bilatérale : La Russie et la France s'allient pour créer un réseau de maisons de retraite    Sri Lanka : Des attentats font plus de 160 morts le jour de Pâques    La contestation suspend les discussions avec l'armée    Libye: Tripoli toujours sous la menace armée, avancée des troupes du GNA    Washington met fin aux exemptions    Le guide suprême nomme un nouveau chef des Gardiens de la Révolution    Analyse : Baisse de l'aide militaire US au Cameroun, une brèche pour la Russie ?    Hazard au Madrid, c'est déjà fait!    Le Barça vole au secours de Coutinho    Yacine Chalel à la 5e place    Sport : Quand le vent du "Hirak" souffle sur le sport algérien    Championnats d'Afrique U18 et U20 : 13 médailles dont cinq en or pour l'Algérie    Des débuts prometteurs    Istimara et recours, quelle issue?    Plus de peur que de mal    Tizi-Ouzou : Réhabilitation de la station climatique de Tala Guilef    La saison 8 de Games of Thrones censurée en Chine    Un documentaire sur le royaume de Numidie en réalisation    Bouchetta Soulimane expose "El Djazair"    Les frères Kouninef arrêtés    L'Algérie a atteint 1,5 % en 2018    Bensalah maintient le cap    L'horreur à Alger !    Retrait du permis de conduire : détails de la nouvelle procédure    Qui succédera à Ould Abbès    Victoire à la présidentielle du comédien Volodymyr Zelenskiy    La nouvelle Cupra Formentor sera produite dans l'usine Seat à Martorell    La semaine de la langue espagnole    Championnat d'Allemagne.. Belfodil 6e meilleur buteur    Effondrement d'un immeuble à la Casbah.. Quatre morts et des blessés    Course au titre.. L'USMA toujours maitre de son destin mais…    Cinéma à Alger.. L'Onci récupère trois salles    PROTECTION CIVILE A MOSTAGANEM : 196 interventions en 72 heures !    Treize médailles dont cinq en or pour l'Algérie    Célébration du Mois du patrimoine à Médéa    Evocation du séjour à Oran de Cervantès    Spécialiste de l'Algérie : L'historienne Annie-Rey Goldzeiguer, tire sa révérence    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quand un rien devient quelque chose
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 31 - 01 - 2019

Rien qu'à voir les demandeurs de souscriptions à l'élection présidentielle, l'on a la certitude de l'absence d'humilité. La décence dans l'ambition n'a plus de mesures. Tout le monde fixe sa tête vers la hauteur. Il existe pourtant une grande différence dans la théorie naturelle du mouvement dans le sens où la mobilité peut prendre toute une multitude de dimensions. D'ici vers là-bas ou d'ici vers le haut et ainsi de suite.
Chez nous la promotion sociale n'est pas un effort intellectuel. Ni l'élévation dans les rangs de la classe politique, un palmarès de lutte. Puisque nous avions vu de simples citoyens lambda, évoluer en président d'assemblée, ministre, directeur général, wali, industriel, investisseur, promoteur ; pourquoi pas alors franchir le Rubicon et essayer d'être président de leur République ? Le sommet quoi ! Tout demeure ainsi lié à un phénomène dont l'unique explication est à rechercher dans les mystères du pouvoir. C'est justement par la grâce envoûtante de ses arcanes, que du rien l'on peut produire une chose ou un être hautement politique. Le mécanisme de production laisse souvent apparaître malgré un maquillage adéquat, des scories visibles d'incompétence, de cajolerie ou de falsification. Du néant, du vide l'on a fait des personnages. Tous, du moins certains ont eu à connaître les enchantements rajeunissants des laboratoires où se procrée sans recette, le mythe des hommes new-look. Ceux qui nous commandent, nous gèrent et nous représentent.
Que dire d'un ministre, sans tangente linéaire, sans talent ministériel, qui seulement avec son ego et sa meute, croit ainsi avoir effectué et réussi les rites de l'ascension ? Un wali qui, à peine installé revomit les insanités qu'il avait ingurgitées dans un passé récent, ne peut penser un instant que le succès d'une carrière administrative est au bout de la maîtrise des coûts d'incidents, du management des risques et de la neutralité dans l'application de la loi. La culture d'un homme d'Etat ne sera pas celle enfouie entre un cabinet désuet et quelques mauvaises chaînes faiseuses et faussaires d'opinions. Elle ne peut par conséquent être une imposition de soi mais une servitude et une négation du «moi». Un député qui arbore ses pectoraux, qui apprend à peine à bien renouer ses cravates, continuera nécessairement à ignorer ses provenances, n'ayant qu'un objet qui lui traverse la tête. L'accession. Mais quand on provient d'un rien, ce sont les affres douloureuses du rien qui en fin de chemin vous guettent et vous atteignent. Le maire qui s'efface face à la posture d'un wali potentat, n'est pas prêt ni de relever les bordures des trottoirs ni d'assainir son compte avec le conte de sa cité ou de ses hommes. Ces walis qui persistent encore dans l'arrogance à instruire ces maires comme de simples subordonnés, oubliant qu'ils étaient élus par le peuple et non faisant l'objet d'un décret de nomination, ne sont plus de la trempe de ceux qui les précédaient.
Ainsi la promotion sociale est devenue une prouesse au lieu et place d'un mérite à l'effort. C'est aussi simple. Chez nous il y a rarement ceux qui s'arrêtent, avancent ou reculent. Il n'y a par ailleurs que ceux qui prétendent que la vie n'est qu'un élan vers le firmament de la victoire quels que soient le tremplin ou la rampe de lancement qui puissent bien vous y déposer. L'attraction terrestre et sa nature ne seront comprises qu'une fois la dérision tourne en vertiges et provoque la nausée. La chute mon vieux est une autre trajectoire dangereuse qui s'oppose à la fragilité de l'accession. Ça ne sera pas l'ambition de la montée des escaliers qui facilitera leur descente. Là, c'est à la frustration, le chagrin de prendre le dessus sur le rien qui croit pouvoir devenir quelque chose en gravitant quelques pas en dessus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.