Man United : Le vestiaire n'est pas au beau fixe...    Le fiasco Bensalah    "C'est une épreuve provocatrice et humiliante"    Sous le spectre du boycott    Abdelkader Zoukh remplacé par Abdelkhalek Sayouda    De lourdes charges contre les Kouninef    La croissance économique de l'Algérie ne suit pas    Washington resserre l'étau autour de Téhéran    Complément différentiel et montant-revalorisation    Dur sera le Ramadhan à Boumerdès    Les manifestants soudanais maintiennent la pression    Le bilan des combats à Tripoli s'élève à 254 morts    Aide mensuelle de 100 millions de dollars pour la Palestine    La justice militaire passe à l'acte    Le maintien encore possible    Inédite mobilisation pour secourir les supporters blessés    Décès d'un supporter    Oussama Sahnoune réussit les minima du 100 et 50m NL    Belamri se blesse    5 morts dans l'effondrement d'un immeuble de la Basse-Casbah    Les exclus cadenassent le siège de la daïra    Cinq morts et sept blessés dans une collision    Démantèlement d'une bande de malfaiteurs    Arrestation de trois dealers et saisie de 1962 comprimés psychotropes    Les étudiants maintiennent la pression    …sortir…sortir…sortir…    Zoukh sprinteur    Loin des yeux, près des cœurs ! (fin)    USMA: Kebir regrette d'avoir fait jouer Ibara    ESS - Sidhoum: «On peut renverser la vapeur à Béjaïa»    Sri Lanka: le bilan des victimes s'alourdit à 310 morts    Erosion, déversements des eaux, pollution, accès difficile...: Une plage «artificielle»... avec des problèmes «réels»    Selon Djilali Hadjadj: Près de 60 milliards de dollars détournés en Algérie en 15 ans    L'exception algérienne    Un député FLN démissionne pour rejoindre le Hirak    Recettes douanières : Hausse de plus de 2% en 2018    Washington met fin aux exemptions    Le guide suprême nomme un nouveau chef des Gardiens de la Révolution    Ça chauffe à Aïn Berda    Analyse : Baisse de l'aide militaire US au Cameroun, une brèche pour la Russie ?    Huawei innove dans la gestion des flux de passagers    Le bal des hypocrites    La rue applaudit les décisions    La saison 8 de Games of Thrones censurée en Chine    Un documentaire sur le royaume de Numidie en réalisation    La condition féminine en débat    Victoire à la présidentielle du comédien Volodymyr Zelenskiy    La semaine de la langue espagnole    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bouteflika et les autres
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 03 - 02 - 2019

Voyez-vous Bouteflika se mettre pour une course politique sur la même ligne de départ avec tous ces gens-là qui viennent de marquer leur intention de se présenter à la candidature de la présidence de la République ? De par son long parcours, président de la République pendant 20 ans, ayant vécu la révolution et connu ses martyrs, ses concepteurs, ayant côtoyé les grands de ce monde, Boumediene, Nehru, Nasser, Tito, Che Guevara, Castro, Mandela, De Gaulle, rois, reines, monarques et sultans ; on le voit mal aligné avec des gens tout à fait singuliers, quelconques et effacés.
L'on se dira que chacun doit faire son temps et que ce temps n'est plus de l'ère de Bouteflika. L'on se dira et à moindre mal que tout serait possible si du moins les candidats en course étaient parmi ceux qui restent de la même ère, tel Taleb Ibrahimi, Mouloud Hamrouche, Belaid Abdesselem, Sid Ahmed Ghozali… L'on se dira aussi qu'il aurait pu sauvegarder l'honneur de ce parcours exceptionnel en se défendant de concourir avec les pièces de cette si mauvaise circonstance.
A faire rire ou pleurer; l'on est dans le souci majeur de penser que si démocratie rime avec une certaine liberté, elle ne peut aussi se faire corrompre et se permettre de faire prendre la nation pour une risée nationale.
On les a vus retirer leurs lots de souscription. On nous les a montrés, pour en rire et en pleurer. Ces images largement diffusées par des chaînes privées rivées au bord du pouvoir ne viennent pas comme ça par hasard ou par devoir de communication et d'information. Il y a du quelque chose dedans. Veut-on jeter l'anathème sur cette liberté ? Cette démocratie ? Cette implication «citoyenne» ? Des communs de mortels aux différentes pathologies, de l'illusion à la folie, de l'irréel à la rigolade ; ces dames et messieurs semblent prendre la République pour une agence d'emploi et le palais du gouvernement pour une scène de folklore et d'amusement. Ont-ils été par un moyen ou un autre incités à le faire ? Croient-ils vraiment que la partie est réellement jouable ? Non.
Ainsi toute la problématique ne se trouve pas pour autant dans l'esprit de ces compétiteurs. Elle est dans le texte.
Ce code électoral mal agencé et en mauvaise adéquation avec l'âme solennelle de cette haute magistrature se devait d'être corrigé après cette foire publique et sans enchères au trône de la République. Le nombre faramineux des indépendants, dépassant celui des partis, démontre la grande méfiance et le discrédit qui frappent ces partis. C'est un outrage au paysage politique, un affront à l'histoire qui se fait. Preuve en est qu'ils ne sont que des vitrines falotes mises en relief pour enjoliver une démocratie malade et gangrenée. Si un indépendant peut rassembler 60.000 individus, il lui est numériquement et politiquement facile d'en constituer un parti.
Alors, il serait judicieux que la candidature à ce poste de responsabilité ne puisse être laissée ainsi à tout vent, à toute individualité. Elle ne pourrait valablement se faire que sous l'égide d'un parti. Ceci renforcera l'organisation du panorama politique et donnera plus de tonus à la philosophie du militantisme.
Bouteflika, tout laisse à le penser, n'aurait jamais accepté de croiser le fer avec ceux qui ne savent que croiser des intérêts, battre le fer quand il est chaud et ignorent la finesse du maniement des sabres doux et tranchants dans les arènes politiques.
Il a été mis dans cet ultime embarras par ceux-là mêmes qui persistent à le voir encore les protéger n'ayant du coup nulle indulgence pour ce que dira la postérité de son passage. Notamment sa dernière étape qui a fait apparaître des personnages entre domestiques, valets, dirigeants, leaders, téléviseurs inouïs, voraces et sans commune mesure avec sa stature. Ils ont tout fait pour la flétrir. L'homme ne mérite pas ça.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.