Golan occupé.. Les habitants du Golan dénoncent Washington    Eliminatoires CAN 2019 U23 (match aller).. Guinée Equatoriale 0 Algérie 0    ligue 1.. Lamine Kebir : «L'USMA a toujours son destin entre les mains»    Journée internationale des forêts.. Près d'un million d'arbres ont été plantés en Algérie    Festival «lire en fête» à Khenchela.. Grande affluence    Tébessa.. Deux bombes artisanales détruites    En amical hier à Paris.. La JSK s'incline face au Red Star (1-0)    JOURNEE NATIONALE DE L'AVOCAT : Nouvelle marche pour le respect de la volonté populaire    TRANSFORMATEURS ELECTRIQUES DEFECTUEUX : Un danger pour les citoyens de Tiaret    PROTECTION DES VEGETAUX : Nouvelle alerte au mildiou à Ain Nouissy et Hassi Mamèche    Les différentes logiques du pouvoir de 1963/2019    MASCARA : Saisie de comprimés de psychotropes à Baba Ali    MOUVEMENT POPULAIRE : Bouabdellah Ghlamallah insiste sur l'unité nationale    La nuit a toujours peur du soleil    MINISTERE DE LA CULTURE : Abdelkader Bendamèche nommé directeur de l'AARC    Trucs et astuces    Un seul mot d'ordre : «Système dégage»    Pas de communication    Benzia et Slimani s'entraînent hors du groupe    Les 4 samedis    Rencontre avec une «bleue» des marches    «Libérez la télévision»    Intempéries: Des inondations et des routes coupées    CHU d'Oran: Lancement des travaux de rénovation du réseau AEP    Conflit OM-JSK: La FAF appelle les deux présidents à la sagesse    Chlef: Le commerce informel fait toujours parler de lui    Aéroport Ahmed Benbella: Saisie de 108 cartouches de cigarettes    Alors que les manifestants contestent toute ingérence étrangère: Paris émerveillée, Moscou prudente    Mohamed Mebtoul à Médiapart: «Bouteflika et sa clientèle continuent de mentir au peuple»    Blida: Collision entre un bus et deux camions, 1 mort et 11 blessés    La Ligue arabe dénonce la saisie des recettes d'impôts par l'occupant israélien    La solution de classe mondiale pérenne et performante pour l'efficacité énergétique des bâtiments AIRIUM    Prenez votre envol avec la technologie intelligente de LG    La FNAI alerte contre des transactions immobilières douteuses    Tizi Ouzou au rendez-vous    Une cache contenant des armes et des munitions découverte à Tamanrasset    La Guinée Bissau croit en la qualification    L'Algérie décroche 37 médailles dont 9 en or    Contrat de partenariat entre la Fédération algérienne et BP jusqu'en 2020    Meeting du Front El Moustkbal à Aïn Temouchent    Une autre étape du processus du règlement du conflit    Une production d'oeuvres sur fond de contestations    Une "conférence nationale" en avril pour dresser une "feuille de route"    Les explications de l'ambassade US    Des familles évacuées et plusieurs routes coupées    "C'est l'Algérie qui décide de son avenir"    L'Algérie est devenue un "exemple à suivre"    Création prochaine de la 1re école de musique militaire en Afrique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Prière à l'école, promotions...: Les explications de Benghabrit
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 09 - 02 - 2019

  Loin de s'estomper, la «polémique» suscitée par les propos de la ministre de l'Education nationale Nouria Benghabrit, lundi dernier, et confirmés mercredi, interdisant la prière dans les établissements scolaires, ne fait que s'enfler. Les faits en eux-mêmes se sont déroulés en France, à l'école internationale algérienne de Paris, après qu'une lycéenne ait accompli sa prière dans la cour de son Lycée. La directrice de l'établissement Nadia Messaci a ensuite interdit, à l'appui d'une note interne, la prière à l'intérieur de l'établissement. Suffisant pour nourrir une violente polémique, d'autant que l'élève encourt l'expulsion.
Les choses se seraient arrêtées là, si la ministre de l'Education nationale n'était pas intervenue dans ce débat lundi dernier en défendant l'interdiction de la prière dans les écoles. En fait, la ministre a pris position en faveur de l'école internationale algérienne de Paris et conforté la position de sa directrice. «Les élèves vont à l'école pour étudier.
Ce qui s'est passé à l'Ecole de Paris, c'est qu'une élève est sortie dans la cour et d'une manière ostentatoire elle a prié. L'école n'a fait que son travail», a indiqué la ministre, selon laquelle «cette pratique (la prière) doit se faire à la maison. » Jeudi dernier, devant les députés, elle a encore rappelé que, dans le cas des écoles, le lieu de la prière est dans les mosquées. Pour elle, «nul n'est en mesure de toucher à l'identité et aux constantes des Algériens», avant de rappeler qu»'il y a les mosquées qui sont un espace dédié» à l'accomplissement de la prière. «Ma réponse est claire dans ce domaine : il y a les mosquées pour la prière et où faire ses obligations» religieuses, a t-elle ajouté. De son côté, le conseiller de la ministre, Mohamed Chaïb Draa Tani, a expliqué jeudi que «bien sûr que l'école n'est pas un lieu de prière.» Il a indiqué à la radio nationale que «toutes les prières sont réalisées par l'enfant chez lui. Il reste la prière d'El Asr lorsque l'enfant est peut-être à l'école et il peut faire sa prière une fois de retour à la maison. Où est le problème ?». Pour lui, la prière dans les établissements scolaires «n'est pas un problème». Par ailleurs, Mme Nouria Benghabrit a affirmé devant les députés en session plénière que les revendications légitimes des assistants et superviseurs de l'éducation ont été prises en charge afin de garantir un parcours professionnel ordinaire pour leur promotion, expliquant que cette catégorie de personnels n'a pas été privée de la promotion qui se fait, a-t-elle dit, «graduellement lorsque les conditions légales sont remplies.» Mieux, elle a affirmé que son département «s'emploie à la prise en charge des préoccupations de tous les fonctionnaires du secteur, dans le cadre du respect des lois de la République et dans la limite des ressources financières disponibles.» C'est ainsi qu'elle a rappelé l'intégration des assistants de l'éducation jouissant d'une ancienneté de 10 ans au grade d'assistant principal de l'éducation et des assistants de l'éducation ayant 10 ans d'expérience et titulaires d'un diplôme d'études universitaires appliquées (DEUA) ou d'un diplôme équivalent, au grade de superviseur de l'éducation. Cette catégorie de travailleurs du secteur, qui avait exigé d'être reclassée selon les diplômes, dont les superviseurs principaux de l'éducation remplissant les conditions d'ancienneté requises, pourront bénéficier, a-t-elle dit, «de la promotion au grade de conseiller de l'éducation à travers un examen professionnel ou l'inscription sur les listes d'habilitation». En outre, la ministre a annoncé que pour la classification de ces catégories de personnels, «il a été procédé au reclassement du diplôme d'études universitaires appliquées (DEUA) à la 11e catégorie au lieu de la 10ème catégorie et la licence (classique et LMD) à la catégorie 12 au lieu de la 11. « Quant à l'indemnisation sur l'encadrement des examens nationaux, la ministre a affirmé que ces deux corps percevaient un forfait journalier en contrepartie d'un service obligatoire, une indemnisation dont bénéficient également les correcteurs, les surveillants, les agents administratifs, les économes ainsi que l'ensemble du personnel mobilisé dans les centres de déroulement, de compostage ou de correction des examens. Mme Benghabrit a rappelé que son département avait classé l'ensemble de ces fonctionnaires dans la cartographie technique des centres d'examen afin de leur permettre de bénéficier des primes allouées.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.