Dynamiques de la Société civile: La rencontre du 24 août vise l'élaboration d'une feuille de route "consensuelle" affirme Lyes Merabet    Farida Benyahia à Bouira : La lutte contre la corruption et la récupération de l'argent pillé, "une des priorités persistante pour la justice"    Reconnaissance faciale, conduite autonome… La Russie présente à l'Unesco ses "technologies d'aujourd'hui"    Solde commercial : Une dégradation prévisible, liée à la structure de l'économie nationale    Parc automobile : Légère hausse des immatriculations et ré-immatriculations    Une campagne vouée a l'échec    2e journée de l'Afrique à New York: L'ONU salue la "contribution active" de l'Algérie    Or noir : Les USA renforcent leur présence sur les sites pétroliers en Syrie    Brésil: Première titularisation pour Dani Alves avec Sao Paulo    Transferts: L'Algérien Guedioura rejoint Al-Gharafa pour deux saisons    Cause palestinienne : Eddalia réitère le soutien indéfectible de l'Algérie    "C'est en bonne voie"    17.200 Seat vendues en 7 mois    La Volkswagen Golf Joint n'est plus disponible    "On veut nos salaires !"    "L'indépendance du juge n'est pas un privilège mais une responsabilité"    Transfert de contrôle à l'Agence nationale    Décès de 20 hadjis algériens    Sidi Mezghich (Skikda) : Les habitants de Boutamina bloquent la RN 85    Le chanteur andalou Brahim Hadj Kacemanime un concert    Ooredoo annonce le rétablissement de son réseau de couverture    Judo : deux nouvelles médailles pour l'Algérie    Delort buteur, Abeid signe ses débuts avec Nantes    Le match contre ses détracteurs    Réception fin 2019 des projets annexes du barrage Ouarkis    Lutte contre la corruption et la récupération de l'argent pillé    Près de 2 millions de déplacés rentrent chez eux depuis 2015    Un lourd fardeau pour les nouveaux magistrats    20 AOUT 1956, LE CONGRES DE LA SOUMMAM : Le tournant décisif    Le documentaire Tideles projeté en avant-première    Anime un concert à Alger    VISA POUR LA FRANCE : Changement des délais de traitement des demandes    Le corps d'un baigneur retrouvé sur une plage près de Ouréah    Le ministère de l'Intérieur suspend ses activités à Aden    Moscou accuse Washington d'y avoir alloué des fonds    De plus en plus d'étudiants algériens dans les universités allemandes    Gratuité de transport pour 720 handicapés    La mer artistique de Mohammed Bakli    Cheba Farida priée de quitter la scène illico presto    Hassen Ferhani doublement primé au Festival de Locarno    Une marche pour réclamer le retour aux principes de la Soummam    CRB - NCM, aujourd'hui à 21h00: Tout pour une 1re victoire    En amical: NAHD-WAB, aujourd'hui à 17h: Boufarik pour préparer l'ASO    Tlemcen : 400 hectares de forêt ravagés par le feu    Jeux Africains : La sauteuse Arar accréditée à Rabat    Tébessa: L'OPGI, les loyers impayés et le reste    Embouteillages monstres aux accès de la capitale Les retraités de l'ANP empêchés d'atteindre Alger    Karim Younes: Le Panel «ne parle pas au nom peuple, du hirak ou du pouvoir»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Prière à l'école, promotions...: Les explications de Benghabrit
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 09 - 02 - 2019

  Loin de s'estomper, la «polémique» suscitée par les propos de la ministre de l'Education nationale Nouria Benghabrit, lundi dernier, et confirmés mercredi, interdisant la prière dans les établissements scolaires, ne fait que s'enfler. Les faits en eux-mêmes se sont déroulés en France, à l'école internationale algérienne de Paris, après qu'une lycéenne ait accompli sa prière dans la cour de son Lycée. La directrice de l'établissement Nadia Messaci a ensuite interdit, à l'appui d'une note interne, la prière à l'intérieur de l'établissement. Suffisant pour nourrir une violente polémique, d'autant que l'élève encourt l'expulsion.
Les choses se seraient arrêtées là, si la ministre de l'Education nationale n'était pas intervenue dans ce débat lundi dernier en défendant l'interdiction de la prière dans les écoles. En fait, la ministre a pris position en faveur de l'école internationale algérienne de Paris et conforté la position de sa directrice. «Les élèves vont à l'école pour étudier.
Ce qui s'est passé à l'Ecole de Paris, c'est qu'une élève est sortie dans la cour et d'une manière ostentatoire elle a prié. L'école n'a fait que son travail», a indiqué la ministre, selon laquelle «cette pratique (la prière) doit se faire à la maison. » Jeudi dernier, devant les députés, elle a encore rappelé que, dans le cas des écoles, le lieu de la prière est dans les mosquées. Pour elle, «nul n'est en mesure de toucher à l'identité et aux constantes des Algériens», avant de rappeler qu»'il y a les mosquées qui sont un espace dédié» à l'accomplissement de la prière. «Ma réponse est claire dans ce domaine : il y a les mosquées pour la prière et où faire ses obligations» religieuses, a t-elle ajouté. De son côté, le conseiller de la ministre, Mohamed Chaïb Draa Tani, a expliqué jeudi que «bien sûr que l'école n'est pas un lieu de prière.» Il a indiqué à la radio nationale que «toutes les prières sont réalisées par l'enfant chez lui. Il reste la prière d'El Asr lorsque l'enfant est peut-être à l'école et il peut faire sa prière une fois de retour à la maison. Où est le problème ?». Pour lui, la prière dans les établissements scolaires «n'est pas un problème». Par ailleurs, Mme Nouria Benghabrit a affirmé devant les députés en session plénière que les revendications légitimes des assistants et superviseurs de l'éducation ont été prises en charge afin de garantir un parcours professionnel ordinaire pour leur promotion, expliquant que cette catégorie de personnels n'a pas été privée de la promotion qui se fait, a-t-elle dit, «graduellement lorsque les conditions légales sont remplies.» Mieux, elle a affirmé que son département «s'emploie à la prise en charge des préoccupations de tous les fonctionnaires du secteur, dans le cadre du respect des lois de la République et dans la limite des ressources financières disponibles.» C'est ainsi qu'elle a rappelé l'intégration des assistants de l'éducation jouissant d'une ancienneté de 10 ans au grade d'assistant principal de l'éducation et des assistants de l'éducation ayant 10 ans d'expérience et titulaires d'un diplôme d'études universitaires appliquées (DEUA) ou d'un diplôme équivalent, au grade de superviseur de l'éducation. Cette catégorie de travailleurs du secteur, qui avait exigé d'être reclassée selon les diplômes, dont les superviseurs principaux de l'éducation remplissant les conditions d'ancienneté requises, pourront bénéficier, a-t-elle dit, «de la promotion au grade de conseiller de l'éducation à travers un examen professionnel ou l'inscription sur les listes d'habilitation». En outre, la ministre a annoncé que pour la classification de ces catégories de personnels, «il a été procédé au reclassement du diplôme d'études universitaires appliquées (DEUA) à la 11e catégorie au lieu de la 10ème catégorie et la licence (classique et LMD) à la catégorie 12 au lieu de la 11. « Quant à l'indemnisation sur l'encadrement des examens nationaux, la ministre a affirmé que ces deux corps percevaient un forfait journalier en contrepartie d'un service obligatoire, une indemnisation dont bénéficient également les correcteurs, les surveillants, les agents administratifs, les économes ainsi que l'ensemble du personnel mobilisé dans les centres de déroulement, de compostage ou de correction des examens. Mme Benghabrit a rappelé que son département avait classé l'ensemble de ces fonctionnaires dans la cartographie technique des centres d'examen afin de leur permettre de bénéficier des primes allouées.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.