Début de l'opération de la révision exceptionnelle des listes électorales    Le procès historique attendu par les Algériens    Report du procès en appel de Kamel Chikhi    «Le marché pétrolier est resté équilibré»    Frais d'engagement des clubs    Le GSP au championnat arabe    Aarab Elyes nouvel entraîneur-adjoint    Real Madrid: Le clan Zidane fait une grande annonce pour son avenir !    Quelles leçons tirer du fort taux d'abstention aux dernières législatives ?    C'est fait à Annaba    Lancement à partir de Batna de la campagne nationale de prévention des risques des inondations    Espace pour préserver son histoire    Un roman inédit de Françoise Sagan en librairie    Djaballah sera-t-il candidat à la présidentielle ?    PROTECTION CIVILE : 12 accidents font 10 blessés à Mostaganem    Plus de 250 nouveaux professeurs en renfort    Un trafiquant de psychotropes condamné à 18 mois de prison    La FAF reçoit l'ambassadeur d'Argentine    Réforme ou manœuvre électoraliste ?    Vers la fermeture de l'usine Renault    Vers l'interpellation des chefs de parti sur le "hirak"    Le pirate qui avait sillonné le ciel algérien arrêté    Plus de 2,6 millions de personnes ont besoin d'une aide alimentaire d'urgence    Et maintenant ?    Un vendredi sur son 31    3 remèdes au miel pour traiter naturellement la grippe    Un incendie détruit une école primaire    L'indépendance de la justice, parent pauvre du système    Imminent changement à la tête des médias publics    La prophétie de Benflis    Pour la mise en place de stratégies d'enseignement de l'art dramatique et de traduction des textes théâtraux    Les Misérables de Ladj Ly, candidat de la France pour les Oscars    Le gouvernement français veut jouer la transparence    Karoui autorisé lors du deuxième tour    Indices    Béjaïa : Les manifs continuent    Téhéran met une nouvelle fois en garde contre une attaque    JS Kabylie : Le CRB et Horaya en ligne de mire    Berraf réagit aux accusations    Sonatrach: Des contrats gaziers à long terme renouvelés dans les prochains mois    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    Au 1er semestre 2019 : Hausse de près de 5% de la production industrielle publique    Y a-t-il une vie en dehors des GAFAM? Episode I : les réseaux sociaux    Lutte contre le changement climatique: L'ONU salue les efforts de l'Algérie    Côte d'Ivoire : La profanation de la tombe de DJ Arafat ne restera pas impunie    Un rapport de l'IGF pointe un risque de faillite    Le chef de la Minurso visite les camps de réfugiés sahraouis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Selon Guitouni: Une baisse de la production de pétrole n'est pas à écarter
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 13 - 02 - 2019

Le ministre de l'Energie, Mustapha Guitouni, s'est montré rassurant, hier, en affirmant que le prix du baril de pétrole est stable actuellement. Les cours de l'or noir se situent entre 60 et 64 dollars depuis le début de cette année, a-t-il précisé, lors d'une conférence de presse tenue, en marge de la réunion extraordinaire de la Commission africaine de l'énergie nucléaire (AFICONE), au niveau du siège du Commissariat à l'énergie atomique (COMENA) à Alger.
Le ministre fera remarquer que de nombreux facteurs, notamment géopolitiques, peuvent contribuer à la détérioration des prix du pétrole comme les situations prévalant au Venezuela, en Libye et en Iran. Il rappellera tout de même que «depuis notre dernière décision de décembre 2018, les prix se stabilisent», précisant que «l'Opep est souveraine et pourrait décider d'une nouvelle coupe dans sa production». Mais il revient pour dire que «rien n'est tranché pour l'instant, une telle décision est tributaire des résultats de l'analyse du comportement du marché pétrolier au premier trimestre 2019, notamment par rapport au développement des industries qui connaissent actuellement un certain ralentissement». Selon Guitouni, la décision de baisser la production des pays de l'Opep sera tranchée lors de la prochaine réunion de l'organisation, prévue en avril prochain à Vienne, afin de soutenir les prix. Le ministre de l'Energie a, toutefois, écarté toute divergence entre les pays de l'Opep et les pays non Opep, précisant textuellement : « L'Opep va très bien, la coopération entre les pays de l'Opep et ceux non Opep va très bien. Il y a une cohésion totale, il y a convergence de points de vue notamment par rapport à la stabilité du marché». Sur la question du nucléaire, le ministre a affirmé, à l'ouverture des travaux de la réunion d'AFICONE, que l'Algérie a subi et continue de subir les affres et les conséquences catastrophiques sur sa population et sur l'environnement des essais nucléaires menés sur son territoire. Il poursuit que l'Algérie demeure convaincue que «l'élimination totale des armes nucléaires est l'unique garantie pour faire face aux dangers de ces armes de destruction massive». Le ministre a précisé, en outre, que l'Algérie a été parmi les Etats africains qui ont signé en avril 1996 et ratifié en février 1998 le Traité de Pelindaba (traité instituant une zone exempte d'armes nucléaires en Afrique). En soulignant que depuis, notre pays n'a cessé de déployer des efforts en vue de son entrée en vigueur en 2009, de la mise en place de l'AFICONE, ainsi que la mise en œuvre effective des programmes d'activité adoptés par les quatre conférences des Etats Parties. M. Guitouni a émis le souhait de voir l'ensemble des pays africains ratifier les trois protocoles du traité pour que l'autorité de cet instrument soit renforcée et son application effective dans toute sa dimension. En appelant, parallèlement, les partenaires de l'Algérie à s'engager aux côtés de l'Afrique et d'appuyer les efforts de l'AFICONE, dans le cadre de son plan stratégique, en vue de conforter la dynamique qu'elle a enclenchée dans le domaine du désarmement nucléaire et du développement technologique de l'énergie nucléaire à des fins pacifiques. Il a affirmé, par ailleurs, que l'Algérie s'est engagée dans le développement des applications pacifiques de l'énergie nucléaire. Notamment, dans les domaines de la santé, de l'agriculture, des ressources en eau, de la planification énergétique et autres.
En précisant que l'Algérie ambitionne de produire de l'électricité à partir du nucléaire pacifique. Rappelons-le, le projet de loi relative aux activités nucléaires, qui sera présenté devant l'Assemblée populaire nationale (APN) la semaine prochaine, a pour objet de définir le cadre législatif et réglementaire des activités liées à la recherche, la production et l'utilisation pacifique de l'énergie nucléaire dans le respect des obligations internationales auxquelles a souscrit l'Algérie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.