Militaires et sécuritaires, au niveau de la région, urgence pour l'Algérie de résoudre la crise politique    Les dessous du trafic de pièces détachées en Algérie    Deux drones israéliens abattus au Liban    La minute qui qualifie la JSK au prochain tour    Le CABBA crée la surprise à Bel-Abbès, l'ESS piégée à domicile    Avalanche de médailles pour l'Algérie    Une librairie fait la part belle aux fanzines    «Le bélier magique» au Festival international du film pour l'enfance    De bonnes nouvelles pour les étudiants algériens    Le taux d'inflation à 2,7 % sur un an en juillet 2019    Après un 1er semestre plombé par les prix : Eramet abaisse sa prévision 2019    Rencontre entre le ministre de l'Intérieur et les représentants des retraités de l'ANP    Sahara occidental : Les manœuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région    Reportage : Un "Drone made in Sénégal" pour lutter contre le paludisme    Guerre commerciale : La Chine riposte aux USA sur le commerce, Trump menace    Dialogue national : Nécessité de mener notre pays vers des lendemains sûrs et prospères    2ème Région militaire : Gaïd Salah entame une visite de travail et d'inspection    Dynamiques de la société civile: Attachement au dialogue et à l'unification des efforts pour sortir de la crise politique    CHAN 2020 (préparation) : Djamel Belmadi convoque 22 joueurs pour un stage    Coupes africaines des clubs : Qualification de la JSK, du CRB et du Paradou    Oum El Bouaghi: La culture écolo fait son chemin parmi les jeunes et les associations    Education : Le ministère publie la liste des fournitures scolaires pour les trois paliers d'enseignement    Réception de 102 établissements éducatifs    Réception de 102 établissements éducatifs    «Gare aux cadres et entreprises défaillants !»    Lait : Aucune mesure prise pour réduire les quantités collectées, rassure Giplait    Réunion interministérielle : Le dossier de l'entretien de l'autoroute Est-Ouest et mesures de péage au menu    L'heure du retour a sonné !    Ordonnances de désignation des administrateurs    Le ministère de l'Intérieur dément    Le "Oui, mais" de Makri    Vingt investisseurs devant la justice    Nouvelle série d'arrestations d'opposants    Abou-Leïla de Amine Sidi Boumediene au programme    PROTECTION CIVILE : 240 interventions enregistrées en 48 heures !    Ligue 1 (2e j) : l'ES Sétif piégée à domicile    Bolsonaro s'appuie sur l'armée …    La politique commerciale de Trump critiquée    Hé ! Oh ! Y a pas écrit poubelle sur mon Front !    Une édition dédiée à Fernand Pouillon et l'Algérie    Une stèle à la mémoire du militant Belaïd Aït-Medri    Le FLN tente de se réapproprier le titre de l'Amenokal    Enfin rêver pour réaliser ses désirs !    Douze villageois tués par Boko : Haram dans la région de Diffa    Jeux africains 2019 : Domination totale des Egyptiens    Mascara: Le cambrioleur d'une école arrêté    Djamel Belmadi convoque 22 joueurs    L'inévitable saignée des parents    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Opposition unie, un rêve ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 20 - 02 - 2019

Cela a le mérite de la clarté: l'opposition semble aller vers des positions beaucoup plus conformes à son statut de camp opposé au pouvoir et cette élection présidentielle en est une occasion très opportune. Le sommet de ce mercredi de l'opposition auquel a appelé Abdallah Djaballah semble avoir rencontré une certaine sympathie de beaucoup de candidats à cette présidentielle, l'objectif de cette rencontre étant de tenter de dégager un candidat unique. En elle-même, la démarche du chef du parti El Adala est révélatrice de cette volonté qui anime beaucoup au sein de l'opposition, toutes tendances confondues, d'aller à cette présidentielle avec tous les atouts en main pour la remporter, sinon créer un front uni ou des alliances solides capables de présenter un programme et un projet social qui propose une alternative politique aux Algériens.
Certes, des partis comme le RCD ou le FFS restent en dehors de cette initiative, mais dans le fond l'essentiel est que l'immobilisme ou le nihilisme qui a jusque-là prévalu soient battus en brèche par des partis dits de l'opposition qui veulent aller à une saine compétition politique d'abord, électorale ensuite. Et, surtout, qui présente aux électeurs une autre solution que le 5ème mandat, une autre conception de l'avenir de l'Algérie et un programme, un projet de société pas forcément unique mais riche de la contribution de tous les partis qui vont adhérer à cette démarche. L'alternance politique, l'alternance au pouvoir est possible et les lois de la République l'encouragent. Il suffit juste qu'il y ait une saine compétition électorale et sans dépassements sur la base de programmes et projets sociaux.
La pluralité dans la diversité, un des objectifs tant recherchés par une opposition qui est restée jusque-là arcboutée sur ses positions, refusant au nom d'une philosophie éculée de l'affrontement naïf avec le pouvoir en recourant à chaque rendez-vous électoral au boycott, est également possible dès lors que les partis d'opposition se mettent d'accord pour donner un autre sens à ce scrutin. Et, plus que tout, confortent et renforcent l'idée et le souhait que chaque élection présidentielle n'est pas jouée d'avance. Et le sommet de ce mercredi en est une parfaite illustration. Déjà un bon point: les discussions vont d'abord porter sur le programme que va défendre le candidat unique, ensuite désigner ce candidat unique. C'est, au-delà de cette initiative, une démarche à encourager et à soutenir dans la mesure où elle met un terme, si elle est menée jusqu'au bout, à des élections présidentielles jouées d'avance.
L'initiative de l'opposition est également une autre manière de dire aux partis de la majorité, qui eux entretiennent sans conflits internes leur alliance et définissent leurs objectifs, qu'une autre perspective politique pour le pays est possible. Que les électeurs auront le choix de désigner leur candidat et, plus que tout, n'iront pas dans l'isoloir avec la ferme intention de choisir le bulletin blanc. Pour autant, cette image idyllique d'une opposition unie reste pour le moment à réaliser, à mettre en œuvre, car tous les leaders de l'opposition ne sont pas là ou du moins refusent, pour des raisons objectives, d'y adhérer.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.