Nabni : Les chantiers de la refondation    Tourisme chez l'habitant : La réglementation ignorée    Propos de Trump sur le Golan occupé : La Syrie et des pays arabes dénoncent la position américaine    Une feuille de route morte et enterrée    Aéroport Ahmed Benbella: Saisie de 108 cartouches de cigarettes    Chlef: Le commerce informel fait toujours parler de lui    Vendredi «5»    Alors que les manifestants contestent toute ingérence étrangère: Paris émerveillée, Moscou prudente    Mohamed Mebtoul à Médiapart: «Bouteflika et sa clientèle continuent de mentir au peuple»    Conflit OM-JSK: La FAF appelle les deux présidents à la sagesse    CAN-2019 (U23) : Guinée Equatoriale - Algérie: Aujourd'hui à 18h00 - Les Algériens pour prendre option    LFP - Programmation: La Ligue face à ses responsabilités    Un jeune de 20 ans tué par un train de voyageurs    Intempéries: Des inondations et des routes coupées    CHU d'Oran: Lancement des travaux de rénovation du réseau AEP    Une autre étape du processus du règlement du conflit    La Ligue arabe dénonce la saisie des recettes d'impôts par l'occupant israélien    La solution de classe mondiale pérenne et performante pour l'efficacité énergétique des bâtiments AIRIUM    Prenez votre envol avec la technologie intelligente de LG    La FNAI alerte contre des transactions immobilières douteuses    La Guinée Bissau croit en la qualification    L'Algérie décroche 37 médailles dont 9 en or    Contrat de partenariat entre la Fédération algérienne et BP jusqu'en 2020    Meeting du Front El Moustkbal à Aïn Temouchent    Manifestations populaires et perspectives    Une cache contenant des armes et des munitions découverte à Tamanrasset    Plantation de plus de 2.000 arbustes à Ghardaïa    L'étanchéité déjà défectueuse    Protestation de dizaines de citoyens de la commune d'El Mehmel    Une production d'oeuvres sur fond de contestations    Un match de Gala face Red Star ce soir    La mobilisation populaire au rendez-vous    L'Algérie est devenue un "exemple à suivre"    Des magistrats et des avocats d'Alger dénoncent    Une "conférence nationale" en avril pour dresser une "feuille de route"    Les explications de l'ambassade US    "C'est l'Algérie qui décide de son avenir"    Des familles évacuées et plusieurs routes coupées    Benzia et Slimani s'entraînent hors du groupe    Création prochaine de la 1re école de musique militaire en Afrique    Pour se repositionner sur le marché des céréales.. La Russie expédie une cargaison-test en Algérie    En possession de 4 kg de Cannabis.. Quatre dealers arrêtés à Draâ Ben-Khedda    Spectacle pour enfants.. Journées théâtrales du 24 mars au 4 avril    Considéré comme étant le premier romancier Kabyle.. Taguemount-Azouz rend hommage à Rachid Aliche    Baromètre.. En hausse : Jacinda Ardern    L'équipe de TF1 chassée par les manifestants    Hommage à Jean-Luc Einaudi, historien du 17 octobre 1961 et combattant de la vérité, décédé le 22 mars 2014    Ghardaïa, la 51e édition de la fête du tapis reportée sine die    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le mot du Chahid à ces gens-là...
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 20 - 02 - 2019

Le 18 février, Journée du Chahid. Mausolée lui étant affecté. Foule. Des officiels. Beaucoup d'énergumènes. On le sentait, ce valeureux Chahid énormément dérangé dans son repos éternel. Les sirènes, après le brouhaha du désherbage et du chaulage que l'on se pressait de faire la veille pour embellir la sépulture oubliée l'année durant, indiquent l'arrivée des vivants.
L'on se bouscule au positionnement de la haie dite d'honneur. Les yeux ne fixent plus ni l'histoire ni ces tombes blanches et identiques, silencieuses et austères ; mais s'obligent et s'excitent à se poser sur l'officiel. L'on zyeute, l'on repère, l'on cible.
J'y étais. Il y a de ces gens-là qui poussent à l'écriture. Sans arriver à s'élever comme une muse, ils sont aptes quand bien même à donner de l'inspiration. Mauvaise certes, mais elle est là, elle extirpe vos mots, vos maux et toute la mélancolie que vous subissez à longueur de les voir agir et réagir. Ils sont à toutes les sauces. De tout événement. Sans rougir et sans se sentir rougir l'un comme l'autre, sachant réciproquement leur dessein sulfureux ; ils brandissent la carte du parti, celle de l'Etat, de la révolution, des chouhada, de l'histoire, de l'entente, de Aïn Fouara et même du Président. Ils passent pour être le peuple, dans sa grandeur quand l'opportunité avantageuse y est, de sa petitesse quand sa grandeur ne rapporte rien.
Le Chahid face à ces gens-là, sourire séraphin en bout de lèvres, me fait la confidence suivante : « dis-leur tous mes remerciements, toute ma gratitude ; mais par salut divin qu'ils ne viennent plus déchirer mon calme par leur hypocrisie. Je reconnais cependant le gré de l'Etat sans qui personne ne sera là, de la loi qui reste encore à parfaire, de l'étendard qui flotte au-dessus de ma tête et qui doit être incrusté dans le cœur et non pas servir de teeshirt ou de cache-col. Que Monsieur le Wali ou son ministre ne me ramènent plus ces mêmes visages, ces mêmes gueules. Ces gens qui exploitent ma tombe, mon nom, ma postérité pour se faire ouvrir des accès, de la proximité à des avantages précaires, mesquins et immérités. Dis-leur qu'ils arrêtent de faire de mon simple combat, de mon volontaire sacrifice un atout pour se faire valoir ou se maintenir dans ces mandats électoraux locaux qui n'en finissent plus. Qu'ils aillent faire le leur. Dis à ces élus locaux voraces et ambitieux de veiller d'abord à leurs promesses électorales et d'assurer l'eau potable, le gaz, l'état de la ville, de ses routes, de son éclairage et de toute l'hygiène sociale. Je n'ai plus envie de revoir ces faciès de députés, ces chefs d'associations, de fondations, de coordinations, de fédérations, magouilleurs, menteurs et scélérats. Dis-leur, par décence, par ultime respect, qu'ils en gardent du moins quelques brins de ne plus me mêler à leur instinct malsain. Je ne suis pas un faire-valoir pour les canailles et les renégats. Ni un trampoline pour les traînards et les assistés. J'ai cru entrapercevoir dans la densité qui croyait venir me rendre les hommages et se recueillir à ma mémoire ; des progénitures douteuses dont je m'indigne. Enfin dis-leur que j'y ai vu des âmes vieillies par l'usure et le temps, la marginalisation et l'indifférence, méditer sincèrement, de loin dans leurs hameaux, dans leur dénuement. Ce sont ces gens-là, proie aux maladies, à la souffrance, sans parade, sans cravate occasionnelle, sans maquillage que j'aurais bien voulu voir. Dis-leur chacun reconnaît les siens ».
Lourd, très lourd ce message. Je ne compte pas égaler la valeur de son émetteur, ni l'intensité de sa substance. Je me persuade néanmoins à tenter de le transcrire à défaut de pouvoir efficacement le transmettre. Il y aura certainement de l'écho, de la prise de conscience. Je doute encore que ces gens-là que refusent le Chahid, ne seront pas là et encore à toutes les dates nationales. Ils en font un métier, pas un engagement patriotique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.