La lutte contre la corruption : Zeghmati déclare la guerre à la mafia    26e vendredi du Hirak: Les manifestants à Alger réitèrent leur attachement à leurs revendications    Affaire Hamel: Abdelmalek Boudiaf sous contrôle judiciaire, mise en liberté pour Bensebane Zoubir    USA : Le patron de la FTC pas opposé à un démantèlement des géants du numérique    Bourses : Les places européennes terminent en baisse    Russie : Comment expliquer l'absence inattendue de chaleur cet été ?    Répression de manifestants sahraouis à Laâyoune: L'usage excessif de la force par les forces marocaines dénoncé    Côte d'Ivoire : Vers la fin du procès Gbagbo à la CPI ?    Al-Aqsa: L'OLP avertit contre les conséquences des tentatives d'Israël de changer le statu quo    Ligue 1 (1ère journée) : Le MC Alger tenu en échec par l'AS Aïn M'lila    Guinée : L'entraîneur et le 1er vice-président de la fédération sanctionnés pour corruption    Khenchela: Le "Khliî" (viande séchée), une tradition qui résiste au temps à Tazghart    Education: La rentrée scolaire aura lieu aux dates fixées    Crise politique : La solution passe par une présidentielle à travers un dialogue "inclusif et constructif"    "Je reste attaché à la plateforme de Aïn-Bénian"    Mandat de saisie du pétrolier iranien relâché par Gibraltar    Air Algérie parmi les compagnies affichant le plus grand taux de retards    Un navigateur palestinien pour éviter les checkpoints israéliens    Infinix, les nouveaux Smartphones mis en lumière à Constantine    Le comité des sages installé    29 harraga interceptés en mer    Décès de 18 hadjis algériens    La conférence reportée au 24 août    Signature d'un mémorandum d'entente entre l'Algérie et les états-Unis    NAHD : Un nul au goût de victoire    Les raisons du limogeage de la Juge d'El Harrach    SIDI BEL ABBES : Un octogénaire et sa fille meurent écrasés par un train    Le MCA rate son premier match    La peau de mouton, un patrimoine en perdition    Rabat prête à relever le défi    Des facilitations au profit des agriculteurs pour l'octroi des autorisations    Signature d'un mémorandum d'entente entre l'Algérie et les USA    Belaili de retour à Angers? Le président du SCO dit non    Les Algériennes en stage à Blida    L'Unicef tire la sonnette d'alarme    Le pétrolier iranien "Grace 1" relâché    Des administrateurs pour assurer la gestion    Raids des forces de Haftar contre des aéroports civils    Appel à participation pour le 5e Grand prix El-Hachemi-Guerouabi    Ouverture du Festival du raï    Projection du documentaire "Tadeles''    Djam sélectionné dans la compétition officielle    Des soirées dédiées au monologue et à l'humour    MCO - USMBA: Commencer la saison par un succès    Sûreté de wilaya: Deux campagnes de sensibilisation sur le respect du code de la route    Pour le 26ème vendredi de suite: La mobilisation continue malgré la canicule    Le secteur de l'éducation renforcé par des infrastructures scolaires: 5 lycées, 30 groupes scolaires et 8 CEM pour la prochaine rentrée    L'armée se rapproche de la ville clé de Khan Cheikhoun    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Mecque, y aller ou pas
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 23 - 02 - 2019

Le pèlerinage à La Mecque coûtera, cette année, au minimum 55 millions de centimes par tête de pipe. Si l'acte religieux est un des cinq piliers de l'islam et ne concerne que ceux qui peuvent le faire sans contrainte financière, il n'en demeure pas moins qu'une sérieuse réflexion doit voir le jour pour débattre des conséquences politiques d'une telle démarche purement spirituelle. Le problème n'étant pas dans la prescription religieuse mais dans le régime qui règne en maître absolu sur les Lieux saints. Tout le monde connaît le rôle néfaste des Al Saoud dans la région, distillant leur poison confessionnel dans les pays arabes et œuvrant à les déstabiliser en provoquant et finançant des guerres civiles et des invasions de territoires souverains avec l'aide de son allié émirati pour le compte des Américains et de la sécurité préventive d'Israël. Le régime wahhabite s'est inscrit dans une politique de normalisation avec l'Etat hébreu en entraînant sous la menace les autres monarchies du Golfe au détriment du peuple palestinien. Son activisme pour banaliser et faire admettre le deal du siècle est une preuve supplémentaire dans l'irrésistible envie de la dynastie régnante de rester au pouvoir. Et pour financer sa guerre contre l'islam et les pays arabes qui n'acceptent pas son leadership, Ryadh a besoin d'argent. Et entre la chute des prix du pétrole et les contrats faramineux d'armement au profit de l'Amérique de Trump, ne reste que la cagnotte du hadj. Ainsi, La Mecque et Médine devraient accueillir 20 millions de visiteurs en 2020, soit une recette attendue d'environ 90 milliards de dollars par an. Et ces milliards de dollars vont directement dans les poches des Américains et des Israéliens qui ont juré la perte du monde arabo-musulman. Logiquement, l'argent du pèlerinage finance les hommes et les armes qui tuent les musulmans en Irak, en Syrie, au Yémen et en Libye. Ce sont ces mêmes sources de financement qui sont injectées pour ébranler et talibaniser les pays du Maghreb. Cette aptitude du Royaume au mal doit inciter les musulmans de la planète à se poser des questions sur où va leur argent ?
La réponse est claire et aller ou pas en pèlerinage doit rester une décision personnelle qui doit impliquer beaucoup de paramètres. En effet, il est plus noble de partager son argent, destiné aux Al Saoud, avec les pauvres et les orphelins d'à-côté. Parfois, on n'est pas obligé de chercher Dieu à mille kilomètres de chez soi mais on le rencontre juste en ouvrant sa propre porte pour nettoyer la rue, en souriant à un étranger, en aidant une personne âgée à traverser ou en donnant à manger à un animal en détresse. La piété est l'acte le plus naturel chez l'être humain et il n'est écrit nulle part qu'il faut renflouer les caisses d'un pays en marge de tout pour aller prier Dieu.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.