FC Barcelone: Ce message fort sur l'influence de Lionel Messi au Barça...    Tribunal de Sidi M'hamed à Alger : 24 manifestants jetés en prison    Al Ahli: L'entraîneur de Belaili limogé    BENSALAH SIGNE LES LOIS RELATIVES A LA TENUE DE L'ELECTION PRESIDENTIELLE : Convocation du corps électoral    SOUTIEN A LA CREATION D'ENTREPRISES AU SUD : Levée de gel pour les projets des jeunes    RENTREE UNIVERSITAIRE 2019-2020 A MOSTAGANEM : L'université renforce ses capacités d'accueil    HECATOMBE ROUTIERE : 11 morts et 20 blessés en 48 heures    KHEIR-EDDINE : Les parents d'élèves demandent une protection policière    Les forces de sécurité répriment un rassemblement pacifique à Constantine    Liverpool : Van Djik encense Firmino    Le Kremlin en faveur d'une relance des discussions    Les manifestants insistent sur le départ du système    Des personnalités nationales et des organisations dénoncent    L'Opep et ses alliés sur le gril    La FTF a défalqué six points au Club Africain    Le Real se régale, puis se relâche    "La Tunisie est en train de forger son propre modèle démocratique"    La libération du candidat Nabil Karoui sera «une évidence» s'il sort vainqueur    Qui succédera à Essebsi en Tunisie ?    Saisie de 12 000 comprimés de psychotropes    Meilleures recettes au gingembre pour traiter l'asthme    Un homme électrocuté    Hommage à Cheb Hasni par les siens    Soirées diwane au dendoune et karkabou    Le lion mécanique de Léonard de Vinci exposé à Paris    Ligue des champions (2e tour, match aller) USM Alger – GOR MAHIA (20H45) : Tout pour assurer au stade Tchaker    CAF Football Awards : Les 10 candidats connus en octobre    Football professionnel : Une AGEx mardi pour adopter un nouveau système de compétition    Parution. L'Encyclopédie algérienne (édition 2019) : Un coffret fort intéressant    Washington confirme la mort de Hamza Ben Laden    Tlemcen: La Casnos veut ratisser large    Ils avaient subtilisé l'arme d'un policier: Un individu tué et deux autres blessés près d'Azeffoune    Mort des tribus, naissance des tribalismes (III)    Lancement du concours international de la photographie sous-marine de la corniche jijelienne    Appel à hâter la désignation d'un nouvel envoyé personnel du SG de l'ONU    Aigle Azur (SNLP) : Le Comité d'entreprise soutient deux offres de redressement    Résoudre rapidement, par une élection présidentielle transparente, la crise politique ou la régression    Bomare Company mise à l'honneur dans le magazine allemand de l'IFA Berlin    Le Mouvement El Bina prêt à s'engager dans l'élection présidentielle    Prochaine édition du Festival national de la littérature et du cinéma de la femme    Il fête ses 50 ans de carrière à Alger    De nouvelles taxes sur les véhicules ?    Le président de Microsoft se positionne aux côtés de Huawei    L'Algérie réaffirme sa position    Ahmet Davutoglu quitte l'AKP pour créer un mouvement rival    Un individu abattu à Tizi-Ouzou    Bedoui exprime sa "gratitude" à l'ANP    Deux films algériens en compétition officielle au festival international d'Elgouna en Egypte    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Va-t-on écouter cette voix générale ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 24 - 02 - 2019

Chaque génération veut avoir sa révolution. Chacun use des moyens de son époque. Du fusil au clic, le monde a évolué, les exigences du peuple aussi. Ils n'ont pas vécu, ces jeunes les années 1990. La peur, les incendies, le sang et la mort. Ce fut la rançon d'une démocratie encore balbutiante. Personne ne voudra y retourner. C'est pour cela que l'on préfère la prise de rue, la prise de parole, le haut débit que d'habiter des cimetières chaque jour et formuler des condoléances chaque instant. Va-t-on écouter cette voix générale ? En principe oui. Car elle émane d'une jeunesse qui n'a vu que ces personnages qui leur ont promis monts et merveilles, depuis voilà vingt ans. Ils étaient enfants dans des classes primaires, ils sont adultes dans la rue, dans la vague, dans la drogue, dans le rien, soit dans un tourbillon et les autres sont toujours là. Ces jeunes ont eu leurs diplômes des instituts et des universités algériens construits par l'argent de l'Etat et non pas par les fortunes personnelles de ceux-là même qui s'en vantent de les avoir bâtis. Cette voix générale, qui s'est élevée presque dans toutes les villes, en ce vendredi 22 février, ne serait pas l'œuvre d'une opposition organique ou partisane. Elle s'est voulue une vocifération colérique citoyenne contre le système et son corollaire. L'opposition façadière et ses démembrements. Elle semble dans sa substance surpasser le candidat au 5ème mandat mais cible, particulièrement, ceux, nombreux, qui le veulent avec acariâtreté. La révolte d'un jour est l'expression d'une longue accumulation. La rue comme le pays qui la contient n'est pas la propriété, ni de Ouyahia, ni de Bedoui. Chacune d'elles, porte heureusement le nom d'un Chahid. Et ce Chahid est soit le grand-père, le père, l'oncle ou l'arrière-cousin du policier et du jeune que l'on incite et excite dans un face-à-face. Les deux sont les enfants du peuple, au moment où ceux qui les ont mis forcément l'un face à l'autre en se sont détachés. J'ai pu déceler dans le visage des manifestants, des badauds, des policiers, dans les lignes des pancartes brandies ou dans le cœur de ceux qui n'ont ni visage ni banderoles ; énormément de messages. L'un des plus expressifs reste cette exigence de voir partir rapidement ces audaces, ces versalités, ces hypocrisies qui personnifient ces ministres zélés, ces oligarques goinfres et voraces. Et ces adeptes de l'excellence opportuniste d'un larbinisme inconvaincant que sont les mauvais leaders de l'alliance dite présidentielle et les chaînes dites d'égout. Sans vouloir les citer, évitant une nauséabonde haleine dans mon écrit ; ils sont, largement, médiatisés dans les annales de la honte et de l'à-plat-ventrisme. Leurs visages puzzlés et rubriqués constituent, maintenant, une affiche ignominieuse dans les réseaux sociaux.
Aussi, crois-je que le courroux populaire s'est abattu indirectement, sur un régime fragilisé et qui s'est laissé prendre par ces entremetteurs systémiques; croyant à une prétendue domination mentale nationale. Les jeunes, en ce 22 février, ont scandé un marasme, une tourmente et une lassitude. Le 5ème mandat ne compte pas pour eux pour une énième réélection d'un homme malade, mais le prennent pour une malicieuse reconduction de ces gens-là, de leurs propres intérêts, de leur égoïsme. Idem pour ce slogan « FLN dégage ! » il ne s'adresserait pas à ce glorieux sigle historique, ce socle patriotique, bien collectif mais à ceux qui le représentent du sommet à la base. Ces roublards maléfiques, boulimiques et fatidiques.
Cette voix généralisée est adressée, notamment, à ceux qu'elle ne cite pas, qu'elle ne scande pas. Ces noms impopulaires qui sont derrière celui qui est mis en porte-à-faux avec tout un peuple et qui ont initié la théorie du cadre. Cette sortie reste un gage démonstratif de « démocratie participative », telle que voulue par la spontanéité et la sagesse populaires et non pas par la fausseté d'un groom qui veut asservir les territoires et leur volonté. Va-t-on l'écouter, cette voix lancée pacifiquement, sereinement ? Elle le sera d'une façon ou d'une autre. Un des jeunes, battant le pavé, rencontré après la dispersion me disait jovialement « ya El hadj ; on n'est pas contre le 5ème ou le 6ème, mais contre ces « oujouh el bakhss » (figures du déshonneur) qui essayent de nous le vendre » la messe étant dite ; aux chapelles du pouvoir d'en tirer le sacerdoce utile. Table rase.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.