Soudan, une troisième révolution ?    Ce que veut la rue, en Algérie    Me Bouchachi favorable à un accompagnement de la période de la transition par l'ANP    Un inconnu à la tête du Conseil constitutionnel    L'AGEx de la FAC aujourd'hui à Ghermoul    Yemma Gouraya, dix ans plus tard !    Ghorbal, Gourari et Etchiali retenus    Des étudiants interpellés à l'intérieur de la faculté de droit    Stress, le nouvel ennemi de la peau    Gâteaux au café    Aucune baisse    Pas question d'en rester là ! (fin)    Ahmed Malek, le «Ennio Morricone algérien»    L'écrivain et dramaturge Aziz Chouaki n'est plus    Crise libyenne : Consternation et horreur à Tripoli    Contestation au Soudan : Omar El Béchir jeté en prison    Le géant «peuple» viendra à bout du nain «système»    Division nationale Amateur - Ouest: Six clubs sous la menace de la relégation    Sit-in des syndicalistes du CMT devant le siège de l'UGTA    La catastrophe de Notre-Dame de Paris    Projets du groupe Cevital bloqués: Rebrab entendu par la Gendarmerie    Solidarité Ramadhan: Des virements CCP pour 1.100 familles démunies    Bilan des différents services des urgences du CHUO: 16.293 consultations et 2.039 hospitalisations durant le mois dernier    Ils ont déposé des dossiers de logements depuis plusieurs années: Les mal-logés des quartiers populaires interpellent le wali    Ils demandent le départ du sytème: Les avocats protestent    Audiovisuel: L'ARAV appelle au respect des principes de déontologie et de service public    Division nationale Amateur - Est: L'USM Khenchela repasse en tête !    Division nationale Amateur - Centre: L'ESBA et le RCA ne se lâchent plus    LES ENVAHISSEURS    Système éducatif et deuxième République...    Compagnie aérienne : Tassili Airlines rouvre sa ligne Strasbourg-Oran    Forum Russie-Monde arabe: La sécurité et la stabilité en tête des priorités    Pourquoi le KGB n'a pas pu empêcher l'effondrement de l'URSS    Exportation hors-hydrocarbures: Un cadre juridique propice est nécessaire    Présidentielle du 4 juillet : Les partis de l'opposition n'y participeront pas    La solution la plus douce politiquement à la crise    Afin de booster le climat d'affaires local : Les Douanes se dotent d'un nouveau système d'information    L'ANP veille "sans répit"    Les précisions du gouvernement    Le groupe Benamor se disculpe    Youm El îlm.. Hommage à Benbadis à Constantine    Arrivés de Libye.. Onze diplomates français armés arrêtés en Tunisie    USM Alger Rebbouh Haddad : «Céder les actions du club ? Ce ne sont que des spéculations»    Après le report de la 26e journée de la Ligue 1 au 21 avril.. La demi-finale JSMB-ESS décalée au 25 avril    Relizane.. Boissons alcoolisées saisies    Boumerdès.. Préparatifs pour la réussite de la saison estivale    Soudan : L'UA lance un ultimatum aux militaires    Lancement à Paris d'un certificat international    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Va-t-on écouter cette voix générale ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 24 - 02 - 2019

Chaque génération veut avoir sa révolution. Chacun use des moyens de son époque. Du fusil au clic, le monde a évolué, les exigences du peuple aussi. Ils n'ont pas vécu, ces jeunes les années 1990. La peur, les incendies, le sang et la mort. Ce fut la rançon d'une démocratie encore balbutiante. Personne ne voudra y retourner. C'est pour cela que l'on préfère la prise de rue, la prise de parole, le haut débit que d'habiter des cimetières chaque jour et formuler des condoléances chaque instant. Va-t-on écouter cette voix générale ? En principe oui. Car elle émane d'une jeunesse qui n'a vu que ces personnages qui leur ont promis monts et merveilles, depuis voilà vingt ans. Ils étaient enfants dans des classes primaires, ils sont adultes dans la rue, dans la vague, dans la drogue, dans le rien, soit dans un tourbillon et les autres sont toujours là. Ces jeunes ont eu leurs diplômes des instituts et des universités algériens construits par l'argent de l'Etat et non pas par les fortunes personnelles de ceux-là même qui s'en vantent de les avoir bâtis. Cette voix générale, qui s'est élevée presque dans toutes les villes, en ce vendredi 22 février, ne serait pas l'œuvre d'une opposition organique ou partisane. Elle s'est voulue une vocifération colérique citoyenne contre le système et son corollaire. L'opposition façadière et ses démembrements. Elle semble dans sa substance surpasser le candidat au 5ème mandat mais cible, particulièrement, ceux, nombreux, qui le veulent avec acariâtreté. La révolte d'un jour est l'expression d'une longue accumulation. La rue comme le pays qui la contient n'est pas la propriété, ni de Ouyahia, ni de Bedoui. Chacune d'elles, porte heureusement le nom d'un Chahid. Et ce Chahid est soit le grand-père, le père, l'oncle ou l'arrière-cousin du policier et du jeune que l'on incite et excite dans un face-à-face. Les deux sont les enfants du peuple, au moment où ceux qui les ont mis forcément l'un face à l'autre en se sont détachés. J'ai pu déceler dans le visage des manifestants, des badauds, des policiers, dans les lignes des pancartes brandies ou dans le cœur de ceux qui n'ont ni visage ni banderoles ; énormément de messages. L'un des plus expressifs reste cette exigence de voir partir rapidement ces audaces, ces versalités, ces hypocrisies qui personnifient ces ministres zélés, ces oligarques goinfres et voraces. Et ces adeptes de l'excellence opportuniste d'un larbinisme inconvaincant que sont les mauvais leaders de l'alliance dite présidentielle et les chaînes dites d'égout. Sans vouloir les citer, évitant une nauséabonde haleine dans mon écrit ; ils sont, largement, médiatisés dans les annales de la honte et de l'à-plat-ventrisme. Leurs visages puzzlés et rubriqués constituent, maintenant, une affiche ignominieuse dans les réseaux sociaux.
Aussi, crois-je que le courroux populaire s'est abattu indirectement, sur un régime fragilisé et qui s'est laissé prendre par ces entremetteurs systémiques; croyant à une prétendue domination mentale nationale. Les jeunes, en ce 22 février, ont scandé un marasme, une tourmente et une lassitude. Le 5ème mandat ne compte pas pour eux pour une énième réélection d'un homme malade, mais le prennent pour une malicieuse reconduction de ces gens-là, de leurs propres intérêts, de leur égoïsme. Idem pour ce slogan « FLN dégage ! » il ne s'adresserait pas à ce glorieux sigle historique, ce socle patriotique, bien collectif mais à ceux qui le représentent du sommet à la base. Ces roublards maléfiques, boulimiques et fatidiques.
Cette voix généralisée est adressée, notamment, à ceux qu'elle ne cite pas, qu'elle ne scande pas. Ces noms impopulaires qui sont derrière celui qui est mis en porte-à-faux avec tout un peuple et qui ont initié la théorie du cadre. Cette sortie reste un gage démonstratif de « démocratie participative », telle que voulue par la spontanéité et la sagesse populaires et non pas par la fausseté d'un groom qui veut asservir les territoires et leur volonté. Va-t-on l'écouter, cette voix lancée pacifiquement, sereinement ? Elle le sera d'une façon ou d'une autre. Un des jeunes, battant le pavé, rencontré après la dispersion me disait jovialement « ya El hadj ; on n'est pas contre le 5ème ou le 6ème, mais contre ces « oujouh el bakhss » (figures du déshonneur) qui essayent de nous le vendre » la messe étant dite ; aux chapelles du pouvoir d'en tirer le sacerdoce utile. Table rase.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.