Contestation populaire : Renforcer la cohésion politique    9ème vendredi de marches pacifiques à travers les wilayas du pays : Les Algériens déterminés pour déloger le système en place    En soutien aux revendications du Hirak populaire : Les avocats poursuivent le boycott des audiences    Très ralentie au 1er trimestre : Danone attend une accélération au 2e trimestre    Bourses : L'Europe finit en légère hausse avant le week-end de Pâques    Japon : L'inflation restera sous 2% pendant encore 3 ans, selon la BoJ    EDF: Des experts recommandent de réparer les soudures de l'EPR    "Le rôle de leader des Etats-Unis à l'Otan" n'est dû qu'"à la contrainte et au chantage"    CAN-2019 (préparation): Algérie - Mali le 16 juin à Abu Dhabi    FAC : L'AG élective fixée pour le 27 avril    Création de zones de pêche réglementées : Pour une exploitation durable de la ressource halieutique    Ould Abbès obtient l'autorisation    Ouyahia acculé    Forte explosion et tirs dans le centre de Kaboul    Un gain pour le budget de l'Etat    Légère baisse des importations    Sharp, un prototype d'un mobile pliable présenté au Japon    13 présumés auteurs de crimes et délits interpellés    Un 39e anniversaire particulier    Elles sont de l'ordre de 17 %.. Les recettes douanières en hausse    Ouyahia et Loukal convoqués par le tribunal de Sidi Mhamed d'Alger    FAC.. L'AG élective fixée au 27 avril    Championnats d'Afrique U18 et U20 d'athlétisme.. Médaille d'or pour l'Algérien Ameur    Championnat de France de natation.. Médaille de bronze pour Sahnoune sur le 100m    Annoncée par Bensalah pour demain.. La conférence de concertation aura-t-elle lieu ?    Commémoration du printemps berbère et du printemps noir.. Imposante marche contre l'oubli et le déni à Bouira    Annaba.. 26 kg de drogue saisis    Rassemblement des militants et cadres du RND pour exiger son départ.. Ouyahia charge Chihab    Célébration du mois du patrimoine à Tizi-Ouzou.. Pour la sauvegarde du patrimoine amazigh    Le président américain motive le maréchal Haftar.. Washington soutient la guerre en Libye    TLEMCEN : Plus de 400 kg de kif saisis en 90 jours !    PROCHAINE SAISON ESTIVALE A ORAN : Trois nouvelles plages autorisées à la baignade    Début du référendum sur une révision constitutionnelle    «Je ne laisserai personne détruire ce que nous construisons»    Près de 223 000 cas suspects de choléra signalés en 2019    Mois du patrimoine    Des atouts non exploités !    Asma Ben Messaoud désignée DTN de la FASM    Papicha sur la croisette    Davantage d'efforts pour prendre en charge les bâtisses du vieux ksar    Plusieurs films algériens distingués    L'opposition met l'armée devant le fait accompli    Oum El Bouaghi : 5 morts dans un accident de la route    El Braya: Un homme mortellement poignardé    Mascara: Plus de 30 dealers arrêtés    Football - Ligue 2: Une journée explosive    Un milliard d'euros pour Notre-Dame de Paris, combien pour les enfants du Yemen?    Exposition « L'Afrique à la mode » jusqu'au 25 juillet à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La gronde, quel bilan? Qui doit le faire?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 06 - 03 - 2019

Il est dit dans la légende qu'un jour un sultan reçut son ministre de l'intérieur venu en urgence l'informer d'une grosse agitation de ses sujets : - Sire, il y a un problème ! Vous avez la solution ? répondit aussitôt le sultan Non Sire, balbutia le ministre Alors sortez, vous êtes le problème !
Voyez-vous, quand un œil supposé regarder tous les plans de la société, ses rythmes cardiaques, ses penchants et ses instincts n'arrive point à situer le mal ou le fait gauchement, c'est que son regard n'est destiné qu'à suivre une carrière.
La sienne. Ainsi c'est le mauvais diagnostic qui prescrit les mauvaises ordonnances. C'est là toute la problématique du défaut de maitrise de la profondeur citoyenne. Il ne suffit plus de parler pour charmer la foule ou de s'obliger de paraitre visiblement gentil. Certes, faire la fine bouche ou se la jouer angélique peut rapporter, mais quand l'on se trouve devant une blessure oncologique et béante qui n'a que trop duré, la chirurgie devient impérative. Deux semaines de gronde, quel bilan ? Qui doit le faire ?
L'opinion publique est transvasée de rumeurs, de colportage et d'informations à la mesure du besoin de ceux qui les façonnent. De grands événements se sont produits ces jours-ci.
L'absence de communication officielle a été très chiche, laissant croire que chaque ministre ou autre opérateur pourtant publiquement affilié au pouvoir se garde dans une réserve tactique faisant sentir qu'il ne veut pas se mouiller. Même ceux qui quelques jours avant le 22 février se faisaient apparaitre ont subitement disparu du champ de vision ou d'audition. Depuis deux semaines, aucune déclaration. Le ministre de la Communication semble s'être placé en sourdine, pas un mot. Le ministre de la Santé a balancé un chiffre de blessés, sans nul commentaire. Le ministre de l'Intérieur pourtant habitué aux shows des caméras n'a été vu qu'à l'hôpital, au chevet des policiers et de quelques manifestants. L'on aura retenu sa déclaration du caractère « pacifique » des marches, laquelle chez certains avait été prise pour un fléchissement et chez d'autres une façon d'amadouer les foules. Chez les autres acteurs gouvernementaux ou leurs satellites, rien. Bouche cousue.
Où sont les Ghoul, Benamara, Sidi Said, l'UNPA ? Salhi, Sahli, Zeghdoud, Benhamou, etc. Ou le contesté patron du FLN ? Pour quelle raison se gardent-ils dans un mutisme au moment où le paysage politique et son opinion ont grand besoin d'éclairage ? Qu'ils disent ce qu'ils pensent de cette « agitation » de ces quelques « jeunes égarés » !
Sur le plan de la communication officielle, il n'y avait que le frais nouveau directeur de campagne de Bouteflika qui est venu au four et au moulin juste pour une mission de dépôt et de lecture.
Quel bilan doit-on faire de ces marches en dehors de leur message politique qui n'échappe à personne en raison de sa forte résonnance, mais en termes de nombre de participants, de dégâts matériels, de villes, de corporations, d'ordres professionnels et d'unions associatives concernées et de bien d'autres éléments d'analyse ? Qui doit le faire ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.