Plus de 250 adhérentes à la Cellule d'accompagnement de la femme rurale    «Atal ne partira pas l'été prochain»    Les défis de la gestion de la LFP en question    Zerouati officialise son retour à la tête du club    Arrestation de deux éléments de soutien aux groupes terroristes à Tin-Zaouatine    Appel à la cessation de la répression marocaine des Sahraouis    Real Madrid: Benzema titulaire à Majorque, pas Varane    L'ANIE à pied d'œuvre    Signature d'une convention entre le GIE monétique et l'ANPT    SYNDICATS AUTONOMES : Le CSA appelle à une grève générale    ANARCHIE DANS LE TRANSPORT DES VOYAGEURS DE LA CORNICHE ORANAISE : 200 Da le prix d'une place par taxi à partir de 17h00    ACTION ANTI-DROGUE DE LA 8EME SURETE URBAINE (MOSTAGANEM) : Huit consommateurs de drogue arrêtés    TIARET : Des citoyens ferment le siège de l'APC de Rechaiga    APRES SES PROPOS HOSTILES AU SAHARA OCCIDENTAL : Le CNASPS qualifié Saadani ‘'d'aventurier sans conscience''    Grève générale et manifestation à Barcelone    L'UE menace Washington de représailles    14 civils tués dans des raids turcs    Le prix Pomed décerné à Soufiane Djilali    "Nous sommes toujours aux côtés du peuple"    Dossier clos    Silence radio à la Sonatrach    Les joueurs mettent fin à la grève    Zetchi : "Il y a des contraintes de calendrier, mais les motivations sont là"    Les Verts veulent réaliser l'exploit à Berkane    Régulation de l'économie avec l'apport des Nations-Unies et de l'UE    Rencontre régionale sur le code des marchés publics    Suspension d'une usine de boissons gazeuses    Les avocats des détenus mettent à exécution leurs menaces    La "harga" vers les côtes italiennes s'intensifie    Erdogan menace de reprendre l'offensive mardi soir si l'accord n'est pas respecté    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Un sit-in de la communauté chrétienne violemment réprimé    Marie-Antoinette, cette figure de la pop culture    Concours de la chanson patriotique    Un lien entre deux peuples et deux cultures    L'Algérie représentée par le jeune Chikhi Samir    Ligue 2: Le programme des rencontres de la 9ème journée    Sétif: Deux morts et un nourrisson grièvement blessé dans une collision    Projets des Jeux méditerranéens: Constat satisfaisant et confirmation de l'échéance de réception, juin 2020    Pour blanchiment d'argent et financement occulte de partis politiques: Tliba incarcéré à la prison d'El Harrach    Automobile: L'usine Renault Algérie reprendra ses activités en 2020    Nouvelle sortie de Amar Saâdani: L'«Etat profond», le hirak et le Sahara Occidental    Pour contrer le Hirak, le pouvoir tente d'obtenir la bienveillance internationale    La révolution légale    Conseil de la nation: Début des procédures de levée de l'immunité de deux sénateurs    Oued Tlelat - El Braya: Plus de 190 000 sachets de « chemma » saisis    En marge de la vente dédicace de son livre: Le styliste espagnol Adolfo Dominguez revient sur son parcours artistique    Rohani : Les "Israéliens et les Saoudiens ont poussé les USA à sortir de l'accord    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Eviter les creux de l'histoire
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 19 - 03 - 2019

Le dialogue doit s'installer au plus vite dans la maison Algérie pour coordonner toutes les actions menant autant à éviter une coûteuse crise politique qu'à replacer le pays dans la bonne direction. Le refus des Algériens de la double proposition d'un prolongement du 4ème mandat et la poursuite par le président Bouteflika, et donc d'une grande partie du système, de gérer les affaires du pays, doit être écouté et satisfait. C'est une exigence irréversible et sur laquelle il n'est plus question de négocier. Par contre, il y a toute la question de savoir comment enrichir et fructifier les revendications populaires, à savoir un changement politique profond, avec en particulier la mise en place d'un gouvernement de transition qui, lui, sera chargé de préparer le vrai «après-Bouteflika».
La mission sera difficile et non dénuée d'embûches et d'obstacles. Déjà, le Premier ministre désigné par le président Bouteflika, dont le mandat expire le 28 avril prochain, Noureddine Bedoui, et le vice-Premier ministre Ramtane Lamamra ont essuyé leur premier échec avec le refus des syndicats autonomes de participer aux discussions pour la formation de ce gouvernement de transition. Ce ne sera pas le premier refus, ni le dernier, mais au contraire la tâche de MM. Bedoui et Lamamra sera très difficile dans la conjoncture actuelle pour réunir les personnalités politiques et les compétences nationales et discuter de la formation d'un gouvernement que beaucoup estiment a posteriori «illégitime». D'autant qu'en face des personnalités politiques, des universitaires et de la société civile sont en train de créer un front qui devrait prendre la direction du mouvement populaire à travers une plateforme reprenant les principales revendications des Algériens. Et à ce rythme et dans l'état actuel des choses, la situation est en train de s'acheminer vers une impasse systémique dommageable pour le pays, avec la poursuite des manifestations mais sans réel effet sur un début de sortie de crise.
Lakhdar Brahimi a bien résumé la situation en appelant à la mise en place rapide d'un dialogue pour que le pays n'aille pas vers une impasse lourde de conséquences. Longtemps droit dans ses bottes, même au pire moment du refus de l'opposition quant à un 5ème mandat, le chef du RND Ahmed Ouyahia semble lui aussi comprendre les enjeux du moment et veut éviter à son parti l'implosion, actuellement observée au sein du vieux parti algérien, décidément toujours en retard d'une révolution. Ouyahia, forcé au départ, est plus lucide que ses alliés de la majorité en appelant lui aussi, même si c'est trop tard, à ce que les appels de la rue soient entendus. En fait, ce n'est que maintenant qu'une grande partie du pouvoir et ses alliés au sein des partis politiques a pris conscience de la gravité de la situation, de la profondeur des revendications politiques, sociales et économiques des Algériens.
Cette prise de conscience que le moment est grave doit cependant être concrétisée par des concessions qui viendraient d'abord du pouvoir pour éviter la méfiance de l'opposition, y compris les personnalités de la société civile, ensuite pour mettre au point un vrai dialogue politique menant vers un changement en douceur et cette alternance politique que les Algériens revendiquent à travers l'avènement de la 2ème République. Certes, cela ne sera pas facile, mais l'Algérie a devant elle certains exemples qui ont mal tourné pour éviter les «creux» de l'histoire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.