Annoncée par Bensalah pour demain.. La conférence de concertation aura-t-elle lieu ?    Commémoration du printemps berbère et du printemps noir.. Imposante marche contre l'oubli et le déni à Bouira    Rassemblement des militants et cadres du RND pour exiger son départ.. Ouyahia charge Chihab    Elles sont de l'ordre de 17 %.. Les recettes douanières en hausse    Ouyahia et Loukal convoqués par le tribunal de Sidi Mhamed d'Alger    ETRHB Haddad à Tizi Ouzou.. Incertitude et angoisse des travailleurs    FAC.. L'AG élective fixée au 27 avril    Championnats d'Afrique U18 et U20 d'athlétisme.. Médaille d'or pour l'Algérien Ameur    Championnat de France de natation.. Médaille de bronze pour Sahnoune sur le 100m    Annaba.. 26 kg de drogue saisis    Lutte contre la criminalité.. Interpellations à Tlemcen, Tébessa, et Aïn defla    Célébration du mois du patrimoine à Tizi-Ouzou.. Pour la sauvegarde du patrimoine amazigh    Le président américain motive le maréchal Haftar.. Washington soutient la guerre en Libye    TLEMCEN : Du chocolat fourré aux psychotropes !    France.. Les protestations continuent    PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE : Le DG des douanes, Farouk Bahamid limogé !    TLEMCEN : Plus de 400 kg de kif saisis en 90 jours !    PROCHAINE SAISON ESTIVALE A ORAN : Trois nouvelles plages autorisées à la baignade    AEROPORT DE TUNIS : Saisie de plus de 100.000 euros sur un Algérien    Près de 223 000 cas suspects de choléra signalés en 2019    Damas mise sur le tourisme après la restauration de ses sites historiques    Laskri appelle les militants à resserrer les rangs    Les travailleurs décrètent 3 jours de grève dès le 28 avril    Début du référendum sur une révision constitutionnelle    «Je ne laisserai personne détruire ce que nous construisons»    Mois du patrimoine    Des atouts non exploités !    Le parcours scientifique du penseur Abdelkrim Bekri mis en exergue    Asma Ben Messaoud désignée DTN de la FASM    Sous le signe de «dégage !»    Papicha sur la croisette    Davantage d'efforts pour prendre en charge les bâtisses du vieux ksar    Plusieurs films algériens distingués    En bref…    L'opposition met l'armée devant le fait accompli    Un milliard d'euros pour Notre-Dame de Paris, combien pour les enfants du Yemen?    Oum El Bouaghi : 5 morts dans un accident de la route    El Braya: Un homme mortellement poignardé    Mascara: Plus de 30 dealers arrêtés    Football - Ligue 2: Une journée explosive    Affaire NCM-MCS: Le président Bennacer accuse Medouar de vengeance    LFP - Ligue 1: Les quatre dernières journées en plein mois de Ramadhan    Ils revendiquent le droit au recrutement: Les chômeurs de Bethioua entament leur troisième semaine de protestation    Nabni: Pour un système électoral anti-fraude en six mois    Tizi Ouzou: Des maires marchent pour refuser l'encadrement de la présidentielle    Les marches se poursuivent: Les Algériens exigent des comptes    La date sera fixée dimanche    Exposition « L'Afrique à la mode » jusqu'au 25 juillet à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Qui sont ces «ministres» de Bedoui ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 20 - 03 - 2019

Je ne sais si l'annonce de la constitution de ce «gouvernement mort-né» devancera ou non le moment de l'accouchement de cette chronique. La tâche de sa cogitation ne semble pas facile. L'on parle de scepticisme, de refus et de rejet direct de l'offre ministrante. Le climat agitant l'air des rumeurs chuchote que quelle que soit sa couleur, sa contenance ou sa morphologie, cette équipe composée «après concertations» saura son verdict populaire le prochain vendredi. Niet !
Le temps s'est ainsi arrêté pour permettre à la réflexion de faire ses affres et au peuple de pousser le pouvoir à agir. Un gouvernement étant nécessaire, il doit y avoir du nouveau. En face de la radicalité des cris réclamant la rupture totale, Bedoui a été adressé comme un messager de dernier quart d'heure apocalyptique devant assurer l'amorce de la rupture. Seulement, il est lui-même contesté. On ne lui reconnait nulle neutralité, ni sacralité, ni virginité prophétique. Que va-t-il proposer de mieux quand son individualité se prenait pour la souveraineté nationale et pensait en être le catalyseur principal ? Ses ministres, il le dit, seront de toutes les «tendances partisanes ou non», des technocrates.
Si l'on s'inscrit dans une tendance partisane, c'est que l'on est avant tout un militant pour une cause et pas un fonctionnaire pour une profession. L'on a sa propre idéologie, ses propres moyens à même de conquérir le pouvoir et d'atteindre les cimes de la décision. Pour le technocrate, il est exigé en plus d'une certaine maitrise de domaine es-qualité, un brio et une forte habileté à pouvoir piloter les compétences et savoir réguler les forces et les faiblesses. L'art managérial, lui seul dessine la distinction entre un technicien et un autre pourvu d'une vision managériale. Un wali est-il technicien ou technocrate ? Un directeur général d'entreprise nationale ? Un ambassadeur ? Un professeur d'université ? Et pourtant l'on a bien vu ces profils défiler le long des bancs ministériels successifs. Personne n'en était au niveau des exigences de la mission confiée. L'Université dit ne pas vouloir d'un prix Nobel, la Santé cajole les animaux et fête le choléra, l'Agriculture sème la parole du vent, l'Industrie se fait en compte offshore, le Tourisme privilégie les frontières et l'humiliation des visas, les Finances se tirent à la planche, la Communication se coud les lèvres et menace par publicité. L'on ne va se rappeler d'eux qu'en termes de quelques frasques et déboires, beaucoup d'hilarité et d'ironie. Sommes-nous satisfaits de nos cités, de nos administrations, de nos guichets d'état civil ? Sommes-nous heureux de revenir du marché, prenant en guise de panier, un sac poubelle à moitié vide ?
Ceux d'antan faisaient parler d'eux. Ils prenaient des décisions en servant debout un Etat. Les récents sont des quêteurs d'autorisations et se mettent couchés au service d'un régime. Des actuels également on en parle. À la seule différence que c'est dans la charge sémantique que se situe l'appréciation des uns par rapport aux autres. Il fut un temps où nos ministres étaient connus de tous. L'on retenait aisément leurs noms. L'on savait à quel patronyme était dévolu tel département ministériel. Ce nom-là, remplissait vastement le secteur en question. Ils provenaient d'une pépinière un peu exceptionnelle. Ou de la maison révolutionnaire ou du sentiment national. Mais guère de la coopération technique ou de la vassalité à l'oligarchie. Ils étaient bien de chez nous. Nous n'avions point connu de binationaux, de douteux d'origine ou de fossoyeurs de mémoire.
Alors Bedoui, d'où va-t-il puiser ses «ministres» ? Certainement du corps des walis, notamment ceux dociles et flexibles qu'il a mis en orbite. Il aurait aussi la latitude de faire enticher des secrétaires généraux de ministères, des présidents de directoires, de fédérations, d'ordre ou de groupements économiques. Il aurait à enrégimenter d'autres parmi le fonctionnariat international ou des représentations diplomatiques à l'étranger que va lui murmurer Lamamra. Sauf qu'il va, à l'évidence, à peine de se couper avant le vendredi ; éviter d'aller tournoyer autour des partis de l'alliance présidentielle ou de leurs députés et sénateurs dont il connait bien le processus de leur naissance. Il en était un peu le procréateur.
Si c'était dans des conditions idéales, de pleine cohésion sociale et d'écoute politique anticipée, la chose lui aurait été doucereuse. Car la bonne sève nationaliste, jeune, intègre et émérite existe et continue hélas à garnir les étages poussiéreux et invisibles de la République. Cependant l'heure est à la refondation totale de l'Etat. Du sommet aux procédures, des lois aux habitudes. Tout se doit d'être revu, par des Algériens et uniquement des Algériens sans autres nationalités, ni autres résidences. Y compris pour la gestion de l'hypothétique phase transitoire. Avec ou sans gouvernement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.