DEPASSEMENTS DANS LA SOUSCRIPTION DES SIGNATURES : Les coordinateurs des Délégations instruits d'enquêter    SIDI BEL ABBES : Un mort et 7 blessés dans une collision    Une douzaine d'églises fermées à Tizi Ouzou    Zetchi : «Il y aura un France-Algérie dans un futur proche»    Foot/Algérie - Colombie : les Verts séduisent avant les choses sérieuses en novembre    Convention entre le ministère de l'Agriculture et celui de l'Enseignement professionnels    Le Conseil de sécurité se réunit aujourd'hui    "La véritable révolution qui reste encore à faire est économique"    Le RAV4 se métamorphose    La nouvelle Golf 8 se précise    Saïd Boudour sous mandat de dépôt    Bouregâa : "Je refuse ma libération sans celle des autres détenus"    L'affaire MCA-USMA divise le BF    Mellal : "La JSK va se ressaisir"    Les Verts à la croisée des chemins !    Petite défaite face aux Pharaons    Un nul sépare les deux Corées, le choc historique    Gaïd Salah maintient le cap du 12 décembre    La rue gronde toujours    Les syndicats en renfort à Béjaïa    4 aliments à mettre dans votre assiette    Masque de gingembre pour accélérer la pousse des cheveux    L'espagnol Cepsa se retire de Medgaz    11e Fcims: La Suède, la Russie et le Japon sur la scène de l'Opéra d'Alger    La Canadienne Margaret Atwood et l'Anglo-Nigériane Bernardine Evaristo lauréates du Booker Prize    Joker va-t-il battre Batman ?    ...Sortir... Sortir ...Sortir    Micro-crédit : 67 % des bénéficiaires âgés de moins de 40 ans    Dahmoun souligne la nécessité de la politique de prospective dans les secteurs vitaux    Alors que 435 cas de méningite ont été diagnostiqués à l'est : Les services sanitaires rassurent    Quadruple crime à Sidi Lahcen (Sidi Bel Abbès) : Le présumé meurtrier se suicide    Des logements alimentés en énergie solaire    S'adressant aux tenants du pouvoir: Des personnalités appellent à «satisfaire les revendications du Hirak»    34ème marche du mardi: Les étudiants toujours au rendez-vous    Université Sétif 2 : L'écrivain Mouna Srifak décroche le prix Katara Prize for Arabic Novel    Bordj-Bou-Arreridj (Irrigation): Une filiale du group IMETAL lance ses produits innovants    RUSSIE-ARABIE SAOUDITE: La Russie et l'Arabie Saoudite scellent leur rapprochement    L'OMC laisse Trump taxer les produits européens    Euro-2020: L'Angleterre demande une "enquête urgente" sur les cris racistes à Sofia    ROYAUME-UNI : La Reine Elizabeth II s'exprime sur le Brexit    Gestion d'actifs: L'investissement ESG s'épanouit dans les fonds infrastructures    Noureddine Bedoui au Conseil des ministres: Un remodelage de la sphère publique    L'heure de mettre en valeur la solidarité nationale et le partage du patriotisme    Accord de Trump avec la Chine et les "avancées" sur le Brexit: Les Bourses européennes pas convaincues    Ghardaïa: Des étudiants en architecture de Stuttgart achèvent une visite d'étude    5 gendarmes tués dans une attaque à Abarey    Le ministère de la Santé rassure    Martin Eden, une éducation amoureuse et politique sous le soleil noir de l'Italie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Gagner du temps
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 25 - 03 - 2019

Les cogitations «intellos, profondément syndicales et droits de l'hommistes» vont bon train par les temps qui courent. Il s'agit pour un certain nombre de partis d'opposition, de personnalités politiques et de la société civile, ou des milieux syndicaux, de plancher sur des solutions de sortie au mouvement populaire actuel appelant à la fin du régime et le départ de Bouteflika. Les feuilles de route pour préparer l'après-régime Bouteflika sont proposées le plus sérieusement du monde, ici et là, avec des similitudes dans la formation d'un gouvernement de transition ou de l'autorité qui doit prendre la relève du président à la fin de son mandat.
Dans l'ombre des manifestations populaires qui revendiquent autant le départ du président Bouteflika à la fin de son mandat comme celui du système politique actuel, des associations et des collectifs de la société civile sont en train de naître et de se poser comme nouveaux tuteurs du peuple, comme ses représentants «légitimes» pour proposer d'organiser la vie des Algériens après le 28 avril. En parallèle à cette agitation désordonnée et pour le moment sans aucune légitimité populaire, puisque à l'exception de ces collectifs, si l'on écarte ceux composés de partis politiques, il y a les efforts d'un Premier ministre nommé dans la foulée des revendications populaires pour former un gouvernement censé être de «larges compétences». Le problème est que le Premier ministre nommé par un président sortant, dont le mandat expire dans presque un mois, n'a aucune légitimité selon les acteurs de la société civile qui refusent dès lors de participer à des consultations que mène M. Bedoui.
Le risque dans ce «chassé-croisé» de propositions et autres feuilles de route pour organiser un improbable après-Bouteflika est que tout le monde, pouvoir comme opposition et société civile, va se retrouver avec «des plans tirés sur la comète» pour une sortie pacifique de la crise de gouvernance actuelle. On répète en même temps les erreurs du règne de Bouteflika : aucune communication, ni concertation entre les différents acteurs politiques et représentants de la société civile, au moment où la protestation populaire contre la poursuite du 4ème mandat devrait être mieux écoutée, décodée. Et elle est claire cette revendication citoyenne : un changement pacifique et civilisé du personnel politique, une Algérie de tous les Algériens et un gouvernement de transition légitime. Le reste viendra après, mais, pour le moment, l'urgence est de trouver une sortie de crise consensuelle, la moins longue possible et la plus représentative des compétences nationales, pour que les institutions du pays ne s'arrêtent pas et continuent de fonctionner jusqu'à l'installation des nouveaux dirigeants, du nouveau gouvernement, un parlement et un président élus démocratiquement.
C'est, à travers cette conférence nationale inclusive proposée aux Algériens pour légitimer le prolongement du 4ème mandat, le vœu du président Bouteflika. Sauf que ce souhait aurait dû être réalisé bien avant, entre 2009 et 2014, en laissant la porte ouverte à l'alternance au pouvoir. Avec deux objectifs : partir la «tête haute», dans la dignité et en pleine santé et éviter aux Algériens de perdre un précieux temps à se chercher de nouvelles institutions.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.