Le Président Tebboune préside la cérémonie d'accueil des restes mortuaires des 24 martyrs de la Résistance populaire à l'Aéroport Houari-Boumediene    Béjaïa : moyens aériens pour éteindre un important feu de forêt à Adekar    L'Espagne ne veut pas d'Algériens sur son territoire    Deux navires de Sonatrach séquestrés au Liban    Chengriha confirmé au poste de chef d'état-major de l'ANP    L'Algérie ne renoncera pas à sa demande de restitution de ses archives détenues par la France    Colonisation. Bugeaud peut bien tomber de haut    Liste des résistants algériens dont les ossements ont été rapatriés vendredi de France    ONU/CDH: l'Algérie appelle à Genève au respect de la souveraineté des Etats    France : « Pour une République française antiraciste et décolonialisée »    SONELGAZ : Le PDG élu à la tête l'association Med-TSO    Coronavirus : 413 nouveaux cas, 490 guérisons et 9 décès durant les dernières 24h    REBOND DU CORONAVIRUS : Benbouzid incrimine les rassemblements familiaux    Le Covid-19 est une maladie ‘'de nature génétique'' propre à chaque personne    SETIF : Une septuagénaire repêchée d'un puits    413 nouveaux cas confirmés et 9 décès en Algérie    FETE DE L'INDEPENDANCE NATIONALE : La journée du 5 juillet chômée et payée    PARTI RND : Le travail collectif pour préserver la stabilité du parti    POUR SES SACRIFICES CONSTANTS AU SERVICE DE LA PATRIE : La reconnaissance de la nation à l'ANP renouvelée    Ecouter la musique pourrait réduire les crises d'épilepsie    FUNERAILLES NATIONALES LE 5 JUILLET A ALGER : Retour au pays pour 24 chahids    ORAN : Une enveloppe de 1300 milliards allouée pour les JM 2022    LE PDG DE ‘'SADEG'' A MOSTAGANEM : Des inaugurations et une redynamisation des projets en cours    Cyclisme : les Algériennes Bensalah et Bouchoucha admises comme Commissaires de courses sur piste (UAC)    Constantine/Covid-19 : des spécialistes face à un agent émergent et des agents propagateurs    Rapatriement des restes mortuaires des martyrs algériens    Heureusement que le cœur du hirak n'est pas à la place de la République.    Quotidien Ech-chaâb: la réforme prévue en Algérie repose sur une pré-prospection    Décès du poète et parolier Mohamed Angar    Le Président Tebboune renouvelle la reconnaissance de la nation à l'ANP pour ses sacrifices    Sahel: la France annonce une nouvelle force sur fond de doutes sur son efficacité    Epuration de tous les dossiers inhérents aux médicaments fabriqués localement    Optimisation des dépenses à Sonatrach : "les acquis des travailleurs ne seront pas touchés"    L'Atlético Madrid enterre presque les espoirs de titre du Barça    Des milliers de Ghazaouis manifestent contre le plan israélien d'annexion    L'empire Haddad s'écroule    Poutine dénonce les nouvelles sanctions américaines contre la Syrie    Zeffane blessé au niveau de l'ischio-jambier    Un triptyque de Francis Bacon vendu 84,6 millions de dollars aux enchères sans public de Sotheby's    Le schiste américain dans le rouge    Communiqué de l'AJSA    Agence CNAS : Une campagne d'information sur la plateforme numérique AraaCom    La mère des batailles    "Le BF a juste émis le vœu de reprendre la compétition"    Répression contre l'opposition à Hong Kong    L'épreuve    L'infrangible lien...    Mohamed Sari à la tête du Conseil national des arts et des lettres    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Régularisation foncière à Sidi Maarouf: 125 familles de la cité Kaibi Abderrahmane interpellent le wali
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 17 - 06 - 2019

La régularisation foncière, l'un de chevaux de bataille des pouvoir publics et des autorités locales, semble prendre une nouvelle approche, qui serait plus que bénéfique pour les concernés. Cependant, dans certains sites, des familles attendent depuis plus d'une décennie les « fameux » actes de propriété. C'est le cas de plus de 125 familles habitant la cité du Chahid Kaibi Abdrehamane, dans la localité de Sidi Maârouf, commune de Sidi Chahmi. Selon leurs representants qui se sont déplacé au siège de notre rédaction, il s'agit de familles qui ont acquis des terrains et construit des habitations depuis les années 2000.
Selon le représentant de ces familles, « les 125 familles sont confrontées à un grand problème de régularisation foncière et au refus des services concernés, à savoir la commission technique de l'APC de Sidi Chahmi et la commission de daïra d'Es-Senia, pour le motif que la parcelle de terrain se situe sur une zone protégée -ZAP-, selon une classification qui remonte à deux décennies.
Pourtant, assure notre interlocuteur, aucun motif ne peut classer le site en ZAP. « Il n'y a ni structure militaire, ni ligne de haute tension, ni gazoduc ou vestiges archéologiques. « Face à cette situation les habitants interpellent le wali pour régler ce problème, puisque ce motif est fictif, mais il s'agit plutôt d'un problème de mise à jour du plan directeur d'aménagement urbain (PDAU) pour enlever la mention zone protégée », a-t-il ajouté avant de préciser que le propriétaire du terrain dispose du livret foncier et que le dossier de régularisation a été transmis par la commission de daïra d'Es-Senia à la commission de wilaya et c'est au wali de statuer ».
Les habitants lancent un appel incessant au premier responsable de l'Exécutif pour intervenir et trouver une solution à leur problème. « Il s'agit de familles qui n'ont bénéficié ni de logements ni d'aide de l'Etat. Nous espérons que le wali réponde favorablement à notre doléance », conclut le représentant des familles.
Signalons que d'importants efforts ont été menés par les autorités dans le cadre de la régularisation, mais le problème lié à l'absence des actes de propriété dont souffre, depuis plusieurs années, une bonne partie de la population résidant dans les différentes localités de la wilaya d'Oran est toujours d'actualité dans certaines agglomérations. Pour certains cas, il y a un vide juridique, qui rend impossible de délivrer des actes de propriété. Dans d'autres cas, la régularisation foncière est toujours confrontée au problème des acquéreurs de deuxième main, notamment dans les communes touchées par l'exode. Toutefois, les chiffres de l'Agence de gestion et de régularisation du foncier urbain de la wilaya d'Oran sont « positifs», avec un taux de règlement dépassant 90%. Mais, surtout, c'est le fait d'avoir pu dénouer, en peu de temps, des situations d'impasse, qui ne paraissaient n'offrir aucune issue favorable, qui est à mettre en exergue.
Des facilitations ont été accordées aux citoyens, notamment en ce qui concerne le paiement des redevances.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.