Dialogue national: la balle est dans le camp du pouvoir    Crise politique : Des initiatives mais point de solutions !    APC de Bousfer: Le vice-président et deux élus entendus par la gendarmerie    Tlemcen: Le LGV se rapproche de Maghnia à petite vitesse    Aéroport «Mohamed Boudiaf»: Atterrissage d'urgence d'un ATR d'Air Algérie    Football à l'Ouest: L'ASMO, l'USMBA, le RCR et le MCS dans la tourmente    Un homme découvert mort au marché de gros d'El Kerma    Cyber-escroquerie, une arrestation    Villes nouvelles et pôles urbains: Le gouvernement dans l'urgence    Méditation sur un nuage    Cameroun: Libération d'une partie des opposants, un pas vers le dialogue politique ?    Bourses : Séance inaugurale folle pour le Star chinois    Compétitions africaines interclubs 2019-2020 : Les clubs algériens fixés sur leurs adversaires    Mercato : Petit tacle de Rummenigge à Gardiola pour Sané    Chlef : Plus de 700 enfants sensibilisés à l'économie de l'eau    L'économiste Kamel Rezzigue a la radio : "Il faut accélérer le processus politique pour le salut de l'économie nationale délicatement fragilisée par ...    Avions de combat : Thales plaide pour une alliance en Europe    Etablissements publics de santé: Vers "l'obligation" de l'activité de jumelage    Nouveaux bacheliers : Début des préinscriptions et inscriptions    Jeune sahraouie tuée: Plusieurs ONG condamnent la répression marocaine brutale dans les territoires sahraouis occupées    Le gouvernement au chevet des nouvelles villes    Air Algérie a rapatrié tous les supporters    Une "réponse forte à la bande"    Nouveau mandat de dépôt contre Amar Ghoul    Zidane félicite l'Algérie après son sacre africain    Saisie de plus de 4,6 quintaux de drogue    L'anglais évince le français    Le sélectionneur annonce sa démission    AUTOMOBILE : Les premières voitures Peugeot dès janvier 2020    GAID SALAH : ‘'Le peuple a envoyé une réponse forte à la bande''    L'Union arabe félicite l'Algérie    La fanfare de la Protection civile égaye les annabis    Affaire Tahkout : Le wali d'El Bayadh Mohamed Khenfar auditionné à la Cour suprême    ACTUCULT    Le Forum France-Algérie se joint à l'appel du mouvement associatif    Essebsi refuse de ratifier la nouvelle loi électorale    Rassemblement de soutien aux détenus d'opinion    La majorité des Français trouve le phénomène "normal"    La FAF empoche un chèque de 4,5 millions de dollars    Une chaîne de télé franco-algérienne sera lancée en 2020    Jack Lang : "Nous sommes tous un peu algériens"    L'Ukrainienne Juicy M en guest star au Blackout Festival    De la conquête par Tarik Ibn Ziad aux principautés    Vers la réhabilitation du vieux lycée technique    Aïd El Adha: Fixation de points de vente de bétail contrôlés à travers le pays    Les exigences de "l'Alternative démocratique"    Des centaines de fans coincés au Caire    Le blocage du pétrolier algérien a duré 1h15mn    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sidi Saïd est-il atteint du syndrome «Bouteflika» ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 20 - 06 - 2019

Prévu pour s'ouvrir ce week-end, le congrès extraordinaire de l'UGTA convoqué par sa commission exécutive nationale (CEN) à l'instigation d'Abdelmadjid Sidi Saïd, son secrétaire général cible d'une large contestation réclamant sa démission immédiate, va probablement être annulé. L'on ne sait si comme avancé par des opposants à la tenue de ce congrès extraordinaire, son annulation aurait été expressément recommandée par la présidence de l'Etat. En tout cas, le fait que la wilaya d'Alger a refusé d'accorder à ses organisateurs l'autorisation de tenir le conclave dans la salle qu'ils ont réservée au niveau du Centre international des conférences au Club des Pins tend à confirmer que les autorités en place ne tiennent pas à la tenue du congrès extraordinaire de la centrale syndicale contre laquelle des milliers de travailleurs manifestent en exigeant le départ immédiat de Sidi Saïd et de la direction syndicale qui ont pris la décision de l'organiser. Ce refus dont il ne peut se tromper sur la signification a obligé le contesté et désormais en sursis secrétaire général à convoquer pour ce jour la commission exécutive nationale (CEN) en vue de s'entendre sur la suite à donner à la non-tenue du congrès extraordinaire. Lui et la CEN dont la dissolution est aussi réclamée par les syndicalistes protestataires vont-ils en l'occurrence démontrer qu'ils sont atteints du syndrome de « Bouteflika » en décidant que dans l'impossibilité de tenir leur congrès extraordinaire préfabriqué, pour leur ménager une porte de sortie « honorable » ils vont rester aux commandes de la centrale ? Si c'est le cas leurs contestataires qui estiment que l'administration leur a donné gain de cause en récusant la salle prévue pour ledit congrès par ses organisateurs vont probablement accentuer la pression pour faire dégager sans ménagement ni compromis Sidi Saïd et sa CEN. Eux seront en tout cas en symbiose avec l'air du temps apporté par le mouvement populaire faisant que nul subterfuge ne peut faire échec au dégagisme de ceux qui ont servi sans état d'âme le régime déchu.
En ayant mis l'UGTA au service de ce régime, la direction présidée par Sidi Saïd est totalement disqualifiée à prétendre au pilotage d'un congrès censé désigner une nouvelle avec mission de sortir l'organisation du giron du pouvoir et la remettre en disposition d'être un syndicat dont la raison d'être exclusive est la défense des intérêts des travailleurs salariés dont l'avenir s'obscurcit sous les effets d'une crise économique et dont il sera inéluctablement pris prétexte à prise de douloureuses «réformes» et mesures censées redresser la situation dans ce domaine.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.