Un journaliste en Algérie n'est pas toujours un flic.    Mali: la Cédéao appelle à l'arrêt des manifestations pour "continuer le dialogue"    Prise en charge de 200 ressortissants algériens rapatriés du Canada    ENSEIGNEMENT SUPERIEUR : Examen de la coopération avec les Emirats arabes unis    COUR D'ALGER : Le nouveau président installé dans ses fonctions    Fin de mission pour l'ambassadeur des USA en Algérie    FINANCE ISLAMIQUE : La BNA lance le service dans deux agences à Alger    INCENDIE DE FORETS : Plus de 16300 hectares partis en fumée    ECOLE SUPERIEURE D'AGRONOMIE DE MOSTAGANEM : Protocole de clôture de l'année universitaire, 2019-2020    TREMBLEMENTS DE TERRE A MILA : Des logements et des aides financières pour les sinistrés    Covid-19: 492 nouveaux cas, 343 guérisons et 10 décès    la FAF autorise les présidents de Ligues nationales à poursuivre leur mission jusqu'à l'AGE    La lutte contre le crime organisé sur la table    L'UGCAA de Tizi Ouzou demande la prolongation des délais    Cauchemar    Ah ! La fine équipe !    Un rassemblement de soutien à l'activiste Rabah Ziani réprimé    Farès fonce vers le Lazio    La mise en garde de l'avocat de Prince Ibara    L'histoire, dernier adversaire de Lewandowski    Triste et en colère    La "carte de journaliste", l'arme fatale des autorités    "Le Hirak a beaucoup accompli, il reste l'essentiel"    Tebboune met la pression sur les ministres    Alger veut une réévaluation    Reprise à la Pêcherie    1 349 interventions enregistrées par la Sûreté de wilaya    Décès de la comédienne Nouria Kazdarli à l'âge de 99 ans    La mosquée Sidi-Ghanem de Mila n'a subi aucun dégât    Le comédien Bachir Benmohamed n'est plus    Ce n'est pas moi qui le dis !    Le moudjahid Hamana Boulaaras n'est plus    Encore un scandale à l'ESSTS de Dely Brahim : Quatre plaintes pour harcèlement contre le directeur    Hong Kong : Pékin sanctionne à son tour 11 responsables américains    On vous le dit    L'Algérie condamne vigoureusement l'attaque terroriste au Niger    PUB' : LE GRAND « FAITOUT »    LA SACRALITE DEBONNAIRE DE L'ANSEJ    Tébessa: Autre temps, autres gens...    Ankara envoie un navire de recherche d'hydrocarbures    Le gouvernement Diab démissionne    l'Algérie engagée dans une lutte sans relâche contre les menaces à ses frontières    L'Europe doute des résultats de la présidentielle    Moussaoui, la priorité du Chabab    "Benchaïra a encore une bonne marge de progression"    La composition des deux groupes connue    Polémique autour d'une publication sur Okba Ibn Nafaâ    La dernière icône de l'âge d'or du théâtre algérien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sidi Saïd est-il atteint du syndrome «Bouteflika» ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 20 - 06 - 2019

Prévu pour s'ouvrir ce week-end, le congrès extraordinaire de l'UGTA convoqué par sa commission exécutive nationale (CEN) à l'instigation d'Abdelmadjid Sidi Saïd, son secrétaire général cible d'une large contestation réclamant sa démission immédiate, va probablement être annulé. L'on ne sait si comme avancé par des opposants à la tenue de ce congrès extraordinaire, son annulation aurait été expressément recommandée par la présidence de l'Etat. En tout cas, le fait que la wilaya d'Alger a refusé d'accorder à ses organisateurs l'autorisation de tenir le conclave dans la salle qu'ils ont réservée au niveau du Centre international des conférences au Club des Pins tend à confirmer que les autorités en place ne tiennent pas à la tenue du congrès extraordinaire de la centrale syndicale contre laquelle des milliers de travailleurs manifestent en exigeant le départ immédiat de Sidi Saïd et de la direction syndicale qui ont pris la décision de l'organiser. Ce refus dont il ne peut se tromper sur la signification a obligé le contesté et désormais en sursis secrétaire général à convoquer pour ce jour la commission exécutive nationale (CEN) en vue de s'entendre sur la suite à donner à la non-tenue du congrès extraordinaire. Lui et la CEN dont la dissolution est aussi réclamée par les syndicalistes protestataires vont-ils en l'occurrence démontrer qu'ils sont atteints du syndrome de « Bouteflika » en décidant que dans l'impossibilité de tenir leur congrès extraordinaire préfabriqué, pour leur ménager une porte de sortie « honorable » ils vont rester aux commandes de la centrale ? Si c'est le cas leurs contestataires qui estiment que l'administration leur a donné gain de cause en récusant la salle prévue pour ledit congrès par ses organisateurs vont probablement accentuer la pression pour faire dégager sans ménagement ni compromis Sidi Saïd et sa CEN. Eux seront en tout cas en symbiose avec l'air du temps apporté par le mouvement populaire faisant que nul subterfuge ne peut faire échec au dégagisme de ceux qui ont servi sans état d'âme le régime déchu.
En ayant mis l'UGTA au service de ce régime, la direction présidée par Sidi Saïd est totalement disqualifiée à prétendre au pilotage d'un congrès censé désigner une nouvelle avec mission de sortir l'organisation du giron du pouvoir et la remettre en disposition d'être un syndicat dont la raison d'être exclusive est la défense des intérêts des travailleurs salariés dont l'avenir s'obscurcit sous les effets d'une crise économique et dont il sera inéluctablement pris prétexte à prise de douloureuses «réformes» et mesures censées redresser la situation dans ce domaine.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.