Affaire «Tahkout»: Liberté provisoire pour le ministre du Tourisme    Quel dialogue national ?    Pour la 21ème semaine consécutive: Les étudiants poursuivent les manifestations    Automobile: La 1re pierre de l'usine Peugeot le 21 juillet    Tlemcen: Gendarmerie et police enquêtent à la CCLS    Une médiation morte avant de commencer    Equipe nationale: Cap sur le Sénégal    Les cinq clés de la réussite de l'Algérie    Constantine - Premier vol vers les Lieux Saints de l'Islam demain    Université «Mohamed Boudiaf»: 3.500 nouveaux bacheliers attendus    Douze accidents de la route en 48 heures    Chakib Khelil et le scandale Panama Papers    Energie nucléaire : Réalisation prochaine d'une station de production de l'électricité    Energies renouvelables : Sonelgaz possède l'expérience nécessaire pour accompagner le programme national    Les opérateurs intéressés bénéficieront de l'accompagnement public    La Tunisie toujours attractive    Karim Younes confirme sa présence    Les pays de l'UE à la recherche d'une approche commune à l'endroit de l'Iran    Al-Assad promet de poursuivre les efforts pour former un comité constitutionnel    Une guerre US contre l'Iran entraînera un déluge de missiles sur Israël    Algérie Motors annone l'arrivée du C400 X et le C400 GT    Une plateforme anticorruption contre 8.000 fonctionnaires    Italie : Les dessous du déplacement de Salvini à Washington    Algérie-Mali : Le ministre malien des AE en visite de travail à Alger    Le successeur d'Ouyahia connu ce samedi    La meilleure voie de voir l'Algérie de demain    CAN-2019: Les "Verts" droit au but    Le club NRAI El Harrach remporte le trophée    Afflux record au stade au 5 juillet    CAN-2019 : les Verts en finale    Le Real Madrid annonce la mort du frère de Zineddine Zidane    Ambiance : L'Algérie, entre liesse populaire et rêve de deuxième étoile    Cour suprême : Abdelkader Benmessaoud mis en liberté provisoire    Marches des étudiants à Alger    Baisse drastique des réserves de change    Conseil interministériel élargi : Examen des préparatifs de la prochaine rentrée sociale    Lancement d'une campagne de sensibilisation aux accidents de la route    Près de 700 millions de DA de marchandises non facturées mises sur le marché    14 orpailleurs arrêtés à Tamanrasset et Bordj Badji Mokhtar    Programme d'activités estivales : Cap sur la grande bleue    Exposition collective d'arts plastiques    30 wilayas au Salon national des arts traditionnels et cultures populaires    Regain de créativité théâtrale pour enfants    Un mythe, des voyages hors du commun    Participation de plus de 20 wilayas    Exposition collective d'artistes peintres des wilayas de l'Ouest    .sortir ...sortir ...sortir ...    L'autofiction, une quête de soi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le drapeau
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 25 - 06 - 2019

Ils ont levé un drapeau qui n'est pas celui de l'occupant ni des ennemis intimes encore moins d'un pays terroriste qui exerce l'apartheid. Ils n'ont fait que brandir leurs couleurs, celles des origines et de l'histoire, de la langue maternelle et des ancêtres communs. Ils ont bravé l'interdiction ordonnée par l'autorité réelle comme l'ont fait, ce jour-là, des centaines de milliers de bras dans toute l'Algérie. Et ils ont fini en prison, accusés d'avoir tenté de saborder l'unité nationale alors que d'autres voix aboient matin et soir appelant à lyncher tous ceux qui ne parlent pas leur langue, qui n'ont de maîtres que leur propre ombre et qui ne se reconnaissent pas dans cette Algérie qui n'est ni civile ni démocratique.
Les 17 manifestants qui ont été écroués représentent cette autre Algérie que les anciens valets ont peur de voir. Ils sont la quintessence de cette jeunesse qui ne se retrouve plus dans ce discours désuet sur le nationalisme des mandats et des indus avantages accordés sur le dos du peuple. Ils sont la voix portée haut et fort de cette rue qui est sortie le 22 février pour dénoncer un régime qui s'accroche encore au pouvoir. Ils ont chanté le pays où ils rêvent de vivre et hué ces fantômes du passé qui déversent leur venin, cachés derrière un écran. Notre propos n'est ni d'évoquer une de ces pauvres caricatures en particulier mais il se trouve malheureusement que la surenchère appelle parfois à des réactions virulentes voire violentes. Et il est temps que la justice s'autosaisisse pour empêcher ces créatures allaitées au biberon de la haine de l'autre de sévir davantage avant que les choses dérapent. Appeler ouvertement à l'apartheid comme l'a fait une certaine Naïma Salhi pour ne pas la citer est d'une gravité sans pareille mesure et ouvre la porte à tous les dépassements inimaginables. Ces propos discriminatoires et racistes convoquent l'urgence d'une réaction salutaire des pouvoirs publics et n'était-ce le sens de la responsabilité et l'unité du peuple, on pourrait facilement verser dans le scénario catastrophe. Un scénario déjà vu quand l'Algérie était divisée entre islamistes et républicains et maintenant on cherche à allumer les feux de la sédition en instrumentalisant la question identitaire. Insulter cette créature, l'invectiver, la traiter de tous les qualificatifs n'est pas en soi une réponse intelligente à apporter au débat même si la tentation est grande, et les Algériens sont en droit d'attendre de cette justice, qu'on promet au-dessus de tous les justiciables quels qu'ils soient, qu'elle fasse son job.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.