Prorogation du délai    L'entreprise sera soumise « à un audit complet »    La Zlecaf, un choix "stratégique pour l'Algérie"    772 nouveaux cas et 9 décés en 24 heures    Fin tragique pour le petit Yanis    Les responsables sanitaires divisés !    Les deux conditions à satisfaire    Premier League : Man United renverse West Ham. Benrahma a joué 20 minutes    Mali: le colonel Malick Diaw élu à la tête du Conseil national de transition    L'APLS poursuit le bombardement des sites militaires marocains pour le 23e jour consécutif    2e journée de Ligue 1: le "syndrome" des nuls continue de plus belle    Transport aérien : les vols commerciaux internationaux suspendus jusqu'à nouvel ordre    Algérie-Italie : signature à Alger d'un mémorandum d'entente sur le dialogue stratégique    CAHIER DES CHARGES LIE A LA CONSTRUCTION AUTOMOBILE : Le ministère de l'Industrie dément tout changement    COMMENÇANTS IMPACTES PAR LE COVID-19 : Les conditions d'indemnisation fixées    L'artiste M'hamed Bouhaddaj expose ses nouvelles œuvres à Tlemcen après 30 ans d'exil à l'étranger    Seulement 8 députés pour 5 ministres    Yacine Mebarki se pourvoit en cassation    Le militant écologiste Karim Khima acquitté    Quand le Parlement européen secoue le cocotier    Fragile consensus politique en Libye    «Nous sommes en Europe, au milieu de deux extrémismes, qui, d'ailleurs, se nourrissent mutuellement»    La Chine, "plus grande menace pour la démocratie"    Vers un dénouement de la crise du Golfe    Les «qui-tu-quistes» aux abois    Les militants de RAJ réclament la réhabilitation    Rumeur et inquiétude : le convalescent et le syndrome du prédécesseur    LDC. MC Alger – Buffles FC (Bénin) : Le Doyen l'emporte sur tapis vert !    Js kabylie : Mellal parle des objectifs du club    ES Sétif : Le retour de Fahd Halfaïa    Benaraïbi, Baup et six joueurs atteints de coronavirus    USMBA-MCA mardi    Spectre ou menace réelle ?    Le niveau des barrages en nette hausse    Une récolte de 372 000 quintaux attendue    Ouverture d'un tronçon de 10 km aux véhicules légers    Incident à la station-service du Caroubier    Fin tragique pour le petit Yanis    7 arrestations pour trafic d'armes et de stupéfiants    Le président de l'APW interpelle le ministre de la Santé    Ferhat Aït-Ali Brahim montre la voie bancaire    Un hymne à l'amour et à la jeunesse    Une expérience unique dans le monde arabe    L'observation des oiseaux à Central Park, rare loisir en temps de Covid    Une «Histoire du fils» qui dure un siècle    Le théâtre britannique s'invite virtuellement au TNA    LE LONG TUNNEL NOIR    Mgr Henri Teissier sera inhumé le 9 décembre à la basilique de Notre Dame d'Afrique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Médicament: Le calvaire des cancéreux
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 02 - 10 - 2019

En dépit de toutes les annonces faites par des gouvernements successifs et toutes les actions entreprises par le ministère de la Santé, les cancéreux sont livrés à eux-mêmes.
Ce constat sans appel est livré par un professionnel du secteur qui intervenait hier sur les ondes de la radio chaîne 3. En effet, président du Conseil national de l'ordre des pharmaciens, Lotfi Benbahmed a affirmé que des mesures ont pourtant été prises depuis 2012 par le gouvernement mais n'ont jamais été réellement appliquées sur le terrain. «Cela fait pas moins de 11 ans depuis la promulgation d'une directive prise par un Conseil interministériel, tenu au siège de Saïdal et visant à une prise en charge plus efficiente des malades cancéreux, mais celle-ci n'a jamais été respectée», a fait savoir Lotfi Benbahmed, qui explique que la mesure en question préconisait, entre autres, l'autorisation des pharmacies à la vente directe aux malades cancéreux de certains médicaments dont la morphine, qui fait partie de tout un arsenal thérapeutique, pour soulager leurs douleurs.
Dans les faits, les malades restent livrés à eux-mêmes et l'accès à ces médicaments demeure des plus improbables. Il soulignera à ce sujet qu'il était prévu de mettre des analgésiques et les morphiniques au niveau des officines mais
cela n'a jamais été fait.
« Aujourd'hui, nos malades, pour faire face aux douleurs résultant de leur cancer, sont contraints d'aller à l'hôpital, passer par une fiche navette qui va à la pharmacie hospitalière et c'est tellement compliqué qu'ils ne peuvent pas le faire alors que, dit-il, le travail avait été fait, et que tous les DSP dans toutes les wilayas ont été instruits d'enregistrer les officines intéressées ». « La mesure devait être mise en place dès janvier 2013 mais elle est bloquée à cause des réticences de la Caisse de la sécurité sociale», soutient l'invité de la chaîne 3 qui souligne que c'est tout le système de santé qui est remis aujourd'hui en cause. « A l'instar de tant d'acteurs qui se sont déjà exprimés sur le sujet, c'est toujours la problématique de la cohérence de tout le système de santé qui est encore posée, et non seulement le plan de lutte contre le cancer », a déclaré le président du Conseil national de l'ordre des pharmaciens. M. Benbahmed dira que le déficit financier de la Caisse nationale de la sécurité sociale (CNAS) est lié à la mesure prise par l'ancien gouvernement autorisant un grand nombre de travailleurs au départ à la retraite anticipée sachant que la CNAS étant solidaire de la CNR (Caisse nationale des retraites).
Ces retraites anticipées coûtent à la CNAS pas moins de 5 milliards d'euros, soutient Benbahmed qui affirme que le gouvernement devait faire des choix et prendre des décisions politiques. «A un certain moment, le gouvernement a pris un certain nombre de décisions pour aider les cancéreux à lutter contre leur maladie mais elles tardent encore à être mises sur le terrain», se désole l'invité de la rédaction de la chaîne 3, qui préconise une restructuration de tout le système de santé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.