Montpellier : Delort retourne le couteau dans la plaie du PSG    Sétif: démantèlement d'un réseau de trafic de pièces archéologiques datant de l'époque romaine    Une délégation de l'APN prend part à la 14e session de l'APM à Athènes    Le ministère du Commerce disposé à apporter toute l'aide nécessaire aux éleveurs    Libye: le règlement de la crise est lié à l'engagement des parties libyennes    Presse électronique: nécessaire régularisation juridique pour mettre fin aux "ambiguïtés"    ACCIDENTS DE LA CIRCULATION : 45 décès et 1494 blessés en une semaine    Mouvement de protestation du PNC: poursuite des perturbations des vols d'Air Algérie    OUVERTURE D'UN CONSULAT IVOIRIEN AU SAHARA OCCIDENTAL : L'Algérie dénonce une violation du droit international    RECUPERATION DES FONDS TRANSFERES VERS L'ETRANGER : Un dispositif sous tutelle du ministère de la Justice    LOGEMENTS AADL : Nasri ordonne la finalisation des projets programmés    LUTTE CONTRE LE COMMERCE INFORMEL DES OISEAUX PROTEGES : Vers l'installation d'une commission mixte à Oran    ORAN : Saisie de plus de 58 tonnes de tabac à chiquer    Ferhat Ait Ali charge les opérateurs de l'électroménager    Ennahda, «l'homme malade» de la politique tunisienne    L'an II de la révolution algérienne .Les mots du Hirak    Le procès de l'ancien DGSN, Abdelghani Hamel, reporté au 11 mars    Hausse des frais du visa aux consulats algériens    Les Sang et Or n'y arrivent plus    L'année du sacre du Chabab ?    Belhocini file en tête avec 10 buts    "C'est frustrant d'avoir perdu deux points face au PAC"    Le Targui    À tout jamais…    Un an d'assiduité au hirak    Poutine limoge l'un de ses conseillers emblématiques    La communauté indigène visée par un autre assassinat    Lancement prochain d'une opération de pêche préventive    Près de 1 900 morts, mais l'OMS se veut rassurante    Mandat d'arrêt contre 700 personnes pro-Gulen    ACTUCULT    Exposition géante sur la guerre d'Algérie dans l'Oise    Mouni Benkhodja expose le "Corpo" et ses tourments    L'engagement de Mouloud Feraoun durant la guerre en débat    Graeme Allwright : l'âme des «protest singers» en France    LFP/Sanctions : Cinq entraîneurs suspendus    Le Président Tebboune reçoit le Directeur du département Moyen-Orient, Afrique du Nord et Asie centrale au FMI    El-Bayadh - Projets en retard : des responsables mis en demeure    Tiaret: Des distributeurs automatiques hors service    Plus de 207 km de fibre optique réalisés en 2019    Amnesty Algérie: Le Hirak, une mobilisation «exceptionnelle»    Procès de Kaddour Chouicha à Oran: Verdict le 3 mars    En réaction à la «répression policière»: Les enseignants du primaire appellent à une action nationale    Blida: 15.400 logements en construction à Meftah    Tlemcen: Une caravane pas comme les autres dans les écoles    Un charnier découvert dans la Ghouta orientale    Tebboune relence le débat sur lamémoire    "Je ne suis pas mort"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La guerre des «boutons»
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 18 - 01 - 2020

On a eu, d'abord, une « frappe » américaine ciblant... l'Irak, qui a tué un général ... iranien, Qassem Soleimani. Il paraît que « des intérêts américains étaient menacés par des attaques imminentes » préparées par le général. Les explications changeantes de la Maison Blanche qui n'avait d'abord pas parlé d'ambassade, puis d'une et enfin de quatre - ont été dénoncées par le candidat démocrate Bernie Sanders, qui a participé, juste après, à un briefing du renseignement américain. « Aucun mot n'a été mentionné sur les ambassades », assure Sanders. « Le problème, c'est qu'on a un président qui est un menteur pathologique. Est-ce que ça pourrait être vrai? C'est possible. Est-ce probablement vrai? Sans doute pas ».
Plusieurs démocrates ont accusé le président américain d'avoir ordonné, lui-même, la frappe contre Soleimani pour faire office de distraction en plein «impeachment». Selon le «Wall Street journal», la procédure de destitution a bien joué un rôle, mais sur un autre aspect: «Mr Trump a dit à des proches qu'il était sous la pression de sénateurs républicains qu'il considère comme des soutiens importants pour son futur procès au Sénat». La frappe américaine a fait monter en flèche les tensions dans la région, et a été suivie d'une riposte de Téhéran contre deux bases irakiennes utilisées par l'armée américaine. Quelques heures plus tard, un avion ukrainien est abattu en plein vol par un missile iranien, peu après son décollage de l'aéroport de Téhéran. 176 morts de plusieurs nationalités dont 15 enfants et 57 Canadiens ! Sans doute des touristes et beaucoup de binationaux. « Frappé par erreur », avouent les autorités militaires après avoir tout nié au départ. Comme d'habitude, ce sont des civils innocents qui sont les victimes collatérales des affrontements militaires. On se souvient du drame de l'Airbus d'Iran Air (290 morts) que l'armée américaine avait assuré avoir abattu « par erreur », en 1988.
Paix à leurs âmes !
Cependant, on s'aperçoit, aujourd'hui, que malgré le grandissime développement technologique, c'est la saute d'humeur ou la mauvaise humeur (sur fond de calculs politiques, de plus en plus compliqués et insaisissables par «nos» esprits humains... au Qi tout juste moyen.......) chez celui qui a, à sa portée, le «bouton» fatal (lancement d'un ordre ou d'un missile ou.... d'une bombe A) qui peut faire toute la tragique différence. D'un côté, un chef d'Etat, hélas, plus fort en calculs boursiers qu'en sécurité (inter-) nationale, de l'autre un simple opérateur, un soldat ayant confondu l'avion avec un missile de croisière ennemi (et qui n'aurait eu que «10 secondes pour décider») plus «gardien de la Révolution» que «gardien de la Paix», défenseur de la nation et de ses citoyens. Il sera «traduit en justice». Mais qui rendra la vie aux victimes (civiles) de la nouvelle «guerre des boutons»?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.