EXPLOSION DE BEYROUTH : Le président du Conseil constitutionnel exprime sa solidarité    ORAN : Décès du secrétaire de wilaya de l'ONM, Soumer Abdelkader    CONGRES DU RND : Une "étape décisive" dans le parcours du parti    FERMEES DEPUIS LA MI-MARS : Le ministre du transport écarte la réouverture des frontières    Les explosions à Beyrouth ravivent la contestation au Liban    ALGER : Les autorisations exceptionnelles de circulation prolongées    MILA : Relogement bientôt de 184 familles sinistrées    REUNION PERIODIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES : La rentrée universitaire au menu    "Il faut revoir l'architecture du financement de l'économie"    Si ça va au ralenti, c'est à cause de lui !    Le suspense perdure    Un activiste du Hirak arrêté    Ben Selmane accusé de tentative d'assassinat    Un siècle, ça suffit !    Quatre avions d'aides décollent d'Alger vers Beyrouth    Un siècle de foot et de lutte    Plus qu'un journal, une école de formation    Ciccolini et son staff s'expriment sur leurs ambitions    Mandi reprendra demain    Rachid Nekkaz sort de l'isolement    Les pharmaciens saisissent Tebboune    L'ANBT et le "faux communiqué"    Baisse des hospitalisations à partir du 25 juillet    2 morts et 4 blessés dans une collision    Plusieurs hectares détruits à Tibhirine et Zendaye    Le saviez-vous... ?    ...CULTURE EN BREF ...    Guéri de la Covid, Placido Domingo nie de nouveau tout    L'histoire de la gauche en Algérie, du PCA au Mouvement social    Vers une exploitation optimale des sites archéologiques et des musées    Lésion méniscale pour Boudaoui    Association La Radieuse : Hommage à Saïd Amara    MCA : Aymen Rahmani met fin au suspense    Acheminement d'une cargaison d'aides humanitaires au profit du peuple sahraoui    En prévision de sa réouverture : Protocole sanitaire pour les visiteurs du jardin d'essai    Chlef : Un meilleur éclairage pour le centre-ville    Parution. Amel Et Ses Sœurs de Leila Souidi : Hommage à vingt femmes algériennes d'exception    Equipe nationale: Aouar convoqué lors du prochain stage ?    80 logements LPA de Bir El Djir: Les souscripteurs s'impatientent, le promoteur s'explique    LES BAGNES INEDITS    La royauté et l'immunité    L'algérianite ou le rêve éveillé de Mustapha    La réunion périodique présidée par Tebboune    Amar Bellani dénonce et répond au Makhzen    Après le choc, la colère !    Le PAD tire à boulets rouges sur le pouvoir    Vaste mouvement dans le corps des magistrats    21 morts dans une attaque dans le nord du pays    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





A quoi sert un musée ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 05 - 07 - 2020


Le Conseil international des musées (ICOM) définit un musée comme «une institution permanente sans but lucratif au service de la société et de son développement, ouverte au public, qui acquiert, conserve, étudie, expose et transmet le patrimoine matériel et immatériel de l'Humanité et de son environnement à des fins d'études, d'éducation et de délectation. » Le musée de l'Homme (blanc) où furent conservés les crânes des 36 combattants algériens est un musée au service de la société française dont le gouvernement de 1830 avait envahi l'Algérie pour son propre développement. Dans son entreprise de « pacification », l'armée coloniale rencontre quelque résistance, par-ci et par-là comme en Kabylie ou encore dans l'oasis des Zaatcha qui oppose une résistance farouche gagnant sa première bataille qui s'était soldée par la mort de centaines de soldats français. L'armée coloniale, sous les ordres du général Herbillon, se renforce et massacre tous les habitants - un millier -, à l'exception d'un non-voyant et deux ou trois femmes, selon l'aveu même du général Herbillon. Une fois morts, les corps des résistants ont été séparés de leur tête que les médecins, qui accompagnaient l'armée, collectaient ainsi que d'autres organes « à des fins d'études ». C'est en 1880 que les crânes du chef de l'insurrection des Zaatcha, le cheikh Bouziane, celui de son fils ainsi que celui d'un autre chef atterrissent au musée de l'Homme pour être exposés avec les crânes du légendaire Cherif Boubaghla et d'autres valeureux combattants, en tant que patrimoine matériel et immatériel de l'Humanité. Les 36 crânes ont-ils servi la société ? Ont-ils été d'une quelconque utilité pour l'éducation ? Il faut croire qu'ils le sont pour éduquer l'Homme sur l'horreur de la colonisation qui s'est, non seulement, délectée de massacrer les « indigènes » dans l'oasis, en mai 1845, et dans divers endroits en Algérie et ailleurs, mais se délecte aussi et invite le public à se délecter du patrimoine matériel et immatériel de la mission civilisatrice qui s'est soldée par la disparition de civilisations, l'extermination de populations entières, la déportation d'autres et la stigmatisation de l'Afrique, l'Amérique, l'Asie et l'Océanie pour toujours. A quoi sert un musée s'il sert de tableau de chasse de la colonisation, cette « négation systématique de l'autre, [cette] décision forcenée de refuser à l'autre tout attribut d'humanité » comme le soulignait à juste titre Frantz Fanon?

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.