Tebboune installe une commission pour l'amender    Une nouvelle vague d'anciens ministres concernée    Liberté de dire. Toujours !    "Libérez Drareni, libérez tous les détenus d'opinion"    Des robes noires s'insurgent contre les procès à distance    "Mes vérités..."    Plus de 50 milliards de dinars de perte    La justice à la recherche des complices de Haddad    Un "casus belli" technologique nommé TikTok    Gloire à l'ANP et gratitude envers l'Armée rouge !    Manifestations pour plus de démocratie    Des opposants poursuivis pour terrorisme    Ce que prévoit la note du MJS    Benlamri proche de Getafe    Ferhat marque des points    «Des négociations sont en cours, il est à Londres»    La fille des Aurès    Mort d'un conducteur suite au renversement de son camion    Le flou persiste et inquiète les concernés    6 décès et 210 nouveaux cas en 24 heures    Fin prêtes pour accueillir les étudiants    Les cafés littéraires dénoncent et condamnent    Jimi Hendrix, mythes et légendes marocaines 50 ans après sa mort    Appel à la solidarité au profit des démunis    L'Algérie participera à l'édition BFM du Limousin    Etats-Unis et Chine : duel à distance    Plus de 4000 logements à attribuer avant la fin de l'année    Le projet de la cité des 1000 logements «dégommé»    Tikjda : Encore des feux de forêt    Match amical Algérie – Cameroun aux Pays-Bas    Le numérique, un geste barrière efficace ?    Automobile : Une plateforme numérique de préinscription dédiée aux opérateurs    Où est l'Algérie ?    Caricatures... indigènes : le décryptage d'Alain Ruscio    Lettres de mon moulin anonyme !    Le mouvement El Islah décide de voter "Oui" au référendum du 1e novembre    Paradou AC: Le meilleur est à venir    IRB Sougueur: Mohamed Benhalima nouveau président    Tlemcen: Une question de conformité    Il avait intenté une autre action contre l'Algérie: Sawiris de nouveau débouté dans l'affaire Djezzy    Offres et avantages de la CNAS: Une caravane de sensibilisation dans les zones d'ombre    BRAVADE AVEUGLE    LE «KOURSI» FANTASME    Une "étape cruciale" pour Chanegriha    "Nous n'importerons aucun vaccin qui ne soit pas pré-qualifié OMS"    L'ONU salue la décision de Fayez al-Sarraj de démissionner    Niger : L'EI revendique l'assassinat de 8 personnes    Israël : le «pacte d'Abraham» et la trahison des émirs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tlemcen: Motos et quads sous surveillance
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 11 - 08 - 2020

Le service de la Sécurité publique relevant de la Sûreté de la wilaya de Tlemcen vient d'organiser une opération «coup-de-poing», en coordination avec les sûretés de daïra et sûretés urbaines. Il s'agissait, selon le communiqué de la cellule de la communication et des relations publiques, de lutter contre les infractions commises par les usagers circulant à bord des quads ou motos tous terrains, relatives à l'absence de casque, d'assurance ou de permis moto. Ainsi 360 engins (quads et motos) ont été confisqués aux contrevenants et mis en fourrière pendant une durée de 10 jours, durant la 1re semaine du mois courant. Les contrevenants sont également exposés à des procès-verbaux et à une amende forfaitaire de 2.000 DA. «La circulation de motos et de quads est un problème sérieux qui perdure depuis le début de cette saison estivale. La volonté de la Sûreté de la wilaya est d'assurer la sécurité et la tranquillité du citoyen en multipliant ce type d'opérations pour éradiquer ce phénomène », a déclaré le chargé de communication, M. Bellaha Nabil. Et d'ajouter: «les opérations menées en collaboration étroite avec les sûretés de daïra et sûretés urbaines commencent à porter leurs fruits, puisque de nombreux conducteurs de ces deux-roues motorisés, circulant aujourd'hui, se sont conformés à l'arrêté de wilaya n°4914 du 31 mai 2015, portant sur l'obligation du port de casque, notamment dans le grand Tlemcen où la circulation des scooters a également baissé et ce, compte tenu des mesures dissuasives appliquées par les agents de la Sûreté de la wilaya». Selon les données recueillies auprès des services de la Sûreté de Tlemcen, les deux-roues motorisés, qu'il s'agisse de scooters ou de motos, sont impliqués dans 30% des accidents survenus en zones urbaines de la wilaya, alors qu'ils ne représentent que 2% du trafic routier. La vitesse excessive est la première cause de la mortalité en zones urbaines et sur les routes rurales de la wilaya, suivie de l'inattention qui est, aussi, particulièrement responsable de ces drames. Selon un ingénieur des Mines de la direction de l'Energie et des Mines de Tlemcen, «les accidents des deux-roues sont dus au manque d'équipement. Contrairement au motocycliste, un automobiliste est protégé par la ceinture de sécurité, les airbags et la carrosserie. Les protections à moto sont essentielles. Les chutes des motos ne pardonnent pas et souvent, sont fatales ! Les deux-roues n'ont pas droit à l'erreur! C'est pourquoi ces campagnes de prévention menées par les services de Sécurité visant à sensibiliser les jeunes conducteurs à rouler avec l'équipement obligatoire à moto, notamment le port de casque, réduisent les risques d'accident de la circulation. Porter un casque moto homologué est, d'abord obligatoire selon la loi, mais garantit une protection optimale de la tête à condition qu'il soit correctement attaché. Le risque pour un motard de perdre la vie lors d'un accident de la route est 15 fois supérieur à celui d'un automobiliste ». Avec le retour des beaux jours, de nombreux pilotes de motos et de scooters s'équipent au strict minimum. Ces dernières semaines d'été, à Tlemcen, Mansourah ou Chetouane, il n'est pas rare d'apercevoir ces motards ou ces pilotes de scooters, en short et t-shirt. Certains cyclomoteurs accompagnent le cortège nuptial, sans aucun équipement de protection (vestes, pantalons, chaussures, casques, gants). Il faut rappeler, dans ce cadre que nombreux riverains de Tlemcen et Mansourah se sont plaints récemment des désagréments et troubles générés par les cyclomoteurs.
Craignant le rush des estivants, à la veille de la réouverture des plages, ces jours-ci, les services de la cellule de la communication et des relations publiques, la police générale, la Sûreté de la daïra de Marsat Ben M'hidi, ainsi que des Associations de la société civile ont organisé jeudi dernier, une action de sensibilisation sur le respect des mesures de prévention pour éviter la propagation du Covid-19. Ainsi, plus de 1.500 bavettes ont été distribuées aux estivants présents sur l'esplanade de la plage et aux commerçants (restaurants, cafétérias, alimentations générales, marchés de fruits et légumes) ainsi qu'aux professionnels du Tourisme (hôtels, locations de vacances) de cette ville balnéaire frontalière. Comme quoi concilier santé et plaisir, nous dit un aoûtien qui passe ses vacances à Marsat Ben M'hidi.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.