Electricité et de gaz : les citoyens d'Alger inviter à régler leurs factures    Liverpool: l'hommage de Klopp à Maradona    Chanegriha préside la cérémonie de conversion d'un hôtel militaire en une structure sanitaire    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce jeudi    OPEP : Attar présidera lundi la 180ème réunion ministérielle    Le MAE dément la suspension par les Emirats arabes unis de la délivrance de visas    LPA: les listes des bénéficiaires dévoilées en mars 2021    Vaccin anti-Coronavirus : l'Algérie est dans une démarche très prudentielle    Arrêt de la diffusion télévisuelle par système analogique dans 5 wilayas    Conseil de la nation: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre l'enlèvement    Le Maroc, soutenu par la France, a sapé tous les efforts pour régler la question sahraouie    Aït Abdeslam «out» contre le CABBA et le MCO    22 pays dont l'Algérie confirment leur participation    Images d'ailleurs, regards d'ici    Saïd Bouhadja n'est plus    Le membre du BP du PT acquittée à Jijel    Entre avancées et entraves    «Nous avons un groupe homogène»    Recensement de plus de 17 690 sites archéologiques depuis 2016    Kambozia Partovi, grande figure du cinéma iranien, est mort de la Covid-19    Les techniciens de cinéma exigent la reconnaissance    Les Algériens ont une image mitigée de l'UE    JS Kabylie : décès de l'ancien latéral Rezki Maghrici    "La sécurité, c'est mieux !"    Kaboré en tête des résultats partiels    Difficile unification du Parlement en Libye    Naissance de l'Association des journalistes algériens solidaires avec le peuple sahraoui    De nombreux établissements scolaires paralysés    Les pompiers reprennent leur bâton de pèlerin    Des résultats en nette régression    Amor Benamor s'approvisionne quotidiennement auprès de l'OAIC    "Certains juges préfèrent leurs convictions à la loi"    Le verdict attendu pour le 1er décembre    Les livres, gouverneront-ils un jour ?    "Puentes", des ponts culturels entre l'Algérie et l'Espagne    "La création en banlieue : un art de combat ?" en débat    AEP : l'ADE multiplie les forages à Boumerdès    Football - Ligue 1: Sur fond de certitudes et d'inconnues    Licence professionnelle: Des contretemps pour la DCGF    Tlemcen: Deux nouveaux directeurs à la tête de l'urbanisme et du logement    Tébessa - Electricité et gaz : des mises en garde contre les raccordements illicites    Les angles de l'ingérence    Une médaille pour nos revers !    Chanegriha et Djerad présentent leurs condoléances à la famille du défunt    Le gouvernement entretient le suspense    Démantèlement d'un réseau de passeurs à Oran    1.025 nouveaux cas et 20 décès    Appels à protéger les civils à l'approche de la bataille pour Mekele    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tlemcen: L'Institut français relance ses activités
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 27 - 10 - 2020


Emmanuelle Ravot, 40 ans, prend les rênes de l'Institut français de Tlemcen. Son installation s'est faite le 20 octobre dernier par l'ambassadeur de France à Alger, M. François Gouvette, à l'occasion de sa visite à Tlemcen. La nouvelle directrice de l'Institut français de Tlemcen, qui s'inscrit dans la continuité, tout en voulant apporter du sang neuf, succède à M. Maugrenier François qui a occupé ce poste pendant plus de 4 ans. Emmanuelle Ravot, professeur de français, était directrice adjointe à l'Alliance française de Lagos (Nigeria) de l'enseignement de la langue française. Lors d'une brève entrevue avec notre journal, dimanche dernier, Emmanuelle Ravot s'est dit prête pour l'aventure tlemcénienne. « Je suis ravie et très heureuse de découvrir cette belle ville de Tlemcen, une ville calme et agréable à vivre et en même temps une ville d'art et d'histoire et aussi une ville culturelle que j'ai visitée il y a près de dix ans. L'accueil a été formidable et je crois que c'est important quand on dirige un établissement culturel français dans une ville pareille. Ma formation universitaire comme mon background professionnel m'ont amenée toutes ces dernières années vers ce métier de direction d'un institut culturel et d'enseignement de la langue française, donc vers les échanges et rencontres favorisant le partage des cultures, des langues et des savoirs, avec une identité forte et une visibilité incontournable dans cette wilaya. J'ai déjà rencontré quelques partenaires comme la Grande maison Mohamed Dib et là, j'espère que très bientôt, on va pouvoir mettre des bases de partenariat avec des acteurs culturels de la ville, les artistes bien sûr, mais aussi les universités et la direction de la culture», a indiqué Emmanuelle Ravot. Et d'ajouter : «Moi, je suis ici pour travailler avec les Tlemcéniens et la ville de Tlemcen, donc, j'espère qu'on arrivera à nouer de nouveaux partenariats et à faire des choses, à priori, d'ici la fin de l'année déjà, on devra organiser une première manifestation un petit peu compatible avec la Covid-19, mais pour reprendre un petit peu les activités et puis pour dire que voilà ça y est, l'Institut français est de retour après cette longue période de fermeture. Donc, on est en train de réfléchir avec toute l'équipe comment avant la fin de l'année 2020 reprendre les activités». S'agissant des activités culturelles, la directrice de l'Institut français de Tlemcen a fait savoir qu'une grande manifestation va commencer au mois de novembre avec des conférences, des projections, des expositions, des rencontres, etc. Cela s'appelle novembre numérique. «On a acheté les casques de réalité virtuelle, qui, avec nos tablettes, nos ordinateurs, etc., on va proposer une très belle exposition, qui s'appelle machines à bulles destinée aux enfants et leurs parents. Cette exposition met en valeur les formes innovantes de bandes dessinées, à travers des œuvres illustrant les nouvelles expériences de lecture offertes par le numérique. Et puis, on va sûrement inaugurer le mois de novembre avec une conférence sur comment le numérique peut modifier la façon d'enseigner. Le 9 novembre prochain, une autre conférence sera organisée autour du changement des techniques d'apprentissage et d'enseignement grâce au numérique destiné aux enseignants, universités et toutes les personnes chargées des cours, des classes peuvent être intéressées et tous ceux qui s'occupent des jeunes, mais également les parents, parce qu'on a vu avec le confinement, l'enseignement à distance, en ligne par Internet, c'est bien de savoir comment ça marche. Au mois de décembre, un spectacle est prévu pour relancer un petit peu la machine, ce sera une surprise pour le mois de décembre qui se passe dans la ville, tout en respectant les mesures de prévention contre la Covid-19 et la distanciation physique. Les ateliers vont aussi reprendre progressivement à partir du 7 novembre pour le théâtre, chanson et peinture pour les adultes pour le moment. Et puis pour les enfants, le jardinage, on espère qu'on va reprendre très bientôt, c'est en fonction de l'évolution de la pandémie », a-t-elle précisé. Emmanuelle Ravot a souligné, par ailleurs, que le département de la langue française sera totalement relooké pour proposer une offre encore plus intéressante pour les étudiants de l'Institut français de Tlemcen.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.