Quelles formes pénales ?    Recouvrement des fonds détournés: L'Algérie en appelle à la responsabilité de l'ONU    Anis Rahmani condamné à trois ans de prison    Incendie d'un véhicule à Tizi Ouzou: Deux enfants succombent à leurs graves brûlures    "Beaucoup reste à faire"    Le Brent franchit la barre des 70 dollars    Zeghdoud à la barre de l'USMA    Le compte à rebours commence    148 nouveaux cas et 5 décès en 24 heures    Des perturbations annoncées dans 5 communes d'Alger    Quand les banques n'appliquent pas    Les femmes battent le pavé à Alger    «Journée de la colère» avec une nouvelle dégringolade monétaire    30 Morts    Après l'opposition, le pouvoir revendique la victoire    Lamentable posture pour les «démocrates»    Joan Laporta, le grand retour    Brèves Omnisports    Ouallal et Asselah précocement éliminées    Chanegriha rend hommage à la femme algérienne    Un repère pour la fixation des prix des médicaments    Le rêve d'une reprise    La santé pour tout le monde    Une neuvième victime retrouvée    Fin de la polémique sur les «tarawih»    Une exposition collective au Palais de la culture    «Résistance des femmes en Afrique du Nord»    Par-delà le bien et le mal    La réunion du GST-Mali, une opportunité pour faire le point sur le processus d'Alger    USMA: Zeghdoud nouvel entraineur    Des expériences féminines en matière "d'entrepreneuriat culturel" présentées à Alger    Sonelgaz: un indicateur de veille pour recenser les cas de discrimination hommes/femmes au travail    Crue de l'Oued Meknassa: le corps sans vie d'une huitième victime, retrouvé    Sahara Occidental: Berlin exhorté à ne pas céder aux pressions de Rabat    Vote de confiance sur fond d'optimisme modéré    Sultana Khaya victime d'une tentative d'élimination physique    "Nous reprenons confiance"    La FIFA officialise l'accord de Rabat    7 personnes brûlées dans un incendie de véhicule    La commission interministérielle tranchera le cas de la FAF    "L'économie ne peut se suffire d'ordres administratifs"    Tendances instables    Les think tanks et l'universitaire dans la sphère de l'économie de la connaissance    La statue de Mohand Oulhadj inaugurée    Le Festival national du théâtre professionnel revient    La nation du quart de page    Ils se sont rassemblés à Constantine: Retraités et radiés de l'ANP reviennent à la charge    C'était un certain 08 mars 2007    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Liberté des tarifs muselée ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 31 - 12 - 2020


Que va-t-il changer en matière de tarifs de l'assurance automobile en 2021 ? A part la certitude qu'il y aura des changements importants sur ce plan, si l'on se réfère à la signature par tous les assureurs d'un protocole d'accord multilatéral relatif à la gestion et la régulation de la branche assurance automobile, visant à mettre fin aux disparités des tarifs, et qui entrera en vigueur le 1er janvier 2021, on reste plongé dans l'expectative face à ce remue-ménage chez les assureurs. L'Union algérienne des sociétés d'assurance et de réassurance (UAR), qui a rendu public un communiqué à ce propos, ne mentionne aucune précision sur ces prochains tarifs. On apprend, ou on comprend, auprès de la même source que le protocole d'accord, auquel adhère l'ensemble des dirigeants des sociétés d'assurance agréées et habilitées à pratiquer l'assurance automobile, vise à mettre fin aux disparités des tarifs et à la concurrence effrénée entre assureurs. En d'autres termes, les tarifs de l'assurance automobile seront les mêmes chez les tous les assureurs. Mais, on ne sait pas comment seront établis les tarifs d'assurance auto. Va-t-on procéder à un alignement sur les polices d'assurance de moindre valeur, jusque-là proposées sur le marché, ou sur la valeur maximum, ou encore choisir une moyenne entre tous les tarifs fournis par les assureurs ? Même si on ne le signale pas clairement, les termes du communiqué laissent deviner qu'un alignement sur l'assurance de moindre valeur est loin d'être imaginé, car l'objectif de l'accord est de «réguler le marché et mettre fin à la disparité des tarifs et la concurrence effrénée entre elles». Une disparité des tarifs et une concurrence effrénée qui «portent préjudice aux intérêts du client en premier lieu» sur le plan d'une altération de la qualité de la prestation de services et les retards dans l'indemnisation, ainsi qu'une atteinte aux équilibres techniques et financiers de la branche assurance automobile qui se répercuterait sur la durée des traitements et des niveaux de remboursements des dossiers sinistres. Fini, donc, le tarif d'assurance de moindre valeur, refuge des petites bourses, et qui sert uniquement de faire-valoir lors des contrôles par les agents de la sécurité de la voie publique ? Désormais, contrairement à une règle capitale du marché, les tarifs d'assurance auto ne sont plus libres. Et la concurrence entre assureurs, qui a jusque-là arrangé les assurés, ne sera plus de mise à partir du début de l'année 2021. On aurait mieux accepté que la cotisation d'assurance ne soit plus uniforme pour tous les automobilistes à travers l'application de majoration des tarifs pour les assurés responsables d'accidents alors qu'ils conduisaient sous l'emprise de l'alcool ou autres motifs ayant entraîné le retrait du permis de conduire, ou tout simplement, l'assuré qui enregistre une fréquence d'accidents anormale par rapport à une moyenne à définir. Et, en contrepartie, consentir des réductions de tarifs au bénéfice des assurés qui ne sont responsables d'aucun accident durant un temps à déterminer, et qui ne reviennent vers leurs assureurs que pour le renouvellement de leur police d'assurance. Les textes réglementaires concernant l'assurance auto devraient être étoffés en fonction de plusieurs critères de cadrage des tarifs, dont la bonne et la mauvaise conduite, car des changements de tarifs au gré des humeurs ou de circonstances pourraient ne pas cadrer avec le droit du consommateur.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.