Quelles formes pénales ?    Recouvrement des fonds détournés: L'Algérie en appelle à la responsabilité de l'ONU    Anis Rahmani condamné à trois ans de prison    Incendie d'un véhicule à Tizi Ouzou: Deux enfants succombent à leurs graves brûlures    "Beaucoup reste à faire"    Le Brent franchit la barre des 70 dollars    Zeghdoud à la barre de l'USMA    Le compte à rebours commence    148 nouveaux cas et 5 décès en 24 heures    Des perturbations annoncées dans 5 communes d'Alger    Quand les banques n'appliquent pas    Les femmes battent le pavé à Alger    «Journée de la colère» avec une nouvelle dégringolade monétaire    30 Morts    Après l'opposition, le pouvoir revendique la victoire    Lamentable posture pour les «démocrates»    Joan Laporta, le grand retour    Brèves Omnisports    Ouallal et Asselah précocement éliminées    Chanegriha rend hommage à la femme algérienne    Un repère pour la fixation des prix des médicaments    Le rêve d'une reprise    La santé pour tout le monde    Une neuvième victime retrouvée    Fin de la polémique sur les «tarawih»    Une exposition collective au Palais de la culture    «Résistance des femmes en Afrique du Nord»    Par-delà le bien et le mal    La réunion du GST-Mali, une opportunité pour faire le point sur le processus d'Alger    USMA: Zeghdoud nouvel entraineur    Des expériences féminines en matière "d'entrepreneuriat culturel" présentées à Alger    Sonelgaz: un indicateur de veille pour recenser les cas de discrimination hommes/femmes au travail    Crue de l'Oued Meknassa: le corps sans vie d'une huitième victime, retrouvé    Sahara Occidental: Berlin exhorté à ne pas céder aux pressions de Rabat    Vote de confiance sur fond d'optimisme modéré    Sultana Khaya victime d'une tentative d'élimination physique    "Nous reprenons confiance"    La FIFA officialise l'accord de Rabat    7 personnes brûlées dans un incendie de véhicule    La commission interministérielle tranchera le cas de la FAF    "L'économie ne peut se suffire d'ordres administratifs"    Tendances instables    Les think tanks et l'universitaire dans la sphère de l'économie de la connaissance    La statue de Mohand Oulhadj inaugurée    Le Festival national du théâtre professionnel revient    La nation du quart de page    Ils se sont rassemblés à Constantine: Retraités et radiés de l'ANP reviennent à la charge    C'était un certain 08 mars 2007    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





PHILANTHROPIE
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 10 - 01 - 2021

L'incongru dans le professionnalisme sportif algérien est trop manifeste pour que les autorités publiques fassent comme si de rien n'était. Des pléiades de bien nommés joueurs pestent de plus en plus en réclamant des salaires poussant jusqu'à bouder les terrains de jeux. Les incultes que nous sommes ignorons dans les petits détails sur quoi repose le financement des clubs, sinon que l'on entend ici et là que des walis charitables se croient obligés de puiser dans leurs budgets quelques milliards pour que des championnats avec quelques allures factices tiennent debout. Le spectacle déserte les stades pour aller se loger dans les arrière-cours des grandes entreprises priées de s'astreindre au mécénat sans rien attendre en retour.
Les autorités locales sont les premiers responsables de cette situation, s'arrogeant une habilitation pour un rôle qui n'est pas le leur en s'investissant en présidents de clubs.
Il y a encore quelque chose de plus déluré au vu de l'ingéniosité mise dans l'appel généralisé de coopérants étrangers rémunérés en devises pour animer des clubs qui tournent en rond. Au final on se rend bien compte que la valorisation du sport national n'est due qu'à la rescousse des émigrés.
On peut comprendre que la masse sportive soit un outil politique et un instrument de manœuvre pour un dosage social usiné par un pouvoir attentif à la stabilité. Mais la culture et l'esprit ainsi semés sont identiques à ceux de la mobilisation passée des organisations de masses sous la férule du parti unique qui a montré ses limites. Si tel est encore le cas, autant revenir à l'amateurisme d'antan quitte à écorcher la volonté d'aller vers une Algérie nouvelle. On tentera alors de préparer des omelettes sans casser d'œufs. Quand on scanne l'enfer du sport international et ce à quoi il répond, il ne faudra pas alors s'attendre à des prouesses.
Le sport professionnel est basé sur la performance. Une entité économique l'est davantage. L'antinomie de leur mariage s'installe quand leur rencontre s'installe dans la conformité de la philanthropie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.