Le processus de paix au Sahara occidental n'a pas atteint ses objectifs à cause des alliés du Maroc    Covid-19 : aménagement de l'horaire de confinement partiel à domicile dans 9 wilayas    "La majorité" des contrôleurs de commerce sont sur le terrain en dépit de la grève    Législatives du 12 juin : Les délais pour le dépôt des dossiers de candidatures prorogés    Décès de la militante Annie Steiner : Zitouni présente ses condoléances à sa famille    Coronavirus: 189 nouveaux cas, 135 guérisons et 9 décès    Tribunal Sidi M'hamed: Saïd Djabelkhir condamné à 3 ans de prison ferme pour offense à l'Islam    Le fils d'Idriss Déby intronisé président de la République    Que faire pour réguler le marché ?    La Super Ligue se déballonne, le foot européen doit recoller les morceaux    Le CRB enfonce le CABBA    La JSK y est presque, l'ESS rate le coche    Reprise à la hausse des activités du commerce extérieur    «Contrainte majeure» pour certains, «normale» pour d'autres    «10 000 patients sont en attente d'une greffe»    Tajine de kefta aux œufs    Ligue arabe, ONU, UE et UA réclament «un retrait immédiat» des troupes étrangères    La première édition du 2 au 5 juillet 2021 aux Ouacifs    Actuculte    ARAMA DE RETOUR, NEGHIZ CONTACTE    Création d'une société ENR mixte Sonatrach/Sonelgaz : Que deviendra le programme solaire des 1000 mégawatts ?    Lancement d'une étude macroéconomique    La Banque mondiale table sur un baril à 56 dollars en 2021    Grandiose marche nocturne à Akbou    Incendie au marché de gros des fruits et légumes    Cote d'alerte    Le lanceur d'alerte Noureddine Tounsi restera en prison    FAF : Zetchi passe la main à Amara    RC Kouba : Six mois de suspension pour Ghalem    7070 météorites algériennes filent illégalement à l'étranger    "Nous devons entretenir notre mémoire"    Ecoles primaires: Les appels au débrayage se multiplient    Des Algériens parmi eux: 18.000 enfants migrants non accompagnés disparus en Europe    Amnesty International: «Une nette baisse des condamnations à mort en Algérie»    Un fonds de 7,55 millions d'euros pour les migrants    768 Logements sociaux électrifiés    Des milliers de travailleurs investissent la rue    La nécessaire coordination    Le challenge de deux présidents    15 quintaux de kif marocain saisis    «Possibilité non négligeable» d'une victoire de l'extrême droite    Brèves    La sanglante guerre d'usure des Houthis    L'Algérie ne tombera pas    Les islamistes rêvent de victoire    L'art comme oeuvre marchande    Promouvoir la diversité linguistique amazighe    «Les centres d'archives sont une vitrine»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Infortunée sardine
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 27 - 02 - 2021

Face à la forte flambée des prix des produits de consommation on s'étonne en criant au scandale et dans la véhémence des griefs on continue à croire que le pays navigue sur une rivière calme. Si l'on compatit au désarroi des consommateurs, on a tort d'imputer cette véritable tragédie à la seule malhonnêteté des spéculateurs car le mal est bien plus profond et ne saurait être guéri par un durcissement des contrôles ni par une prière pour un retour à l'honnêteté. Les prix continueront à prendre la tangente et vont encore augmenter. C'est avant tout de la mésaventure du dinar algérien qu'il s'agit et sa descente aux enfers n'est pas finie. On le constate, sa périclitation outrageante ne s'accompagne pas seulement de la montée des prix des produits de large consommation, mais elle touche toutes les gammes de nécessités quelles qu'en soient leurs petites ou grandes utilités. L'infortunée sardine à plus de mille dinars le kilo n'est pas un épiphénomène dû à la déraison des quais des ports mais la salinité de son coût n'est seulement que le symbole de la moisissure qui tenaille de plus en plus la monnaie.
Malgré leurs efforts et les assurances qu'elles prodiguent dans la quotidienneté, on sent que les autorités sont désarmées et n'arrivent pas à se démêler les pieds dans une pénible démarche économique où les crises sanitaire et sociale s'allient pour tisser des lendemains incertains.
Dans l'incapacité de trouver tous leurs sens au labeur et au travail pour d'infinies causes, les Algériens courent le risque d'être happés dans un tunnel sombre dont on ignorera par où débouchera la sortie.
L'Algérie n'est pas un territoire sur la planète Mars et elle est obligée de subir les contrecoups d'un naufrage économique mondial. Le peu de ressources dont elle disposait est tombé en désuétude ouvrant la porte à une possible malheureuse aventure identique à celles que vivent aujourd'hui le Venezuela, l'Argentine ou le Liban.
La parade n'est certainement pas dans un gouvernement réactualisé mais dans une inflation monétaire que l'on ne pourra pas maîtriser et si d'aventure on est astreint à un retour à la vérité des prix, qui tôt ou tard devra s'installer dans les marchés, il est à craindre que le ciel soit totalement assombri.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.