Le processus de paix au Sahara occidental n'a pas atteint ses objectifs à cause des alliés du Maroc    Covid-19 : aménagement de l'horaire de confinement partiel à domicile dans 9 wilayas    "La majorité" des contrôleurs de commerce sont sur le terrain en dépit de la grève    Législatives du 12 juin : Les délais pour le dépôt des dossiers de candidatures prorogés    Décès de la militante Annie Steiner : Zitouni présente ses condoléances à sa famille    Coronavirus: 189 nouveaux cas, 135 guérisons et 9 décès    Tribunal Sidi M'hamed: Saïd Djabelkhir condamné à 3 ans de prison ferme pour offense à l'Islam    Le fils d'Idriss Déby intronisé président de la République    Que faire pour réguler le marché ?    La Super Ligue se déballonne, le foot européen doit recoller les morceaux    Le CRB enfonce le CABBA    La JSK y est presque, l'ESS rate le coche    Reprise à la hausse des activités du commerce extérieur    «Contrainte majeure» pour certains, «normale» pour d'autres    «10 000 patients sont en attente d'une greffe»    Tajine de kefta aux œufs    Ligue arabe, ONU, UE et UA réclament «un retrait immédiat» des troupes étrangères    La première édition du 2 au 5 juillet 2021 aux Ouacifs    Actuculte    ARAMA DE RETOUR, NEGHIZ CONTACTE    Création d'une société ENR mixte Sonatrach/Sonelgaz : Que deviendra le programme solaire des 1000 mégawatts ?    Lancement d'une étude macroéconomique    La Banque mondiale table sur un baril à 56 dollars en 2021    Grandiose marche nocturne à Akbou    Incendie au marché de gros des fruits et légumes    Cote d'alerte    Le lanceur d'alerte Noureddine Tounsi restera en prison    FAF : Zetchi passe la main à Amara    RC Kouba : Six mois de suspension pour Ghalem    7070 météorites algériennes filent illégalement à l'étranger    "Nous devons entretenir notre mémoire"    Ecoles primaires: Les appels au débrayage se multiplient    Des Algériens parmi eux: 18.000 enfants migrants non accompagnés disparus en Europe    Amnesty International: «Une nette baisse des condamnations à mort en Algérie»    Un fonds de 7,55 millions d'euros pour les migrants    768 Logements sociaux électrifiés    Des milliers de travailleurs investissent la rue    La nécessaire coordination    Le challenge de deux présidents    15 quintaux de kif marocain saisis    «Possibilité non négligeable» d'une victoire de l'extrême droite    Brèves    La sanglante guerre d'usure des Houthis    L'Algérie ne tombera pas    Les islamistes rêvent de victoire    L'art comme oeuvre marchande    Promouvoir la diversité linguistique amazighe    «Les centres d'archives sont une vitrine»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tiaret: Le théâtre s'éveille
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 02 - 03 - 2021

  L'art des tréteaux s'éveille dans la ville d'Ali Maâchi, et cela ne peut que mettre un bonne dose de baume au cœur. Avec leur seule volonté en bandoulière et pratiquement rien comme moyens, un petit groupe d'amoureux de la chose culturelle ont décidé de prendre sur propre compte, de dépoussiérer les planches pour faire revivre le théâtre, ce « père des arts ».
Le quatrième art, connu pour être le violon d'Ingres pour de nombreux Tiarétiens, est remonté sur les tréteaux à la faveur de quelques pièces produites, ces derniers temps, par de jeunes comédiens pétris de talents, au plus grand bonheur des amoureux de l'art des planches. Après la pièce « Zaïl El Mhabil », donnée il y a une vingtaine de jours à la salle Sersou (ex-Casino), un monodrame, magistralement interprété par le jeune Med Djelouat, une autre pièce a été donnée cette semaine, à deux reprises, pour rendre hommage aux trois comédiens disparus dans un tragique accident de la circulation à Sidi Bel Abbès, il y a déjà douze ans. La pièce intitulée « le retour de Lamiss », capé magistralement par une jeune équipe de comédiens à l'instar de Zendak Mohamed Kamel, Brahim Bouazza, Khaled Belarbi ou encore Zerrouki Abdelaziz, dépeint un tableau sans complaisance de la société actuelle, minée par la bureaucratie, le népotisme et la faillite des élus, avec en toile de fond le rôle du journaliste à révéler la vérité et s'imposer comme une sorte d'éveilleur des consciences. Cette pièce, jouée samedi et jeudi de la semaine dernière à la salle « Sersou », a rendu un hommage comme il se doit à trois jeunes comédiens, parmi les plus actifs de la scène culturelle locale, disparus tragiquement, il y a 12 ans, lors d'un accident de la circulation à Sfisef, dans la wilaya de Sidi Bel-Abbès. Mohammedi Med, AEK Hadj Messaoud et Mihoubi Saïd, trois jeunes comédiens férus du théâtre se rendaient dans la wilaya de Sidi Bel-Abbès pour déposer leur dossier en vue de la participation à la prochaine édition du Festival national de théâtre amateur lorsque la faucheuse les attendait à la sortie de la ville de Sfisef. Promis à un avenir radieux, le jeune Mohammedi Med était un comédien au talent immense et préparait plusieurs travaux qui devaient certainement faire honneur à la ville qui l'a vu naître, reconnaissent en sanglots ses amis les plus proches.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.