La bataille des listes n'est pas terminée    Réactions mitigées des partis politiques    Rezig face au test de la permanence    Le Cnese en phase de propositions    Des enseignants universitaires véreux    Appel à l'unité des rangs jusqu'à l'indépendance    Israël et l'ONU au banc des condamnés    Pour qui roulent-ils?    Un casting XXL pour la succession de Pirlo    Mané vit sa pire saison    Cavani officiellement prolongé    52% des projets concrétisés    La Sittelle de Kabylie et la Genette ont réapparu en 2020    Beldjoud au Portugal    Au royaume de l'horlogerie    Du rap pour exister!    Des cours de danses traditionnelles    "Nous sommes déterminés à affronter l'armée sioniste"    Un bilan à la hausse    Placer la cause palestinienne en tête des préoccupations de la Communauté internationale    Réunion du gouvernement: l'Etat prendra en charge les frais de transports de 28 produits distribués au Sud    Le peuple sahraoui poursuit sa lutte pour arracher son droit à l'autodétermination    Coronavirus: 195 nouveaux cas, 149 guérisons et 8 décès    Rassemblements de soutien des partis politiques et de la société civile avec les Palestiniens    Classique au sommet à Tizi-Ouzou    3,3 millions de retraités bénéficieront d'une augmentation entre 2 et 7%»    «Repêchage» de listes électorales    Seuls 16% du programme national achevés    Sablés aux beurre, amandes et noisettes    Le désarroi des parents d'élèves    Des entreprises mises en garde par Tebboune    Libye : après le conflit fratricide, la paix est-elle de retour ?    «Il n'y a aucune mise à l'écart de joueurs et personne ne me dicte mes choix»    15 000 livres pour les zones d'ombre    Retour de l'homme du professionnalisme    La mauvaise leçon    Convention de partenariat et de coopération entre le ministère des affaires religieuses et les SMA    Prémices d'un retour à la case départ    Pour la libération des détenus    L'instruction du dossier de Lounès Hamzi reportée    Rabah Karèche passera l'Aïd derrière les barreaux    Jean-Claude Fournier revient avec deux ouvrages historiques    "Comptabilité générale et analyse financière", de Mohamed Zaâtri    Réconciliation des téléspectateurs avec les productions algériennes    Education nationale: Calendrier des examens de fin de cycle pour les trois paliers    Faire des prochaines élections un "moyen pour le changement"    Ahmed Hafsi. Moudjahid à Skikda : L'humilité d'un brave    Hirak : la nouvelle donne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un phénomène qui irrite le citoyen et la commune: Près de 150 bacs à ordures volés depuis le début de l'année
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 21 - 04 - 2021

Malgré toutes les dispositions prises par la commune d'Oran, le vol des bacs à ordures continue de causer d'importants préjudices à la trésorerie communale. Des bacs fraîchement installés au niveau de plusieurs quartiers disparaissent deux ou trois jours après. Ce phénomène est à l'origine de la multiplication des points noirs, dans certains quartiers comme c'est le cas à Maraval ou Yaghmouracene. Le phénomène de vandalisme et du vol des bacs à ordures est une pratique irresponsable, qui ne respecte pas les nettoyeurs à qui les citoyens leur rendent le travail pénible. Selon des sources de la commune d'Oran, près de 400 bacs ont été volés depuis le début de l'année. Nos sources indiquent que ces vols s'accentuent durant le mois de Ramadhan. C'est ainsi que les poubelles en plastique de couleur verte installées sur les principaux boulevards de la ville disparaissent presque quotidiennement.
Le phénomène touche en particulier les quartiers d'Oran Est, comme Haï El Yasmine, Haï Ennour et quelques autres quartiers comme El Othmania. Un phénomène qui pèse trop lourd sur le budget des services techniques de l'APC. Sachant que le prix d'un bac est de près de 5.000 DA, le préjudice causé aux collectivités locales se compte en millions de centimes. Mais plus que le dégât financier, ce sont les désagréments occasionnés par ce pillage qui font mal. Les bacs, qui ont disparu, sont souvent revendus et convertis en mini-citernes de stockage d'eau. Le comportement néfaste de ces énergumènes n'empêche pas les services chargés de l'hygiène de la commune de remplacer les poubelles volées et les mettre à la disposition des résidents après chaque vol. D'autre part, en dépit de tous les efforts fournis par les services de nettoiement, comme la division de l'hygiène et de l'assainissement (DHA) de la commune d'Oran, l'EPIC Oran Propreté et autres n'arrivent plus à y faire face au cumul des déchets ménagers. D'après les services concernés, le premier responsable de l'insalubrité est le citoyen.
Les responsables du nettoyage reprochent aux citoyens de ne pas respecter les horaires de ramassage des ordures, et surtout de jeter anarchiquement leurs déchets n'importe où, chose qui complique le travail des agents de nettoyage.
Ces derniers peinent à faire débarrasser Oran des odeurs nauséabondes. Des sacs sont jetés à travers les quartiers d'Oran, en particulier les quartiers populaires, et cela se répète tous les jours par le manque d'engagement de la population à respecter les règles d'hygiène. En effet, les habitants jettent les sacs-poubelles en attendant que le camion de ramassage passe et peu importe l'image de leur cité. D'après certains éboueurs, «ces sacs-poubelles sont déposés après le passage du camion. C'est normal qu'ils vont rester pendant des heures avec tout ce qui suit comme odeur et saleté».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.