"Je paie ma candidature à la présidentielle"    Abdelkader Bensalah s'est éteint à l'âge de 80 ans    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'offre se resserre    Rentrée scolaire perturbée à Béjaïa    La décrue renforce les réticences    Grand projet pour la culture du colza    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    Le groupe paramilitaire russe Wagner fait peur à Pari    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    La Casnos explique ses mesures exceptionnelles    182 agressions contre le réseau gazier cette année    Bekkat plaide pour le rattachement de la sécurité sociale à la Santé    Sauce aux fines herbes    La montée des extrémismes    La France déchirée?    Haut Conseil de Sécurité: L'espace aérien algérien fermé aux avions marocains    Tébessa: La bataille d'El Djorf revient    Bouteflika, héros tragique de l'Algérie    L'ONU débloque 8,5 millions de dollars américains pour aider le Niger    Trois projets innovants au concours national de l'entrepreneuriat    Renault signe un contrat avec la Bourse de l'Ouest    Les préoccupations locales dominent    Griezmann n'y arrive toujours pas    14 joueurs recrutés et la liste encore ouverte    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Boulahia s'engage avec l'Emirates Club    Tuchel ne lâche pas Werner    Salah Goudjil, président du Conseil de la nation    Lumière sur les zones d'ombre    La pénurie en eau potable était évitable    Annaba a trouvé la parade    Une saignée inévitable    18 et 36 mois de prison requis contre deux agents    MERIEM    Cinglant revers du makhzen    L'Algérie ferme son espace aérien avec le Maroc    Ici, ailleurs, de Borges à El-Harrach    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    De quoi la littérature est-elle le nom en Algérie ?    «Ma renaissance en couleurs...»    Elle est accusée de conflit d'intérêts    Tayeb était calme et juste    Abdelkader Bensalah n'est plus    12 éléments de soutien au terrorisme en une semaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Perdre son identité
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 28 - 06 - 2021

Il serait salvateur de le redire sans cesse et la répétition n'a jamais été nécessairement aussi forte. L'Algérie est à un carrefour d'une dangerosité inouïe et la prudence qu'il réclame pour aboutir au boulevard du progrès et de l'aisance, requiert que peuple et pouvoir soient très au fait de l'immense enjeu. Les turbulences de toutes sortes, vécues aujourd'hui, ne sont pas de simples gesticulations nées de minimes erreurs de parcours imposées par des hommes qui n'ont fait que passer. C'est d'une mue mondiale profonde qu'il s'agit, soumettant en tous lieux, les générations actuelles à revoir et à rechercher une adaptation à une nouvelle existence qui s'annonce imparable.
La montée des extrémismes et des intégrismes aux différentes facettes, le repli sur soi et l'individualisme ne sont pas à considérer comme les identités d'un malaise passager. Ils sont le présage d'un bouleversement colossal dont l'écriture est réclamée par l'Histoire des hommes. Celle-ci se plie toujours avec docilité à ce que lui enseignent les humains. Les couvertures identitaires réclamées, à cors et à cris, d'une façon déglinguée dans des périmètres réduits, ne conduisent qu'à l'effacement de l'ensemble des raisons d'être et contrarient le semis des richesses d'un pays. En croyant nouer avec son autonomie en la confinant dans un espace étranglé, on ouvre grande la porte à la désintégration totale de sa localité. On ignore que c'est la meilleure manière de perdre son indépendance et son identité.
Les drames naissent souvent de l'entrain des inconséquences de petits dévots prétentieux qui fournissent du fil à coudre pour de gros besoins géostratégiques qui les dépassent de loin. Mis sans se rendre compte dans l'obligation de prendre de la hauteur pour se mettre au niveau de l'ère nouvelle, les Algériens devraient se rendre compte que des statuts d'acteurs ou de figurants, dans la scène mondiale en reconfiguration, ils doivent choisir. Les empreintes des frontières territoriales sont revues ici et là. Le tracé des crayons engagé par ceux qui guident le monde est maintenant visible à l'œil nu. On est presque tenté d'affirmer que leur œuvre est de bonne guerre, même si elle est maléfique et ne fait pas cas d'un humanisme recommandable. Elle reste le signe de l'engagement de stratèges avérés qui ont décidé que seul l'intérêt de leurs peuples comptait. Les Algériens sont sommés d'en tenir compte.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.