"Je paie ma candidature à la présidentielle"    Abdelkader Bensalah s'est éteint à l'âge de 80 ans    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'offre se resserre    Rentrée scolaire perturbée à Béjaïa    La décrue renforce les réticences    Grand projet pour la culture du colza    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    Le groupe paramilitaire russe Wagner fait peur à Pari    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    La Casnos explique ses mesures exceptionnelles    182 agressions contre le réseau gazier cette année    Bekkat plaide pour le rattachement de la sécurité sociale à la Santé    Sauce aux fines herbes    La montée des extrémismes    La France déchirée?    Haut Conseil de Sécurité: L'espace aérien algérien fermé aux avions marocains    Tébessa: La bataille d'El Djorf revient    Bouteflika, héros tragique de l'Algérie    L'ONU débloque 8,5 millions de dollars américains pour aider le Niger    Trois projets innovants au concours national de l'entrepreneuriat    Renault signe un contrat avec la Bourse de l'Ouest    Les préoccupations locales dominent    Griezmann n'y arrive toujours pas    14 joueurs recrutés et la liste encore ouverte    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Boulahia s'engage avec l'Emirates Club    Tuchel ne lâche pas Werner    Salah Goudjil, président du Conseil de la nation    Lumière sur les zones d'ombre    La pénurie en eau potable était évitable    Annaba a trouvé la parade    Une saignée inévitable    18 et 36 mois de prison requis contre deux agents    MERIEM    Cinglant revers du makhzen    L'Algérie ferme son espace aérien avec le Maroc    Ici, ailleurs, de Borges à El-Harrach    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    De quoi la littérature est-elle le nom en Algérie ?    «Ma renaissance en couleurs...»    Elle est accusée de conflit d'intérêts    Tayeb était calme et juste    Abdelkader Bensalah n'est plus    12 éléments de soutien au terrorisme en une semaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Plaider pour une relation apaisée
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 08 - 07 - 2021


Est-il surprenant que les relations entre le parquet, les magistrats en général, et les avocats soient conflictuelles ? Pour une énième fois, les robes noires ont manifesté, mardi 6 juin, leur colère contre les « humiliations répétées » contre la profession. Cette fois-ci, la cause ne figure pas sur le registre de l'incident d'audience, généralement à l'origine des mouvements de protestation des avocats, car c'est la mise en fourrière du véhicule d'un avocat sur appui d'un procureur qui a déclenché la protesta mardi dernier, mais cela pose un véritable problème relationnel qu'il s'agit de gérer et entretenir dans le temps. En tout cas, c'est la crédibilité de la justice qui est dans la balance. Pour le justiciable, ces conflits entre avocats et magistrats ne plaident en rien pour une justice sereine. C'est même très inquiétant de voir et d'entendre des avocats reconnaître publiquement qu'ils sont objet d'humiliation de la part des magistrats. Que peut dire ou faire, alors, le citoyen justiciable si sa défense, censée plaider ses intérêts, n'est même pas en mesure de sauvegarder son honneur ? C'est d'une gravité telle que cela appelle tous les responsables, en premier lieu le premier magistrat du pays, à se pencher sur cette relation qui n'a jamais été beau fixe d'une manière générale. L'avocat n'est pas au-dessus des lois, ni le magistrat, ni le citoyen. La balance paraît bien équilibrée dans cette considération si simple en apparence, mais pas très abordable dans la pratique. Le fonctionnement de la justice implique l'engagement de plusieurs parties qui ne naviguent pas toutes dans le même sens. Car, il y a toujours une confrontation des intérêts conflictuels dans la recherche de la vérité. Est-ce pour autant une raison pour que les parties engagées dans le processus judiciaire se considèrent comme des ennemis jurés ou que le magistrat en arrive à rabaisser l'importance du rôle de la défense d'un accusé, ou tout autre auxiliaire, dans la machine judiciaire ? C'est une réalité qu'on ne devrait pas taire, dans les confidences des avocats, ces derniers affirment qu'ils font figure de piètre accessoire dans l'édifice judiciaire ! Est-ce par injonction de la tutelle qu'on verrait des magistrats mieux disposés à respecter la défense et cette dernière plus attachée au respect des procédures et de la loi en faisant fonctionner avec rigueur les conseils de disciplines au sein des barreaux (l'avocat étant disciplinairement dépendant du bâtonnat) ? Rien n'est facile pour faire bâtir des relations professionnelles respectueuses dans cet ordre où les uns et les autres sont des accréditeurs de la justice, en même temps qu'ils lui sont assujettis. Sans jeter l'opprobre sur une partie ou une autre, notons qu'il y a un manque flagrant de dialogue entre ces parties. La relation entre magistrats et avocats doit être codifiée, dans le cadre de l'éthique et de la loi au-dessus de tous, mais seul le dialogue régulier et objectif entre eux, du fait des mutations des magistrats et des changements au sein des barreaux selon les délais de mandats qui fait qu'on se retrouve assez souvent dans des environnements nouveaux, pourrait aplanir les difficultés et les inimitiés. Le recours à la grève serait dans ce cadre très éloigné du champ judiciaire.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.