Curieuse réhabilitation de la candidature du mouhafedh FLN    La délégation algérienne refuse de s'asseoir derrière la délégation israélienne    Les opérateurs doivent déclarer leurs entrepôts avant le 30 novembre    L'huile de table plus chère    Lamamra appelle à la consolidation du processus politique    "Inefficaces et contre-productives", selon l'Algérie    "Le championnat se poursuivra durant la Coupe arabe des nations"    Les Sudistes à un pas de la qualification    L'Algérie toujours dans le top 5 africain    "HELIOPOLIS" À NOUVEAU SELECTIONNE POUR LES OSCARS    Lancement du colloque sur la carte linguistique de tamazight    Sarkozy au TPI, ça tarde    Qui, logiquement, arrose l'autre ?    BRÈVES...    Quel sort pour les APC sans candidats ?    L'Algérie avec la Libye et la Tunisie    Les Hamraouas surprennent les Sanafirs    Les syndicats préparent la riposte    Arrestation d'un voleur de bouteilles d'oxygène    L'article 184 du code électoral largement contesté    Le jeu malsain de Riyad    Quand Macron se remémore le blues des colonies !    Le qamouss, les mu'allaqât et l'incompétence paralinguistique !    Clôture en beauté de la première édition à Aïn-Séfra    EHU 1er - Novembre: Lancement d'une campagne de dépistage du cancer du sein    Vaccination anti-Covid: «La balle est dans le camp des citoyens»    Défis et espoir    Exportations hors hydrocarbures: Produits alimentaires et industries manufacturières à la traîne    Pouvoir d'achat divisé par deux en 10 ans    La Com en débat    Front de mer à Aïn El Turck: L'OPGI se mobilise pour la collecte des déchets    Course contre la montre à Blida    Washington lâche Rabat    Selma Haddadi désignée ambassadrice à Djouba    Le chef de la junte nomme 3 ministres et le SG du gouvernement    La Maison de la presse de Bouira baptisée Abdenour Merzouk    Le FFS rebondit    Que se passe-t-il au campus d'El Kseur?    La Coquette perd de son lustre    NAJDA se restructure    Benbahmed réaffirme les priorités du secteur    Incendie au complexe Tosyali    Les vérités des géants de la télécommunication    La tension monte    Lukaku a évité le pire    La démagogie comme mode d'emploi    Tizi ouzou rend hommage à ses fils    Appel à candidature    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Bouteflika et compassion religieuse
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 20 - 09 - 2021

Abdelaziz Bouteflika a été enterré hier sous le sceau d'une étrange commémoration funèbre entremêlant la compassion religieuse et les griefs ruminés. L'enterrement du corps du chef de l'Etat qu'il a été, se devait être surtout l'ensevelissement d'une page d'histoire chargée qui n'a livré que le préambule des lourds secrets. L'homme ainsi disparu a tout de même permis de dissiper une gêne et des non-dits pour que l'encombrement qu'il représentait permette une clarté politique recherchée par un peuple et ses gouvernants. Les avis discordants sur l'homme et sur sa gouvernance sont le reflet d'un mirage flou des sérails compliqués à observer.
L'événement funéraire n'a pas été seulement l'enterrement d'un homme choyé et décrié en même temps, mais il a aussi été un intermède d'un peuple haletant, courant derrière un bonheur insaisissable souvent disposé à se laisser aller aux incartades. C'est d'avoir abusé de cette naïveté populaire calculée, commune au demeurant à tous les peuples, qu'Abdelkader le Malien devra rendre compte à la grande Histoire. Pour sa décharge, il aurait pu et dû faire d'elle un sublime et reconnaissant procureur.
Le meilleur et juste profil qui soit donné de lui a été tracé par un ancien ministre algérien aujourd'hui disparu. Il disait que Bouteflika avait l'époustouflante technique d'un grand joueur de football. Mais il avait la tare de dribbler toute l'équipe adverse, puis ses propres coéquipiers pour finir à se dribbler lui-même. Avec un bout de vérité, ce jugement est sans doute sévère car la réalité n'est pas simple. La cascade des crises algériennes répétées n'avait aucune similitude avec des empoignades sportives. Sa profondeur et son ampleur recommandaient parfois des circonstances atténuantes à des hommes politiques leurrés par une bonne foi et des convictions inconsistantes.
Le tort de Bouteflika n'a pas été uniquement son abus outrageux du boursicotage politique. Sa faiblesse a résidé dans la priorisation de son égo convaincu qu'il était que son intérêt était indéfectible de celui de tout un peuple.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.