Elections locales: Le MSP s'en prend à l'ANIE    Croissance factice    Conseil des ministres: Le projet de loi sur la lutte contre la spéculation adopté    Les recommandations de la CAPC: «Libérer les dossiers d'investissement et soutenir le pouvoir d'achat»    WA Tlemcen: Une nouvelle ère commence    Feux d'artifice, pétards et leur danger    13 harraga sauvés et les corps de 4 autres repêchés    Asphyxiées par le monoxyde de carbone: Trois personnes sauvées par la protection civile à Es-Sénia    La mort comme seul héritage    17 octobre 1961: L'Algérie n'acceptera jamais une amnistie des mémoires    Tlemcen: Une stèle dédiée à Benaouda Benzerdjeb    Le Polisario demande à l'ONU de préciser la mission de son émissaire    Déboires d'un père de 9 enfants    Où finira robert Lewandowski?    Pioli retient la force mentale des siens    Fortunes diverses pour les Algériens    Une loi pour protéger les institutions    «Alger sera la vitrine de la transition énergétique»    L'informel menace l'Etat    La renaissance    Les oubliés de la loi de finances    Les néo-harkis reviennent cette semaine    La main tendue de Lamamra    La France officielle se cloisonne    L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961    «Fatima, la fille du fleuve», une BD contre l'oubli    "Ni complaisance, ni compromission"    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    L'OMS dévoile ses chiffres    2 décès et 87 nouveaux cas en 24 heures    Vers de nouvelles hausses en 2022    OUM EL BOUAGHI : Plus de 100 spécialités proposées aux stagiaires    Livraison de la totalité des infrastructures rénovées en décembre    La loi sur la lutte contre la spéculation au menu    Des listes passées à la moulinette    Les USA proposent de dédommager les familles des victimes    Le HCR appelle les Etats à faciliter le regroupement familial    Les Sétifiens décidés à revenir avec un bon score    Infantino en tournée en Amérique latine    Le petit pas de Macron    La France doit "reconnaître un massacre d'Etat"    Ni excuses, ni repentance : reconnaître les crimes    L'alliance Tel Aviv-Rabat menace l'UA    Des sénateurs américains alertent sur la situation des droits de l'Homme    Masque capillaire au yaourt et au miel    La JS Saoura et le HBC El Biar vainqueurs    L'échauffement, à bout de souffle    Chanegriha salue la participation de l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La pointure du monde
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 25 - 09 - 2021

Le monde est parfois perçu et identifié par des tenants de fausses vérités comme une paire de chaussures et chacun d'eux voudrait que sa pointure soit à la mesure de ses pieds. Il en est souvent ainsi pour de nombreux privilégiés contrariés de ne pas constater que la majorité de leurs sociétés n'est pas conforme à l'idéal de ce qu'ils voudraient qu'elle soit en occultant leurs histoires et leurs origines. Le plus incommodant est qu'ils sont toujours à l'avant-garde des récriminations écrites et parlées pour dénoncer un état des lieux qui les exaspère au point de nourrir une forme de xénophobie contre leurs propres concitoyens.
En Algérie, il est certain que bien des choses ne sont pas comme on le voudrait. Des lacunes économiques et sociétales, les unes monstrueuses, d'autres objectives sont si visibles qu'elles ne doivent pas êtres tues. Peu à peu, cependant, et au fil du temps des fenêtres culturelles venues d'ailleurs se sont fermées par ceux qui se sont échinés à les fixer. D'autres qui peuvent être discutables et discutées se sont ouvertes pour qu'une nouvelle ère défriche un terrain qui exigeait d'être retourné. On a la facilité de vite déduire qu'une bataille des idéologies est en passe d'affirmer sa finalité. Les commentaires et les arguments contradictoires peuvent s'échanger mais les Algériens dans leur globalité n'avaient que l'enracinement de leur culture et de leur religion pour que leur nation ait une consistance conforme à leur raison d'être et pour être respectés.
A prêter l'oreille à une certaine élite, on est en droit de penser que le principal de ses griefs est de regretter que sa concitoyenneté n'ait pas cultivé le suivisme qu'elle même ne circonscrit que dans les limites du visu en surface du modernisme négatif.
Un ancien président de la République, dans un langage cru s'était aventuré à affirmer à ceux qui n'étaient pas satisfaits de leur pays n'avaient qu'à en trouver un autre. Un politicien de son côté a avoué à juste raison qu'il s'était trompé de société. Un autre encore est allé jusqu'à traiter cette société de ghachi pour vouloir dire gâchis.
L'une et l'autre de ces affirmations confirment à merveille que l'on a tendance à vouloir son monde à la dimension de ses pieds.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.