Ligue 1 (France) : Marseille s'impose face à Lens    Un match de Premier League interrompu à cause d'un drone    Déficiences comblées ?    Le miracle argentin en temps de Covid    La boîte de Pandore    Sahara Occidental: Guterres appelle à résoudre «une fois pour toutes» le conflit    Episodes de la scène politique tunisienne    Une nouvelle opération de rapatriement: 155 Subsahariens reconduits vers les frontières    Les avocats reçus demain au ministère des Finances: Vers le dénouement du conflit ?    Gel des activités du Parti socialiste des Travailleurs: Le FFS et le PST dénoncent    Mondial 2022 - Barrages: L'Algérie hérite du Cameroun    Nigeria -Tunisie, aujourd'hui à Garoua (20h00): Les Aigles de Carthage à l'épreuve    Burkina Faso-Gabon, aujourd'hui à Limbé (17h00) à chances égales    Explosion des cas de Covid et fermeture des écoles: Le Cnapeste reporte sa grève    Centre-ville, la Glacière et Hai Es Sabah: Sept dealers arrêtés, plus de 460 comprimés psychotropes saisis    Sonelgaz: Le pôle urbain «Ahmed Zabana» raccordé au gaz de ville    Un pays antichoc    L'Algérie déterminée à dire son mot    La menace «jihadiste» nourrit le sentiment anti-peul    Plusieurs mois sans Fati?    Depay dans le viseur    La Juve veut Vlahovic, mais...    Les combats entre Kurdes et Daesh font plus de 70 morts    L'Algérie compte 45,4 millions d'habitants    Algérie nouvelle : la mise sur orbite    «Ma rencontre avec la mort»    L'autre réalité du Covid    113 postes de formation en doctorat ouverts    Grève de trois jours des boulangers de Tizi Ouzou    «Nous partageons une Histoire complexe»    Le moudjahid Cherif Athmane n'est plus    L'urbanisme et les Algériens    Sahara occidental : l'Espagne plaide pour une solution politique, dans le cadre de l'ONU    "Jeter les bases d'une presse professionnelle"    Retour au confinement ?    11 mis en cause placés en détention provisoire    Les activités du PST gelées    Les avocats gagnent leur première bataille    Le projet de loi en débat au gouvernement    Axe d'une nouvelle gouvernance pour relancer l'économie nationale    L'Algérie perd l'un de ses plus grands maîtres luthiers    Un colonel dans la ligne de mire    Parution du roman Les frères Abid de Saâd Taklit    Actuculte    «Dhakhira» Implosée    En deux temps, trois mouvements    Tabi enfin à l'intérieur du pays    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



870 logements CNEP et 350 logements à Yaghmouracene: Des décharges sauvages en plein cœur de la cité
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 07 - 12 - 2021

Paysage scandaleux : une décharge sauvage en plein cœur d'une cité de plus de 2.000 familles. Lieu: cité des 350 logements et cité des 870 logements CNEP à Yaghmouracene. Ces décharges réparties sur plusieurs points sont à l'origine de l'odeur irrespirable qui infeste un large périmètre. Ces dépotoirs à ciel ouvert ne sont pas nouveaux. Ils datent de plusieurs années. Au fil du temps, le laisser-faire aidant, ils se sont étendus en surface et en volume, devenant le réceptacle tout prêt de rebuts de toutes sortes : ordures ménagères, déchets inertes, déchets d'activités diverses y compris de nature plus ou moins toxique tels les pneus. Les quelques voix de dénonciation n'ont pas trouvé une oreille attentive du côté des autorités municipales. Aux grands maux, les petits remèdes.
Et c'est parce qu'ils ne voient rien venir de leurs responsables locaux pour prendre en charge un petit problème qui relève des missions régaliennes de la commune, voire de ses raisons d'être, que les habitants de ces cités en appellent au wali.
En effet, ils sollicitent expressément l'intervention du chef de l'exécutif de wilaya pour mettre un terme à cette situation qui empoisonne leur vie. Au sens propre du mot. Le peu de bacs à ordures additionné à l'incivisme des habitants et le peu de rotation des camions de collecte ont encouragé les gens à transformer ces espaces en «vide-ordures». «Ils viennent de tous bords, d'ici et d'ailleurs, des autochtones comme des intrus ou de simples passagers, qui pour jeter ses sacs-poubelles, qui pour vider des fourgons ou camions d'excédents de matériaux de construction ou autres déchets d'activités industrielle, agricole ou commerciale. Le rejet se fait de jour comme de nuit, de façon anarchique. C'est devenu, fort malheureusement, une déchetterie sauvage», s'insurge un résident de ce quartier. Le pire c'est qu'une grande décharge se situe pile à l'entrée de la cité des 350 logements.
Pour parer à cette situation, les habitants viennent de lancer un appel pressant au wali d'Oran à travers de nombreuses vidéos postées sur le Net. Outre les décharges à ciel ouvert, les habitants de la cité des 870 logements CNEP de Yaghmouracene sont revenus à la charge en interpellant le chef de l'exécutif pour intervenir et inciter les services concernés pour l'achèvement des travaux du projet d'amélioration de leur cadre de vie. Les habitants ont appelé le chef de l'exécutif à annuler la réception du projet qu'ils jugent inachevé. Après avoir frappé à toutes les portes et sollicité à maintes reprises les responsables concernés, les habitants ont décidé d'opter pour une pétition signée par l'ensemble des résidents et transmise au wali. Une délégation composée des cadres de cette cité a déposé une demande d'audience auprès du premier responsable de la wilaya pour lui exposer minutieusement les nombreux problèmes auxquels sont confrontés quotidiennement des centaines de locataires.
Selon les représentants des habitants, dans cette correspondance adressée par les habitants au wali et dont nous détenons une copie, ils invitent le wali à se déplacer sur site pour constater la dégradation du cadre de vie des habitants de cette cité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.